Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Perben II en liberté surveillée

de : Laurent Mouloud
lundi 4 octobre 2004 - 01h56 - Signaler aux modérateurs

de Laurent Mouloud

Plaider-coupable, poles grande criminalité, garde à vue allongée à quatre jours... à partir d’aujourd’hui, plusieurs mesures phares de la loi Perben II, « portant adaptation de la justice aux évolutions de la criminalité », doivent entrer en vigueur dans l’ensemble des juridictions françaises. Après des mois de controverses et quelques remontrances du Conseil constitutionnel, ce texte, voté en février au grand dam de l’opposition, continue de rencontrer l’hostilité d’une bonne partie du monde judiciaire. Avocats et magistrats en tête, dont les organisations syndicales multiplient, ces derniers jours, les appels à la « vigilance ».

Un travail d’improvisation

Pour le garde des Sceaux, Dominique Perben, la loi du 9 mars 2004 répond à « deux réalités malheureusement extrêmement fortes : le développement de la criminalité organisée » et l’incapacité du système pénal à « traiter d’une manière convenable l’ensemble des dossiers qui lui arrivent ». Dans les faits, ce monstre législatif, avec ses 224 articles qui traitent aussi bien des actes de terrorisme que de la pollution maritime ou des incendies de forêt, revisite de fond en comble le Code de procédure pénal (CPP). « Pratiquement toutes les parties du CPP sont concernées, confirme un magistrat parisien. Pour nous, c’est un énorme travail de mise en place que nous devons faire dans l’urgence, voire l’improvisation. On aurait aimé, quand même, un peu plus de temps. »

Sur le fond, la loi Perben II opère, selon ses détracteurs, un changement radical du système judiciaire. Avec, en point d’orgue, le rééquilibrage de la procédure au profit des policiers et du parquet, dont les magistrats (comme les procureurs généraux, nommés en conseil des ministres) sont de plus en plus dépendants vis-à-vis du pouvoir politique. La loi consacre en effet officiellement le rôle du garde des Sceaux comme celui qui « conduit la politique d’action publique déterminée par le gouvernement ». Mais qui peut aussi « donner des instructions écrites » dans des dossiers individuels. Mesure emblématique d’un tel basculement : la comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC). Inspirée du plaider-coupable à l’anglo-saxonne, cette nouvelle procédure permet au procureur de proposer, pour un délit passible de cinq ans d’emprisonnement maximum, une peine au délinquant qui reconnaît sa faute. Pas d’enquête, pas de procès. Le juge du siège, par la suite, n’a plus qu’à homologuer - ou non - la décision.

Pour la Chancellerie, la CRPC est destinée aux affaires simples et vise, avant tout, à « alléger les audiences correctionnelles ». Un point de vue qui est loin d’être partagé. « Le danger évident est que l’on extorque l’approbation des prévenus, analyse Aïda Chouk, présidente du Syndicat de la magistrature (SM). Je pense notamment aux nombreux faits de rébellion ou d’outrage. Face au procureur, le citoyen n’aura pas les moyens de défendre sa cause devant la justice. Ce sera une peine sans jugement ni défense, décidée dans le secret d’un cabinet du ministère public tout puissant qui concentre pouvoir de poursuite et pouvoir de condamnation. » En clair : la fin du procès juste et équitable. Sans compter, à l’inverse, les risques d’étouffement des affaires puisque la mesure peut s’appliquer y compris aux « personnes morales » : entreprises, associations ou partis politiques. La CRPC promet de se heurter à une vigoureuse opposition. À Lille et à Bordeaux, les avocats appellent d’ores et déjà à refuser toutes les propositions de plaider-coupable. À Paris, il se limitera aux faits « simples » et « isolés ».

Infiltration, écoute, perquisition

Autre mesure décriée : les nouveaux pouvoirs d’enquête des policiers, dans le cadre des infractions en « bande organisée » : garde à vue de 96 heures (y compris pour les mineurs de moins de 16 ans), enquête de flagrance de quinze jours, sonorisation des lieux privés, infiltration, perquisitions de nuit, écoutes téléphoniques. Le Conseil constitutionnel a tenu à préciser que ces procédures exceptionnelles d’enquête ne doivent être appliquées que si des « éléments de gravité suffisants » sont réunis. De même, il a rétabli la possibilité d’annuler cette procédure d’exception et de requalifier le délit. Un encadrement qui ne change rien sur le fond, pour Aïda Chouk : « La bande organisée est une notion délicate à manier. Malgré ce cadre, la police utilisera ces mesures d’exception, comme la garde à vue prolongée. Et si elle admet, par la suite, s’être trompée, cela ne changera rien à l’affaire : le mal sera déjà fait. »

Un texte déséquilibré

Reste, enfin, la question des moyens. « Le problème n’est pas forcément le texte que l’on vote, mais les moyens qu’on lui donne, souligne Bruno Thouzellier de l’Union syndicale des magistrats (USM). Ce texte accroît les pouvoirs de police et, en même temps, ne donne pas aux magistrats des moyens de contrôle suffisants. Ce n’est pas un texte liberticide mais déséquilibré, mis en place dans l’urgence et sans moyen supplémentaire. N’oublions pas que c’est toujours faute de moyens ici, faute de contrôle là, que l’on se retrouve face à des problèmes. » Plus basiquement, plusieurs mesures ne semblent pas, pour l’instant, dépasser le stade de l’affichage politique. Ainsi, celle dite du « repenti », qui attend encore ses décrets d’application. « Ce dispositif coûte 80 millions d’euros en Italie, relève Bruno Thouzellier. En France, il n’y a pas un centime de prévu... »

Pour les syndicats de magistrats et les avocats, l’heure est désormais à la veillée d’arme. Voire la riposte. L’association Justice actions libertés (Jal), un collectif d’avocats constitué lors du vote de la loi, appelle aujourd’hui à une journée d’action au Palais de justice de Paris. Et exige l’abrogation pure et simple du texte. L’USM souhaite un rapport parlementaire sur l’application de la loi. De son côté, le Syndicat de la magistrature vient de créer un observatoire de l’application de la loi Perben II. Il a, par ailleurs, distribué dans toutes les juridictions une contre-circulaire d’application « destinée à pallier les dangers » que présente ce texte pour les libertés fondamentales.

http://www.humanite.presse.fr/journ...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
Zemmour président.
jeudi 16 septembre
de jy.D
2 commentaires
Feria.
lundi 13 septembre
de jy.D
2 commentaires
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite