Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

COMMUNIQUE DE JEAN-CLAUDE LEFORT "GAZA FREEDOM MARCH"

de : GAZA FREEDOM MARCH
mardi 29 décembre 2009 - 12h14 - Signaler aux modérateurs
6 commentaires
JPEG - 51.2 ko

de Jean-Claude Lefort

Depuis maintenant quarante-huit heures, nous sommes au Caire où, de discussions en discussions, les 1400 participants à la marche pour la liberté pour Gaza – 1400 comme les 1400 victimes gazaouies de l’offensive israélienne d’il y a un an – n’ont toujours pas l’autorisation de se rendre à Gaza.

Deux arguments – irrecevables – sont avancés par les autorités :

Les Marcheurs s’ingéreraient dans les affaires intérieures égyptiennes. C’est doublement faux. D’abord, nous n’avons jamais mis en cause les autorités égyptiennes. Nous avons, au contraire, travaillé avec elles en leur donnant toutes les informations qu’elles souhaitaient - jusqu’à nos numéros de chambres !

Selon nous, la liberté d’aller et venir, de circuler où bon nous semble est une liberté fondamentale de l’être humain. Mais elle ne s’applique pas à la population de Gaza, soumise à un blocus illégal et inhumain. Raison de plus pour qu’elle s’applique aux Marcheurs venus de quarante-deux pays – dont la France – qui doivent bénéficier de ce droit fondamental. En le leur refusant, ce sont les autorités égyptiennes qui s’ingèrent dans la liberté des Marcheurs.

Deuxième argument : si les Marcheurs passaient à Gaza, ce serait nuisible à la sécurité égyptienne. On a beau chercher le sens de ce raisonnement, il ne tient pas. Les 1400 Marcheurs peuvent entrer à Gaza et en sortir sans que cela ne pose le moindre problème. Si le feu vert était donné – lequel procède évidemment d’une décision politique –, nous sommes tous assez responsables pour ne prêter le flanc à aucune manœuvre, d’où qu’elle vienne. Notre interlocuteur à Gaza est le Palestinian Center for Human Rights, dont chacun connaît le sérieux. En quoi l’entrée et la sortie des Marcheurs mettraient-elles en cause la sécurité égyptienne ? Cette objection n’est donc pas fondée.

Nous sommes porteurs d’une double exigence : la levée du blocus illégal qui a transformé Gaza en prison et en mouroir à ciel ouvert depuis deux ans et demi, et la fin de l’impunité dont jouissent les autorités israéliennes. C’est l’objet unique de cette marche et la raison pour laquelle nous venons exprimer notre solidarité aux Gazaouis. Nous sommes porteurs du droit international, des valeurs mêmes qui fondent l’Humanité… Voilà pourquoi nous attendons des autorités égyptiennes qu’elles prennent la décision politique de nous laisser passer à Gaza.

J’ajoute que les autorités françaises ou européennes ont une lourde responsabilité dans cette situation pour n’avoir pas – à notre connaissance – effectué les démarches nécessaires auprès des responsables égyptiens. C’est la première chose à faire : exiger une intervention adaptée de nos pouvoirs publics en direction des autorités du Caire. La seconde remarque à méditer est la suivante : si, par absurde les autorités égyptiennes s’entêtaient, elles se placeraient dans une situation des plus paradoxales. En effet, alors qu’Israël est bien le principal responsable du blocus de Gaza, voilà qu’aux yeux de l’opinion publique, cette responsabilité se déplacerait vers d’autres, qui sont pourtant à la tête d’un pays qui, l’an dernier, a manifesté avec force et massivement sa solidarité avec les Palestiniens. En maintenant leur interdiction, les autorités égyptiennes créeraient elles-mêmes les conditions d’un déplacement du débat dans leur propre société – ce que nous nous sommes toujours refusé à faire. Par ricochet, ce sont elles qui provoqueraient l’immixtion, qu’elles dénoncent.

ll est temps que la raison l’emporte sur un certain aveuglement : qu’on laisse marcher les citoyens venus du monde entier dire, sur place et pacifiquement, leur solidarité avec le peuple de Gaza.

Le 28 décembre 2009

Source : http://www.palestine-solidarite.org...

via Paz


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
COMMUNIQUE DE JEAN-CLAUDE LEFORT "GAZA FREEDOM MARCH"
29 décembre 2009 - 21h45 - Posté par Brutus

Malheureusement, ni les marches, ni l’indignation de Roger Waters, ni la grêve de la faim d’ Hedy Epstein ne modifieront en rien l’attitude de l’état raciste tant il bénéficie de la complicité de tous les puissants de la planète.

Dans quelques siècles, peut-être, quelques historiens se demanderont par quelle aberration l’humanité aura pu fermer les yeux sur des crimes perpétrés durant des décennies.
Pour l’Europe la réponse risque d’être simple : elle continue à se livrer, par procuration, à ce qu’elle sait faire le mieux, de massacres de la classe ouvrière, en fascismes et colonialismes : le crime contre l’humanité.

Aller, encore un petit coup de Césaire pour la route :

...déférée à la barre de la raison, comme à la barre de la conscience, cette Europe-là est impuissante à se justifier ; (...) de plus en plus elle se réfugie dans une hypocrisie d’autant plus odieuse qu’elle à de moins en moins de chance de tromper
L’Europe est indéfendable.(...) L’Europe est moralement, spirituellement indéfendable.



COMMUNIQUE DE JEAN-CLAUDE LEFORT "GAZA FREEDOM MARCH"
30 décembre 2009 - 00h04 - Posté par COKE STAR

Pendant que Cécile Duflot est aux Maldives, les Communistes sont au front. Des initiatives de combat à saluer et à populariser pour replacer dans leur contexte fétide tous les guignols d’Europe Ecologie/Les Verts !



COMMUNIQUE DE JEAN-CLAUDE LEFORT "GAZA FREEDOM MARCH"
30 décembre 2009 - 11h17 - Posté par

Les Verts demandent à être reçus en urgence par Bernard Kouchner.
Marche pour la liberté, Liberté pour la Marche !

mardi 29 décembre 2009

La lettre de Djamila Sonzogni, Porte-parole des Verts, adressée au ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner et le communiqué publié par les Verts le 29 décembre 2009.
suite : http://europalestine.com/MarchePour...


COMMUNIQUE DE JEAN-CLAUDE LEFORT "GAZA FREEDOM MARCH"
30 décembre 2009 - 12h13 - Posté par (k)G.B.

Les Verts ne sont pas en reste, tout de même.

Alima Boumediene est là-bas, au Caire, elle aussi.

(k)G.B.


COMMUNIQUE DE JEAN-CLAUDE LEFORT "GAZA FREEDOM MARCH"
30 décembre 2009 - 16h38

Jean Clausde Lefort a toujours été de tous les combats.

Un des rares communistes à s’être intéressé à l’AGCS, par exemple, dont on mesure aujourd’hui les méfaits.

Lefort ce n’est pas " les communistes ".
Dans l’autre sens, n’en parlons pas.



COMMUNIQUE DE JEAN-CLAUDE LEFORT "GAZA FREEDOM MARCH"
2 janvier 2010 - 10h04 - Posté par Katia Sabet

Ce qui se passe, vu de l’interieur, c’est a dire d’Egypte.
Katia Sabet

Pourquoi une Juive américaine de 85 ans, Hedi Epstein, rescapée de la Shoah, fait la grève de la faim sur le trottoir de l’Ambassade de France au Caire, pour protester du fait qu’on ne lui permet pas d’entrer à Gaza ?
Pourquoi des centaines de pacifistes étrangers manifestent dans les rues du Caire parce qu’on les laisse pas aller à Gaza, et pourquoi la police intervient pour les disperser ?
Parce que Hedi et ses compagnons se trouvent pris dans un engrenage dont ils ne comprennent pas le fonctionnement. Ils pensent encore que le monde est régi par les bons sentiments, par la justice, l’honnêteté morale et la compassion : or le monde est régi par une inextinguible soif de pouvoir, accompagnée de calculs financiers et économiques, le tout assaisonné de cynisme et d’indifférence pour le sort des masses.
Aux yeux de ceux qui décident, Hedi et ses amis ne représentent que les pions d’un jeu dépravé. Et quand ils essayent de s’y opposer, de clamer leur désaccord, voire leur indignation, les meneurs du jeu s’emparent d’eux et les utilisent quand même à leur fin. Qui est, on s’en doute, de détourner l’attention des principaux responsables de la situation actuelle à Gaza et ailleurs, et d’en faire porter la faute à d’autres (en l’occurrence le gouvernement égyptien) aux yeux de l’opinion publique mondiale et des Palestiniens eux-mêmes.
Oublié, le fait que depuis des années Israël emprisonne la population de Gaza dans un siège inhumain. Oublié le fait encore plus grave que le reste de la population palestinienne est soumis à toute sorte de privations, vexations, de limitations de la liberté personnelle, humiliations et dénis de justices variés. On parle du mur souterrain en acier que l’Égypte construirait pour isoler Gaza, et on en oublie pour autant le mur bien visible, bien dressé dans le ciel, qui sépare les villages palestiniens des champs qui les entourent, des écoles, des hôpitaux, de la liberté. On parle d’une caravane humanitaire qui est bloquée à Aqaba par l’Égypte, et on oublie de se demander pourquoi cette caravane humanitaire existe et veut atteindre Gaza.
Bref : dans la tragédie du Moyen Orient, ce n’est plus Israël qui est indiqué du doigt, mais d’autres, en l’occurrence l’Égypte. Le tout grâce à un mélange subtil de fourberie, de manigances et d’endoctrinement tout à fait symptomatiques des temps qui courent, et qui présentent en plus l’avantage d’être aussi simples à mettre en place que l’œuf de Colomb. L’enfance de l’art.
Résumons les faits : un convoi, constitué au début de 80 véhicules chargés d’aide humanitaire, et portant le nom de Viva Palestina, quitte la Grande-Bretagne le dimanche 6 décembre à destination de Gaza, pour un voyage de près de 5.000 kms. Après avoir traversé la Manche, la Belgique et le Luxembourg, le convoi s’arrête à Esslingsen, Allemagne, le soir du 7 décembre. Le 10, il arrive à Ancona, en Italie, pour s’embarquer vers la Grèce.
Le 11, traversée en bateau, arrivée dans le port d’Igoumenitsa, puis le convoi traverse les montagnes enneigées de la Grèce vers Istanbul, en Turquie, où un autre important convoi turc le rejoint. À ce moment, une mauvaise nouvelle tombe, sans qu’on sache exactement d’où elle vient : les autorités égyptiennes pourraient empêcher le convoi d’entrer en Egypte, ce qui met en question l’arrivée à Rafah (à la frontière avec Gaza) prévue pour dimanche 27 décembre.
En réalité, les autorités égyptiennes n’ont pas d’objection à ce que le convoi arrive en Égypte, mais demandent aux organisateurs de se diriger vers le port égyptien de Al Ariche, situé à 50 km de Rafah.
Les raisons de cette requête précise sont évidentes, même si personne n’en parle : dans l’état actuel des pourparlers de paix israélo-palestiniens, la position égyptienne par rapport à son opinion publique est des plus délicates. Au moment où le gouvernement égyptien essaye de jouer les modérateurs, et d’exploiter au maximum les ficelles de la diplomatie, l’indignation pour le comportement inhumain d’Israël envers le peuple palestinien ne fait que s’accroitre dans l’esprit de l’homme de la rue, et le passage trop visible d’une caravane « européenne » à destination des assiégés de Gaza pourrait être utilisée par les fondamentalistes de tout bord pour créer des désordres. C’est exactement ce que l’Égypte veut éviter, surtout dans l’imminence de la visite de l’Israélien Netanyahu au Caire.
Ici il se passe quelque chose de bizarre : les dirigeants du convoi (qui maintenant est devenu une énorme caravane de 250 véhicules, dont près de la moitié sont des ambulances) décident de ne pas tenir compte des desiderata égyptiens et se dirigent par contre vers la Syrie. Ils la traversent, traversent la Jordanie et finissent par arriver dans le port jordanien de Aqaba, sur la Mer Rouge, allongeant ainsi leur périple de plus de 600 kilomètres.
À ce moment un bras de fer s’installe entre les autorités égyptiennes qui refusent le passage du convoi en territoire égyptien et les « bénévoles » venus d’Europe et de Turquie qui protestent. La presse s’empare de l’affaire et l’Égypte est durement critiquée. Finalement, le convoi repart pour le port syrien de Latakieh (encore 600 km de route) où ils s’embarquera finalement pour Al Ariche.
En même temps, voici qu’arrivent au Caire près de 1300 personnes venues de 43 pays, Européens, Indiens, Américains, pour organiser une "Marche" qui traversera l’Égypte du nord en direction de Rafah, à la frontière égypto-palestinienne. Ces personnes font du zèle, des sit-in devant le Musée du Caire, déploient le drapeau palestinien sur une Pyramide, courent dans les rues avec le slogan « Boycott Israël » écrit sur le dos de leur tee-shirt, le bras levé, index et médius écartés en signe de victoire. Des passants égyptiens commencent à se joindre à eux, et ils sont très nombreux, toujours plus nombreux : or il n’y a rien de plus inflammable, de plus instable et imprévisible qu’une foule qui se donne de bonnes raisons pour devenir violente : le Caire en a fait la triste expérience à plusieurs reprises au cours de son histoire récente.
Jeudi, la police est intervenue pour disperser la foule, et voici que les manchettes du vendredi clament que « La police égyptienne charge des pacifistes qui manifestaient en faveur de la levée du siège de Gaza ».
Qui ne serait pas scandalisé ? Qui ne serait pas indigné, furieux et révolté ?
Or ces sentiments extrêmes risquent de compromettre l’atmosphère des futurs et énièmes « pourparlers de paix » que, paraît-il, Netanyahu est venu angéliquement proposer aux responsables égyptiens. Après tout ce battage médiatique, ces derniers y paraîtront comme des « amis d’Israël », des « complaisants valets des EU », donc peu crédibles et peu fiables, même aux yeux des Palestiniens.
Un sale, sale jeu.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite