Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Marre du mur (nouvelle ultra courte)

de : red1917
samedi 7 novembre 2009 - 00h11 - Signaler aux modérateurs
8 commentaires
JPEG - 14.5 ko

de red1917

9 Novembre 2009.

Dans la télé il y a encore une nouvelle emission sur la célébration de la chute du mur à Berlin.

Les images montrent des gens qui se libérent en cassant un mur.

Quand le documentaire s’achève pour faire place à un plateau d’experts pour commenter la fin du communisme et le début de la liberté, il appuie sur le bouton stop et regarde par la fenêtre la rue vide.

Il sort de son appartement et l’ascenseur le descend tout en bas dans le hall.

Il y a un bouton pour ouvrir les portes de verre qui ouvrent vers l’extérieur.

Il marche sur le trottoir il se dit aucun mur, sauf ceux en béton , la facade de l’immeuble, juste à côté de la route, au milieu le trottoir, où il marche librement, à côté de la route, impossible à franchir tant que le feu n’est pas rouge.

Il peut marcher librement, les caméras ne signalent pas un trouble de son comportement. Il n’y a pas de police politique pour le suivre à la trace, la puce RFID, sur sa carte bancaire, sert juste à le protéger des menaces.

Arrivé au bout de la zone B76, après il n’a pas de pass. Les flics-drones le repéreraient, au delà du quartier où son code puce ne passe plus.

Il pourrait continuer, mais il perdrait ses points "avantage citoyens". Il n’y a aucun mur, aucune limite, mais il n’a pas les moyens de continuer sans ses points.

Il fait demi tour, et il se retrouve devant son immeuble. Il introduit sa carte, mais ne rappelle plus son code.

Il n’y a aucun mur, aucune police qui l’oppresse. Il meurt contre son mur, libre et sans adresse.


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Marre du mur (nouvelle ultra courte)
7 novembre 2009 - 08h47 - Posté par COLERE13

honte aux murs !...... ET POURQUOI ON NE PARLE PAS DU SUPERBE MUR PALESTINIEN..............



Marre du mur (nouvelle ultra courte)
7 novembre 2009 - 13h46 - Posté par raannemari
Marre du mur (nouvelle ultra courte)
7 novembre 2009 - 08h58 - Posté par Chiche !!!

En France aussi on a un(e) mur(aille)... de fichiers "sécuritaires" !!! Dans ce matraquage médiatique donnant la nausée, on "oublie" de rappeler par exemple la gratuité des transports en communs... Bon allez, comme en France on est "évolué" même qu’on a (si si !) des personnes âgées, des collégiens lycéens étudiants, des RMIstes etc etc... et même des chômeurs !!!... Allez chiche pour la gratuité des transports pour tous ces gens !!! Histoire aux "donneurs de leçons"de faire mieux sinon aussi bien que "là-bas" !!!



Marre du mur (nouvelle ultra courte)
7 novembre 2009 - 09h16 - Posté par Pierro

Ils ont démonté quelques kilomètres de mur pour en construire un plus actuel de plusieurs milliers de km tout autour de l’Europe, la menace étant l’Autre...



Marre du mur (nouvelle ultra courte)
7 novembre 2009 - 10h29

Lundi prochain tout radio france (ça ne mérite pas la majuscule) est mobilisé pour bien nous enfoncer dans la tête que la chute du mur de berlin symbolyse la liberté. Celle des banquiers et des multinationales de profiter sans limite du profit, se diront quelques avertis.
Les autres en masse frapperont dans leurs mains en se réjouissant de pointer au chômage, de plier sous l’arrogance du management et du politicien local, de manger pâtes et patates les derniers jours du mois, de voir arriver la période noire de fin de droits...tout en enviant le voisin qui a toujours eu trop de chance d’échapper à tout ce qui pourrit la vie.



Marre du mur (nouvelle ultra courte)
7 novembre 2009 - 10h40 - Posté par vraie liberté

Ben oui, ça fait pleurer dans les chaumières, ça occupe le populo, ça lui fait croire qu’au-delà du mur, c’était l’enfer et de ce côté-ci le paradis.

La sottise de l’Est c’était effectivement de retenir des gens par un mur. Cela ne marche jamais. Manque de philosophie.

Pour autant, faire de sa chute uniquement une épopée libératrice c’est du chantage.

Des quartiers ouvriers qui vivaient très bien à l’Est vivottent aujourd’hui avec chômage, pauvreté, misère des logements et vieillissement des populations.

Mais ça on espère le couvrir par des litanies, des hymnes et des cantiques à la liberté, qui n’est en fait que la liberté des plus riches.


Marre du mur (nouvelle ultra courte)
7 novembre 2009 - 19h36 - Posté par

La sottise de l’Est c’était effectivement de retenir des gens par un mur. Cela ne marche jamais. Manque de philosophie.

Mais ça aussi c’était un "hoax". Et qui est bien ancré dans les têtes.

Le mur au départ ça n’était pas pour empêcher les mecs de partir, (à part quelques cerveaux renégats fabriqués au frais de l’état est-allemand), mais bien d’empêcher les saboteurs et la fausse monnaie surévaluée ouest-allemande d’entrer.

J’ai été de deux côtés à Berlin, à une époque ou on passait encore facilement de l’autre côté aux check-points de l’Est. Et pas comme touriste mais comme sous-off de l’armée française en 1965/66. Ce qui frappait c’était surtout la différence entre Berlin ouest, qui était le miroir aux oiseaux pour ceux de l’Est, et le reste de l’Allemagne de l’Ouest ou c’était pas autant la joie et les petites pépées dans les boîtes de nuit.

Et les jeunes de l’Ouest avaient autant envie d’aller vivre à Berlin Ouest que ceux de la RDA.

Parce que ce que les gens ne savent pas c’est que pour ceux de l’Ouest il fallait aussi passer des check-point pour aller à Berlin Ouest par le fameux couloir en venant de RFA. Et dire ce qu’on allait y faire. J’ai moi-même été un des premiers étonnés de la chose tout militaire que j’étais.

Parce que Berlin Ouest c’était tout du bidon, du tape à l’oeuil. Avec les dollars américains qui coulaient à flot et un Deutchmark fédéral surévalué.

J’y suis pas resté longtemps et j’ai rien regretté. Fallait surtout aimer les putes, les boîtes, et l’alcool ; et ça a jamais été mon trip.

G.L.


Marre du mur (nouvelle ultra courte)
12 novembre 2009 - 22h37 - Posté par mur

« Le mur invisible érigé entre Anjouan et Mayotte tombera autant qu’est tombé le mur de Berlin »
Une cérémonie sobre mais significative. C’est ainsi qu’on peut qualifier la célébration de la journée maore, ce jeudi à Moroni, où les administrations étaient fermées pour cette occasion.
C’est qu’en fait, depuis trois ans, le 12 Novembre est férié dans l’archipel. Cette journée est dédiée à la revendication de Mayotte, cette île de l’archipel des Comores qui est resté sous administration française depuis 1975. « Le 12 novembre 2009 se trouve à la croisée des chemins », ont estimé les membres du comité maoré, une structure de la société civile comorienne qui milite pour la réintégration de Mayotte dans l’ensemble comorien, dans un communiqué publié à Moroni depuis le 3 novembre.
C’est presque cette même déclaration qui sera lue par Idriss Mohamed, ce jeudi, lors de son discours au palais du peuple où s’était réunis plus de 300 personnes pour cette célébration. « Au delà des apparences qui ferait croire à un blocage, voire à une intégration définitive de Mayotte dans la France, une solution de la question de l’île comorienne de Mayotte s’esquisse dans une lame de fond qui devient de plus en plus perceptible pour les plus avertis », indique le comité Maoré dans sa déclaration.
« Il est temps de mettre un terme aux drames presque quotidiens qui se déroulent, devant nos yeux, dans le bras de mer qui sépare Anjouan de sa soeur Mayotte », a déclaré Idi Nadhoim, le vice président comorien en charge de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche et de l’artisanat, assurant l’intérim du président Sambi qui se trouve à l’étranger, lors de son discours.
Faisant le parallèle entre la chute du mur de Berlin dont on commémore cette année le 20 ème anniversaire et le visa Balladur, ce « mur invisible érigé entre Anjouan et Mayotte », cette haute autorité comorienne a estimé que celui-ci « tombera autant qu’est tombé le mur de Berlin ». Il a d’ailleurs repris un passage du discours du président Sarkozy à l’occasion des cérémonies commémoratives dont voici la teneur : « La chute du mur de Berlin sonne aujourd’hui comme un appel, un appel à nous tous à combattre les oppressions, à abattre les murs qui, à travers le monde divisent encore des villes, des territoires, des peuples ». Des propos qui ont été vivement applaudi par l’assistance.
« Le peuple de l’Union des Comores espère que cet appel résonnera de tous son poids sur tous les dirigeants du monde et que son écho transpercera tous les murs de l’oppression », a mentionné le vice président Idi. « Nous osons croire que le mur invisible érigé entre Anjouan et Mayotte, sous lequel reposent les restes de dizaines de milliers d’innocents et qui forme aujourd’hui le plus grand cimetière marin au monde, tombera autant qu’est tombé le mur de Berlin », a-t-il encore lancé. La célébration de la journée Maore, cette année, intervient après l’échec des négociations engagées au sein du Gthn, le référendum sur la départementalisation de Mayotte et la proposition du président Sambi du système « Un pays, deux administrations ». Lancée lors d’un récent discours prononcé par le chef de l’Etat comorien à la tribune des Nation unies, cette offre se veut être un début de solution à cette épineuse question qui obère les relations entre les Comores et son ancienne puissance colonisatrice, la France.
Par cette annonce, le président Sambi propose à la France de reconnaître la souveraineté entière de l’Union des Comores sur l’ensemble de son territoire tout en continuant à administrer Mayotte. Cette proposition "traduit une haute perception des rapports de force, des concessions inévitables et une solution progressive qui permettra une véritable réconciliation nationale des îles comoriennes et une page nouvelle dans les relations amicales entre les Comores et la France", estime le comité Maore, dans un communiqué. Cette organisation propose, d’ailleurs, un débat national sur le sujet.La cérémonie qui s’est déroulée hier jeudi au palais du peuple de Moroni a été marquée par un hommage rendu au patriote maorais Kamar Eddine Ahamada, un militant de l’unité nationale décédé en France le 29 octobre 2009. Cet homme part "sans la reconnaissance des représentants officiels de la partie pour laquelle il s’est tant sacrifié", ont déploré ses amis du front démocratique.
Faissoili Abdou
Source : http://www.malango-actualite.com/ar...







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite