Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Clearstream, Denis Robert : "Le ministère public devrait me féliciter"

de : Paris
mardi 22 septembre 2009 - 23h36 - Signaler aux modérateurs

Optant pour la même ligne de défense que l’auditeur Florian Bourges, le journaliste, qui fut le premier pourfendeur de Clearstream, a tenté de convaincre le tribunal, lors de cette deuxième journée du procès, qu’il n’était qu’une victime collatérale de cette affaire de manipulation.

Après l’auditeur Florian Bourges, le journaliste Denis Robert a à son tour été entendu mardi 22 septembre, lors de la deuxième journée du procès Clearstream, cette vaste affaire de manipulation où Nicolas Sarkozy s’est constitué partie civile.
"Le ministère public devrait me féliciter", a lancé à la barre Denis Robert, après avoir raconté, visiblement ému, devant la 11e chambre du tribunal correctionnel de Paris, ses démêlés avec Clearstream.
Tout comme l’autre co-prévenu de Dominique de Villepin, Florian Bourges, qui a été entendu en début d’après-midi, Denis Robert a accusé l’informaticien Imad Lahoud de "manipulation", tous deux tentant de convaincre le tribunal correctionnel de Paris qu’ils n’étaient que des victimes collatérales de cette affaire.

Denis Robert et Florian Bourges sont poursuivis pour avoir volé et recelé les listings de Clearstream, qui ont ensuite été falsifiés puis transmis au juge Renaud van Ruymbeke afin de faire accroire que certaines personnalités, dont Nicolas Sarkozy, détenaient des comptes occultes.
L’affaire est jugée jusqu’au 23 octobre.

Imad Lahoud, celui qui a "su très habilement jouer"


Selon Denis Robert, qui fut le premier accusateur de Clearstream, qu’il accusait d’avoir blanchi de l’argent sale dans deux livres parus en 2001 et 2002 ("Révélation$" et "La boîte noire"), Imad Lahoud a "su très habilement jouer" de la situation.
"Il avait une version à tout", raconte le journaliste, qui reconnaît avoir été "un intermédiaire", mais "sans rôle actif". Imad Lahoud paraissait "super informé". Un jour, "il m’a dit qu’il avait hacké le système de Clearstream", "un truc de dingue".
Mais Denis Robert commence à douter d’Imad Lahoud. C’est alors que ce dernier l’invite chez EADS où il travaille. "Il m’a emmené dans un endroit sécurisé", avec "de vrais hackers". "Je suis ressorti de là, je me suis dit ’putain, c’est peut-être vrai’". (...) Je mets au défi quiconque de dire à ce moment-là que ce type est farfelu", poursuit-il.

"J’ai été assez naïf, voire même stupide"


Même ligne de défense pour Florian Bourges, l’ex-auditeur stagiaire d’Arthur Andersen. Face à l’informaticien Imad Lahoud, "j’ai été assez naïf, voire même stupide", a déclaré Florian Bourges à la barre avant Denis Robert, disant avoir été "manipulé" par lui. "Je n’ai pas eu l’impression de commettre une infraction", a affirmé l’auditeur.
L’ex-stagiaire avait fourni en septembre 2003 des listings bancaires provenant de Clearstream au journaliste Denis Robert. Puis il s’était fait présenter à Imad Lahoud, à qui il les a également transmis. Des listings qui ont ensuite été dénaturés. "Mais je n’avais pas de raison de me méfier", a ajouté Florian Bourges. "Il m’a dit qu’il travaillait pour la DGSE" et faisait "une recherche de financement d’al-Qaïda" dont les fonds étaient censés passer par Clearstream.

"C’est un faux"


Le jeune stagiaire Florian Bourges, qui était alors âgé de 23 ans, était à ce moment là convaincu de répondre à une demande des services d’espionnage français. Il autorise du coup l’informaticien à copier sur une clé USB toute une série de fichiers clients et de fichiers de transaction.
Or ce sont précisément ces documents qui tomberont, quelques mois plus tard, entre les mains du juge Renaud van Ruymbeke. Dans ce laps de temps, ils auront été falsifiés et des noms de personnalités, dont celui de Nicolas Sarkozy, y auront été ajoutés. Ironie du sort, Florian Bourges sera mandaté par le juge pour expertiser les faux listings à l’été 2004. C’est seulement en octobre 2004, après s’être vus déjà deux fois, que l’ex-stagiaire reconnaîtra les fichiers qu’il avait pris chez Clearstream.
"C’est un faux", dit-il alors au juge. "Je pensais que l’affaire se serait arrêtée là", mais "ce fut un déchaînement médiatique..."

Des "manipulations au sein de Clearstream"

Florian Bourges aura travaillé trois mois chez Clearstream. Pendant ces trois mois, il a extrait des données des ordinateurs pour qu’elles soient expertisées par Arthur Andersen. Et il dit avoir "constaté des dysfonctionnements informatiques". C’est pour cette raison qu’il a contacté le journaliste Denis Robert.
Entre "comptes qui n’existaient pas" et transactions antidatées, Florian Bourges est toujours convaincu qu’il y avait des "manipulations au sein de Clearstream" mais "à l’insu de Clearstream". Mais il n’en dira pas plus sur ce point.

http://tempsreel.nouvelobs.com/spec...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite