Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Charles Saint-Prot : « L’attaque contre Ghaza a été un coup de poignard dans le dos de l’UPM »

de : Hassan Moali
mercredi 15 juillet 2009 - 01h44 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

de Hassan Moali

Charles Saint-Prot. Directeur de l’Observateur d’études géopolitiques de Paris

Chercheur à la faculté de droit Paris Descartes et spécialiste du monde arabe et de l’Islam, Charles Saint-Prot est également professeur à l’université ouverte de Catalogne, à Barcelone, dans le cadre du mastère international d’études islamiques et arabes dirigé par Mustapha Chérif. Il a codirigé, avec Zeïna el Tibi, l’ouvrage collectif Quelle union pour quelle Méditerranée ? publié par la collection « Etudes géopolitiques » de l’Observatoire d’études géopolitiques dont il est directeur. Dans cet entretien, il dresse un premier bilan de l’Union pour la Méditerranée, identifie ses dysfonctionnements et souligne la voie à suivre pour optimiser ce processus.

 Une année après son lancement, quel sentiment vous inspire cette Union pour la Méditerranée ? Certains pensent que cela a été juste un dessein personnel du président Sarkozy pour se donner une aura régionale, voire internationale via cette UPM qui fait un peu doublon avec l’Union européenne...

 Tout d’abord, il faut avoir la lucidité de reconnaître que le président Nicolas Sarkozy a eu le mérite de lancer ce projet qui a permis de replacer la Méditerranée au centre des enjeux géopolitiques. En effet, après la chute du mur de Berlin, les pays européens avaient concentré tout leur intérêt sur l’Europe centrale et ils avaient oublié le sud de la Méditerranée, qui est pourtant leur partenaire naturel. Sous l’influence d’une Allemagne marquée par son esprit boutiquier et son désintérêt pour tout ce qui n’est pas son environnement immédiat, le processus de Barcelone ne présentait aucune perspective d’envergure pour le sud de la Méditerranée. Toute différente est l’Union pour la Méditerranée. C’est une grande idée, c’est un projet nécessaire et sa construction est un défi que nous devons relever. Il est clair que le président Sarkozy, qui est un homme qui sait voir loin, a voulu rétablir les équilibres nécessaires entre le nord et le sud de la Méditerranée et engager les pays européens dans une nouvelle forme de coopération avec les pays de la rive sud. Il fallait donc imaginer autre chose de plus égalitaire : un partenariat Nord-Sud. C’est pourquoi nous sommes, heureusement, sortis du processus de Barcelone pour faire autre chose à la fois de plus équilibré et de plus ambitieux.

 Pourtant, il a suffi de l’agression d’Israël sur Ghaza pour que ce processus s’arrête net. Pensez-vous que l’UPM puisse réussir tant que le conflit israélo-palestinien n’est pas réglé ?

 Partisan du projet d’Union pour la Méditerranée, je suis aussi de ceux qui ont dit, dès le début, qu’il ne fait pas confondre volontarisme et irréalisme. La réalité politique ne peut pas être laissée de côté. Cette réalité est dominée par une série de conflits. La crise majeure est naturellement la question de la Palestine.Bien sûr, on aurait pu rêver que l’UPM pourrait servir de cadre pour favoriser la paix au Proche-Orient, c’est-à-dire le retrait israélien de tous les territoires occupés en 1967 et l’instauration d’un Etat palestinien pleinement souverain, mais cela impliquait un véritable désir de paix de la part des dirigeants israéliens. Hélas, tel n’est pas le cas et la scandaleuse attaque israélienne contre Ghaza, fin décembre 2008, a été un véritable coup de poignard dans le dos de l’UPM. Un camouflet ! Pourtant, cela ne signifie pas que l’UPM s’est arrêtée. Il est d’ailleurs notable que ce sont les deux coprésidents de l’union, la France et l’Egypte, qui ont déployé le plus d’efforts pour arrêter le massacre de Ghaza. Pour le reste, si l’UPM ne peut servir de cadre de paix et contribuer à faire avancer le règlement juste et définitif du conflit israélo-arabe, il faudra en tirer les conséquences et, pour éviter toute paralysie, il vaudrait mieux faire avancer les choses selon une géométrie variable, par exemple en travaillant au sein de l’UPM à relancer le dialogue euro-arabe. Cela aurait le mérite d’éviter des ambiguïtés et de permettre une coopération plus équilibrée entre deux grands ensembles : les 27 pays de l’UE et les 22 de la Ligue arabe. En tout cas, la persistance du conflit israélo-arabe ne peut être un prétexte pour ne rien faire et ne pas prendre les décisions innovatrices concernant l’avenir de notre espace euro-méditerranéen.

 Sur le plan structurel, cette Union peine également à installer ses organes exécutifs. N’est-ce pas là une preuve qu’elle a pris un faux départ ?

 Je ne pense pas que l’Union ait pris un faux départ mais elle a été rattrapée par la crise du Proche-Orient, avec l’attaque israélienne contre Ghaza. En outre, elle a été reléguée au second plan par la crise financière internationale qui a conduit les pays à rechercher d’urgence des stratégies de sortie de crise. Enfin, en ce qui concerne plus précisément l’installation des organes exécutifs, il faut bien voir que les rivalités interétatiques et les susceptibilités des uns et des autres ont contribué à freiner le processus. A cet égard, il est indispensable de mettre un terme aux querelles stériles entre certains pays du Sud. Mais le processus a tout de même avancé ; un siège a été trouvé à l’UPM : c’est Barcelone. Une coprésidence franco-égyptienne s’est établie. Le reste va suivre, notamment l’installation du secrétariat. Il faut bien voir que nous sommes en présence d’une construction ambitieuse et fondamentale, cela ne se fera ni facilement ni rapidement, mais ce qui importe est la volonté qui sous-tend le projet. Celui-ci n’est pas en panne, malgré ses imperfections dues à la frilosité de nombreux partenaires européens, non méditerranéens, de la France et, il faut bien le souligner, le manque d’engagement résolu de certains pays du Sud.

 Avec cette coprésidence franco-égyptienne, on a l’impression que l’exemple du couple franco-allemand au sein de l’Union européenne a fait tache d’huile...

 Toute construction politique a besoin de locomotive. Elle doit s’identifier par l’intermédiaire de responsables ou de porte-parole. Surtout, la coprésidence franco-égyptienne traduit bien la volonté de la France de faire en sorte que l’UPM soit un véritable partenariat fondé sur une base égalitaire entre la rive nord et la rive sud. La coprésidence, c’est l’expression d’un projet partagé et solidaire, dans l’égalité des droits et dans le respect mutuel. C’est d’ailleurs tout ce qui manquait à l’ancien processus de Barcelone. Pour ma part, je suis persuadé que le couple franco-égyptien fonctionne d’une façon beaucoup plus sereine, plus confiante et plus franche que le couple franco-allemand. Mais ce couple n’est aucunement exclusif, il est souhaitable que d’autres grands pays s’impliquent, en particulier ceux du Maghreb.

 Le sommet de Paris avait opté pour des partenariats bilatéraux à géométrie variable entre les pays membres pour éviter de forcer des digues politiques. Qu’est-ce que cela change, concrètement, avec le processus de Barcelone ?

 Il faut répéter qu’il y a une différence fondamentale avec le processus de Barcelone. Il y a un changement total. Piloté par l’administration eurocratique de Bruxelles, le processus de Barcelone a été également marqué par tous les défauts de l’Union européenne : bureaucratique, gagne-petit et sans souffle. A vrai dire, dès le départ, le processus de Barcelone était fondé sur de mauvaises bases. Déjà déséquilibré en 1995, alors que l’Union européenne ne comptait que 15 Etats membres, il l’est devenu encore plus quand l’Union européenne a réuni 27 membres pour une petite dizaine de pays du Sud. Le principal vice du processus de Barcelone venait du fait qu’il était déséquilibré et inégalitaire. Les programmes étaient le plus souvent soumis à des conditions politiques ou sociales et à des pressions de toutes sortes de la part des partenaires européens. Enfin, les concessions se sont faites à sens unique, au détriment des pays du Sud : ouverture de leurs marchés aux produits européens mais restriction à l’entrée des produits du Sud dans le marché des pays européens. L’UPM s’inscrit dans un tout autre cadre : plus pratique, plus égalitaire, plus tourné vers des réalisations communes et concrètes, avec une meilleure implication des sociétés civiles, des acteurs économiques, intellectuels, artistiques.

 Beaucoup d’observateurs de la rive sud estiment que l’UPM sert un peu d’instrument politique pour endiguer les flux migratoires vers l’Europe, dans une espèce de coopération à sens unique. Quel est votre commentaire ?

 Ce serait un mauvais procès de réduire l’ambition du projet à cet aspect des choses. Le problème des flux migratoires est un problème auquel nous sommes tous confrontés, aussi bien en Europe que sur la rive sud de la Méditerranée. On assiste maintenant à un flux migratoire vers des pays comme l’Algérie, la Tunisie ou le Maroc. Il est clair que l’intérêt commun des pays du sud de la Méditerranée – je pense surtout aux pays du Maghreb – et de ceux du Nord est d’endiguer ce mouvement. On sait bien que ces flux sont organisés par des mafias, des gens sans scrupules, des « négriers » des temps modernes. Ces flux ne règlent aucun problème et ne font pas reculer la misère. Les solutions à la misère sont ailleurs : elles sont précisément dans des projets communs d’aide au développement, dans des formes renouvelées et originales de coopération Nord-Sud. Les solutions passent aussi par la cessation des crises politiques. Souvent, les candidats à l’exode sont les ressortissants de pays frappés par les crises politiques et les guerres : l’Irak, l’Afghanistan, la Somalie...

 Quel regard peut-on porter sur l’UPM, un an après la grand-messe de Paris ?

 D’abord que la France a été fidèle à une certaine idée d’elle-même en réunissant à Paris tous les riverains de la Méditerranée pour leur proposer de voir loin et de voir grand ensemble. Le meilleur moyen de n’arriver à rien aurait été de rester à ne rien faire et de laisser les autres bâtir l’histoire de demain. Nations européennes et monde arabo-musulman, nous sommes devant un grand défi commun pour construire une intégration régionale qui permettra de fonder un axe euro-arabe, un ordre régional original et une dynamique de partenariat exemplaire. Nous devons être persuadés que nous avons encore un rôle à jouer. Et ce rôle, nous le jouerons d’autant mieux que nous saurons imaginer ensemble une politique de civilisation reposant sur la construction d’un dialogue fécond, faisant de la Méditerranée un nouveau creuset de civilisation. L’UPM est un projet qui s’inscrit dans la perspective d’une politique de civilisation visant à renouer un dialogue constructif entre les grands pôles de nos civilisations voisines et cousines qui sont à la source des hautes valeurs spirituelles, intellectuelles et morales partagées par le christianisme et l’Islam. Cette union est donc une formidable occasion de nous rapprocher pour répondre ensemble aux défis du monde moderne.

http://www.elwatan.com/L-attaque-co...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Charles Saint-Prot : « L’attaque contre Ghaza a été un coup de poignard dans le dos de l’UPM »
15 juillet 2009 - 03h04

Il est sympathique ce "charles saint prot" quand il rappel la grandeur de la france et nous sert son discours a la sauce "rencontre des civilisations". Mais j’ai bien peur pour lui que l’UPM soit destiné à sombrer corps et ames a l’image du "processus de barcelone" qui l’a précédé.

1 l’UPM n’est un "grand projet" que du coté nord de la méditerrannée. Et on peut remarquer le peu de zele manifesté par les dirigeants des pays arabes ainsi que par l’absence de connaissance de ce projet dans leur pays respectifs.

2 l’UPM n’a pas que des amis en europe. Notamment l’allemagne et les pays du nord qui craignent que cela chamboule l’equilibre des puissants européens au profit de la france

3 que tout cela a des relants de projet neocoloniale. et se deroule sur les plates bandes d’organisations deja existantes comme l’union du maghreb arabe.

4 et que s’il restait encore une chance que tout cela fonctionne, sarkozy l’a lui même dynamité en se rangeant sagement derriere l’OTAN et les USA. Imaginons que la france soit resté independante militairement et qu’elle developpe ce projet. La cela aurait eu une toute autre gueule. Et cela aurait meme pu siginifier un gros probleme pour l’union europeenne (tant mieux)

= on a quand meme les gouvernants et les projet que l’on merite...



Charles Saint-Prot : « L’attaque contre Ghaza a été un coup de poignard dans le dos de l’UPM »
9 août 2009 - 08h52 - Posté par AFI

Tout a fait d’accord avec ce commentaire. De toute manère, le projet UPM est mort né et ne pourra jamais aboutir compte tenu de l’attitude actuelle d’Israël.
Le Liban et Gaza où Israël a commis des crimes contre l’humanité ne pourra pas être oublié. Maintenir un camp de concentration à ciel ouvert (le plus grand du monde, continuer a spolier les Palestiniens de leurs terres, à pratiquer une discrimination de facto, ne pourront que contribuer à enterrer le projet UPM et à aviver la tension au Moyen et proche Orient.
Il faut être réaliste du côté Européen !!!!et arrêter de se gargariser avec ce projet UPM.
Tant qu’Israël continuera a bafouer les résolutions Onusiennes prises à son encontre, tant que ce Pays passera outre aux injonctions internationales, il n’y aura pas d’UPM.


Charles Saint-Prot : « L’attaque contre Ghaza a été un coup de poignard dans le dos de l’UPM »
16 juillet 2009 - 00h53 - Posté par Doumé09

Pardon ! Quels efforts ont déployé la France et l’Egypte pour stopper l’agression, le massacre, les humiliations, le blocus perpétrés pas les dirigeants d’Israël sur le peuple palestinien, de Ghaza et de Cisjordanie ? Envoyer des frégates pour stopper un éventuel traffic d’armes qui alimenterait les résistances palestiniennes ?
Poudre aux yeux, miroir aux alouettes, foutaise, foutage de gueule ....







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
TRICASTIN la catastrophe aujourd’hui ou demain
dimanche 19 septembre
de coordination sud est
pub marine nationale
dimanche 19 septembre
de publicis
Qui sont les animateurs de Reinfocovid ?
dimanche 19 septembre
de jean1
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite