Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
1 commentaire
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Quand la classe ouvrière refera de la politique elle reconstruira son salut !


de : La Louve
mardi 30 juin 2009 - 12h34 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires
JPEG - 43.7 ko

de La Louve

J’ai eu la chance il y a peu de temps de pouvoir lire un livre malheureusement épuisé qui a été écrit par un certain Charles Hoareau paru aux éditions Messidor VO Éditions en1992, et qui s’appelle "LA CIOTAT - CHRONIQUE D’UNE RÉBELLION" (pour celles et ceux qui peuvent encore le trouver, je le recommande vivement).

C’est un très beau livre, et pour ceux qui avaient encore du lait au bout du nez - comme moi - au moment des luttes des chantiers navals de la Ciotat, et des créations des premiers comités chômeurs, une vraie leçon d’histoire ouvrière qu’on ne nous donnera plus nulle part.

C’est un livre extrêmement intéressant d’un point de vue politique notamment.

Ça m’ a confirmé une intuition que j’ai depuis pas mal de temps : il y a plusieurs manières de "faire de la politique".

Mais surtout, la bataille politique (la bataille des idées et de l’expression de ces idées), et la solidarité prolétarienne internationale, sont indéniablement les deux mamelles des luttes de la classe prolétarienne.

Il me semble que les réflexions de quelqu’un comme Elie Domota, les enseignements du mouvement du LKP, vont en ce même sens.

Alors il y a façon petit-bourgeois, on "fait de la politique" comme carrière , comme débouché naturel à Sciences Po, comme on va jouer au golf, ou skier à Avoriaz...

C’est une carrière comme une autre, quand on a loupé médecine, ou qu’on n’est pas un grand avocat ou un grand journaliste ("grand" ici veut dire surtout bien sûr riche et reconnu par la bourgeoisie).

Une carrière personnelle et individualiste, où on réserve comme seul rôle politique au prolétariat largement entendu de mettre un bulletin dans l’urne de temps en temps, en général "pour le moins pire", et de coller des affiches , y compris de partis dits "de la classe ouvrière".

C’est un système de délégation de pouvoir sans contrôle du délégant, en plus, qui ne peut pas décider d’interrompre le mandat donné, et sans information, ensuite ,de la classe délégante.

C’est une façon de faire de la politique qui transforme les partis en entreprises où on fait carrière.

Et qui amène forcément à reproduire dans les partis, y compris ouvriers, tous les travers de la démocratie bourgeoise, construite pour appuyer, développer et renforcer le capitalisme.

C’est cette manière là qui a la part belle dans notre société actuelle, en tout cas en France (il me semble, dans beaucoup de pays).

C’est celle qui nous amène invariablement plus de droite dure et de société capitaliste à chaque fois, parce qu’elle éloigne forcément toutes les organisations prétendant représenter la classe des travailleurs de la dite classe, et corrélativement, qui éloigne la dite classe de ce qui prétend être la politique.

C’est cette manière là qui dévie la lutte de classe politique, dans la société civile, dans des luttes partisanes et fractionnelles au sein des syndicats de salariés, qui n’ont qu’à souffrir amèrement de ces combats internes fratricides.

Et puis, à côté de ça, il y a une façon profondément prolétarienne et révolutionnaire qui consiste à faire de la politique comme on construit sa maison, comme on doit nourrir sa famille, comme on assure l’avenir de sa retraite...

c’est à dire par nécessité, par intérêt individuel direct et indirect, et par intérêt de classe aussi, et non pas par jeu, par "plaisir" pur.

Cette façon prolétarienne n’est pas "donnée", elle est à construire, dans le cadre bien particulier d’une société capitaliste, et c’est ce qui fait une des difficultés de nos luttes, il faut à la fois construire l’outil et en même temps, s’en servir.

Parce que l’on pense que les prolos sont la majorité de la société, et que, pourtant, la "démocratie" dont on a hérité de 1789 ne représente plus du tout les intérêts de cette majorité, mais une minorité de nantis et de bourgeois, et que l’on sait que l’on doit participer activement tous ensemble, si on veut sauver sa, notre, peau.

Parce que l’on pense que si on ne se frotte pas à la politique comme organisation et moyen de pouvoir d’une classe, d’une société où domine de fait cette classe, tout ce qui est arraché d’une main à la bourgeoisie par la lutte de classe de terrain est invariablement repris d’une autre main par la même bourgeoisie, au travers des impôts, des lois, des décisions stratégiques...

De cette façon là, on pense que la politique est un prolongement de la lutte des classes qui se déroule à l’usine, au bureau, au magasin, à l’ANPE ( pardon "pôle emploi") à la caisse de retraite...Pour reprendre de nombreux exemples cités dans le livre sur La Ciotat, dans les comités de quartiers, dans les résistances face aux saisies d’huissier aussi.

La politique, telle que nous devons la créer, pour nous, c’est un prolongement nécessaire de la lutte de classe à l’usine ou au bureau.

Un prolongement sans lequel les luttes menées pour arracher des salaires meilleurs, des conditions de travail meilleures, revient souvent à construire un château de carte sur un sable mouvant.

Bien-sûr, quand je dis "une façon prolétarienne" et "une façon petit bourgeois" elle ne tient pas à la nature des personnes, mais à la pratique, aux méthodes et aux objectifs.

Car il arrive( de plus en plus souvent) que des anciens prolos "vendent leur âme au diable" et s’institutionnalisent dans des partis qui deviennent progressivement des partis petits bourgeois ( le déclin du PCF ces deux dernières décennies en est une bonne illustration - mais il n’ ya pas que cela et il faudrait une longue étude pour en parler), et que, au contraire, des petits-bourgeois adoptent une manière et une lutte profondément prolétarienne et révolutionnaire.

Bref.

Si on voit la politique comme ce prolongement nécessaire de la lutte de classe sur le lieu de travail, pour organiser la vie en société "dans la cité", on ne peut qu’y prendre part quand on est salarié, actif ou pas.

Non plus en adhérant nécessairement à des partis, qui s’ils ont été à une époque des moyens en effet à la lutte de classe du prolétariat, ont aujourd’hui presque tout renié (il n’y a qu’à compter les salariés actifs, notamment du privé, qui deviennent en effet député ou sénateur ou dirigeant national de ces partis...).

Non pas, non plus, en tournant le dos radicalement à toute forme de politique.

Mais en se faisant soi même sujet politique actif.

En commençant par décider à titre individuel que nous devons devenir souverain.

Mais en s’organisant, même seulement localement, même en petit nombre, - y compris "en liaison" (mais en indépendance) avec ces "vieux" partis - , mais non pas pour "recréer" un énième parti qui sera au fond calqué sur tous les autres qui existent déjà.

Non.

En s’organisant pour recommencer à créer de l’avenir politique pour le prolétariat, en créant des groupes dont principalement l’objet va être double à savoir réfléchir analyser proposer, dans le but de construire un nouveau projet politique, c’est à dire un nouveau projet de société, et puis, deuxièmement, pour agir en conséquence.

Toute miette de construction politique autonome et de projet de société alternative arrachée à la bourgeoisie et à ses soutiens objectifs est bonne à prendre si elle va dans le sens d’une démocratie réelle.

La politique aujourd’hui c’est avant tout, pour nous, prolétaires, de se rapproprier le droit à la parole et à la proposition sur des tas de sujets qui sortent directement du cadre strict de la lutte de classe en entreprise, mais qui en sont le soutien, le rempart nécessaire.

Ne plus avoir peur de s’inviter aux réunion de partis, d’associations, ne plus avoir peur de prendre la parole devant des soi disant élites, de demander des comptes, de monter sur une caisse dans un parc ou sur une place pour dire tout haut à nos semblables ce que des années de lutte nous ont enseigné.

Ne pas rester dans son coin - même seulement à deux ou trois c’est mieux que tout-e seul-e.

Ne plus s’auto censurer.

Ne pas avoir peur d’écrire et de participer, en se disant qu’on n’écrit pas assez bien français, en se disant qu’on ne connaît pas assez de choses, qu’on n’a pas sa place, pas le droit...

Faire de la politique, pour la classe ouvrière, en luttant contre ce qu’on nous propose aujourd’hui comme seule façon de faire de la politique et qui nous dégoûtre manifestement toutes et tous (60 % d’abstention aux dernières européennes, 40 % d’abstention aux municipales d’Hénin Beaumont...), en luttant contre la propriété privée des moyens de production, en inventant de nouvelles formes de gouvernement par le peuple et pour le peuple, en construisant une nouvelle démocratie, une réelle souveraineté du peuple et notamment de la classe prolétaire, c’est retrouver le chemin de notre dignité et aller vers plus de bonheur.

Quand la classe ouvrière largement entendue refera de la politique, dans ce sens qui lui est propre, pour créer un nouveau projet de société qui réponde à ses intérêts à elle, elle reconstruira progressivement son salut.

D’ici là, elle se condamne à ce que tout ce qu’elle arrache comme victoires d’étapes lui soit implacablement repris, et même plus, par la bourgeoisie.

Le rôle de tout communiste devrait donc être, avant tout, de permettre, par tous moyens, (réformes, organisations de débats publics, soutiens aux révoltes locales...) à ses frères et sœurs prolétaires de s’exprimer, d’obtenir des nouveaux moyens de lutte politique, de faire naître ses idées, de s’organiser, pour que tous les moyens puissent être saisis valablement, et aussi, d’acquérir les connaissances fondamentales aussi qui permettront d’améliorer ainsi le travail entrepris par chacun pour soi en tant que représentant d’une classe...

La bourgeoisie , les propriétaires des capitaux, du Capital, leurs sbirres inféodés, ils doivent nous craindre et nous redouter.

Et pour cela, leur extorquer à la force de plusieurs semaines de grèves, quelques dizaines de milliers d’euros, même si c’est bon car ça évite aux prolos de crever, et que de toute façon c’est un minimum de ce qui nosu est dû, ce n’est plus suffisant car ils intègrent parfaitement ces perspectives dans leurs coûts sans que cela entame de beaucoup leurs profits.

La seule manière de nous faire respecter c’est d’aller faire irruption sur "leur" terrain, ou plutôt celui qu’ils nous ont confisqué, celui de la politique, de la parole publique, c’est de témoigner et de mettre en oeuvre la volonté de devenir SOUVERAINS A LEUR PLACE.

La Louve

http://osemy.blogspot.com



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Quand la classe ouvrière refera de la politique elle reconstruira son salut !
30 juin 2009 - 16h00 - Posté par momo11

Ha,ça ira,ça ira.......momo11



Quand la classe ouvrière refera de la politique elle reconstruira son salut !
2 juillet 2009 - 16h07

je suis d’accord avec cet édito qui expose ce que je m’evertue a faire comprendre tres souvent dans les réunions à l’UL sur le marché ,dans les manifs.

Nous touchons à un élémént clé ,selon moi , du problème.
Le combat politique opposait traditionnellement des capitaines d’industries ,des riches proprietaires aux syndicalistes .
Chacun de son coté du champ de bataille se servait de son experience personnelle ou collective pour tenter de faire prévaloir sa vision de la société.
Chacun avait ses éléments et ses moyens pour convaincre .
Selon leur parcours ,leur charisme on retrouvait ses personnes comme fer de lance de mouvements politiques.
et il y occupaient une place légitime.

Pour la partie qui m’interesse au premier degré ,le monde ouvrier , les leaders avaient un vécu d’ouvrier ,le langage qui va avec ,et la connaissance des preocupations de ceux qu ils representaient.
Ils avaient le soucis d’entrenir leur appareil politique comme ils auraient entretenu leur machine d’usine .
Ils avaient cette conscience de servir une cause ,celle de leurs frères de classe.
ils avaient aussi et surtout cette conscience que "l’outil" syndical ou politique est un bien commun ,qu’ ils n’en avaient pas la propiété mais en étaient les dépositaires pour un temps.et l’effficacité vient de là.
on peut se donner corps et âme si l’on sait que le moment venu on passera le témoin ,plus de calcul pour "la carrière" ,tout pour les camarades tant que l’on a quelque chose a donner ,puis le moment venu laisser la place.et surtout ,surtout acceptons l’idée qu’il n’ y a pas de leader au sens detenteur d’un pouvoir.
il y a des personnalité plus ou moins charismatiques qui seront projetées sur le devant de la scène ,parce que la cause commune le voudra pour un temps mais que ce poste a autant de valeur que celui du camarade qui collera les affiches.
la notion de permanence doit disparaitre syndicalement comme politiquement .

Aujourd hui ,quelle est la composition du paysage politique ?
A droite comme à gauche ,tout est faussé.
On veut nous faire croire qu il y a deux niveaux de lutte différents.
Un niveau où le MEDEF affronte les syndicats et un autre ou les politiques de droite affrontent ceux de gauche.

Duperie ,mascarade..
Grande foire a la tromperie.

Les leaders syndicaux ( je les renvoie tous dos à dos ) sont bien au chaud au creux de leur appareils et jouent un jeu qu on pourrait résumer simplement :
"je m’la joue perso .."
j’utilise mon organisation syndicale comme une menace ,mais concrètement ,je ne fais rien .
quelques apparitions sur les grandes manifs ( et il faut voir en faisant quelle tête ! à croire qu on sent les dessous de bras ... ).
leur role reel serait d ’etre au coeur de toutes les batailles et de se presenter à chaque fois sur les secteurs en lutte !
et qu on ne me dise pas qu ils sont trop occupés.occupés à quoi ?
ils sont mis en place par les travailleurs et doivent lutter à leurs cotés !
s’ils avaient conscience de ce qu’ils sont ,ça serait le cas et de là naitrait une légitimité politique.
mais cela ne les interesse pas .
ils veulent rester sur leur territoire ,leur "chasse-gardée " et laisser la politique aux professionnels de la politique .
Professionnels de la politique ,issus des grandes écoles ,qui se connaissent tous ,se tutoient et choisissent leurs formations politiques en fonction de la place qu il reste plus que par conviction.

or la politique ne peut pas etre admise en tant que profession !

là aussi je renvoie tout le monde dos à dos.
toutes ces guerres de formations à gauche stérilisent le débat face a une droite homogène qui avance sans état d’âme.
et tout ce beau monde reste dans sa sphère ,
s’éloigne des réalités du terrain et en arrive même à ne plus parler notre langage.
utilisant une novlangue qui dénature tout ce qu’elle touche ( tres bien explique par eric Hazan dans LQR et Bertrand Méheust dans la politique de l’oxymore )

A mon sens, devons faire cesser ce système.
nous ,syndicalistes devons propulser ceux qui nous representerons vraiment.

nous n’avons pas a etre aux ordres de nos centrales ,nous devons recreer des solidarités horizontales .
regardons l’exemple des continental ,ce qui a été fait est la réponse .
cette solidarité entre ouvriers qui se deplaçaient dans leur région ,sur les lieux de conflits pour se soutenir mutuellement sans distinction d’entreprise et sans attendre la presence ou l’intervention des dirigeants des différentes centrales syndicales, heureusement d’ailleurs car ils ont brillé par leur absence !
nous devons tendre vers cet objectif de lutte.
ce faisant nous creerons une nouvelle force syndicale d’ou nous dégagerons nos vrais représentants ,et ces représentants ,en fonction de leurs aptitudes nous les aménerons sur le terrain politique au sein de partis ( ou formations ou le nom que vous voudrez ...) qui nous représenterons vraiment car ils seront issue
d’ une réelle expression du peuple.

n’ayons plus peur des mots

n’ayons plus peur de ce que nous sommes

il faut nous réapproprier la politique ,par la communication horizontale entre travailleurs ,par l’occupation du terrain ,par l’information des masses ,
par le refus d’élites artificielles.

nous devons appliquer syndicalement et politiquement la consultation populaire.

vaste chantier n’est ce pas ?

oui . je sais.

c est pourquoi il faut commencer tout de suite .

Makhno



Quand la classe ouvrière refera de la politique elle reconstruira son salut !
6 juillet 2009 - 10h13

Dépêchez vous. Il ne reste qu’un bouquin sur le site.

http://dh.search.ke.voila.fr/r?url=...

G.L.



Quand la classe ouvrière refera de la politique elle reconstruira son salut !
6 juillet 2009 - 10h20



Radio praxis : C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 4 - 05h59
de : Hdm
Affaire « Bismuth » : Nicolas Sarkozy est condamné pour corruption
mercredi 3 - 16h03
de : joclaude
La députée irlandaise Claire Daly a décidé de protéger la Russie d’un flot d’accusations ridicules
mercredi 3 - 15h12
de : joclaude
1 commentaire
L’hégémonie culturelle selon Gramsci Par Aurélien Berthier
mercredi 3 - 09h28
de : Roberto Ferrario
« Je ne veux pas mourir, mais vu la situation, ils ne me laissent pas le choix »
mardi 2 - 21h24
de : jean1
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 - 17h03
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Une claque au lieu de deux pour les chômeurs
mardi 2 - 15h53
Vive la Chine Populaire et son Parti Communiste
mardi 2 - 10h20
de : Hervé Fuyet
3 commentaires
Sursauts en provocations des Etats-Unis sur la Syrie et l’Irak
lundi 1er - 17h41
de : joclaude
1 commentaire
Solidarité avec Dimitris Koufontinas
lundi 1er - 16h59
de : Secrétariat du Secours Rouge International
"Modèle" chinois ? Il semble bien que soient chez nous seulement les fermes à 1000 vaches et aux 3000 cochons !
lundi 1er - 12h06
de : joclaude
2 commentaires
Et vive ce monde multipolaire anti-impérialiste
lundi 1er - 11h34
de : joclaude
2 commentaires
Paris. Ce 2 mars, rassemblement de soutien aux travailleurs de l’Infrapôle en lutte !
dimanche 28 - 16h19
de : jean1
Xi Jinping déclare la Chine exempte de pauvreté absolue…
samedi 27 - 17h54
de : joclaude
Comprendre le confinement de Dunkerque : 350 soldats américains viennent d’y débarquer !
vendredi 26 - 19h13
de : André
1 commentaire
Le péril facho-centriste : C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 26 - 19h08
de : Hdm
Islamo-gauchisme : bêtise politicienne et aveuglement universitaire
vendredi 26 - 15h36
de : joclaude
1 commentaire
Vaccin Cubain : l’Humain d’abord ! Nous ne sommes pas une multinationale !
vendredi 26 - 14h40
de : joclaude
1 commentaire
Texas : vague de froid + peur du socialisme = chaos
vendredi 26 - 11h12
"Semaine morte" des Vies Scolaires à partir du 22 mars | Communiqué de presse
jeudi 25 - 22h31
de : Coordination Nationale des Collectifs d’AED
France : Troisième appel de mobilisation contre la réintoxication du monde
mercredi 24 - 21h31
de : jean1
1 commentaire
L’OMS n’a rien vu à Wuhan
mercredi 24 - 21h02
de : Pangolin Malencontreusement Offensé (PMO)
Bravo à Cédric Herrou et à sa famille pour le lien ci-dessous.
mercredi 24 - 19h21
de : jean1
Venezuela : L’Union Européenne sanctionne 19 fonctionnaires alors que l’ONU demande la levée des sanctions ?
mercredi 24 - 16h49
de : joclaude
2 commentaires
COVID-19 : Vaccin Cubain Soberana 02, porteur d’espoir !
mercredi 24 - 16h29
de : joclaude
2 commentaires
Dixit Macron : les impôt n’augmenteront pas, et puis les taxes c’est pas des impôts !
mercredi 24 - 16h18
de : joclaude
Essai : faire sauter la banque
mardi 23 - 18h50
de : jean1
Ca chauffe grave chez #Info’Com-CGT !!!
mardi 23 - 18h03
de : Stéphane Paturey et Olivier Blandin (anciens secrétaires du syndicat)
François Ruffin, COVID-19 : Un vaccin pour le bien public !
mardi 23 - 17h36
de : joclaude
Coup de poker d’Uber pour imposer son modèle à l’Europe
mardi 23 - 15h17
Bataille dans le CAC40 à coups de milliards au-dessus de nos têtes !
mardi 23 - 10h58
de : joclaude
Procès Farida C. infirmière en colère !
mardi 23 - 10h31
de : joclaude
Recommandation sur les propos de Frédérique Vidal annonçant demander une enquête sur l’islamo-gauchisme à l’Université
mardi 23 - 00h12
de : CS de l’InSHS
Italie, Rome : 22 févr. 1980 Valerio Verbano était assassiné (video)
lundi 22 - 18h15
de : Roberto Ferrario
Communiqué CGT : une loi scélérate pour les travailleurs !
lundi 22 - 16h42
de : joclaude
1 commentaire
demandons votre vigilance quant à la véracité de vos sources avant de publier vos articles : la communauté tamoule de Fr
lundi 22 - 13h11
de : TGTE media France
Petite fête du livre de Noir et Rouge
lundi 22 - 12h38
de : Frank
Jérôme Rodrigues Gilet Jaune :la réalité d’une police politique et non de Droit !
dimanche 21 - 17h05
de : joclaude
Covid-19 : Cuba en alerte suite à l’augmentation soutenue des infections 21 Février 2021
dimanche 21 - 15h39
de : nazairien
1 commentaire
En hommage aux héros de l’Affiche Rouge
dimanche 21 - 08h58
de : UJFP
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
1 commentaire
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite
Ca chauffe grave chez #Info’Com-CGT !!!
mardi 23 février
de Stéphane Paturey et Olivier Blandin (anciens secrétaires du syndicat)
Lettre ouverte à #RomainAltmann, secrétaire général d’#Info’Com-CGT Directement, sans contour, permets-nous de trouver ton commentaire hallucinant ! Comme à l’accoutumée, des généralités mais jamais de fond. Ce sens perpétuel du raccourci passe peut-être devant une commission exécutive (CE)… beaucoup moins lorsque des camarades apprennent les méthodes, les mensonges et les calomnies que tu couvres dans notre syndicat. Ce n’est pas digne d’une direction (...)
Lire la suite
Lettre ouverte au secrétariat Info’Com-CGT
mercredi 3 février
de Sidi Boussetta
2 commentaires
Au secrétariat Info’Com-CGT Vous êtes venu me chercher il y a 4 ans suite à cet article dans l’Humanité car vous "aviez besoin de militants". Par conviction, j’ai lâché le CDI et l’appartement qui m’attendaient à Nantes. J’ai fait ça pour rejoindre vos rangs. Vous m’avez proposé un emploi au Journal Officiel. Vous avez fait des réunions pour proposer mon nom comme futur CDI au Journal officiel. Suite à un "refus", vous m’aviez dit que le (...)
Lire la suite
Discrimination "anti-syndicale" à Info’Com-CGT finalement dénoncée dans un livre...
mercredi 27 janvier
4 commentaires
NDLR de Bellaciao : le (nous) employé par Mickaël Wamen fait référence aux (punitions) infligées par InfoCom-CGT à trois camarades : 15 jours de suppression de salaire pour Mickaël Wamen et pour Sidi Boussetta (actuellement Secrétaire adjoint UL CGT Blois) et non renouvellement (licenciement) du contrat de travail de Mickaël, Sidi et de Roberto Ferrario (membre fondateur du site Bellaciao.org) pour avoir exprimé leur désaccord avec ces méthodes discriminatoires... Au royaume de la CGT. La (...)
Lire la suite
ON A BRÛLÉ DES PNEUS ET ON EN EST FIERS ....
vendredi 22 janvier
de Un ex du pneu
1 commentaire
Où peut être la fierté de pouvoir annoncer ne pas avoir lutté et avoir permis en un temps record la fermeture d’une usine ? Les seuls qui peuvent aujourd’hui s’en féliciter sont les patrons de Bridgestone mais aussi les acteurs politiques qui gravitent autour du dossier et un avocat payé à 100% par le tôlier qui était donc celui du tôlier et non des salariés ... Jamais dans l’histoire une usine de cette taille n’aura été fermée aussi rapidement, si il y a un (...)
Lire la suite
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite