Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

NO G8 : Appel à un contre-sommet offensif

de : nog8 france
mardi 23 juin 2009 - 05h46 - Signaler aux modérateurs
9 commentaires
JPEG - 16.9 ko

http://nog8france.blogspot.com/

Les puissants de ce monde se réuniront ostensiblement cette année à l’occasion du G8 de L’Aquila (Italie), ville sinistrée, du 8 au 10 juillet 2009. À cette occasion se rassembleront des milliers de militants de toute la planète. Le contre-sommet qui aura lieu est depuis le départ en butte aux manigances du pouvoir italien, qui s’est amusé à éparpiller le G8 en une série de sommets à travers toute l’Italie afin de diviser et de sectoriser à chaque fois les manifestations, et de les éloigner du lieu central du G8 à L’Aquila. D’autre part, le déplacement dans cette ville du G8, initialement prévu en Sardaigne, a occasionné des retards dans l’organisation des collectifs anti-G8, et risque de poser des problèmes sur le terrain, la population de L’Aquila étant soigneusement entretenue dans la terreur des hordes anarcho-autonomes internationales.

L’exceptionnalité d’un tel événement réside dans l’ampleur numérique des forces en présence plutôt que dans la nature de la réunion des chefs d’Etat. La réunion des chefs d’Etat lors d’un G8 attire sur elle tous les regards, et c’est d’ailleurs sa vocation, afficher spectaculairement l’image de la concorde et de l’harmonie qui règne au sein du pouvoir. Les G8 ne sont pas les clefs économiques de la domination, mais son expression spectaculaire. Ce sont de puissants artifices de propagande, affirmant le règne sans fin de la marchandise, ainsi que sa grande bienveillance. (Ainsi Berlusconi, en grand seigneur, a déplacé le G8 à l’Aquila pour affecter l’argent économisé par ce transfert à la réparation de la ville. Tout refleurit sur le chemin de ces êtres incomparables) Leur absence serait tout à fait tolérable pour le capitalisme, mais leur destruction par des foules en furie devient une cuisante défaite. Depuis que les G8 sont devenus des terrains d’affrontement social, leurs enjeux ont subi une mutation. Il ne s’agit plus de faire le plus beau spectacle mais de savoir s’il aura lieu. Les policier sont les acteurs de ce nouveau show : les puissants parviendront-ils à se réunir tranquillement ? Dès lors que la police rencontre une résistance, n’est plus en mesure de faire preuve de son infaillibilité, l’image de la puissance devient plus incertaine.

Ce genre d’événement n’appelle pas de revendications, car il serait absurde de réclamer au pouvoir son autodissolution. Nous devons nous placer dans une logique d’affrontement et gagner des positions par nous même. Si le pouvoir craint tant les mouvements sans revendications affichées, s’efforce tant de propulser à la tête des mouvements des négociateurs professionnels, c’est qu’il sait très bien que derrière ce genre de silence se cache sa liquidation définitive. Il n’est par contre pas inutile de rappeler que nous haïssons l’exploitation sous toutes ses formes, et les dispositifs qu’elle génère pour se maintenir, qui sont sa production essentielle. La dernière camelote en date que les Etats essaient de fourguer à leur électeurs, l’antiterrorisme, mérite d’être citée car elle occupera une place d’honneur au cours de ce G8, à la fois dans les tractations entre les chefs d’Etat et en tant qu’application pratique contre les manifestants anti-G8.

Les contre-sommets sont depuis environ une décennie le lieu d’une nouvelle pratique politique quasiment entièrement séparée des formes de contestation locales, les luttes se hissant à un niveau abstraitement international. Le mouvement altermondialiste dans ses variantes plus ou moins radicales a la fâcheuse tendance à limiter son action politique à des interventions spectaculaires à l’occasion des contre-sommets, faisant de ces manifestations des hauts lieux de la fausse conscience. Tant que les contre-sommets ne seront pas inscrits dans une trame révolutionnaire, comme une bataille parmi d’autres, la version médiatique, qui confond la destruction ponctuelle de l’image avec la destruction de la puissance, l’emportera sur la version révolutionnaire. Et l’on s’acheminera alors un peu plus vers des simulacres de contestation, dont les destructions prévues et tolérées par la police ne sont pas le moindre des aspects. (Ainsi, Berlusconi a expliqué goguenard que L’Aquila était le site parfait pour un G8, puisque les manifestants n’auraient rien à y détruire – on voit bien là la terreur que lui inspirent les manifestants) Nous ne nous battons pas contre la mondialisation néolibérale, l’affaiblissement du pouvoir des Etats nationaux face aux institutions supranationales et aux multinationales, ni contre l’hégémonie de quelques Etats sur tous les autres, mais contre le pouvoir lui-même, dont ces différents points contestés ne sont que ses mutations du moment. Nous ne voulons pas jouer le jeu du spectacle de la fausse contestation mais faire de ce contre-sommet un moment concret de l’offensive contre le pouvoir séparé. Nous ne voulons pas nous droguer d’un semblant de contestation radicale, d’un ersatz d’émeute dans un décor exotique, mais nous lancer à l’assaut du ciel capitaliste. BRISONS L’IMAGE DE LEUR PUISSANCE.

Leur puissance ne disparaîtra certainement pas suite à la profanation de son image, mais elle en ressortira érodée. C’est pourquoi nous ne devons pas nous contenter de pratiquer une iconoclastie virulente, mais également la destruction concrète du pouvoir là où il se trouve. S’il est parfaitement normal de vouloir saboter le G8, n’oublions pas que ce qui prime avant tout est la réunion massive de manifestants occasionnée par cet événement et la force qu’elle nous confère, ainsi que la quantité impressionnante de forces de police déployées à notre intention. Nos possibilités de lutte sont alors considérables, et ne se limitent ni au sabotage de la réunion des puissants, ni même à la résistance contre la police.

Mettre le pouvoir en difficulté sur des points localisés est un efficace moyen de propagande révolutionnaire. Le péril matériel à petite échelle (une grève, une émeute), devient un péril politique à grande échelle. Détruire une marchandise, un barrage policier, mettre en faillite une entreprise, ne perturbent certes que d’une manière minime le pouvoir économique, mais ils sont une grave atteinte à son image d’infaillibilité, car ils montrent le chemin à suivre pour le détruire totalement, et caractérisent explicitement l’ennemi à abattre dans ses différentes dimensions : l’oppression marchande, policière, etc. Le capital tirant sa force de notre exploitation, il faut bien montrer qu’il n’y a pas de séparation entre ce qui nous opprime et ce dont le capital tire sa force. Lorsque l’on se bat contre la police ou que l’on s’attaque aux marchandises et aux banques, ce n’est pas parce que l’on est des étudiants très en colère contre la LRU. Ce que l’on détruit se place au premier rang de ce que l’on déteste, et sert également de rempart aux autres réalités que nous souhaitons abattre. A l’occasion d’un événement tel que le G8, le coeur de l’oppression est tout autant dans les forces périphériques assurant la sécurité du coeur officiel que dans ce coeur lui même (le noyau de l’oppression restant évidemment la propriété privée ou étatique). Seuls les médiatiques et les médiatisés s’imaginent que le coeur du pouvoir est une image.

Dans chaque moment de révolte, à chaque fois que nous sommes en mesure de créer des zones d’autonomie temporaire, nous cherchons la conquête effective du pouvoir, c’est à dire sa liquidation en tant que pouvoir séparé, et la reprise en main collective de notre destin et de notre vie par l’instauration d’une démocratie directe dans tous les domaines de notre existence. En luttant ensemble, nous créons d’autres rapports sociaux, d’autres manières de se rencontrer. La destruction de l’ennemi nécessite déjà que nous édifiions à cette fin une autre économie, une autre organisation, que nous éprouvions notre puissance en vue de la recouvrer.

Pour qu’une telle expérience soit autre chose qu’un défouloir séparé des rythmes habituels de la contestation, il faut qu’elle ait des répercussions sur l’organisation des forces révolutionnaires dans les différents pays, et notamment qu’elle modifie les rythmes ordinaires. Ce doit être le lieu d’une mise en commun des idées et des expériences,la première forme d’une démocratie émeutière. Pour résumer, ce doit être la négation effective des frontières, la reconstitution physique du prolétariat international.

C’EST POURQUOI DES MAINTENANT NOUS APPELONS :

 A participer massivement à ce contre-sommet
 A ce que se développe, s’étende et se structure la pratique des précédents contre-sommets dans ce qu’elle a de plus dialectique
 A ce que s’organisent partout en Europe les différents groupes radicaux désirant en découdre avec le pouvoir, sur la base d’une confiance mutuelle
 Au développement matériel des stratégies de défense contre la police : plus nous lui résisteront, moins elle réfrénera sa violence, plus notre défense devra se renforcer. Les techniques de défense et celles plus dialectiques ne doivent plus être séparées mais combinées à des fins tactiques.
 A ce que chacun prenne la mesure des risques encourus et se prépare à les assumer.
 A la permanence de la lutte, à la généralisation de ce type de combat.

Mais au delà de ces nécessités évidentes, une motivation prime sur toutes les autres : le plaisir est révolutionnaire

http://nog8france.blogspot.com/


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
NO G8 : Appel à un contre-sommet offensif
23 juin 2009 - 16h10 - Posté par Chien Gué

Le G8 en Italie ? Pourvu que ça ne tourne pas comme à Bolzanetto !

Dossier anti G8 ici ...



NO G8 : Appel à un contre-sommet offensif
3 juillet 2009 - 15h28 - Posté par choquelle

salut j espere aussi que ce ne sera pas comme a l ecole diaz !!
as tu des plans pour l hebergement ?
j y vais avec mes enfants


NO G8 : Appel à un contre-sommet offensif
24 juin 2009 - 14h31 - Posté par maestra

Quelqu’un aurait-il des informations sur le lieu où s’organisera le contre sommet ? Je me demande s’il y a un camp ou des bâtiments occupés pour accueillir les personnes venant participer aux manifestations.

Merci



NO G8 : Appel à un contre-sommet offensif
25 juin 2009 - 22h42 - Posté par Sparfell

Est ce que vous avez des sites qui donnent des renseignements et notamment à propos des moyens de se rendre sur cette île (covoiturage, voyages en groupe etc)


NO G8 : Appel à un contre-sommet offensif
3 juillet 2009 - 15h38 - Posté par choquelle

ce n est plus sur l ile de la maddalena sauf peut etre 1 manif samedi
prendre le bateau jusqu a olbia la manif est sans doute a olbia
en italie ce sera a rome et a l aquila
bonne route


NO G8 : Appel à un contre-sommet offensif
1er juillet 2009 - 23h52 - Posté par janew

bonjour
le g8 a lieu du 7 au 10 juillet, à Rome puis à l’aquila. QUELQU’UN AURAIT IL UN PLAN POUR Y PARTIR CE WEK END (DIMANCHE, LUNDI MATIN O PLUS TARD) DEPUIS PARIS OU DEPUIS LYON ????? merci


NO G8 : Appel à un contre-sommet offensif
3 juillet 2009 - 15h50 - Posté par choquelle

pas de plan
j ai lu qu il valait mieux ne pas etre trop voyants pour ne pas se faire repérer
je passe par toulon puis bateau de nuit pour civittavecca le port de rome
ou est le rendez vous pour les manifs a rome ?
manif le 10 a l aquila gare paganica
a bientot !!


NO G8 : Appel à un contre-sommet offensif
3 juillet 2009 - 15h59 - Posté par

héhé, c’est bien, tu es discrèté, contrairement aux conseils de certains :

Quelqu’un que ne vous connaissez pas bien, faites-lui confiance

 !!!!

 ???

http://bellaciao.org/fr/spip.php?ar...


NO G8 : Appel à un contre-sommet offensif
3 juillet 2009 - 15h33 - Posté par choquelle

je n ai pas d info non plus
les organisateurs feront le maximum sur place
ils n ont pas eu trop de temps le g8 ayant changé de place et les reunions des grands se faisant partout
reste a faire confiance aux camarades !!et a la chance !!!






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite