Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Olivier Besancenot revendique le droit à "vivre tranquillement sa vie" sans être jugé par son parti

de : Caroline Monnot
mardi 10 août 2004 - 16h41 - Signaler aux modérateurs
6 commentaires

de Caroline Monnot

Dans la revue "Contretemps" à paraître en septembre, le porte-parole de la LCR exprime des regrets sur son "activisme" passé et évoque la "souffrance" de son engagement politique.

C’est l’amorce d’une réflexion sur la culture "Ligue" (comprenez la LCR) et, plus généralement, sur les modalités de l’engagement politique. Le propos, parfois critique, étonne d’autant plus qu’il émane d’un des porte-parole de la formation trotskiste, Olivier Besancenot. Cette réflexion est lancée alors que l’université d’été de la LCR s’ouvrira à Port-Leucate (Pyrénées-Orientales) fin août.

Dans le numéro à paraître de la revue Contretemps (n° 11, septembre 2004, Editions Textuel, 19 € ), M. Besancenot a accordé un long entretien au sociologue Philippe Corcuff - coanimateur de la revue avec Daniel Bensaïd, tous deux étant membres de la LCR - sur la "question individualiste" et la place de la personne dans les organisations militantes.

Sur ce sujet, l’ancien candidat à la présidentielle estime visiblement que la révolution culturelle n’a pas été suffisamment poussée dans son parti, ou qu’au moins toutes les conséquences n’en ont pas été tirées dans la prise de distance avec le modèle du "révolutionnaire professionnel". "Il y a un écart dans le type d’engagement des années 60-70 que je n’ai pas connu et le type d’engagement que je vis personnellement avec les répercussions que cela a dans le fonctionnement actuel de la LCR", observe-t-il.

"Aujourd’hui, nous ne sacrifions pas à un engagement quelconque l’ensemble de notre vie personnelle ou même professionnelle", poursuit-il. Et d’ajouter : "Il y a là quelque chose de générationnel qui n’est pas débattu. Et l’idée d’en discuter me paraît importante(...). La question de l’individu, elle est présente. (...) Si tu ne l’as pas comme point de départ et comme perspective, tu n’es pas crédible."

Pour M. Besancenot, le terrain de l’individualité ne doit pas être abandonné au néocapitalisme. Puisant sur ce sujet dans "la critique libertaire", il estime que "certaines discussions devraient pouvoir être menées entre tous dans le mouvement social et donc avec les libertaires (...). Il faut montrer que le camp de l’individu, au sens de l’épanouissement individuel, est du côté de l’émancipation sociale."

Au fil de l’évocation de son expérience personnelle, le jeune facteur laisse filtrer quelques confidences imprévues. Ainsi, abordant "l’activisme", qui "implique une telle exigence de sacrifice que cela effraie les autres, dont tu finis par te détacher", il indique : " J’ai moi-même donné dans l’activisme étudiant comme un con. Aujourd’hui je le regrette." Et il ajoute : "J’aimerais retourner un jour - je le ferai d’ailleurs une année - à la fac pour pouvoir me poser sur les bancs d’un amphi, aller en bibliothèque, pour étudier simplement, pour prendre du temps pour moi."

S’agissant de son rôle de porte-parole, il revient à plusieurs reprises sur des "incompréhensions", les tensions entre l’individu Besancenot et le "nous" de l’organisation. "Porter une parole collective ou incarner une représentation publique, c’est se faire violence, c’est une souffrance. En tout cas, c’est comme cela que je le vis", affirme-t-il.

"DU RÉCONFORT AU BOULOT"

Il égratigne au passage "la culture un peu élitiste de la Ligue", où l’on n’a parfois "pas compris" sa présence à l’émission "Les Grosses Têtes" de Philippe Bouvard. "C’est une émission que je revendique à 200 %. Curieusement, c’est l’une des rares émissions où j’ai pu vraiment discuter du fond, du contenu", indique-t-il.

Le porte-parole de la LCR, très attaché à son travail de postier -"une garantie par rapport à la médiatisation et face au problème de représentation politique"-, confie : "L’accueil est souvent plus chaleureux au boulot que dans les cercles militants, dans les bons comme dans les mauvais moments (...). Dans les univers militants, les rapports entre les individus ne sont pas toujours les plus épanouissants et les plus sympas. Alors qu’au boulot, paradoxalement, où les rapports peuvent être plus tendus, où il y a de la violence sociale, j’ai trouvé du réconfort, y compris dans les plus mauvais moments."

Interrogé sur sa récente paternité, sur la manière de concilier sa vie personnelle avec son rôle de militant actif et de porte-parole politique, M. Besancenot reconnaît que "cela peut provoquer des tensions". "Il y a ma vie privée, il y a ma vie professionnelle et ma vie politique. Ce n’est pas un tiers chacun. Cela ne se passe pas comme cela", souligne-t-il. "Même si la politique rentre dans ta vie privée, tu as quelque chose comme un droit à la protection." Et de conclure : "Dans ma génération, cela fait partie des questions que l’on se pose. On demande à pouvoir vivre tranquillement sa vie sans que le parti se permette de la juger dans un sens comme dans un autre (...). Au bout d’un moment, tu as une part purement intime. Et je pense que c’est quelque chose d’essentiel."

Pour M. Besancenot, "il est exclu que la Ligue fasse -avec lui- ce que LO a fait avec Arlette". Et de prévenir : "Je ne veux même pas imaginer que je puisse être le porte-parole de la LCR durant les trente prochaines années. Je sais que je ne le ferai pas."

http://www.lemonde.fr/web/recherche...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
> Olivier Besancenot revendique le droit à "vivre tranquillement sa vie" sans être jugé par son parti
11 août 2004 - 20h33

Et maintenant on a droit aux états d’ames des dirigeants de la LCR ! ! ! ! On aura tout vu.

Nelson



> Olivier Besancenot revendique le droit à "vivre tranquillement sa vie" sans être jugé par son parti
12 août 2004 - 00h10 - Posté par

Plaisanterie mise à part, je suis assez touché par ce qu’il dit...
C’est trés dur en tant qu’individu d’affronter le mur militant.

Zedrx.


> Olivier Besancenot revendique le droit à "vivre tranquillement sa vie" sans être jugé par son parti
12 août 2004 - 09h08 - Posté par

C’est exact mais il s’agit d’un choix volontaire... personne ne l’a obligé et il peut à tout moment tirer sa révérance.


> Olivier Besancenot revendique le droit à "vivre tranquillement sa vie" sans être jugé par son parti
13 août 2004 - 23h52 - Posté par

degres zero de la reflexion nelson t’es un gros nul patrice


> Olivier Besancenot revendique le droit à "vivre tranquillement sa vie" sans être jugé par son parti
13 août 2004 - 04h53

Pourquoi rendre publique sa vie privée ? Pour faire parler de soi ? Gaffe Olivier, la putasserie te guette...



> Olivier Besancenot revendique le droit à "vivre tranquillement sa vie" sans être jugé par son parti
13 août 2004 - 23h49

oui c’est dur d’etre militant et d’essayer de faire bouger les choses ! au moins olivier aurat fait sa part c’est pas comme tout ces blases revenu de tout et surtout de rien







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite
France : menace claire de coup d’État militaire imminent
lundi 26 avril
de Roberto Ferrario
Ainsi se termine la déclaration d’un groupe des militaires des Force des Armées françaises : “Par contre, si rien n’est entrepris, le laxisme continuera à se répandre inexorablement dans la société, provoquant au final une explosion et l’intervention de nos camarades d’active dans une mission périlleuse de protection de nos valeurs civilisationnelles et de sauvegarde de nos compatriotes sur le territoire national. On le voit, il n’est plus temps de (...)
Lire la suite