Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Jaurès et la paix Testament pour un siècle

de : Pierre Laurent
samedi 31 juillet 2004 - 05h56 - Signaler aux modérateurs

Pierre Laurent

Assassiné il y a tout juste quatre-vingt-dix ans, Jean Jaurès avait l’horreur de la guerre chevillée au corps. Le combat pour la paix est un des grands combats du siècle traversé par l’Humanité. Dix textes pour en témoigner.

Quand, le 31 juillet 1914, Jean Jaurès s’effondre sur la table du Café de Croissant à laquelle il est attablé, les deux balles du revolver de Raoul Villain enfoncées dans le crâne, la paix n’a plus que quelques jours à vivre. Pourtant, le matin même, l’Humanité a publié un article de son directeur titré " Sang-froid nécessaire " dans lequel Jaurès appelle une nouvelle fois à résister : " Le péril est grand, mais il n’est pas invincible [.] . Ce qui importe avant tout, c’est la continuation. " L’inquiétude de cet inlassable combattant a grandi encore dans la journée. Après son dîner au Café du Croissant, il compte retourner dicter un nouvel article qu’il veut " décisif ", ainsi que Michel Vovelle l’a raconté dans un article poignant publié dans nos colonnes en avril dernier (1).

Contre la guerre, Jean Jaurès n’aura en vérité jamais désarmé. Durant les dix années où il dirige la destinée de l’Humanité, il consacre plusieurs dizaines d’articles par an à cette seule cause. Son acharnement se manifeste bien avant la fondation de l’Humanité. En novembre 1898, on peut lire par exemple dans la Petite République (2) cette mise en garde du député socialiste : " Si la guerre éclate, elle sera terrible et vaste. Pour la première fois, il y aura une guerre universelle mettant aux prises tous les continents ; l’expansion capitaliste a élargi le champ de bataille ; c’est toute la planète qui sera rougie du sang des hommes. " Mais la création du journal lui offre une tribune qui décuple la portée de ses appels.

En juillet 1905, alors que la France et l’Allemagne sont de nouveau au bord de l’affrontement, Jean Jaurès entend prononcer à Berlin, invité par les socialistes allemands dans un grand meeting, un important discours intitulé " La paix et le socialisme ". Il en est interdit par le chancelier de l’Empire (voir page 5). Le discours est publié le même jour, le 9 juillet 1905, en Allemagne par le journal Vorwaerts, en France par l’Humanité. Ce texte est long plaidoyer pour la " vigilance internationale " du prolétariat face à la précarité et à la fragilité de la paix.

Même après guerre, la boucherie pourtant avérée, le combat de Jean Jaurès ne lui sera pas pardonné par les tenants du conflit. L’épisode le plus significatif à cet égard est bien évidemment le procès de son assassin Raoul Villain. L’homme n’est jugé qu’en mars 1919. Il a passé la guerre en prison, cinquante-six mois de détention préventive au total. Lors de son procès, la culpabilité est reconnue, les faits revendiqués par l’accusé, la préméditation établie (le revolver a été acheté la veille du meurtre). Mais Villain est blanchi, acquitté, lavé de toute accusation. Les motifs politiques de ce déni de justice sont clairement avancés dans la plaidoirie de maître Zévaès, l’avocat de Villain. " Si vous condamnez Villain, a-t-il plaidé, cela voudra dire que vous approuvez la doctrine socialiste et sa politique d’avant-guerre. ". Difficile d’être plus clair. Mais Zévaès en rajoute. Comme si l’épouvantail du socialisme ne suffisait pas, il fait aussi appel à la peur du bolchevisme, lisant un article publié dans l’Humanité quelque temps auparavant et qui relatait la cérémonie d’inauguration d’une statue Jaurès à Moscou au cours de laquelle Lénine célébrait le chef socialiste.

Au lendemain de ce verdict, le 30 mars, Marcel Cachin dénonce à la une de l’Humanité la décision rendue (" un défi jeté par quelques bourgeois aveugles à tout un peuple de travailleurs "). Les 5 000 mineurs de Carmaux se mettent en grève. L’indignation grandit dans le monde ouvrier. Trois cent mille manifestants battent le pavé parisien le 6 avril pour dire leur colère.

Cinq ans plus tard, justice sera enfin rendue à Jaurès avec le transfert de ses cendres au Panthéon en 1924. Mais l’héritage pacifiste de Jaurès est déjà le patrimoine de l’humanité. Tout au long de son histoire, le journal en portera témoignage. À chaque fois que le monde verra grandir les menaces de la guerre, le journal fondé par Jaurès va répondre présent. Les quelques textes, de Jaurès à Chirine Ebadi, tout dernier prix Nobel de la paix, que nous publions aujourd’hui en hommage au testament d’humanité et de paix que nous légua Jaurès sont en quelque sorte des balises, des points de repère dans l’histoire d’un combat qui n’a jamais cessé tout au long du XXe siècle et qui, malheureusement, reste d’une brûlante actualité en ce début de XXIe siècle avec la guerre en Irak.

Dans ces textes, et chaque fois dans des contextes différents, leurs auteurs se montrent d’une étonnante lucidité sur le danger qui menace, mais chaque fois disent aussi leur espoir, leur conviction dans l’action. Jean Jaurès n’a jamais renoncé. Nous n’oublions pas ce qu’il écrivait le 31 juillet 1914, quelques heures avant sa mort. " C’est à l’intelligence du peuple, c’est à sa pensée que nous devons aujourd’hui faire appel si nous voulons qu’il puisse rester maître de soi, refouler les paniques, dominer les énervements et surveiller la marche des hommes et des choses, pour écarter de la race humaine l’horreur de la guerre. "

http://www.humanite.presse.fr/journ...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite