Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Critique de la critique du Che de Soderbergh

de : Emrah KAYNAK
jeudi 30 avril 2009 - 14h10 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 50 ko

de Emrah KAYNAK

Le diptyque de Steven Soderbergh consacré à Ernesto Che Guevara n’a pas été épargné par la critique. Son œuvre a été dénigrée par des commentaires acerbes ou par un silence circonstancié. Il a été accueilli par le landerneau cinématographique avec mépris et condescendance.

Soderbergh, adulé par le même milieu par ailleurs, ne peut pas avoir perdu instantanément ses qualités tant louées. Le réalisateur a indéniablement des valeurs esthétiques qu’il a su mettre à profit dans son dernier opus. Il faut donc s’interroger sur cette troublante unanimité des medias institutionnels. Télérama voit du "donquichottisme pathétique dans ces images" et Libération y voit un film qui laisse une impression de "laborieuse illustration". Selon les Inrocks "certes meilleur, plus cohérent que son prédécesseur, Che : Guérilla ne relève pas l’entreprise générale…Mais Soderbergh échoue à tirer l’ensemble hors de la chronique fragmentaire". Le Monde proclame que le film est "décevant, sans relief. On aurait aimé que le film parle aussi des zones d’ombres du Che, de son autorité de Commandant qui ne le fit pas hésiter parfois à fusiller arbitrairement des hommes".

On ne peut dissocier la critique et l’esthétique, la forme et le fond, le processus et le contenu qui sont toujours entrelacés. On ne peut apprécier une oeuvre si l’on ne ressent pas des affinités avec le propos. On ne peut être bouleversé par ce qui se joue si l’on est indifférent aux valeurs du sujet.

La distanciation est un objectif noble mais inaccessible. Soderbergh investit le personnage avec sa propre représentation. L’objectivité à proprement parler n’existe pas. Il n’y a que des subjectivités assumées ou rampantes. L’exposition d’une multitude de subjectivités, de divers regards sur un même sujet est la démarche qui s’approche le plus de l’objectivité.

Chaque être est engagé consciemment ou à défaut dans un système de valeurs. Il n’est pas nécessaire pour ce faire que chacun individuellement soit conscient de ce phénomène.

Un critique de cinéma est inscrit dans une organisation sociale dont la fonction le transcende. Il est un élément d’un rouage dont l’objectif final consiste à consolider et justifier le présent. Une orientation idéologique se distingue sur l’ensemble des points de vue qui semblent surgir de l’esprit de chacun et couronner des réflexions personnelles quand ils ne sont que l’expression de l’intériorisation de la culture d’une classe.

Ce film a été aussi l’objet d’une forme de censure. Il aurait mérité en effet une plus large diffusion et une meilleure exposition médiatique au vu du rang du réalisateur, des acteurs et de la valeur du projet. C’est comme si Soderbergh présentait un premier film sur un personnage sombrement inconnu. On retrouve pourtant au casting des acteurs de renom dont le très convaincant Benicio del Toro dans le rôle titre. Le film est projeté cela dit dans un très petit nombre de salles. On peut remettre ce film en perspective avec le documentaire d’Oliver Stone qui a fait l’objet d’un déni médiatique absolu.

Si un réalisateur avait présenté une critique au vitriol du Che, il est sûr qu’il aurait attiré la bienveillante attention des medias. Le film se serait inscrit dans le sillon du sens commun et aussitôt les agents de la propagande en auraient chanté les louanges.

Les critiques comme l’art ne se contentent pas de figurer platement les faits tels qu’ils apparaissent. En rendant compte du monde, ils le transforment. La bataille des idées n’a pas de ligne de front ; elle traverse toutes les instances de la vie et nous engage tous.


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
Exemple.
lundi 17 mai
de jy.D
Après le vote du PCF, un appel des « Communistes insoumises et insoumis »
lundi 17 mai
de Communistes insoumises et insoumis
3 commentaires
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
1 commentaire
DAZIBAO
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite