Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

SAHARA OCCIDENTAL : Voyage dans la dernière colonie d’Afrique

de : Abbas AIT HAMLAT
samedi 28 mars 2009 - 22h39 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

« L’humanité est née au Sud, et c’est au Sud que l’humanité retrouvera son humanité. » Je ne sais qui a prononcé cette citation mais son contenu est bel et bien vrai. J’ai éprouvé cet altruisme pendant notre séjour au Sahara occidental. Les hommes, les femmes, les jeunes et les vieux nous ont accueillis comme des seigneurs. Leur hospitalité peut servir de modèle.

Nous sommes le 22 février : un avion Casa, prévu à l’origine en coopération entre l’Espagne et l’Indonésie, décolle, avec dans ses entrailles une trentaine de journalistes algériens qui sont conviés à assister au 33e anniversaire de la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique (Rasd). Des nuages comme du coton, tantôt stratocumulus, tantôt cumulus, illuminés par le soleil donnent l’impression qu’on est sur une crête dominant des reliefs enneigés.

Après quatre heures de vol, l’avion a atterri à l’aéroport international de Tindouf. Les passagers « ont pris d’assaut » le seul café de l’édifice. Quelques minutes plus tard, « la caravane » transportant des journalistes et des sportifs prend le chemin de Smara, une ville distante de quelque 140km de Tindouf. Sur un terrain vague et aride, dans l’une des innombrables décharges à l’air libre l’on retrouve des chèvres, des ânes et des moutons qui cherchent désespérément de la nourriture. La poussière qui sévit prend souvent la forme de tempêtes harassantes et chroniques, auxquelles les habitants arrivent, au fil du temps, à s’habituer. « Nous, femmes sahraouies, tout comme l’ensemble de notre peuple, sommes prêtes à prendre les armes pour combattre l’occupant marocain et récupérer nos terres. » Assise sur une nappe, et tout en préparant le thé pour les invités, suivant un rituel des gens du désert, Fatima El Bouhali se livre à un discours politique des plus raffinés. « Dis donc, elle est politisée cette sexagénaire qui a perdu son mari en 1982 à Guelta Zemmour ! » C’est que derrière la gandoura des Sahraouies, se cache l’âme d’une militante attentive à la cause de son peuple. Comme des milliers de Sahraouis, dont le nombre exact est difficile à déterminer, Fatima vit dans les camps de réfugiés à Smara. Entourée de ses filles et de voisines, Mme El Bouhali semble être de ces femmes qui font autorité dans les camps des réfugiés.

Dans la wilaya de Smara, Aminatou notre guide, ne mâche pas ses mots à la première question de la délégation de journalistes algériens. « Nous avons assez souffert du colonialisme. Il n’y a que les armes qui peuvent nous débarrasser des tyrans. » Aminatou, comme beaucoup de ses concitoyens rencontrés dans les camps des réfugiés, ne cache plus sa volonté de reprendre les armes.

La visite de l’Américain Christopher Ross en tant qu’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU pour le conflit du Sahara occidental, est suivie par tout le monde, surtout ceux qui sont impliqués. La population sahraouie est divisée sur ce point. Certains affichent leur espoir alors que pour d’autres rien n’a changé. Norredine D., 17 ans et qui a fait son lycée à Sidi Bel Abbès, affiche sa détermination en déclarant que « M.Ross est pour l’autodétermination, le peuple sahraoui est convaincu de cela », avant d’ajouter « ce que nous attendons de tout ce cortège de négociations et de rencontres, c’est l’indépendance et rien de plus ». Salah Mohamed Abderrahmane, 25 ans, garde toujours l’espoir de voir un jour l’indépendance. « Ce que je souhaite, c’est retrouver nos terres et nos biens spoliés par les Marocains. Ce que j’espère c’est que la visite de M.Ross portera ses fruits. » La séparation imposée aux enfants de plus de 12 ans pour poursuivre des études en Algérie semble secouer Ouaigua, une jeune fille de 19 ans. « Ce que nous espérons c’est l’indépendance et rien que l’indépendance. » L’indépendance pour elle « c’est de pouvoir construire notre pays, construire beaucoup d’écoles. J’espère que mes petits frères ainsi que mes futurs enfants ne seront pas séparés de la famille à l’âge de 12 ans pour aller suivre leur scolarité en Algérie. L’indépendance est le seul rêve du peuple sahraoui. J’accroche tout mon espoir au processus de paix car la guerre cause des victimes. » Justement, à propos de l’enseignement, nous nous sommes rendus dans l’unique école du camp dans la wilaya de Dakhla. L’établissement, en argile, porte le nom du chahid Allel Allah. Le lieu est très calme. Pourtant, il est fréquenté par 550 élèves. Ils viennent de différents camps « à cause de l’électricité », nous explique-t-on. Le portail de l’entrée principale est grand ouvert. Pas trace de gardien.

Au milieu de la cour ensablée, on ne voit que la hampe du drapeau sahraoui. Les élèves saluent l’emblème et chantent l’hymne national sahraoui avant de rejoindre les salles. A notre arrivée dans une classe, tous les élèves se lèvent et nous saluent en choeur : « Buenas tardes, sénor ! ». Ils nous ont pris pour des Occidentaux.

La directrice les informe que les visiteurs sont des Algériens. Les élèves nous saluent, alors, en langue arabe. « Les élèves vous ont salués en espagnol, parce qu’ils sont habitués à des visites des Espagnols. » La configuration étroite des lieux a contraint la direction à constituer des sections de 45 élèves.

En l’absence de mobilier, les élèves s’assoient trois par table. Le manque de moyens est flagrant. Les enfants sont tributaires des aides internationales.

Les élèves suivent leur scolarité jusqu’à l’obtention de leur 6e, puis vont en Libye, à Cuba, mais la grande majorité, en l’Algérie. C’est le programme des écoles algériennes qui est appliqué dans le Sahara occidental.

Pour ce qui est de la deuxième langue, l’espagnol est de mise. « Avant même que les enfants soient scolarisés, ils parlent couramment cette langue », déclare l’enseignante qui avait fait ses études supérieures à Kouba. Les enfants ont tous visité soit l’Espagne ou bien le pays de Castro, Cuba. S’agissant des vivres, les Sahraouis se nourrissent des aides alimentaires internationales. Ils se sont organisés de sorte à recevoir leur « ravitaillement » toutes les semaines ou tous les 15 jours, tout dépend des daïras. Cela n’empêche pas l’existence des magasins. Les prix enregistrent une hausse de 15 à 20 DA par rapport à ceux appliqués à Tindouf. « L’état des routes est notre seul problème », déclare Mohamed Djaber, commerçant en légumes et fruits.

Lors de notre virée au coeur du souk de Dakhla, nous avons remarqué que les objets de fantaisie et de l’artisanat s’écoulent très bien. « Les étrangers aiment les souvenirs », déclare un artisan. Pour ce qui est de la situation sociale, certains Sahraouis s’estiment heureux « car il y a pire ».

Le chômage bat son plein en ce pays, plus de 75% de la population ne travaillent pas. Ils s’estiment heureux car il n’y a pas de problème majeur comme les épidémies, les maladies ou les pénuries de produits alimentaires.

Au dernier jour de notre séjour, et à Laâyoun où le président Abdelaziz a assisté aux festivités du 33e anniversaire de la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique, on sent que l’engagement du peuple sahraoui est sans faille.

Malgré les difficultés, ces révoltés tiennent bon. Et la communauté internationale demeure muette et aveugle devant le drame de cette dernière colonie d’Afrique qui n’arrive toujours pas à recouvrer son indépendance après plus de cinquante ans de lutte.

 http://www.lexpressiondz.com/articl...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
SAHARA OCCIDENTAL : Voyage dans la dernière colonie d’Afrique
29 mars 2009 - 14h24 - Posté par SaharaouifièredètreMarocain
modéré a priori

SAHARA OCCIDENTAL : Voyage dans la dernière colonie d’Afrique
29 mars 2009 - 16h03 - Posté par Copas

De même que tout le monde sait que la France va de Dunkerque à Tamanrasset .

Bien connu n’est ce pas et si ça ne suffit pas le dictateur marocain, de père en fils, mobilisera l’armée , des moyens énormes, l’appui des états US et Français pour écraser un petit peuple.

Et il dérivera les désirs du peuple marocain vers une entreprise coloniale, et il y aura toujours des patriotards pour appuyer, même si ainsi on n’écoute pas les populations locales , on essaye de les noyer par des Marocains installés là pour parfaire l’occupation coloniale. Comme en Nouvelle Calédonie le pouvoir colonial français a essayé de noyer sous le nombre les Canaques.

L’ONU reconnait deux parties, dans cette affaire, la RASD et le Maroc, les colonialistes marocains, soutenus par les Américains, même pas.

Que veulent les Saharaouis ?

Leur droit à l’auto-détermination doit être reconnu. Les réfugiés dans les Camps en Algérie , chassés par la soldatesque du royaume marocain et ses services gestapistes, sont parties prenantes du processus.

Le respect des peuples commence d’abord par reconnaitre leur existence et pas d’abord pas le nier à coup de tanks et d’avions de chasse, de polices politiques de la dictature.

Au delà de tel ou tel régime politique.

Un peuple n’appartient pas à un autre peuple. On lui doit respect et reconnaissance. Et c’est ainsi qu’on peut éventuellement définir alliance, fusions dans de mêmes frontières.

Les arguties sur les possessions sont du même tonneau que celles des sionistes qui veulent voler les terres palestiniennes en construisant une argumentation sur l’histoire enfuie de la mémoire humaine (il y a 2000 ans une partie des ancêtres des juifs actuels sont passés là, donc ça leur appartient ...).

Si le Maroc a tant confiance en son bon droit et du choix des populations, qu’il commence par retirer ses troupes et sa police politique du Sahara occidental, qu’il rapatrie ses colons et laisse les réfugiés revenir sans assassiner, menacer, tuer.

 Retrait donc des troupes marocaines et sa police
 Retrait des colons installés depuis l’invasion marocaine
 Retour des réfugiés
 Vote des populations sahraouies sur leur devenir sous contrôle de l’ONU


SAHARA OCCIDENTAL : Voyage dans la dernière colonie d’Afrique
29 mars 2009 - 22h55

le Sahara libéré par les espagnoles au milieu des années 70 a été réoccupé par le royaume du Maroc,sinon pourquoi le makhzene marocain aurait peur d’un référendum du peuple saharoui,tout simplement parce que les Saharaouis n’ont jamais été marocains







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite