Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Gaza, "Petit Bagdad" - Bombes, Peur, Rage

de : Amira Hass
lundi 29 décembre 2008 - 08h54 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

par Amira Hass

"Il y a de nombreux corps et blessés, à chaque instant un nouvelle victime est ajoutée à la liste des morts, et il n’y a plus de place à la morgue.

Les proches cherchent parmi les cadavres et les blessés afin de ramener les morts et les enterrer au plus vite. Une mère dont les trois enfants d’âge scolaire ont été tués, et sont empilés les uns sur les autres à la morgue, crie et pleure, crie de nouveau, et puis se tait.

Mustapha Ibrahim a vu tout cela ce samedi à 1 heure de l’après midi, à l’hôpital Shifa dans Gaza. En tant qu’enquêteur de terrain pour une organisation des droits de l’homme, il pensait être immunisé, mais rien ne le préparait à ce qu’il a vu. On a demandé à des personnes blessées dont l’état était moins sérieux que d’autres de quitter Shifa pour libérer des lits. Le Dc Haidar Eid, est maître de conférence en études culturelles à l’Université Al Aqsa. Lui aussi a vu les cadavres et les blessés samedi. Il a aussi vu les enfants dont les membres avaient été amputés.

"Choisir un moment comme celui ci (11h30) pour bombarder au coeurdes villes, c’est terrible. Ce choix visait à causer le massacre le plus important possible" a-t-il résumé.

Abu Mussamad était à 200 m de l’hôpital quand on a entendu un bruit horrible. Trois importants centres de police qui ont été bombardés étaient situés près de l’hôpital. " En quelques secondes, c’est devenu un petit Bagdad, des bombes partout, de la fumée, du feu, des personnes qui ne savaient pas où se cacher. La peur partout, et la rage et la haine" a-t-il dit.

Il s’est lui même précipité à l’école de ses filles, comme des dizaines de milliers d’autres parents dans la Bande de Gaza. De 11h25 jusqu’à 11h30 alors que 50 avions de combat bombardaient leurs cibles, des centaines de milliers d’enfants étaient dans les rues. Certains sortaient de la classe du groupe du matin, d’autres arrivaient pour la classe du groupe de l’après midi. " Dans la cour de l’école j’ai vu 500 fillettes effrayées, pleurant. Elles ne me connaissaient pas, mais se sont accrochées à moi" a raconté Abu Muhammed.

Dans le seul quartier de Sheikh Radwan, il y a eu 43 morts. Une tente de deuil a été dressée pour toutes. La plupart était des jeunes policiers qui avaient rejoint la police civile et ont été tués lors d’une cérémonie d’entrée en fonction.

Les camps d’entraînement d’Izz-al Din al-Qassam et les centres de détention et d’interrogatoire étaient déserts quand ils ont été bombardés. Mais les commissariats de police dans la Bande, qui offrent des services à la population, étaient bondés. Personne ne pensait qu’ils seraient bombardés.

Dans l’après midi, ils continuaient à rechercher des cadavres dans les gravas. Khalil Shahin s’est précipité au commissariat dans le centre de la Bande. " Un énorme bâtiment, et tout s’était effondré" a-t-il dit. Quelque 30 personnes y ont été tuées. Il savait que son neveu, un civil, y avait été tué alors qu’il venait régulariser certains problèmes.

D’abord, le professeur Umm Salah a pensé que l’explosion était due au passage du mur du son. Tout l’immeuble a tremblé, tous les vitres mais la fumée et les nuages de poussière et les sirènes des ambulances lui on fait comprendre que quelque chose de plus terrible était arrivé. Les débris de verre ont blessé un certain nombre d’élèves. Il y a eu ceux qui ont pleuré, et ceux qui sont restés silencieux.

Elle a trouvé son fils dans le maelström dans la rue. Il passait un examen de math quand le bombardement a commencé. Ils sont rentrés à la maison ensemble, retrouvant son jeune frère avec sa grand mère de 70 ans. La grand mère a essayé de cacher sa peur pendant qu’elle s’occupait de ses petits enfants.

" Pendant presque toute la semaine passée il n’y a pratiquement pas eu d’électicité, ni de gaz, ni de farine, ni de pain " a dit Umm Salah. " Et soudain l’électricité est revenue. J’ai allumé la TV, j’ai vu les images, je l’ai éteinte, et j’ai envoyé les enfants faire leurs devoirs".

Gaza 28/12/08
www.haaretz.com

Traduction Mireille Delamarre/ http://www.planetenonviolence.org/


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Gaza, "Petit Bagdad" - Bombes, Peur, Rage"
29 décembre 2008 - 15h10 - Posté par emelyne

oui, il y a des ressemblances avec les irakiens, dans le sens ou tous les colonialismes ont recours a la violence contre les civils qui resistent.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite
France : menace claire de coup d’État militaire imminent
lundi 26 avril
de Roberto Ferrario
Ainsi se termine la déclaration d’un groupe des militaires des Force des Armées françaises : “Par contre, si rien n’est entrepris, le laxisme continuera à se répandre inexorablement dans la société, provoquant au final une explosion et l’intervention de nos camarades d’active dans une mission périlleuse de protection de nos valeurs civilisationnelles et de sauvegarde de nos compatriotes sur le territoire national. On le voit, il n’est plus temps de (...)
Lire la suite