Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Souvenez-vous de la dernière crise

de : OC
lundi 13 octobre 2008 - 14h42 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Beaucoup plus pertinent que la plupart des « fast thinkers », qui dramatisent la crise actuelle après avoir été incapables de l’anticiper, Frédéric Lordon nous explique que cette crise est un copier-coller de la précédente, celle de l’explosion de la bulle du Net en 2000-2002.

L’histoire repasse les plats

Dans l’extrait de son livre , ce chercheur au CNRS revient sur l’explosion de la bulle du Net et de ses entreprises que l’on baptise « dotcoms ».

« (…) Les crises dotcom 2000-2002 et subprimes 2007-2008 avaient normalement tout pour figurer deux épisodes sans rapport aucun. Que peut-il y avoir de commun entre une crise de valorisation d’une certaine catégorie d’actions, donc liée à des anticipations de profits d’entreprise, et une crise d’évaluation des risques portant sur des produits dérivés de crédit ? Rien, semble-t-il a priori. C’est bien pourquoi leur parallélisme formel n’en est que plus frappant – et plus révélateur d’une profonde unité. Le miracle du « nouveau paradigme ». Dotcom et subprimes, l’une comme l’autre, sont l’illustration de ce fantasme permanent de la finance à la recherche du miracle qui permettra de gagner plus en risquant moins. Comme si elle ne parvenait pas à prendre son parti de l’idée, qui lui est pourtant consubstantielle, que le gain financier ne va pas sans risque – et même que le gain financier est la rémunération du risque, par conséquent que rentabilité et risque sont voués à croître de concert –, la finance ressuscite à intervalles réguliers le rêve de vaincre sa pesanteur à elle : gagner plus à risque constant, ou risquer moins à rentabilité égale. Le miracle, qui réclame sa dose de croyance, ne va pas sans son appareil de prophéties, et celles-ci se ramènent à une seule : « le monde a changé ». « Innovation » est le nom présentable de la chimère. Quand elle est inspirée, la finance a même ses fulgurances ; alors elle dit : « changement de paradigme ». »

L’histoire dégrise les présompteux

Et l’auteur de revenir sur l’Illusion lyrique qui a précédé la crise de la bulle du Net en 2000 et celle du crédit et des banques que nous vivons.

« Des start-up, lancées par quelques étudiants autour de trois tables Ikea, valent des millions, parfois des milliards : en effet, il faut au moins un « nouveau paradigme » pour rendre possible ce genre d’événement aberrant… « Les gens croyaient vraiment que le monde était différent », dit Larry Fink, du fonds BlackRock. Mais ces propos datent de 2008 et ils parlent de la titrisation.

Ainsi, la croyance dotcom et la croyance subprimes se seront données exactement les mêmes mots. Comme les uns avaient cru repousser les frontières du profit entrepreneurial, les autres ont cru à la solution définitive du risque de crédit – et le discours du dégrisement est le même ».

L’histoire ne fait pas la vaisselle

Et notre chercheur de pointer certains responsables de l’emballement général, les grandes agences de « rating » qui notent les risques du marché. Or ces gardes fous n’ont pas fonctionné, pas plus en 2000 qu’en 2008.

« Dans les deux cas, c’est peu dire que les agences de notation ont encouragé l’ébriété générale. De même qu’elles avaient validé les valorisations boursières délirantes des start-up, elles ont certifié la parfaite sûreté des produits de la titrisation – ne faisant rien d’autre que rejoindre le grand courant de la croyance, là où elles étaient supposées garder la tête froide. Il fallait que des institutions supposées extérieures à la frénésie du marché apportent leur jugement et leur autorité pour consolider la croyance : les agences s’en sont chargées, et elles figureront en bonne place parmi les contributeurs aux fausses prophéties du « nouveau paradigme », dotcom et subprimes aussi bien.

À qui voudrait persister à tenir ces deux crises pour totalement hétérogènes, la similarité des termes dans lesquels sont mises en cause les agences de notation à cinq ans d’intervalle devrait donc suggérer quelques petites « connexions »… pour ne rien dire de la profonde incapacité de la communauté financière à l’apprentissage dont elle témoigne. La prolifération des « hors-bilans ». Mais que dire alors du bégaiement des protestations faussement scandalisées – elles sont tenues par ceux qui ont été les plus fervents partisans du jeu… avant qu’il ne se retourne – s’indignant de la prolifération des structures juridico-financières opaques et hors de tout contrôle ? On dénonce les bien nommés SPV, Special Purpose Vehicles (Véhicules à finalité spéciale), où Enron avait abrité ses activités les plus douteuses jusqu’en 2001. Mais ce sont les mêmes coquilles offshore qui ont été les supports de la titrisation massive des crédits subprimes jusqu’en 2007.

À six ans de distance, la dénonciation des structures dites hors-bilan est resservie à l’identique. Et, d’une crise à l’autre, ce sont les mêmes mots qui nourrissent les mêmes exhortations impuissantes – et trop contentes de l’être. Les appels à la vertu ».

L’histoire, écrite par les vainqueurs

« Enfin, le comble du ridicule et de l’écholalie est atteint au moment où les « moralisateurs » font leur grandiloquente entrée en scène. Ce sont la vertu et l’éthique, expliquent-ils, qui ont manqué. On dénonce les inconduites et les crapules, on en appelle avec emphase à « l’esprit du capitalisme ». Ici Kenneth Lay (le PDG d’Enron), là Jérôme Kerviel, deux paratonnerres idéaux sur lesquels précipiter la vindicte et organiser la diversion. Car évidemment tant qu’on parle des « fraudeurs » on ne parle pas d’autre chose – en particulier pas de la logique générale du système qui a vu les plus grosses pertes réalisées en toute conformité avec les pratiques habituelles légales. Aux noms propres près, les discours « éthiques » tenus en 2000 et 2007 sont eux aussi parfaitement superposables – et identiquement ineptes.

Une seule solution : l’autorégulation ! Pendant ce temps-là, les hommes du sérail comprennent très rapidement que le spectacle non seulement de l’aberration financière exposée au grand jour, mais aussi des dégâts collatéraux qu’elle ne manque pas d’occasionner dans l’économie réelle, est de nature à susciter quelque agitation politique, peut-être même des velléités d’action régulatrice ».

L’Etat paye les pots cassés

Dans notre monde, les dettes sont publiques et les profits privés. Cette fois comme toutes les fois précédentes.

« Or l’État n’est bon qu’à sauver les menus ratages de la splendide finance privée : que le Trésor public ait la sagesse de contribuer à réparer quelques « incidents isolés » et, pour le reste, qu’il se taise. Et comme tout de même il faut bien lâcher un peu de lest, la finance se fend généreusement de quelques oblats verbaux et annonce avec magnanimité qu’elle va se charger elle-même de réexaminer ses pratiques – comprendre : « nous ne laisserons pas la loi se mêler de nos affaires ! » ».

Et l’histoire repart pour un tour, jusqu’à la prochaine

« Le 10 avril 2008, l’Institute of International Finance, qui représente 375 des plus grandes compagnies financières, pose publiquement un acte de contrition pour la crise des subprimes, mais dont le sens véritable n’est révélé qu’avec ses propositions finales : « nous voulons prouver que nous, l’industrie financière, pouvons faire du meilleur travail », et de préciser pour les malentendants : « il serait complètement erroné que les autorités imposent plus de régulations à l’industrie financière ». En parfait état, tiré une nouvelle fois du placard où il est chaque fois remisé après usage ad hoc, le discours du « code de bonne conduite » n’a pas pris une ride : tel qu’il était en 2000, il est resservi en 2007. Les professionnels de la finance s’engagent à l’élaborer avec le plus grand sérieux… et surtout à n’en rien faire dès que l’orage sera passé, avec cet avantage épatant que l’abstention de l’action permet de renouveler dans toute sa solennité l’engagement à chaque nouvelle occasion !

Certes, la condition d’efficacité de la manoeuvre réclame qu’il ne se trouve personne pour faire remarquer que les mêmes, la dernière fois déjà… Mais comme elle a d’assez bonnes chances d’être remplie, la finance-promettant-de-s’autoréguler-dès-que-possible aurait tort de se gêner. Pour l’avenir toutefois, on suggérera d’éviter les maladresses les plus flagrantes et les castings à problème : en 2002, après l’éclatement spectaculaire de la bulle Internet, et désireux d’éviter toute réaction politique, le Medef s’était précipité pour faire rédiger dans l’urgence un rapport dénonçant par avance le caractère inapproprié de la régulation externe, à laquelle, comme il se doit, l’autorégulation doit être préférée. Le rapporteur de l’époque s’appelait Daniel Bouton, président d’une certaine banque qui s’illustrera cinq ans plus tard pour la qualité de son « autorégulation »… »

http://www.bakchich.info/article5366.html


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Souvenez-vous de la dernière crise
13 octobre 2008 - 18h52

Pas d’accord.
Cette fois ci, on entre bien dans la phase de crise(s) de surproduction. La planète est devenue trop petite pour le Capital, et ça va pas se tasser tout seul. Alors peut être que la grande dépression n’est ni pour 2008, 2009 ou 2010, mais ce qui se passe actuellement correspond bien à la manifestation d’une limite fondamentale à l’accumulation capitaliste : la baisse tendancielle su taux de profit. Celle ci a été contenue pendant 50 ans par le développement du crédit pour soutenir la consommation en Occident, et la délocalisation massive vers des pays où le coût du travail est faible, essentiellement en Asie.
C’est bien le spectre de Marx...







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
Exemple.
lundi 17 mai
de jy.D
1 commentaire
Après le vote du PCF, un appel des « Communistes insoumises et insoumis »
lundi 17 mai
de Communistes insoumises et insoumis
5 commentaires
DAZIBAO
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite