Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Marina Petrella : Monsieur le président de la République...

de : Erri De Luca
mardi 4 mars 2008 - 01h43 - Signaler aux modérateurs
8 commentaires
JPEG - 23 ko

Marina Petrella : signez la pétition de soutien ici + de 8.000 signatures ! Merci

Ayant écrit à M. Sarkozy pour plaider la cause de la réfugiée Marina Petrella, Erri de Luca a reçu une réponse négative de l’Elysée. Nous publions sa lettre.

de Erri De Luca

Je me permets de m’adresser à vous au nom de l’amour que j’ai pour votre pays. J’écris cette lettre en français. Je me fais seulement corriger l’orthographe. Parce que c’est une lettre effrontément personnelle de la part d’un écrivain étranger au président de la République française.

Je dois à votre pays un accueil depuis 1982. Quand je suis venu ici chercher un peu de vie et de fortune, loin de l’Italie intoxiquée par les lois spéciales, par les arrestations en masse. En ce temps-là, on entrait en prison non par un crime commis mais par appartenance collective à une formation politique. En ce temps-là était suspendue la responsabilité individuelle. On était poursuivis en bloc, enfermés comme dans des wagons plombés.

La France m’a accueilli. J’ai trouvé un travail comme ouvrier de chantier. En été 1982, je battais les coups du marteau-piqueur sur les gradins du vieux stade de Colombes. J’apprenais le français parmi les ouvriers de pays différents, aucun d’eux n’était italien. J’étais le dernier de nos immigrations. J’ai appris le français sur le chantier et dans les livres. La France a été pour moi la sueur et la paie, le premier argent gagné dans une autre monnaie plus robuste et plus juste que nos lires.

Après, je dois à la France un accueil majeur, envers mes pages. Pour quelqu’un qui mâche une langue latine, être traduit en français c’est monter sur la scène du monde. Mes livres ont été traduits dans plus de vingt langues parce qu’ils ont d’abord été agrandis en français. J’éprouve de l’amour pour la France.

Sur les montagnes du Népal, parmi les massifs grandioses de l’Annapurna et du Dhaulagiri, il y a un pas au-dessus des 5 000 mètres : il s’appelle le pas des Français. Je suis passé par là, avant qu’un infarctus m’enlève pour toujours de ces hauteurs, où le sang épaissit ses globules. Je me demande aujourd’hui quel est le pas des Français en Europe et dans le monde. Terre d’asile ? Plus que ça, la France aux yeux du monde est le seul pays qui puisse prétendre à un droit international indépendant.

Que la Grande-Bretagne fasse bien valoir son droit à une monnaie séparée du reste de l’Europe. C’est un pays mercantile qui met son honneur dans le billet imprimé par la Banque d’Angleterre. La France a son honneur ailleurs. Elle l’a dans La Trinité laïque, liberté, égalité, fraternité, avec laquelle elle a contaminé les Constitutions des pays du monde.

Vous avez pris le mot latin honor et vous l’avez renforcé au centre : honneur. Comme nous, Napolitains, redoublons au centre le mot amour : "ammor". Le pas des Français est l’honneur. Et je ressens avec souffrance que cet honneur est mis de côté en relation à un petit cas humain, non plus politique, celui de Marina Petrella. Elle est enfermée dans la prison de Fresnes, à un pas de l’extradition. Je comprends très bien que vous en avez marre de vous occuper d’une poignée d’Italiens réfugiés en France. C’est la faute à l’Italie qui, à trente ans de distance, n’arrive pas à solder les comptes avec une amnistie et souffle encore sur la rancune envers les derniers des vaincus.

A l’heure de Schengen, la France a établi des limites à la poursuite - je dis à la persécution - rétroactive. Ce fut un geste de civilité juridique, digne de son rang. Seule la France en Europe pouvait se le permettre. Monsieur le président, ne les extradez pas, ne les consignez pas dans les mains de ceux qui prétendent être juges sans cesser d’être des ennemis. Parce que c’est contraire à l’honneur d’un pays où ils ont trouvé une deuxième mi-temps de leur vie, où ils ont un travail et une famille. La première fille de Marina Petrella est née en prison en Italie, la deuxième a 10 ans, elle est née libre en France : c’est un bon exemple des deux mi-temps d’une vie. N’extradez pas cette deuxième mi-temps. Ne vous faites pas exécuteur automatique de dispositifs judiciaires.

Je n’ose pas vous demander de me donner une audience, de me consacrer quelques minutes de votre temps compté. C’est déjà du réconfort pour moi que vous ayez lu ces lignes.

http://www.lemonde.fr/opinions/arti...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Marina Petrella : Monsieur le président de la République...
4 mars 2008 - 01h55

Caro Erri,

comment peux-tu espérer que le psychonabot puisse être un tant soit peu réceptif à tes belles paroles ?

Non ora, non qui...

Brunz



Marina Petrella : Monsieur le président de la République...
4 mars 2008 - 10h07 - Posté par momo11

La france n’est plus terre d’asile ni pays des droits de l’homme depuis mai 2007.Alors plus d’espérance,du combat voila ce qui nous reste.momo11



Marina Petrella : Monsieur le président de la République...
4 mars 2008 - 10h26 - Posté par

"depuis mai 2007." je crains fort que ça date "d’avant" mon cher camarade....

La Louve


Marina Petrella : Monsieur le président de la République...
4 mars 2008 - 20h37 - Posté par Skapad

Bonjour La Louve, comme tu le dis si bien, je crains qu’elle ne la jamais vraiment été, sinon que dans de belles paroles. Néanmoins les luttes ont fait de pays qu’ec chose tout de mème. Qu’ec chose qui nous glisse entre les doigts depuis 83 ! Avec l’abandon par FM des idéaux de la gauche en général.

A bientot, c’est un texte qui vaut d’etre lu.


Marina Petrella : Monsieur le président de la République...
4 mars 2008 - 16h56

belle lettre ...
adressée a une democratie qui se meurt ,
il fallait l ’écrire cependant ,pour qu une trace demeure ,indélébile ,de notre honte.
de la France des libertés ne demeure rien ,depuis longtemps maintenant.
nous sommes dans un état sécuritaire qui dérive doucement vers le totalitaire..
voyez le prix a payer pour les opinions politiques...
...belle lettre ,lettre morte .

Makhno



Marina Petrella : Monsieur le président de la République...
5 mars 2008 - 13h26 - Posté par rems03

lettre morte ? surement pas ! il faut se battre et rappeler à ce monsieur(Sarkozy) l’Histoire de la France et ses traditions de terre d’accueil’ notamment pour les réfugiés italiens qui fuyaient l’Italie fasciste de Mussolini et pour les réfugiés espagnols fuyant l’Espagne franquiste. et ce ne sont que des exemples.


Marina Petrella : Monsieur le président de la République...
5 mars 2008 - 22h30 - Posté par

Terre d’accueil pour les réfugiés Espagnols fuyant le franquisme ? Je crains que l’accueil ait été plutôt froid ! Du genre camps de rétention (déjà) et mépris hautain.


Marina Petrella : Monsieur le président de la République...
22 octobre 2008 - 09h33 - Posté par Martine la Girondine

Très émouvante cette lettre , très belle...à la hauteur de son auteur.

A la hauteur, aussi, de Marina qui se meurt pour (croit-elle) épargner à sa fille cadette la douleur d’avoir une mère emprisonnée à vie, loin d’elle.Elle se trompe mais sa volonté de mourir est fruit d’un noble sentiment.

Mais Marina a le droit de se tromper...Marina est cassée.

Cassée car elle a cru à ce que dit Erri de Luca au sujet de la France...elle y a cru et elle a été MORTELLEMENT désillusionnée.

Cependant , ayant fini de la lire, cette lettre, il me reste comme une gêne...

On n’a pas à s’abaisser à écrire à un infâme, à un nain moral, à un imbécile de l’âme.

S’adresser à lui c’est déjà s’avilir.

Il ne mérite que notre mépris, notre silence et notre COMBAT.

<>

Face à lui, ON SE TAIT, car lui parler, s’adresser à lui, c’est déjà lui accorder du crédit.
Il ne mérite pas un seul mot de nos bouches, de nos plumes...c’est lui faire trop d’honneur et d’honneur, il n’a pas.

Erri de Luca se trompe en pensant que le nabot qui a accédé à l’Elysée est le président des français : il n’est que la marionnette , le guignol des multinationales anonymes.

On ne parle pas à un instrument.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
Zemmour président.
jeudi 16 septembre
de jy.D
2 commentaires
Feria.
lundi 13 septembre
de jy.D
2 commentaires
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite