Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Dans la démocratie de la base du Likoud

de : Amira Hass
samedi 17 avril 2004 - 13h11 - Signaler aux modérateurs

Par Amira Hass

Si George Bush et Hosni Moubarak « accueillent favorablement » le retrait israélien - autrement dit, le retrait de toutes les colonies - de la Bande de Gaza, à plus forte raison les habitants de Sayaffeh et d’al-Mawassi sur les terres desquels ont été fondées et ont prospéré des colonies dans le nord de la Bande et du Goush Qatif. Ces trois dernières années et demie, la guerre pour la paix des colons et pour leurs privilèges a fait des cultivateurs de Sayaffeh et d’al-Mawassi des prisonniers dans leurs propres maisons, les réduisant à l’assistance extérieure et détruisant leurs terres cultivées. Maintenant, la démocratie israélienne autorise quelque 200.000 personnes appartenant à la base du Likoud à décider si les habitants du nord et du centre de la Bande de Gaza resteront prisonniers sans jugement, ou non. S’ils continueront à dépendre d’une assistance en dépit de la fertilité de leurs terres ou s’ils pourront réaliser leur volonté et leur capacité d’entretenir leurs familles.

Cela fait trois ans qu’il leur faut des autorisations et des arrangements spéciaux pour sortir de chez eux ou y entrer, que la porte de la clôture qui les enferme est ouverte à des heures limitées - et parfois pas du tout - et que le passage à pied n’en est autorisé qu’à certains groupes d’âges. Chaque tomate, chaque goyave qui sort, chaque tournevis, chaque aspirine qui entre, nécessite une autorisation israélienne, avec examen et attente. Les proches ne peuvent pas venir en visite, sauf occasions exceptionnelles. Les ouvriers palestiniens travaillant aux infrastructures, les médecins, les enseignants etc. sont autorisés à entrer après d’épuisantes négociations entre un représentant palestinien et un officier de liaison de l’Administration israélienne de Coordination et de Liaison. Lorsqu’un système semblable a été introduit, plus tard, dans les enclaves créées par la clôture en Cisjordanie, la chose a au moins provoqué une sorte de bourrasque en Israël, qui s’est reflétée dans une attention des médias, dans le déplacement ici ou là de la clôture et dans des promesses (non encore tenues) de la déplacer encore en d’autres endroits.

Le sort des quelques dizaines d’habitants de Sayaffeh et des quelques milliers d’habitants d’al-Mawassi est un exemple du sort du million et demi d’habitants de toute la Bande de Gaza : otages de quelques milliers de colons et de leurs privilèges - eau, terre en abondance, liberté de mouvement, accès à la plage, possibilité d’expansion. Et le sort des habitants de la Bande de Gaza est exemplatif du sort de tous les Palestiniens : prisonniers de l’entreprise de colonisation israélienne.

Si effectivement la base du Likoud vote en faveur du retour à la maison, en Israël, des colons de la Bande de Gaza, même les plus soupçonneux quant aux intentions secrètes d’Ariel Sharon ne cacheront pas leur joie. Les enfants de Deir al-Balah, de Khan Younis et de Rafah retourneront jouer sur la plage, le seul espace non bâti, le seul endroit de détente et de calme qui leur soit accessible - mais qui leur a été fermé depuis quatre ans environ. Les cultivateurs de Beit Lahiya, Asban, Sheikh Ajlin et Khan Younis s’empresseront de semer, de planter sur des terres que les bulldozers ont ravagées, où les bulldozers ont arraché les arbres et détruit les serres. Les projets de développement sortiront de la naphtaline : écoles ou cliniques qu’il n’était pas possible de bâtir parce que les seules terres libres ont été saisies par les colons, station d’épuration des eaux usées qu’il n’était pas possible d’étendre ou de moderniser pour la même raison. Étudiants, enseignants, équipes médicales, chauffeurs de camions ne se retrouveront plus plantés pendant des heures, chaque jour, sur la route entre Rafah et Gaza parce que des soldats, dont la tâche est de protéger les colons, ferment le carrefour du Goush Qatif au passage des Palestiniens.

Conjecture nullement saugrenue : la base du Likoud, dans le processus démocratique interne à leur parti, ne se verra pas demander s’il est démocratique que 7.000 personnes dictent leur vie à un million et demi de personnes. De ce point de vue, le référendum attendu constitue un résumé de l’histoire de la démocratie israélienne depuis 1967. Une démocratie dont les citoyens ont fixé et fixent par leurs votes comment se déroulera la vie d’environ trois millions sept cent mille autres êtres humains qui ne participent pas à cette démocratie et qui n’ont dès lors pas le droit de voter ni de décider comment se déroulera leur vie. C’est une démocratie qui a imposé et impose à sa jeunesse d’obéir à ses décisions démocratiques et de servir dans une armée qui est chargée d’appliquer les décisions des citoyens de l’État d’annexer, de fait, la majeure partie des terres palestiniennes libres. Une démocratie qui a appris à considérer comme une évidence la manière dont, sur le même bout de terre, entre mer et fleuve, sous l’autorité effective d’un même gouvernement - le gouvernement israélien -, s’est développé un système de deux appareils de lois inégalitaires et de droits inégaux : le premier, pour les citoyens qui votent et décident, et le deuxième, pour les habitants qui ne votent pas et dont le sort est fixé par ceux qui ont le droit de voter. Comme les membres de la base du Likoud.

Sharon essaiera de convaincre les membres de son parti que le désengagement de Gaza est la bonne voie pour conserver la plus grosse partie des colonies de Cisjordanie. Il essaiera de convaincre Bush que les enclaves palestiniennes qui seront créées par le maintien des blocs de colonies, pourront être appelées un État. Et aux oreilles du monde entier, Israël continuera à expliquer que ce processus - dans lequel ses propres citoyens décident de l’espace de vie qui reviendra aux Palestiniens et en combien d’enclaves cet espace sera fragmenté - est un processus démocratique. Le seul du Proche-Orient.

Traduit de l’hébreu par Michel Ghys
http://www.haaretz.co.il/hasite/pag...

En anglais : The democracy of the Likud rank and file
http://www.haaretz.com/hasen/spages...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite