Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Après son score historique, le PS présidera la quasi-totalité des régions

de : Isabelle Mandraud
lundi 29 mars 2004 - 14h49 - Signaler aux modérateurs

Le Parti socialiste et ses alliés ont recueilli, dimanche 28 mars, 12,7 millions de voix en métropole, soit 50,1 % des suffrages exprimés, loin devant les listes UMP-UDF (40,3 %). François Hollande a demandé à Jacques Chirac de "renoncer à toute remise en cause des acquis sociaux".

Le grand chelem ou presque. A une exception près, l’Alsace, la gauche a remporté, dimanche 28 mars, les élections dans toutes les régions, outre-mer compris. Le tableau est sans nuance : rien qu’en métropole, le PS et ses alliés ont recueilli 50,1 % des voix (12,7 millions), bien plus que les 40,3 % obtenus le 21 mars. Soit 3 millions de voix supplémentaires gagnées entre les deux tours ! Ensemble, les partis de l’ex-gauche plurielle ont amplifié leurs résultats et obtenu 1 079 sièges de conseillers régionaux, le double de la droite. Et les têtes de liste affichent des scores sans faille : demain, ils disposeront d’une majorité absolue. Une telle victoire est inédite depuis... 1988. Jamais la gauche n’avait, en effet, dépassé la barre des 50 % des suffrages depuis lors.

Deux ans après la défaite du printemps 2002, c’est donc une nouvelle cohabitation qui s’installe. A la droite, le pouvoir exécutif et législatif ; à la gauche, le pouvoir "d’en bas", celui des régions. Sur cette "base", le PS entend s’appuyer pour préparer l’alternance en 2007. "La France des régions, ça commence dès aujourd’hui", a lancé dimanche soir l’ancienne ministre socialiste, Ségolène Royal, victorieuse en Poitou-Charentes. Pour commencer, justement, François Hollande, premier secrétaire du PS, veut demander que soient "remises en chantier"les lois de décentralisation (l’examen du texte sur le transfert des compétences n’est pas achevé, celui sur le volet financier n’a pas encore été présenté). L’opposition bénéficiera pour cela d’un véritable réseau, qui sera, promet M. Hollande, "régulièrement réuni".

En Bretagne, Jean-Yves Le Drian - l’homme toujours en ciré jaune sur les photos -, a été élu avec 58,6 % des voix. Pour la première fois de son histoire, la région bascule donc à gauche. Dans des villes comme Rennes et Brest, des "pointes" à plus de 60 % en faveur de la gauche ont même été enregistrées.

En Poitou-Charentes, fief de Jean-Pierre Raffarin, Mme Royal a attiré 55,1 % des suffrages, près de 10 points de plus qu’au premier tour. D’autres candidats ont conquis des territoires au détriment de personnalités de droite connues : Jacques Auxiette (52,3 %) a battu le ministre des affaires sociales, François Fillon, dans les Pays de la Loire. Joël Bonté (52,6 %) a éliminé Valéry Giscard d’Estaing en Auvergne.

Dans les régions que la gauche détenait déjà, les présidents sortants ou leurs remplaçants ont, eux aussi, amélioré leurs résultats. Dans le Limousin, la liste conduite par Jean-Paul Denanot a recueilli 62 % des voix. En Midi-Pyrénées, Martin Malvy (57,5 %) a distancé ses concurrents UMP-UDF de... 27 points. Conséquence : là où la gauche dirigeait parfois la région dans des conditions difficiles, avec une majorité relative, la situation s’est inversée. Ainsi, en Ile-de-France, la gauche disposera de 130 sièges au lieu de 86. En Provence-Alpes-Côte d’Azur, la proportion passe de 49 à 73. Les dix-sept triangulaires imposées par le FN n’ont pas modifié le rapport de forces en faveur de la gauche, explique-t-on au PS, où l’on met en avant les "duels" qui se sont conclus très favorablement pour la gauche (Bretagne, Auvergne, Pays de la Loire et Limousin). Les reports de voix, en revanche, paraissent incontestables. Une partie de l’électorat d’extrême gauche n’a, semble-t-il, pas boudé les urnes...

A cela, il faut ajouter le succès des élections cantonales. Rien qu’en métropole, le PS est assuré de conquérir 10 nouveaux départements, ce qui devrait porter à une cinquantaine ceux dirigés par les socialistes. Certains départements comme le Doubs, l’Ille-et-Vilaine ou la Loire-Atlantique basculent pour la première fois à gauche. "C’est historique !", ne cessait de s’émerveiller, dimanche soir, Gérard Le Gall, spécialiste des sondages au PS - celui qui avait annoncé à Lionel Jospin son élimination le 21 avril 2002. Les bonnes nouvelles, cette fois, ont provoqué des réactions inattendues. "Nous sommes dans une situation merdique, le pays est dans une belle mouise", déclarait Jack Lang en se laissant choir sur une chaise dans le bureau du premier secrétaire du PS.

Pour un peu, la victoire deviendrait presque un peu trop grande. Du moins, elle crée une "situation politique nouvelle", comme l’a souligné M. Hollande dans son intervention. "La réponse ne peut pas se trouver dans un remaniement, quelle que soit son importance, a-t-il affirmé, mais dans un changement profond de politique." "Solennellement", le premier secrétaire du PS a alors demandé à la droite de "renoncer à toute remise en cause des acquis sociaux". Dans la foulée, il a aussitôt incité la gauche à rester "lucide : elle n’a aucun droit à faire valoir, elle n’a que des devoirs à accomplir". De ce côté-ci, la prudence est toujours de mise.

Le PS a désormais dans sa ligne de mire l’ensemble du gouvernement et Jacques Chirac lui-même. Chargé de faire le tour des plateaux de télévision, Laurent Fabius a mené l’offensive : le gouvernement, a-t-il déclaré sur France 2, n’a "plus de crédibilité politique", tandis que le bilan de M. Chirac, a poursuivi le numéro deux du PS, est celui d’un "demi-quinquennat stérile". "La question qui est posée au président de la République, puisque c’est sa prérogative constitutionnelle, est de savoir si oui ou non il entend changer la politique qui est menée", a insisté M. Fabius.

"Il faudra bien qu’il tienne compte du rapport de forces dans ses projets, notamment pour la réforme de l’assurance-maladie", assure pour sa part l’ancien ministre des finances, Dominique Strauss-Kahn. Pour M. Hollande, qui se souvient d’avoir croisé durant la campagne Nicolas Sarkozy "sur des tarmacs d’aéroport, notamment en Guadeloupe", le ministre de l’intérieur "est emporté par le même mouvement, le même rejet".

Fort du "mandat"qu’ils estiment avoir reçu des Français, les dirigeants socialistes promettent de présenter une nouvelle opposition au Parlement.

Isabelle Mandraud

Ségolène Royal : "La fin d’un système"

Ségolène Royal (PS), qui a remporté les élections régionales en Poitou-Charentes, a estimé, dimanche 28 mars sur France 2, que sa victoire marque "le début de la démocratie participative" dans cet ancien fief de Jean-Pierre Raffarin et "la fin d’un système". Mme Royal a ajouté que les Français, par leur vote, ont démontré qu’ils refusaient "la fin du système social français".

"Ce qu’il faut changer en profondeur, c’est la politique menée depuis deux ans. C’est un état des lieux complet qu’il faut faire. Le gouvernement doit faire une auto-évaluation", a-t-elle dit. Cette "belle victoire" prouve, selon elle, "l’envie d’avancer et la volonté de saisir une nouvelle chance. (...) Nous allons nous mettre au travail pour faire ce que nous avons dit et tenir les promesses".

LE MONDE


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite