Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Régionales : vague rose au 2e tour, Chirac pris pour cible

de : Paris
dimanche 28 mars 2004 - 23h31 - Signaler aux modérateurs

par Hélène Fontanaud

PARIS - La France des régions a presque entièrement viré au rose dimanche et la gauche a aussitôt pris Jacques Chirac pour cible, en affirmant que ce sont les choix politiques et économiques du vainqueur de mai 2002 qui ont été contestés dans les urnes.

A l’issue du second tour des régionales, la gauche devrait se retrouver à la tête de 20 régions métropolitaines sur 22. L’Ile-de-France, région emblématique du combat droite-gauche, reste dirigée par le socialiste Jean-Paul Huchon qui a défait le porte-parole du gouvernement Jean-François Copé, tandis que le Poitou-Charentes, fief du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, tombe aux mains de Ségolène Royal, la compagne du premier secrétaire du Parti socialiste, François Hollande.

Plus surprenant, la région des Pays-de-la-Loire, qui au vu des résultats du premier tour devait rester logiquement sous la direction du ministre UMP des Affaires sociales, François Fillon, a basculé à gauche.

A trois ans des échéances de 2007 - présidentielle et législatives - la gauche totalise en voix entre 48,7% et 49,9%, la droite entre 35,6% et 37,2%.

Deux ans après le choc du 21 avril et l’élimination du socialiste Lionel Jospin au premier tour de la présidentielle, le Front national conserve tout son pouvoir de nuisance électoral, avec 12,9% à 15,7% des voix.

François Fillon, le ministre qui a porté la réforme contestée des retraites, a reconnu que le gouvernement et la majorité de droite avaient subi une "défaite extrêmement grave (...), une sorte de 21 avril à l’envers".

Mais si Jean-Pierre Raffarin a reconnu qu’il fallait "tirer les enseignements nationaux de ces scrutins", il a affirmé que les réformes devaient "se poursuivre".

"Je suis persuadé que les Français ne veulent pas du retour à l’immobilisme. Les réformes doivent se poursuivre, tout simplement parce qu’elles sont nécessaires", a souligné le Premier ministre.

"Telle est à mes yeux l’attente exprimée aujourd’hui par les Françaises et les Français et tel est le sens des réponses qui devront être apportées, sous l’autorité du président de la République", a précisé Jean-Pierre Raffarin, sans se prononcer sur un éventuel remaniement de son équipe et, a fortiori, sur son propre sort politique.

Avant même que le Premier ministre s’exprime, c’est le président de l’UMP, Alain Juppé, proche entre les proches de Jacques Chirac, qui était venu plaider la cause de la réforme.

"La majorité gouvernementale vient de subir un échec grave," a-t-il dit sur France 2, "le peuple de France a voulu exprimer une fort mécontentement et nous devons l’entendre".

"N’AYONS PAS PEUR DE REFORMER !"

Mais, a souligné l’ancien Premier ministre, volant au secours de Jean-Pierre Raffarin, il ne s’agit pas d’"une question de personnes" mais "du projet politique dont la France a besoin".

"Retirer les réformes, comme l’opposition nous le demande déjà, ce serait condamner notre pays à l’immobilisme et donc à la régression", a insisté le député-maire de Bordeaux.

"N’ayons pas peur de réformer notre pays", a lancé en écho le secrétaire général de l’UMP, Philippe Douste-Blazy.

Le Vert Noël Mamère a aussitôt dénoncé l’"autisme" du Premier ministre et de la direction du parti chiraquien.

L’UDF François Bayrou a appelé Jacques Chirac à "tirer les leçons de cette crise de confiance" et à "mettre en place les conditions d’une politique nouvelle" en accompagnant la réforme de l’"esprit de justice".

Quant à François Hollande, rétabli dans son autorité de chef de l’opposition après une victoire historique, il a demandé à Jacques Chirac un "changement d’orientation politique".

Pour lui, la défaite de la droite crée une "situation politique nouvelle" car les Français ont "infligé un désaveu sévère au président de la République qui, en raison même des conditions de son élection, devait veiller au respect scrupuleux du pacte social et du pacte républicain". "Il s’en est écarté", a accusé François Hollande.

Il faisait allusion à la réélection de Jacques Chirac avec 82% des suffrages, dont ceux de la gauche, en mai 2002 face au candidat d’extrême droite Jean-Marie Le Pen.

"Dès lors, la réponse ne peut se trouver dans un remaniement gouvernemental, quelle que soit son ampleur, mais dans un changement profond d’orientation politique", a estimé le dirigeant socialiste. "C’est le chef de l’Etat qui est devant cette responsabilité et lui seul."

"Ce n’est pas la politique du gouvernement, c’est le chef de l’Etat qui, aujourd’hui, est contesté et c’est lui qui doit en tirer les conséquences", a renchéri Dominique Strauss-Kahn (PS).

Pour François Hollande, "la droite doit aujourd’hui renoncer à toute remise en cause des acquis sociaux en matière de sécurité sociale, de droit du travail et de services public". Il a jugé que la politique menée depuis 20 mois par Jean-Pierre Raffarin avait "aggravé les inégalités, accentué les tensions sociales et méprisé les plus faibles".

Il a promis que la gauche ferait le "meilleur usage" de la direction de la grande majorité des régions mais estimé qu’elle avait aussi des "devoirs à accomplir" sur le plan national, dont un "devoir de proposition".

"Le Parti socialiste (...) doit accélérer le rythme. Il doit ouvrir un vaste débat sur son programme", a-t-il dit en faisant allusion aux élections présidentielle et législatives de 2007. "Il s’agit d’un projet qui doit donner à chacun sa chance, ses droits et sa dignité."

http://www.liberation.fr/page.php?A...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite