Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Plus qu’un vote-sanction, une demande sociale

de : Christophe ALIX
dimanche 28 mars 2004 - 21h36 - Signaler aux modérateurs

L’analyse de François Miquet-Marty, directeur des études politiques de l’institut Louis-Harris.

Quelle est votre première réaction après ce deuxième tour des régionales ? Ce n’est plus un vote sanction contre Raffarin, c’est un raz-de-marée pour la gauche, à la fois en pourcentage de voix et en nombre de régions conquises. La gauche faisait 37% en 1998, 49% aujourd’hui : c’est bien plus qu’une progression ! On constate à la fois un très bon report des voix de l’extrême gauche vers la gauche de gouvernement et une surmobilisation de ses électeurs avec une hausse très nette de la participation. Ce n’est plus une confirmation, c’est une amplification du premier tour.

Comment expliquez-vous l’effondrement de la droite ? La droite a également fait le plein de ses voix avec là aussi de bons reports de l’UDF vers l’UMP. Mais elle n’avait pas de réserves de votants et la dynamique de la participation profite à la gauche. 76% des sympathisants de droite étaient déjà allés voter la semaine dernière et seulement 19% des abstentionnistes du 1er tour envisageaient de voter à droite au second tour. Pour Chirac, la sanction est également très forte. L’UMP, le « parti unique » de la majorité présidentielle et parlementaire qu’il avait constitué est très affaibli et devra à nouveau compter avec l’UDF. Quant aux électeurs d’extrême droite, ils n’ont visiblement pas souhaité limiter la victoire de la gauche en reportant leurs voix sur la droite modérée.

Peut-on se limiter à n’y voir qu’un vote-sanction ? Ces élections ne traduisent pas seulement un vote sanction mais surtout une demande sociale forte, une demande de gauche gouvernementale. La gauche socialiste enregistre à nouveau de bons résultats dans les catégories populaires, ouvriers et employés, meilleurs que ceux obtenus en 1998. La parenthèse de 2002, qui s’était traduite par un fort déficit auprès des catégories populaires qui l’avaient largement boudé, est comblée. Les électeurs ont dit non à la politique fiscale et de lutte contre le chômage du gouvernement Raffarin, à ce mélange d’autoritarisme et d’indifférence aux mouvements sociaux qui le caractérise aux yeux de l’opinion.

Dans ces conditions, le Premier ministre actuel peut-il demeurer en poste ? La question du changement du Premier ministre est complexe. Si la réorientation de la politique vers plus de social s’impose avec une réorganisation profonde des portefeuilles ministériels, rien ne dit que Jean-Pierre Raffarin ne reste pas, aux yeux de Chirac, l’homme de la situation. Il n’est pas le plus impopulaire des premiers ministres de la Ve République et garde 35% d’opinions positives, alors qu’Alain Juppé ou Edith Cresson étaient tombés bien plus bas. Il peut encore servir afin de mener à bien la réforme de l’assurance-maladie jusqu’aux Européennes de juin qui s’annoncent également difficiles. Cela n’empêchera pas de donner plus d’importance aux titulaires de portefeuilles sociaux comme François Fillon ou Jean-Louis Borloo et pourquoi pas d’adjoindre de nouvelles responsabilités à Nicolas Sarkozy dans un gouvernement resserré.

Les Français n’auront finalement guère été sensibles à cette « régionalisation » de la politique qu’appelait de ses voeux Jean-Pierre Raffarin... C’est un échec cuisant pour Raffarin qui voulait « régionaliser » ces élections et faisait de la proximité des élus avec les électeurs un des fondements de sa politique. Une des leçons de ce soir est que les Français ne sont pas tant passionnés par ces enjeux locaux et qu’ils ont préféré adresser un messsage national aux responsables politiques. La sacro-sainte proximité n’est peut-être pas l’unique planche de salut des politiques.


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite