Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

"Abou Henry" et le silence mystérieux

de : Robert Fisk
lundi 2 juillet 2007 - 09h00 - Signaler aux modérateurs

de Robert Fisk

"Abou Henry" dit que nous devrons peut-être rester en Afghanistan pendant des décennies pour protéger les Afghans des Taliban. L’ambassadeur [de Grande-Bretagne] à Kaboul — Sir Sherard Cowper-Coles, KCMG, LVO, pour être précis — ne voit visiblement pas de contradiction dans cette prédiction extraordinaire.

Les Taliban sont eux-mêmes essentiellement afghans et l’idée que l’armée britannique soit en Afghanistan pour protéger les gens du pays les uns des autres est vraiment une proposition coloniale. C’est ce que nous avons dit à propos de l’Irlande du Nord en 1969. En tous cas, je croyais que nous avions détruit les Taliban en 2001. N’était-ce pas l’idée alors ? N’était-ce pas ce que Lord Blair de Kout al-Amara, notre nouveau représentant au Proche-Orient — qui nous honorera de sa première visite le mois prochain — disait à l’époque ?

Abou Henry — et je suis redevable à l’un des bulletins internes du gouvernement saoudien de m’avoir appris que c’est ainsi qu’il "est affectueusement appelé par ses amis saoudiens" — a quitté Riyad avec quelque précipitation, une "surprise" comme il dit, puisqu’il s’attendait à y passer encore une année. Et, il n’a sans doute pas pu emmener avec lui à Kaboul les faucons dressés de la famille Cowper-Coles — Nour et Alwaleed. Mais, avant de partir, Abou Henry a chanté chaleureusement les louanges des médiocres services de renseignements du royaume. "J’ai été immensément impressionné par la manière avec laquelle les autorités saoudiennes ont maîtrisé et contenu ce qui était une menace terroriste sérieuse (sic)", a-t-il annoncé. "Ils ont réduit le réservoir de soutien au terrorisme…"

Aucun mot, évidemment, sur l’habitude saoudienne de couper les têtes des "criminels" à la suite de procès ridiculement déloyaux. En une année record d’exécutions, les porteurs de sabres du royaume — le boulot se transmet parfois de père en fils, comme ce fut le cas autrefois en Grande-Bretagne — ont réussi à trancher 100 têtes avant la mi-juin. Mais, là encore, on devrait éviter toute référence de cette sorte lorsque les investissements britanniques en Arabie Saoudite s’élèvent à au moins 6 milliards de livres [9 milliards d’euros]. C’est sans aucun doute l’une des raisons pour laquelle — selon ce même bulletin du gouvernement[saoudien] — Abou Henry a fait l’éloge de ses amis saoudiens à Riyad : "nous avons été fiers de notre politique en matière de visas, où 95% des Saoudiens postulant pour un visa à 9 heures les jours ouvrables obtiennent leur visa avant 14heures le même jour". Pff ! Alors là, c’est quelque chose ! Les Saoudiens, vous vous en souvenez peut-être, ont fourni 14 des 19 tueurs du 11 septembre 2001. C’est plutôt un record pour un petit royaume et l’un qu’en d’autres circonstances — si les meurtriers avaient été tchadiens ou, disons, maliens — n’aurait pas été récompensé par une politique de visas aussi généreuse.

Et aucun mot de la part d’Abou Henry, bien sûr, sur cet autre petit problème au sujet de la corruption présumée de fonctionnaires saoudiens par le groupe d’armement britannique BAE Systems. Ici, toutefois, il y a beaucoup plus à dire — grâce à un article délicieusement écrit par Michael Peel dans le Financial Times en février dernier. Dans cet article, Peel décrit comment Robert Wardle, le directeur du Serious Fraud Office (SFO) [le bureau des fraudes sérieuses], a dû "beaucoup réfléchir" après trois réunions à Londres avec Cowper-Coles, "l’ambassadeur raffiné de Grande-Bretagne en Arabie-Saoudite". M. Wardle, semble-t-il, s’était "fait au point de vue" selon lequel il devrait peut-être abandonner son enquête, puisque cela nuirait à la "sécurité nationale". Voici ce que Wardle a dit à Peel : "Ce problème était délicat et j’ai vraiment trouvé que ce fut une aide que l’ambassadeur étaye cette position. Cela m’a aidé à comprendre les risques et a été une aide précieuse pour me décider à interrompre cette enquête."

Abou Henry, semble-t-il, "a dit comment cette pourrait entraîner Riyad à annuler sa coopération en matière de renseignements et de sécurité, privant potentiellement Londres d’accès à une surveillance vitale de suspects terroristes durant le pèlerinage du Hadj à la Mecque… L’ambassadeur a même suggéré (que) persister avec l’enquête du SFO pourrait mettre des vies en danger en Grande-Bretagne". Selon une personne "étroitement impliquée dans ces événements", écrivait Peel — et je soupçonne cette "personne" d’être probablement Wardle — Cowper-Coles "n’est pas trop entré dans les détails, mais il a expliqué en termes très clairs ce qu’il pensait des éventuelles conséquences… y compris que des personnes y trouveraient la mort". Deux jours plus tard, l’enquête de corruption fut abandonnée.

Il ne faut donc pas s’étonner que les Saoudiens l’appellent affectueusement "Abou Henry".

Cependant, vu certaines de ses remarques durant une récente visite à Oxford, Abou Henry doit avoir été lui-même surpris de pouvoir persuader Lord Blair de la sagesse de laisser tomber toute cette enquête essentielle de corruption. Devant les universitaires, il n’a pas caché son cynisme vis-à-vis de notre ancien Premier ministre, se plaignant qu’en dépit de notes d’information détaillées du Ministère des Affaires Etrangères et de propositions de discours, Blair a semblé rarement les lire et parfois n’a utilisé qu’une seule ligne de leurs contenus.

Mais, là encore, je suppose que c’est ce qui fait la diplomatie, persuader ici, plaider là-bas, essayer d’obtenir ce que vous voulez par quelques commentaires en privé à des fonctionnaires du Bureau des Fraudes Sérieuses, voire à des journalistes. Je n’ai aucun doute là-dessus.

Il y a vraiment longtemps, à la fin des années 70, lorsque j’étais le correspondant au Proche-Orient pour The Times, je me rappelle comment un diplomate britannique au Caire essaya de me persuader de virer mon "correspondant" local, une Egyptienne copte qui travaillait aussi comme correspondante pour Associated Press et qui fournissait une couverture compétente du pays lorsque j’étais à Beyrouth. "Elle n’est pas très bonne," avait-il dit, et il suggéra que j’engage une jeune Anglaise qu’il connaissait et qui — comme je l’ai su plus tard — avait des contacts étroits avec le Foreign Office.

J’ai refusé cette sinistre proposition. En vérité, j’ai dit au Times que je pensais qu’il était scandaleux qu’un diplomate britannique ait essayé de manigancer le licenciement de notre employée à temps partiel au Caire. Le rédacteur en chef de la rubrique étrangère du Times était d’accord avec moi.

Mais cela ne fait que montrer jusqu’où peuvent aller les diplomates.

Et quel était le nom de ce jeune diplomate britannique au Caire, dans les années 70 ? Mais c’était bien sûr Sherard Cowper-Coles.

traduction : JFG-QuestionsCritiques

http://questionscritiques.free.fr


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite