Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Le « pâ(c)té » présidentiel de Ségolène Royal.

de : Michel Gros
jeudi 8 mars 2007 - 11h46 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

Les figures de proue du Parti Socialiste, qui se déchirent et se méprisent dans des temps politiques sans conséquence, s’agrègent quand le temps venu de leur survie politique les y oblige. Cette solidarité d’apparence et cet instinct grégaire ne trompent plus personne. L’opinion publique depuis trop longtemps maltraitée ne s’en laisse plus conter. Les militants méprisés n’hésitent plus à dire leur désapprobation malgré les pressions au silence opérées par la Direction Nationale. Mais aujourd’hui, au-delà cette boulimie de l’appétit politicien, c’est l’indécence du « Pacte présidentiel » à se présenter comme socialiste qui fonde l’urgence d’une critique désespérément absente.

Le monde, happé par un modèle économique qui le détruit, est en attente de rupture. Une alternative nouvelle et radicale est désormais nécessaire. L’alternance qui est proposée dans le « Pacte présidentiel », comme une acceptation à peine voilée du système en place, est une insulte au monde qui souffre massivement et durement. Il semble bien d’ailleurs que ce monde-là ne soit plus celui des préoccupations des « socialistes ».

La sociologie des notables « bobos » de notre Parti serait-elle le point de non-retour qui permet tous les abandons et rend possibles toutes les désespérances en les privant de leur fondement de révolte ?

Certains pensent que toute critique devient impossible à l’instant du choix. Au point d’imaginer que les quelques velléitaires, qui osent encore égratigner le « Pacte présidentiel », devraient quitter le Parti. Ils oublient parfois qu’une carte ne suffit pas à se prévaloir du statut de socialiste et qu’un texte venu de « nul pacte » doit être soumis à l’expertise critique.

De cette impossibilité à faire un retour critique vers les supposés initiateurs de ce « Pacte présidentiel », surgissent des conséquences dommageables. La première d’entre-elles touche à la nature même du contenu dans lequel les idées subversives du socialisme historique ont largement disparu au profit d’une résignation à « l’ordre des choses économiques », cette grande et belle chose libéralisée à outrance, qui est la cause des misères du monde. L’autre conséquence sera celle du vote sanction, dernier recours dans une démocratie égratignée par aussi peu de confiance à l’égard des militants et du Peuple tout entier.

Le phénomène François Bayrou, alimenté par les sympathisants et les électeurs habituels du PS, doit être jugé à l’aune de ces inconséquences qui nous incombent. À un point tel que, dans les promesses programmatiques qui font le lit des illusions de toute nature, François Bayrou apparaît dans sa vérité d’homme comme celui qui porte les mensonges les plus acceptables.

Nous cheminons vers une déconvenue dont nous allons avoir du mal à nous défaire si nous ne réagissons pas immédiatement vers l’affirmation d’une impérative rénova(c)tion socialiste débarrassée des hésitations où nous place la discipline de Parti.

Il va nous falloir affronter les attaques de bas étage de tous ceux qui s’accrochent, dans notre Parti devenu une caricature promotionnelle des professionnels de la politique, à leurs petits postes. Les prétendus rénovateurs, à la sauce Montebourg ou Moglia, ne se démarquent pas de cette gangrène qui mine notre Parti. Ils rendent plus difficile encore tout sursaut où le socialisme aura à retrouver, en sortant de ce « pâté présidentiel », ses valeurs fondamentales faites de liberté, d’égalité et de fraternité.


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Le « pâ(c)té » présidentiel de Ségolène Royal.
8 mars 2007 - 13h21

Salut Michel,

Je salue ici l’effort louable et rare (sauf c ’est vrai chez Rénovaction ou D&S peut être) de critique, d’analyse et de remise en cause d’un militant important au PS, qui est toujours au PS (sauf erreur de ma part), un acte de lucidité et de bienveillance humaine.

Un socialiste qui ose dire publiquement que le Pacte- de- mes- deux de Ségolène et des autres "cadres-bobos" du Ps, c’est tout simpelment , oui,se moquer de ceux qui souffrent aujourd’hui. Une insulte à la face de l’urgence sociale.

Oui, Michel, c’est sûr, la claque vous allez la prendre , encore une fois, et bien derrière les oreilles cette fois. Comme en 2002 - mais en pire. Je suis contente que toi aussi tu le dises, il est important que vous au Ps vous le disiez aussi, clairement et fortement !

J’espère que les militants de gauche au PS vont enfin se prendre en main et faire secession ! Il faut aller plus loin encore, Michel, il faut partir, il faut vider le PS social libéral, cette grosse baudruche gonflée à l’helium des egos de ses cadres , de ses militants de gauche et les mettre à l’abri dans une strcuture qui ne soit pas le Ps.

Sur ce, bonne lutte, y’a du boulot
Je te confirme que je ne voterai toujorus pas et encore moins maintenant qu’il y a un mois, pour Ségolène Royal...

Amitiés,
Osémy, La Louve rouge



Le « pâ(c)té » présidentiel de Ségolène Royal.
9 mars 2007 - 17h19

Hélas le monde n’est pas parfait et le Parti Socialiste non plus.

Mais la démocratie n’est pas un jeu, et la Présidentielle ne se joue pas à la proportionnelle !

Alors faites bien attention, camarade de gauche.

A taper comme vous le faites sur Ségolène Royal, et en ne votant pas pour elle dès le premier tour, vous vous assurez, vous nous assurez, de devoir subir Sarko comme Président.

Est-ce vraiment votre vœu le plus cher ?

Si c’est le cas, dites le franchement !

A bon entendeur, salut !



Le « pâ(c)té » présidentiel de Ségolène Royal.
10 mars 2007 - 07h41 - Posté par

Cher anonyme,
Apparemment, il semble que voter te soit impossible par manque d’identité. Au-delà de cette remarque qui pointe le courage manquant d’une origine d’énonciation minimale, il semble que le "vote utile" contre Sarkozy ait changé de camp selon le principe caduque de l’illusion "sondagière". D’autres arguments m’auraient été utiles. En revanche c’est bien parce que "le monde n’est pas parfait" que je suis socialiste, et malgré mon vote au premier tour pour Ségolène Royal j’entends bien le rester pour ne pas faire de la démocratie le jeu de marketting politique auquel s’adonne le PS avec le soutien de ses "adhérents-consommateurs" béats.
A bon "militant" discipliné, salut !






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite