Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Hania Mufti, l’Irak et le procès de Saddam

de : Catherine Wendell
dimanche 28 janvier 2007 - 15h42 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

de Catherine Wendell

Mufti Elue parmi les personnalités de l’année 2005 de Time Magazine, cette Jordanienne de 47 ans enquête depuis plus de 20 ans, pour le compte d’Amnesty International, puis Human Right Watch, sur les horreurs commise par le régime de Saddam Hussein (Chiites, Kurdes, opposants Sunnites), dans le plus grand secret et souvent au risque de sa vie.

Hania Mufti est née à Amman, en Jordanie. Après avoir quitté ce pays, puis le Liban livré à la guerre civile, elle part à Londres terminer ses études où elle se fait embaucher par Amnesty International. Nous sommes en 1981, un an près l’offensive de Saddam contre l’Iran.

En 1984, Amnesty lui confie l’ensemble du dossier irakien, l’un des pays réputé comme l’un des "plus difficile" de la région.
Le pire ? "Un cas à part", rectifie-t’elle.
Rapidement, Hania découvre l’efficacité des services secret du Baas, très actifs en Europe et notamment à Londres, où elle réside. La prudence est de rigueur car il s’agit pour elle de protéger ses sources et ses contacts.
"Les informations que nous récoltions étaient si dramatiques, le nombre d’exécutions si élevé et les techniques de torture tellement dures... que nous développions un sens particulier de la mesure. Ce qu’on nous rapportait paraissait à ce point incroyable que j’avais en permanence des doutes sur ma capacité à déceler le vrai du faux. Au final, nous n’écrivions dans nos documents publics qu’une infime partie de ce que nous entendions".

Le 16 mars 1988, au matin...
quelques mois avant la fin de la guerre contre l’Iran, Saddam intensifie son offensive contre les guérillas kurdes. Sous prétexte d’une infiltration de soldats iraniens dans la ville de Halabja, il ordonne à son aviation de déverser des bombes chargées de gaz mortel. Ce sera le massacre d’Halabja. On parle d’abord de 4 000 morts, peut-être le double. Et puis de 100 000 personnes massacrées avec la destruction de près de 90% des villages kurdes irakiens.

Kurd_1 Le jour de la tragédie, Hania est à Londres. Elle rassemble immédiatement toutes les infos disponibles. Mais Amnesty hésite à condamner l’attaque, craignant de déroger à la règle de neutralité des organisations de défense des droits de l’homme en temps de guerre ! Hania insiste et se bat mais devra attendre un mois avant qu’Amnesty ne condamne ce que l’on peut assimiler à un génocide. "C’était très dur... d’autant plus dur que l’on apprendra quelques années plus tard que ce n’était pas la première attaque chimique contre les populations kurdes..."

Rumsfeldsaddam_1 La communauté internationale se tait également. À l’époque, l’Irak étant l’allié des grandes puissances, celles-ci se contentent de vagues condamnations. Quant aux États-Unis, le Président Bush père, donne même son consentement pour une allonge d’un milliard de dollars afin de soutenir l’Irak contre l’Iran... (ici, Rumsfeld et Saddam en 1983 >)

Hania part pour le Kurdistan turc où elle recueille les témoignages auprès des quelques 100 000 réfugiés entassés sous des tentes de fortune. Elle se heurte aux autorités turques, pour lesquelles attirer l’attention sur les traitements des Kurdes irakiens risquent de mettre en lumière la situation des Kurdes de Turquie.

En bref, de 1985 à 1990, Hania dépose devant la Commission des Droits de l’Homme, à Genève, des rapports alarmants sur la situation irakienne (Kurdes, Chiites, opposants Sunnites). En vain.

Ensuite, c’est l’invasion du Koweït, le 2 août 1990 avec sa litanie d’horreurs, qu’elle rapporte suite à un séjour à Ryad où elle rencontre des centaines de réfugiés koweïtiens. Mais là, elle commet une erreur, suite à une information fausse qui pèse encore aujourd’hui sur ses épaules : c’est l’affaire des 300 couveuses de bébés koweïtiens, qui auraient été débranchées par les soldats irakiens. En fait, de tels agissements se sont produits, mais seulement 7 à 8 cas individuels.

"J’avais l’impression que les crises en Irak n’allaient jamais finir" se souvient-elle en évoquant l’année 91 et la répression sanglante des Chiites au sud et des Kurdes au nord par Saddam.

En 1992, Hania profite de la relative autonomie du Kurdistan irakien pour se rendre sur place, rencontre les opposants kurdes, visite les bâtiments qu’occupaient encore récemment les agents du régime baassiste. Elle met la main sur des centaines de documents concernant les opérations meurtrières menées par le régime. Et poursuit jusqu’en 1997 sa quête contre l’oubli. Epuisée, elle finit par quitter Amnesty pour se reposer.

Pas longtemps, car en 2000 Human Right Watch lui propose de devenir chef de son bureau irakien. Elle repart à nouveau en Syrie et en Jordanie, à la rencontre des opposants de Saddam.

Début 2003, la guerre menace. Une nuit, Hania traverse le Tigre pour atteindre l’Irak et arrive finalement à Bagdad fin avril.
"Je n’ai vu que la version détruite de la ville... il flottait pourtant dans l’air un sentiment d’accélération de l’histoire, une impression incroyable de liberté. Mais très vite, après seulement deux ou trois jours, la situation a changé."

Hania Mufti adopte une position fort réservée sur l’occupation militaire de l’Irak. Mais lorsque l’administration américaine met en place un Tribunal Spécial Irakien (3 jours avant la capture de Saddam Hussein), elle propose aussitôt ses services et ceux de Human Right Watch.
Elle rencontre juges et magistrats, fraîchement adoubés par Washington et prépare ses dossiers afin de
nourrir le réquisitoire.

Elle recommande également la mise en place d’une cour de justice mixte, composée d’Irakiens et de spécialistes internationaux indiscutables et rappelle qu’une juridiction crédible doit respecter les droits des accusés.

Et là, elle se heurte à un mur : "Dès le début, ils (les Américains et les autorités irakiennes) avaient décidé que le procès serait organisé par eux, et par eux-seuls".
Un envoyé de George W Bush finit par lui cracher le morceau : "A Washington, ils ne veulent pas de toi dans la procédure. Ils ont peur que tu remettes en question tout le dossier des charges que nous essayons de mettre en place".

Avec Human Right Watch, elle n’est que la spectatrice du procès contre Saddam. Un procès qui "doit avoir lieu magré tout, malgré la précipitation... malgré cette cour qui ne semble pas en mesure de rendre une justice équitable."
Pourquoi alors ? "Parce que j’ai bien peur que pour beaucoup de victimes de la dictature, ce procès soit la seule forme de jugement qui leur sera jamais offerte."

Irakboy_1 La suite a démontré sa clairvoyance avec la pendaison express de Saddam Hussein, le 30 décembre 2006, condamné à mort pour la répression de Doujail en 1982.

Hania consacre désormais son temps à recenser les violations des droits de l’homme perpétrées par les troupes d’occupation, violences, tortures, sévices infligés aux prisonniers sunnites.

Elle veut rester la porte-parole de la souffrance irakienne, un objectif qu’elle s’est fixée voilà plus de vingt ans.

Source : Nicolas Bourcier - Le Monde 2 - 22 octobre 2005

http://planetargonautes.typepad.fr/...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Hania Mufti, l’Irak et le procès de Saddam
30 janvier 2007 - 21h19

Hania Mufti ,après la lecture de sa bio, je dis il y a une vraie belle personne engagée........mérite d’être connue et montrée en exemple.

Jean-Philippe Veytizoux







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite