Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

ITALIE : OPPORTUNISTES DE L’HISTOIRE


de : Enrico Campofreda
jeudi 11 janvier 2007 - 07h25 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 9.2 ko

de Enrico Campofreda traduit de l’italien par karl&rosa

Les journaux et nos oreilles sont pleins des divagations concernant l’Histoire au profit des tours de valse que font quelques politicards de ce qui fut la Gauche. Ainsi, quand D’Alema [ministre des Affaires étrangères, NdT] prend un ton doctoral et dit que Mussolini devait pas être exécuté, il affirme une absurdité historique et politique qui annule intentionnellement le climat du 25 avril et de la capture du chef du fascisme.

D’Alema est trop malin pour ne pas le savoir, il a été aussi l’un des derniers à fréquenter l’école du Parti [Communiste Italien, NdT] aux Frattocchie [localité des environs de Rome, NdT], mais il force et instrumentalise à son profit très personnel aussi bien pour débarasser sa personne de la dernière poussière « communiste » en se déguisant en bon enfant, jusqu’ici un rôle sur mesure pour Veltroni [maire actuel de Rome, NdT]. Cette boutade astucieuse – qu’il y croit ou non – lui donnera des chances pour ses recyclages politiques futurs. A l’ombre, le cas échéant, d’une social-démocratie spectrale sans même plus un fil de socialisme ni de socialité.

Piero Sansonetti [directeur du quotidien Liberazione, proche du Parti de la Refondation communiste, NdR], au contraire, est difficile à comprendre. En récitant il y a quelques jours la même litanie sur la fin du duce, il fait le chantre et le pisteur pour de nouvelles idées libéral communistes du Grand Chef du Parti – qui, même de sa chaise à haut dossier de Montecitorio [siège de la Chambre des Députés, NdT] reste le sous commandant Fausto – basées sur de futurs raccourcis électoraux sur la non violence. Ou bien il cherche, pas des idioties pareilles, une crédibilité électorale que Liberazione ne lui fournit plus. Partir de la pendaison de Saddam et la comparer à l’exécution sommaire de Mussolini est un non sens que seulement des visionnaires, superficiels ou nostalgiques peuvent exprimer. Cela, peut le faire sa petite-fille Alessandra, à court de visibilité après la marginalisation subie par tous ses compères ministériels ou cogneurs irréductibles. Cela peut être fait par le journalisme chiffonnier de Feltri [directeur de Libero, journal de droite, NdT] ou ce stal de Ferrara [directeur de Il Foglio, journal de droite, NdT]. Peut-être même le révisionnisme historique ne l’a-t-il pas fait.

Sortir l’Histoire de son contexte est toujours une opération aveugle et insensée. Naturellement, on aurait pu faire un procès au responsable de 23 ans de crimes italiens institutionnalisés au risque de le voir échapper au procès comme il était arrivé à filer de Milan assiégé par les forces de la Résistance, aidé par les agents secrets de son admirateur Churchill et des milieux fréquentés par le cardinal Schuster. Les partisans des Brigades Garibaldi de Côme qui heureusement l’interceptèrent, déguisé tragi comiquement en soldat de la Wehrmacht, décidèrent que pour lui l’heure était arrivée de payer une addition politique longue de plus de vingt ans. Ils le firent pour la Résistance toute entière et pour le peuple italien antifasciste qui ne leur contesta rien. Ni tout de suite, ni plus tard. Prirent-ils des ordres du CLNAI [Comité de Libération Nationale de l’Italie du Nord, NdT] ? De Longo ou de Secchia ? Il importe peu de le savoir. Cela peut importer du point de vue de l’entêtement documentaire, pas sur le plan politique. Et pas sur le plan militaire non plus. Parce que, Audisio ou un autre, celui qui avait appuyé sur la gâchette pouvait être livré à des vengeances posthumes. Pas que des vengeances militaires, si nous pensons aux persécutions juridiques contre les partisans qui firent surface dans la République antifasciste née de la Résistance dès que le gouvernement Parri fut sacrifié à la Realpolitik d’après guerre. On aurait pu le savoir, le cas échéant, dans les années suivantes, mais la guerre froide entraîna jusqu’aux années soixante autant de « mystères ». Et le temps a balayé, avec les protagonistes et les témoins, la vérité des faits.

L’exposition à Piazzale Loreto des cadavres des dirigeants fascistes et leur abandon dans un coin « à la manière fasciste » comme les corps des martyrs du 10 août 1944 fut sans doute un geste fou, dicté plutôt par la rage et l’excitation du moment que par le jugement politique. L’exhibition de la mort n’appartenait ni à la culture de la Résistance ni à celle du communisme de chez nous. Si quelques garibaldiens se salirent d’ « infamies » il ne s’agit pas d’épisodes fréquents. Les tueries de Porzus sont sûrement plus graves que les « entorses » faites par les rouges comme le Fenoglio, loin de l’orthodoxie sanctificatrice, le raconte dans ses merveilleux romans. Mais il s’agit là d’un cas sui generis, interne au climat insurrectionnel particulier à cause de la VII fédérative de Tito qu’on vivait au Frioul. Innombrables, au contraire, les massacres nazis fascistes pendant les mois lugubres de la République Sociale dans une terre que Pavolini, Graziani, Borghese et autres Buffarini Guidi – même plus que le déjà cadavérique Mussolini – voulaient mouillée de sang italien.

Sofri, en parlant de tyrannicide le 2 janvier dernier dans « La Repubblica » rappelait avec les yeux d’Useppe, le personnage d’Elsa Morante, les corps pendouillant, peut-être à Turin, où agissait le fédéral Solaro, passé lui aussi par les armes pendant la Libération et revendiqué par les pleureuses vulgaires et tardives de Pansa. Ou ceux de Padoue, ou ceux qui flottaient dans le delta du Pô avec l’écriteau « Partisans » des séquences inoubliables de « Paisà ». Ou encore les corps narrés par Vittorini dans « Hommes et non » qui font comprendre même à ceux qui ne les vécurent pas et n’eurent pas les récits de ceux qui y étaient ce que furent les vingt mois de massacre de la vie que le Mussolini du dernier acte voulut dans son final et damné sursaut de violence. Qui ne justifie jamais l’horreur de son gros crâne et des cadavres des ennemis, même si c’étaient des fascistes haïs, à Piazzale Loreto. Mais il fait comprendre la folie forcenée du moment. Et qui établit comme fatalement juste la fin du satrape.

Il n’y avait pas seulement cinq morts au Largo Augusto : il y en avait d’autres sur le trottoir d’en face ; et il y en avait quatre sur le corso di Porta Vittoria ;il y en avait sept sur la piazza delle Cinque Giornate, aux pieds du monument. Des écriteaux disaient derrière chaque rangée de morts : Passés par les armes. Ils ne disaient rien d’autre, les journaux non plus ne disaient rien d’autre, et parmi les morts il y avait deux garçons de quinze ans. Il y avait une fillette aussi, il y avait deux femmes et un vieillard à la barbe blanche. Les gens allaient du largo Augusto et du corso di Porta Vittoria jusqu’à la piazza delle Cinque Giornate, voyaient les morts au soleil sur un trottoir, les morts à l’ombre sur un autre trottoir, puis les morts sur le corso, les morts sous le monument, et n’avaient rien besoin de savoir d’autre. Ils regardaient les visages morts, les pieds nus, les pieds dans les chaussures, ils regardaient les mots des écriteaux, ils regardaient les têtes de morts avec les tibias croisés sur les bérets des hommes de garde, et il semblait qu’ils comprenaient tout… »



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
ITALIE : OPPORTUNISTES DE L’HISTOIRE
12 janvier 2007 - 09h04

Chaque année, les Garibaldiens fêtent le 25 avril.
C’est un moment de joie et de souvenirs pour les anciens qui ont vécu ce jour et un moment de respect et de remerciement pour les nouvelles générations envers les anciens.
Ce qui est fêté ce jour là c’est la libération de l’Italie et surtout la fin de l’horreur de la guerre. La fin de Mussolini et de sa chérie se conprenne parfaitement, d’une part par l’ambiance d’une fin de conflit et d’autre part par la terreur qu’a fait régner pendant de nombreuses années le Duce.
Mon pére me parlait souvent de la condamnation à mort de mon grand-père par Mussolini, et cela 60 ans après. Il y a des choses qu’il est difficile de pardonner.
Mais, il n’y a pas de fierté non plus à pendre un homme et une femme, c’est une fin que je trouve très logique pur une ordure pareil, mais il n’y a pas de gloire non plus.
En tout cas, ils ont été pendu par des hommes et des femmes en colères contre lui, des Italiens, des Garibaldiens, bref le peuple, et pendu dans le feu de l’action.
Rien à voir par exemple avec la pendaison de Saddam Hussein qui a été pendu à des fins politiques par des politiques et organisée à distance par des grandes puissances.
Rien à voir non plus avec la mort de Milosevic.

La mort de Mussolini, c’est uniquement l’histoire des hommes.
Et aujourd’hui, ces hommes politiques qui veulent sous couvert de popularité pratiquer une forme de négationnisme, ces hommes là qui ont une vraie connaissance de l’hisoire sont méprisables.
Les Garibaldiens



ITALIE : OPPORTUNISTES DE L’HISTOIRE
12 janvier 2007 - 19h30 - Posté par

D’Alema... Son nom evoque toujours cette scene du film de Nanni Moretti (Aprile). Moretti et sa maman regardent a la tele un debat televise opposant Berlusconi a D’Alema. D’Alema, timore, centriste, calculateur, antipathique, se fait tailler en pieces par Berlusconi. Exaspere, Moretti finit par crier en direction du televiseur : "Mais D’Alema, dis au moins quelque chose de gauche !"
D’Alema incarne mieux que tout autre le sabordage de la gauche italienne et de ces DS, le parti le plus blairiste en Europe.





Claude Posternak
vendredi 23 - 16h06
de : jean1
1 commentaire
Côte d’Ivoire : le néo-colonialisme dans ses oeuvres moribondes !
vendredi 23 - 16h01
de : joclaude
La Russie et la Tchétchénie en gros répondent “Vous voulez des terroristes et bien gardez-les…
jeudi 22 - 16h07
de : joclaude
Notre éviction de Facebook pourrait signer la fin prochaine de Rapports de force
jeudi 22 - 15h11
1 commentaire
Ne trahissons pas la mémoire de Samuel Paty
jeudi 22 - 11h26
de : Hervé Fuyet
1 commentaire
BOLIVIE : Analyse de l’élection de Luis ARCE nouveau Président.
jeudi 22 - 11h17
de : joclaude
2 commentaires
Deux heures moins le quart avant le couvre-feu - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 21 - 21h49
de : Hdm
Sgunfu di talwit a Samuel Paty
mercredi 21 - 00h16
de : ACB
1 commentaire
BOLIVIE : Luis ARCE candidat du Mouvement pour le Socialisme élu !
mardi 20 - 16h56
de : joclaude
2 commentaires
En Espagne, un hôpital face à la deuxième vague du coronavirus
mardi 20 - 16h24
de : nazairien
propos raciste de Jean Luc Mélenchon ,saisine du procureur
mardi 20 - 07h37
de : sôs Soutien ô Sans papiers
8 commentaires
Les rapports sociaux imbriqués rendent difficile l’émancipation totale
mardi 20 - 00h44
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Pour se souvenir:Ernesto « Che » Guevara (1928-1967), combattant internationaliste
lundi 19 - 17h26
de : joclaude
Sortir de toute barbarie par le haut suppose de promouvoir la civilisation
lundi 19 - 00h21
de : Christian Delarue
3 commentaires
Remember (pour se souvenir)Thomas Sankara...
dimanche 18 - 15h56
de : joclaude
Plusieurs milliers de sans-papiers défilent à Paris pour la dernière étape de la Marche des solidarités
dimanche 18 - 13h09
2 commentaires
Monogamie souple ou la fin de l’exclusivisme sexuel conjugal
dimanche 18 - 09h17
de : Christian Delarue
1 commentaire
Village du peuple : d’un lieu de vie et d’expérimentation à un tas de gravats
dimanche 18 - 08h39
UFAL : Les « hussards noirs de la République » sont désormais les cibles de l’islamisme radical
samedi 17 - 23h16
de : Christian Delarue
1 commentaire
Attentat de Conflans St Honorine : ATTAC et FSU plus MRAP
samedi 17 - 21h57
de : Christian Delarue
3 commentaires
La théorie monétaire moderne expliquée simplement
samedi 17 - 15h33
de : Luc JACOB
1 commentaire
Refus du séparatisme des riches actionnaires (17 octobre)
samedi 17 - 10h39
de : Christian Delarue
2 commentaires
quelques infos sur l’organisation de la marche des sans-papiers en Ile de France
vendredi 16 - 21h04
de : jean1
Propos scandaleux de M. Reda : solidarité avec le GISTI
vendredi 16 - 20h08
de : Christian Delarue (MRAP)
3 commentaires
Communiqué de presse des Mutuelles de France : Encore un coup fourré en macronie !
vendredi 16 - 12h11
de : joclaude
Toulouse : couvre-feu et situation sanitaire décuplent la colère des soignants
vendredi 16 - 12h09
BOLIVIE : Second coup d’Etat ou fraude électorale ?
vendredi 16 - 11h52
de : joclaude
3 commentaires
COVID19:Perquisitions chez Edouard Philippe et Olivier Véran
vendredi 16 - 11h36
de : joclaude
La théorie monétaire moderne expliquée simplement
vendredi 16 - 09h27
de : Luc JACOB
2 commentaires
Manipulation sur le séparatisme avec un Robert Ménard raciste.
vendredi 16 - 09h02
de : Christian Delarue (MRAP)
1 commentaire
Cuba est élu au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU (pour la 5° fois)
jeudi 15 - 17h11
de : joclaude
’Urgence de vous’ ou l’urgence de parler le 21/10 à Bruxelles
jeudi 15 - 15h51
BOLIVIE : Autre démonstration de félonie du régime capitalisme !
jeudi 15 - 12h00
de : joclaude
TROISIEME RASSEMBLEMENT POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH !
jeudi 15 - 11h32
de : jean clement
Arkéa se met au dopage, il manquait plus que ça !
jeudi 15 - 09h37
de : Breton En Colère
La grande distribution - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 14 - 20h56
de : Hdm
1 commentaire
« Vous avez aimé la première vague et le confinement … ?
mercredi 14 - 19h25
de : Lepotier
3 commentaires
Sujets sociaux : cinq syndicats réclament des réponses à Jean Castex
mercredi 14 - 16h07
2 commentaires
Etrange... ! Corée du Nord : pourquoi tout le monde est maintenant masqué
mardi 13 - 16h40
de : nazairien
1 commentaire
Répression : la mobilisation pour les 4 de Melle prend une ampleur nationale
lundi 12 - 14h52

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite