Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Campement Paris

de : Anna Maria Merlo
dimanche 23 juillet 2006 - 18h24 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires
JPEG - 59.3 ko

Le nombre des Sdf logés par la Mairie dans des tentes montées le long des rues augmentent dans la capitale. Un phénomène rendu plus visible par les manifestations estivales

de Anna Maria Merlo, Paris Traduit de l’italien par karl&rosa

Jeudi 20 juillet ouvre le nouveau "Paris-Plages", un mois de plages artificielles avec des activités sportives, des chaises longues, des bars et de la musique sur les berges de la Seine, étendues cette année à la Rive gauche jusqu’à la Bibliothèque François Mitterrand, où vient d’être inaugurée (et tout de suite fermée, mais elle devrait rouvrir demain) la nouvelle piscine à ciel ouvert qui flotte sur la Seine. Mais, pour installer "Paris-Plages" la mairie a dû déloger les occupants habituels des rives de la Seine : les Sdf, de plus en plus nombreux. "Les groupes qui sont en contact avec les Sdf leur ont demandé de se déplacer" explique-t-on à la mairie, sans préciser où.

Quiconque prend un bateau-mouche sur la Seine ne peut pas ne pas voir qu’entre la tour Eiffel et Notre Dame, sur un parcours déclaré patrimoine mondial par l’Unesco, des dizaines de personnes vivent sous tentes. Ce sont des canadiennes de la marque Quechua, que Médecins du Monde a distribuées l’hiver dernier. L’idée était de lancer un signal d’alarme, de faire une dénonciation pour secouer l’opinion publique, par une opération baptisée "igloo". Mais peu à peu la ville s’est habituée à ses tentes. Il y en a aux Halles, devant et derrière Beaubourg, le long des canaux Saint Martin et de l’Ourcq, sur les grands boulevards.

Médecins du Monde en avait distribué 300 au début de l’hiver, il semble qu’aujourd’hui elles soient devenues 500. « Nous constatons un phénomène de précarisation » affirme Mylène Stambouli, qui à la mairie de Paris est chargée des questions de l’exclusion. Les Sdf sont environ 10 000 à Paris. Des personnes qui se débrouillent entre des squat, des grabats de fortune dans la rue, des hôtels à bas prix, des centres sociaux. La mairie a affecté cette année 50 millions d’euros pour éviter la réduction de mille places d’accueil, comme chaque été. Le Secours catholique a lancé une campagne d’affichage dans les rues pour faire face à la précari-été.

L’opération « igloo » commence à être critiquée, parce qu’elle s’est transformée de manifestation de dénonciation en solution stable pour beaucoup. Selon Xavier Emmanuelli, fondateur du Samu social, « elles clouent le Sdf à la rue. Un mois dans la rue veut dire trois mois de travail pour la réinsertion. Mais s’ils s’habituent, que faire ? » Les associations qui gèrent les centres d’accueil signalent une diminution des demandes. Comme si habiter une tente dans la rue était désormais considéré comme une solution stable.

La Préfecture invoque la loi : « Humainement légitimes, les tentes posent un problème d’ordre public et de respect de l’environnement. A Paris, le camping est interdit. Il est difficile de tolérer le maintien de ce dispositif ». Les habitants protestent à cause des ennuis causés par ces présences. Les tentes dans Paris sont la pointe d’un iceberg bien plus consistant qui est en train de s’enraciner dans la région parisienne et qui ne concerne plus les populations marginales, comme les Sdf, mais des travailleurs en majorité précaires, qui avec un salaire autour de 1000-1200 euros n’arrivent pas à obtenir un petit appartement en location. « En cinq ans - dénonce-t-on à la Fondation Abbé Pierre - les situations bizarres, les logements de fortune ou les campings utilisés comme logements se sont notablement développés ».

Une autre association qui s’occupe des populations pauvres, Coup de main, explique que « des Français, intégrés mais en difficulté, s’installent un peu partout ». Les pouvoirs publics font semblant d’ignorer le problème. Mais certains maires de communes où se trouvent des campings transformés en résidences fixes commencent à soulever le problème. « Tout terrain ouvert toute l’année accueille des résidents permanents » a relevé une urbaniste, France Poulain, qui a rédigé un « Guide du camping caravaning » dans la région Île de France. Les personnes vivant toute l’année dans les campings restent cachées, parce que transformer un lieu de vacances temporaire en résidence stable est interdit.

Ainsi beaucoup ont perdu par exemple leur droit de vote, parce qu’ils ne peuvent pas donner une adresse légale. Selon un premier recensement de ce type de résidence réalisé par les associations pour le droit au logement, dans le département 91, aux portes de Paris, ils seraient 1700 à vivre dans des baraques de fortune. Dans le département 77, plus de 1500 familles se débrouillent, dans des cabanes à jardin ou dans des camping-cars. Dans certaines communes, un terrain communal est mis à la disposition des « campeurs involontaires », manque d’HLM. A La Ferté-Alais, une commune de la banlieue parisienne, la mairie a acheté un camping pour le rénover et l’offrir aux familles qui n’arrivent plus à payer la location d’un logement plus décent.

Les propriétaires des campings gardent le silence - louer un espace à longueur d’année est illégal - mais ils se sont rués sur l’affaire. Leur fédération admet : « Certes, il y a des cas. Dans les départements 95, 78, 77. Des provinciaux, des divorcés, de jeunes couples, des familles : la plupart sont des salariés, exclus du marché des locations parce qu’ils manquent des garanties à donner aux propriétaires ».

http://www.ilmanifesto.it/Quotidian...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
> Campement Paris
23 juillet 2006 - 22h38

Disparition des derniers bidonvilles en France : vers 1975
Disparition de l’affreuse menace bolchevique : vers 1990
Réapparition des bidonvilles en France : vers 2005

c’est réglé comme du papier à musique tout ça...



> Campement Paris
26 juillet 2006 - 23h30 - Posté par

"le camping est interdit à Paris"la connerie aussi mais elle prolifére surtout à la préfecture accompagnée par l’inhumanité.Le ducon préfectoral n’a pas compris,ou fait semblant de pas comprendre,que ce ne sont pas des touristes.
"parisiens de la misére
nous allons être gouvernés
par des mouchards et des gendarmes
des sabres peuple et des curés"
et par des préfets débiles
et des maires séniles.
Jean Claude des Landes


> Campement Paris
26 juillet 2006 - 23h25

"vous voulez les misérables secourus, moi je veux la misére supprimée." Victor Hugo

Si les bobosociaux parigo-plagistes ne veulent plus voir la misère, qu’ils s’appliquent à la supprimer lorsqu’ils ont le pouvoir.
Les SDF n’ont pas grand chose, leur supprimer les précarises encore plus...
Il vaut mieux un logement qu’une tente, mais il vaut mieux une tente que rien...

A.D.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
Exemple.
lundi 17 mai
de jy.D
Après le vote du PCF, un appel des « Communistes insoumises et insoumis »
lundi 17 mai
de Communistes insoumises et insoumis
3 commentaires
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
1 commentaire
DAZIBAO
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite