Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Un mystère que les Etats-Unis ne sont pas pressés d’élucider


de : Robert Fisk
jeudi 25 septembre 2003 - 00h06 - Signaler aux modérateurs

14 septembre 2004.

Une cervelle humaine gît à côté de l’autoroute. Elle a été éparpillée dans le sable, explosée de la tête de son propriétaire quand les Etats-uniens ont pris en embuscade leurs propres policiers irakiens.

Quelques centimètres plus loin, les dents d’un policier, cassées mais propres, celles d’un jeune homme. "Je ne sais pas si ce sont les dents de mon frère, je ne sais même pas si mon frère est vivant ou mort" me crie Ahmed Mohamed. "Les Etats-uniens ont emporté les morts et les blessés, ils ne nous diront rien."

Ahmed Mohamed dit la vérité. Il est aussi, devrais-je ajouter, un policier irakien qui travaille pour les Etats-uniens. Les forces états-uniennes ont communiqué officiellement - mais c’est invraisemblable -, qu’ils n’avaient "pas d’infomations" sur les 10 policiers morts tôt hier matin et les 5 blessés. Malheureusement, les Etats-uniens ne disent pas la vérité.

Les soldats du 3ème régiment d’infanterie ont tiré des milliers de balles dans l’embuscade, des centaines d’entre elles allant s’encastrer dans les murs du complexe hospitalier jordanien, mettant le feu à plusieurs chambres.

Et s’ils ont vraiment besoin d’"informations", ils n’ont qu’à regarder les cartouches de grenades de 40mm qui tapissent le sable près des morceaux de cervelles et des dents.

Sur chacune d’entre elles il y a écrit "AMM LOT MA-92A170-024". C’est le code pour des cartouches tirées d’un M19 états-unien.

Et ici, à Falloujah, alors que les civils irakiens en colère parcourent les rues à la recherche d’une patrouille à caillasser après la prière du matin, il n’est pas difficile de reconstituer ce qui s’est passé. Qahtan Adnan Hamad, le chef de la police, formé et payé par les Etats-unien - qui a confirmé que 10 policiers avaient péri - a décrit comment la veille, peu après minuit, des hommes en armes dans une BMW avaient tiré sur les bureaux du maire de Fallujah.

Deux unités des forces de police formées et payées par les Etats-uniens, - de celles du nouveau district de la gendarmerie établi à Falloujah par les forces états-uniennes le mois dernier et de la police irakienne fraîchement constituée - partirent à leur poursuite.

Puisque les Etats-uniens ne veulent pas révéler la vérité, laissons Ahmed Mohamed, qui avait son jeune frère de 28 ans, Walid, parmi les policiers qui donnèrent la chasse, raconter son histoire.

"On nous avait dit que la BMW avait ouvert le feu sur les bureaux du maire à 00h30. La police partit à leur poursuite dans deux véhicules, un plateau Nissan et une voiture Honda, et ils se dirigèrent vers Bagdad sur la vieille route Kandar."

"Mais les Etats-uniens étaient là dans le noir à l’extérieur de l’hôpital jordanien pour prendre en embuscade les voitures. Ils ont laissé passé la BMV, puis ils ont tiré sur les voitures de police."

Un des policiers blessés du second véhicule raconta que les Etats-uniens avaient surgi soudainement sur la route sombre. "Quand ils nous ont interpellés, on s’est immédiatement arrêtés," a-t-il dit. "Nous avons essayé de leur dire que nous étions des policiers. Ils n’ont pas cessé de tirer."

Cette dernière phrase est vraie. J’ai trouvé des milliers de cartouches en cuivre sur les lieux, des tas, commes des feuilles d’automne brillant au soleil, avec ça et là les cartouches vertes des grenades. Il y avait plusieurs centaines de balles non-utilisées mais bien plus dérangeant était la preuve sur les murs de l’hôpital jordanien. Au moins une salve de 150 coups de chargeurs avait été tirée sur le mur et deux chambres avaient pris feu, les flammes noircissant l’extérieur du mur.

Et là encore, il y a un autre mystère que les Etats-uniens n’étaient pas pressés de résoudre hier. Plusieurs Irakiens ont affirmé qu’un docteur était mort et cinq infirmières blessées. Mais en m’approchant de l’hôpital, je me suis retrouvé face à trois hommes armés qui m’ont dit être jordaniens. Maintenant, pour rentrer dans les hôpitaux, il faut obtenir une autorisation des autorités d’occupation de Bagdad, ce qui est, si cela arrive, très rare.

Personne ne veut que des journalistes aillent rôder autour des lugubres morgues de l’Irak "libéré". Qui sait ce qu’ils pourraient y trouver ?

"Les docteurs sont à la prière, vous ne pouvez pas entrer," me dit un Jordanien en arme à l’entrée. Sur le toit de l’hôpital abimé, deux gardes armés et casqués nous regardent. Ils ressemblent beaucoup à des Jordaniens. Et leur hôpital est en face de la base de la 3ème division d’infanterie. Est-ce que les Jordaniens sont là pour les Etats-uniens ? ou est-ce que les Etats-uniens gardent l’hôpital Jordanien ? Quand j’ai demandé si les corps des policiers morts étaient là, l’homme en armes de l’entrée a juste haussé les épaules.

Alors que s’est-il passé ? Les Etats-uniens ont-ils abattu leurs propres policiers irakiens en pensant que c’étaient des terroristes - des pro-Saddam ou des al’Qaïda, selon leur foi dans président George Bush - et ensuite, quand leurs balles ont atteint l’hôpital, ont-ils été pris sous le feu des Jordaniens sur le toit ?

Dans n’importe quel autre pays, les Etats-uniens auraient avoué une partie de la vérité.

Mais tout ce dont ils ont accepté de parler hier, c’était de leurs propres pertes. Deux soldats US ont été tués, et sept autres blessés dans un raid sur la ville voisine de Ramadi quand les occupants d’une maison répondirent à leurs tirs.

Cela donne l’impression que les vies états-uniennes sont, bien sûr, infiniment plus importantes que celles des Irakiens. Et si les morceaux de cervelle et les dents au bord de la route de Falloujah avaient été états-uniens, tout celà aurait, bien sûr, été enlevé. Mais il y avait d’autres choses hier au bord de l’autoroute. Un morceau de tee-shirt de policier irakien tout déchiré et plein de sang, un garrot de fortune, de la gaze, et beaucoup, beaucoup de sang séché et noir.

La 3ème division d’infanterie est fatiguée, voilà l’histoire. Ils ont envahi l’Irak en mars et ne sont pas rentrés chez eux depuis. Leur moral est bas. En tout cas c’est ce qu’ils disent à Falloujah et Bagdad. Mais déjà le cancer de la rumeur a fait de ce massacre quelque chose de bien plus dangereux. Voici les mots d’Ahmed, dont le frère Sabah était l’un des policiers pris dans l’embuscade et emmené - vivant ou mort il ne sait pas - par les Etats-uniens, et qui a été examiner le sang et les cartouches hier. "Les Etats-uniens ont du quitter Falloujah après des combats où ils ont tué 16 manifestants en avril. Ils ont donc été forcé de mettre en place une police de Falloujah. Mais ils voulaient revenir à Falloujah, et ils ont préparé cette embuscade. Les tireurs en BMW étaient des Etats-uniens qui étaient supposés montrer que Falloujah n’était pas sûre, de façon à ce que les Etats-uniens puissent revenir. Nos policiers n’ont pas cessé de crier : nous sommes de la police, nous sommes de la police. Et les Etats-uniens ont continué de tirer."

J’ai essayé en vain d’expliquer que la dernière chose que veulent les Etats-uniens c’est revenir dans la ville musulmane sunnite et pro-Saddam de Falloujah. Ils ont déjà payé le "prix du sang" aux familles des Irakiens locaux tués sur leurs checkpoints. Ils devront aussi le payer au leader tribal dont les deux fils ont également été tués sur un checkpoint près de Falloujah jeudi soir. Mais pourquoi les Etats-uniens ont-ils tué autant de leurs propres policiers irakiens ? N’ont- ils pas entendu les appels radios des mourants ? pourquoi - et là les témoignages des gardes jordaniens et des proches des policiers sont les mêmes - les Etats-uniens ont-ils continué à tirer pendant une heure et demi ? Et pourquoi disent-ils n’avoir "pas d’informations" sur le massacre 18 heures après avoir mitraillé 10 de ces hommes dont le président Bush a le plus grand besoin s’il veut sortir son armée du piège mortel de l’Irak ? Robert Fisk

The Independent. Traduction bénévole de Mathieu Ros, Robert et Katja pour le rezo des Humains Associés



Imprimer cet article





Assez de pouvoirs maudits : politique, économique, médiatique violeur de conscience !
dimanche 11 - 15h56
de : joclaude
Gilets Jaunes-DARMANIN : HUMILIATION JUDICIAIRE FACE À JÉRÔME RODRIGUES
dimanche 11 - 15h34
de : joclaude
Intervention de J.L.Mélenchon à l’Assemblée sur le climat
samedi 10 - 20h39
de : joclaude
Faibles ou puissants les jugements de cour vous ferons blanc ou noir:J.De La Fontaine
samedi 10 - 10h05
de : joclaude
Ceci n’est pas un oh putain y a marre.
vendredi 9 - 20h02
de : jy.D
La Commune au jour le jour
vendredi 9 - 17h42
de : jean1
Fake news chez CNews : Pfizer plus dangereux qu’AstraZeneca ?
vendredi 9 - 17h06
de : joclaude
Bureau à la maison ou espace de co-working | Où devrais-je travailler ?
vendredi 9 - 13h52
de : gloriar
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 - 11h51
de : Communistes insoumis.e.s
Vaccin Russe : L’Allemagne entre en liste ! Des "toutous" suivront-ils ?
mercredi 7 - 16h58
de : joclaude
Vaccin Chinois : Une alternative pas chère, stockable et disponible ! Nouveau supplice à l’impéralisme !
mercredi 7 - 16h53
de : joclaude
1 commentaire
J.L.Mélenchon répond à Macron
mercredi 7 - 16h10
de : joclaude
Droits humains : Amnesty adresse un « carton rouge » à la France
mercredi 7 - 14h56
de : joclaude
3 commentaires
Le travail social dans une grève reconductible inédite
mercredi 7 - 14h29
AstraZeneca : vaccin qui tue !
mercredi 7 - 11h39
de : joclaude
Notre menu gastronomique - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 7 - 11h34
de : Hdm
Juan Branco:nous CONSTATONS que le sang a déjà commencé à couler (cf. les Gilets jaunes blessés, mutilés, éborgnés)
mardi 6 - 15h45
de : joclaude
VACCINS : la France sait pas faire, le flaconnage si ?
lundi 5 - 17h57
de : joclaude
1 commentaire
Moi j’ai pleuré quand le 1er homme a marché sur la lune
lundi 5 - 17h41
de : jean1
1 commentaire
Mesures liberticides : pour qui sonne le glas ?
lundi 5 - 17h19
de : joclaude
Conférence de presse sur la covid-19 de Christophe Alévêque.(video)
dimanche 4 - 12h15
de : jean1
Black Bloc : au cœur de l’extrême gauche américaine (video)
dimanche 4 - 11h59
de : jean1
OCCUPATION DE L’ODÉON : UN THÉÂTRE QUI NE SE TIENT PAS SAGE
samedi 3 - 21h19
de : joclaude
Scandaleux toubibs vaccineurs !
samedi 3 - 20h37
de : joclaude
1 commentaire
Le monarque ne s’est pas adressé qu’aux Français : il s’est adressé en filigrane à ses sponsors.
samedi 3 - 20h05
de : joclaude
Querelles sur les vaccins:Le directeur général de l’AP-HP convoqué par Véran
samedi 3 - 19h41
de : joclaude
1 commentaire
De l’origine du vouvoiement.
vendredi 2 - 19h39
de : jy.D
Origine du Sars-Cov2 : des fissures dans la muraille de Chine
jeudi 1er - 23h15
de : Pangolin Malencontreusement Offensé (PMO)
COVID-19 : la Chine alerte l’OMS pour être émergé d’un laboratoire militaire américain !
jeudi 1er - 21h23
Allocution Macron : Un effort de plus aux soignants pas apprécié !
jeudi 1er - 20h58
de : joclaude
Vaccin CUBAIN : Un pont aérien serait ouvert ?
jeudi 1er - 20h28
de : joclaude
1 commentaire
JEAN-LUC MELENCHON répond à Macron (video du direct sur Youtube)
jeudi 1er - 15h59
de : joclaude
Grains de sable - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 31 - 20h49
de : Hdm
Le virus et le président, interview des auteurs
mardi 30 - 17h14
de : Claude Janvier
Pendant la pandémie, le sacage de l’Hopiltal continu
mardi 30 - 15h06
de : Alain Collet
Réponse à la déclaration de l’EMA sur l’ivermectine pour la Covid-19
mardi 30 - 11h37
de : pierrot
À la direction d’Info’Com-CGT : soutien aux camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta
lundi 29 - 17h40
de : FRONT POPULAIRE
La Marche pour une vraie Loi Climat
lundi 29 - 16h57
de : joclaude
1 commentaire
Vaccin Pfizer en Israël, des résultats ?
lundi 29 - 16h45
de : joclaude
Caravane contre le blocus à La Havane
lundi 29 - 16h13
de : joclaude

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
À la direction d’Info’Com-CGT : soutien aux camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta
lundi 29 mars
de FRONT POPULAIRE
À la direction d’Info’Com-CGT Nous avons appris dernièrement les discriminations, les harcèlements dont sont victimes les camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta. Le camarade Roberto Ferrario est un militant qui contribue à diffuser de vraies informations, à diffuser pour le peuple et non contre le peuple, à diffuser des communiqués grâce à son site internet bellaciao.org Sidi Boussetta, secrétaire-adjoint de l’UL CGT de Blois est un militant reconnu. Ce camarade (...)
Lire la suite
Agir contre les discriminations et les harcèlements dans Info’com-CGT !!!
jeudi 25 mars
de Roberto Giordano Ernesto Ferrario
Je pas seulement le mème deuxième prénom "Ernesto" mais je partage aussi pas mal de ces idées. Dédicace spécial à la direction de Info’Com-CGT qui discrimine et harcèle les camarades militants... Roberto Giordano Ernesto Ferrario "Sobre todo, sean siempre capaces de sentir en lo más hondo cualquier injusticia cometida contra cualquiera en cualquier parte del mundo. Es la cualidad más linda de un revolucionario." Che Guevara Traduction : "Surtout, soyez toujours capables de (...)
Lire la suite
Honteux !!! : un salarié viré par la direction de Info’Com-CGT, avant d’être embauché...
mercredi 10 mars
de UlCGT-Vendome
Bonjour, A l’attention de : Romain Atlman de : David Jordan de : Julien Gicquel de : Marianne Ravaud Nous suivons toujours avec intérêt la situation dans laquelle se trouve notre camarade Sidi. Situation dont vous êtes à l’origine. Sidi est un militant convaincu, honnête, qui donne tout de sa personne aux autres. C’est d’ailleurs notamment pour ces raisons que vous êtes venus le chercher. Vous a-t-il fait peur ou vous a-t-il fait de l’ombre ? (...)
Lire la suite
8 mars à Ciudad Juarez, Mexique, État de Chihuahua, à la frontière avec les États-Unis
lundi 8 mars
de Roberto Ferrario
de Roberto Ferrario A Ciudad Juarez depuis 1993, plus de 500 cadavres ont été retrouvés dans des décharges et dans les zones désertes, la plupart des femmes jeunes voire adolescentes, étudiantes, ouvrières de nuit dans les usines, femmes de chambres, petites employées. Beaucoup vivent dans des conditions très précaires avec parfois des enfants à élever. Elles ont été enlevées, détenues en captivité, victimes de tortures et de graves violences sexuelles avant d’être assassinées à (...)
Lire la suite
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
1 commentaire
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite
Ca chauffe grave chez #Info’Com-CGT !!!
mardi 23 février
de Stéphane Paturey et Olivier Blandin (anciens secrétaires du syndicat)
Lettre ouverte à #RomainAltmann, secrétaire général d’#Info’Com-CGT Directement, sans contour, permets-nous de trouver ton commentaire hallucinant ! Comme à l’accoutumée, des généralités mais jamais de fond. Ce sens perpétuel du raccourci passe peut-être devant une commission exécutive (CE)… beaucoup moins lorsque des camarades apprennent les méthodes, les mensonges et les calomnies que tu couvres dans notre syndicat. Ce n’est pas digne d’une direction (...)
Lire la suite
Lettre ouverte au secrétariat Info’Com-CGT
mercredi 3 février
de Sidi Boussetta
2 commentaires
Au secrétariat Info’Com-CGT Vous êtes venu me chercher il y a 4 ans suite à cet article dans l’Humanité car vous "aviez besoin de militants". Par conviction, j’ai lâché le CDI et l’appartement qui m’attendaient à Nantes. J’ai fait ça pour rejoindre vos rangs. Vous m’avez proposé un emploi au Journal Officiel. Vous avez fait des réunions pour proposer mon nom comme futur CDI au Journal officiel. Suite à un "refus", vous m’aviez dit que le (...)
Lire la suite