Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Iran : gesticulations et (amères) réalités

de : Paolo Gilardi
lundi 1er mai 2006 - 00h53 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 10.1 ko

de Paolo Gilardi

La polémique sur le nucléaire iranien continue de faire couler beaucoup d’encre. Et ceci malgré le fait que, de l’aveu même des cercles dirigeants états-uniens, une bombe atomique iranienne ne pourrait pas voir le jour avant plusieurs années. C’est le New York Times qui l’écrit en ajoutant que « le gouvernement des Etats-Unis estime qu’il faudra [à l’Iran] entre cinq et dix ans pour fabriquer la bombe alors que certain analystes n’en prévoient pas la réalisation avant 2020 » (13.04).

Alors prétexte comme le furent il y a trois ans les fantomatiques armes de destruction de masse au nom desquelles l’Irak a été envahi ? Malgré les gesticulations et les menaces, une invasion de l’Iran n’est aujourd’hui pas à l’ordre du jour.

D’après plusieurs observateurs, gesticulations et menaces serviraient en fait à détourner l’attention -et, en même temps, à définir la mise- des négociations discrètes actuellement en cours entre étasuniens et iraniens. Elles porteraient à la fois sur les prix du pétrole -10% des réserves mondiales sont sous le sol iranien- et sur l’influence que pourrait exercer l’Iran sur les chiites irakiens et sur ses autres alliés dans la région. Le fiasco total de la politique irakienne de l’administration Bush n’est pas étranger à cela.

Quatre mois après les élections, l’Iran est toujours sans gouvernement et la situation dans le pays ne cesse de se détériorer. Contrairement aux affirmations du président des Etats-Unis qui ne rate pas une occasion de répéter qu’elle s’améliore, un document de l’ambassade américaine à Bagdad du 31 janvier dernier décrit la situation comme « critique » dans trois des dix-huit provinces et « sérieuse » dans six autres, alors qu’il la qualifie de « stable » dans trois provinces seulement.

La définition que le rapport donne de la notion de « sérieuse » donne l’exacte mesure de la situation. Doit en effet être considérée comme telle la situation de toute province où « un gouvernement provincial n’est pas entièrement formé ou il ne peut satisfaire les besoins de la population ; [dont] le développement économique est stagnant avec des très hauts taux de chômage et la situation sécuritaire est faite de violences de routine, assassinats et extrémisme » (p. 2). En d’autres termes, trois ans après l’intervention censée libérer l’Irak, c’est à la désorganisation, à la pénurie, au chômage, à la violence et aux assassinats qu’est livrée la population d’un tiers des provinces irakiennes ! Quant à celles qui connaissent une situation « critique »...

Le rapport, que le Pentagone s’est bien gardé de diffuser, a été publié le huit avril par le New York Times . Seulement quelques jours plus tôt, Cheney, le vice-président, avait affirmé que « les vues optimistes de l’administration reflètent bien mieux la situation que le catastrophisme des médias » (CBS news, 30.03). De son côté, le général Peter Pace, le commandant en chef des forces en Irak, prétendait le 5 mars que la guerre va « very, very well », c’est-à-dire « très, très bien ».

Ce n’est de toute évidence pas ce que pense l’ambassade états-unienne à Bagdad. C’est l’ambassadeur lui-même, Zalmay Khalizad qui estime que « l’invasion a ouvert une boite de Pandore » et qui met en garde contre une « dynamique de guerre civile qui pourrait s’étendre au Moyen-Orient tout entier ». Que la situation échappe au contrôle américain est ensuite prouvé par la description faite de la « la ville de Bassorah, devenue une mini théocratie avec un gouvernement et des forces de sécurité totalement acquis aux leaders religieux, l’alcool mis à ban et le voile imposé aux femmes ». Et surtout, ajoute le rapport, « les postes de police et les véhicules des forces de l’ordre sont souvent décorés avec des portraits de Moqtada-al-Sadr, le chef religieux rebelle, et de ceux de Abdul-Aziz al-Hakim, un mollah dont le parti est très étroitement lié à l’Iran ». Et qui contrôle, ajouterions-nous, le conseil de huit des neuf provinces du Sud ainsi que le conseil de ville de Bagdad...

C’est probablement aussi sous cet angle que les gesticulations des Etats-Unis -et de leurs vassaux européens- contre l’Iran doivent être envisagées : comme partie d’un plus vaste repositionnement dans le cadre d’une guerre rapidement gagnée mais qui s’avère perdue. Un repositionnement qui combine effort militaire, rodomontades et menaces, et négociations discrètes. Mais qui se fait aussi avec le blocage de l’aide directe aux Palestiniens que Europe et USA punissent ainsi d’avoir, librement, voté pour le Hamas...

(1) Departement of State, Provincial Stability Assessement,

http://www.labreche.ch/index.htm


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
> Iran : gesticulations et (amères) réalités
1er mai 2006 - 08h09

En effet, beaucoup de bruit pour "rien".

Analyse quelque peu différente ou complémentaire, il y a quelque temps dèjà.

Le 28 avril est dépassé et comme le dit Paolo "Malgré les gesticulations et les menaces, une invasion de l’Iran n’est aujourd’hui pas à l’ordre du jour."

Les effets d’annonce de Bush font beaucoup de bruit pour "rien".

Esteban







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite
France : menace claire de coup d’État militaire imminent
lundi 26 avril
de Roberto Ferrario
Ainsi se termine la déclaration d’un groupe des militaires des Force des Armées françaises : “Par contre, si rien n’est entrepris, le laxisme continuera à se répandre inexorablement dans la société, provoquant au final une explosion et l’intervention de nos camarades d’active dans une mission périlleuse de protection de nos valeurs civilisationnelles et de sauvegarde de nos compatriotes sur le territoire national. On le voit, il n’est plus temps de (...)
Lire la suite