Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

L’insécurité dont on ne parle pas (4) : Sans papiers, donc sans droit

de : Pierre Tévanian
mardi 15 novembre 2005 - 00h45 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 75.3 ko

de Pierre Tévanian

Précaires parmi les précaires, les étrangers les plus exposés à la violence sont les sans-papiers. Devant ces travailleurs qui devraient être protégés par le droit du travail mais qui ne peuvent pas porter plainte, les employeurs ont toute latitude pour imposer les salaires les plus bas, les horaires les plus contraignants, ou pour déroger aux impératifs de sécurité. Quant aux propriétaires, il n’hésitent pas à imposer des loyers hors de prix, que les sans-papiers sont obligés d’accepter. Mais l’insécurité dans laquelle vivent les sans-papiers vient aussi de l’État.

L’État refuse en effet aux sans-papiers l’accès à certains soins médicaux [1]. La moindre sortie les expose à un contrôle policier qui peut déboucher sur la rétention, l’expulsion ou l’emprisonnement.

Ces violences sont légales, mais elles s’accompagnent souvent de violences illégales : les rapports de la CIMADE ont montré que les conditions de rétention sont contraires à toutes les conventions internationales signées par la France, puisqu’on y recense une multitude de " traitements dégradants" : injures, injection forcée de tranquillisants, présence de cafards, odeurs insupportables des blocs sanitaires, passages à tabac, manque de local spécifique pour les visites, arbitraire pour l’accord des visites, absence d’infirmier ou de médecin de permanence, absence d’alimentation, entassement non-réglementaire.

Sans compter le non-respect des droits de la défense. Il faut mentionner notamment la rétention par les gardiens des documents d’identité nécessaires à la défense, ou les retards dans l’envoi des recours légaux, qui rendent parfois ces recours irrecevables. On peut là encore parler de zone de non-droit, où quasiment aucune police des polices ne vient enquêter. L’accès aux centres de rétention est même interdit aux journalistes, ainsi qu’à la quasi totalité des associations [2]. Le gouvernement Jospin a même envisagé d’en interdire l’accès à la CIMADE [3].

L’expulsion forcée, enfin, est toujours brutale. Elle l’est parfois de manière particulièrement flagrante, et contraire à la Convention Européenne des Droits de l’Homme (qui est censée primer sur la loi française) : par exemple lorsqu’elle entraîne la séparation de couples ou qu’elle concerne des personnes atteintes d’une pathologie grave.

Ces violences ont parfois été mortelles : en France et en Belgique, il est arrivé que des expulsions forcées entraînent la mort - cela s’est produit dernièrement à deux reprises en France, en décembre 2002 et janvier 2003 [4]. Sans compter les expulsions de malades du sida, renvoyés dans des pays où les nouveaux traitements ne sont pas disponibles. Il y a là des homicides, ou au moins des délits de "négligence", qui ont été dénoncés par la Cour européenne des Droits de l’Homme, mais dont les responsables n’ont jamais été sanctionnés. [5] Mais au-delà de ces cas particuliers, il convient de rappeler que dans tous les cas, l’expulsion, du fait de la violence qu’elle inflige, peut être considérée comme une atteinte aux Droits de l’Homme [6].

Pierre Tévanian,

Ce texte est extrait du Ministère de la peur. Réflexions sur le nouvel ordre sécuritaire, paru aux éditions L’esprit frappeur en novembre 2003.

Notes

[1] Cf. P. Tévanian, S. Tissot, Dictionnaire de la lepénisation des esprits, L’esprit frappeur, 2002, article Avantages sociaux

[2] Cf. CIMADE, Rapport sur les centres de rétention administrative, novembre 1997 et mars 1999

[3] Libération, 15/03/1997. Des violences du même ordre sont constatées régulièrement, notamment par l’ANAFÉ et Médecins du monde, dans les zones d’attente où s’entassent les nouveaux entrants, avant de pouvoir déposer une demande d’asile. Cf. Le Monde, 07/03/2003

[4] Cf. Le Monde 21/2/2003

[5] Il est encore trop tôt pour affirmer avec certitude que les responsables du décès des deux sans-papiers décédés en décembre 2002 et janvier 2003 bénéficieront d’une complète impunité. En revanche, on peut mentionner le cas des policiers responsables de la mort par étouffement du Sri-lankais Arunam Fiva : ils ont été relaxés le 23 juin 1999.

[6] C’est ce que montre bien Monique Chemillier-Gendreau dans L’injustifiable, Bayard, 1998

http://lmsi.net/article.php3?id_art...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite
France : menace claire de coup d’État militaire imminent
lundi 26 avril
de Roberto Ferrario
Ainsi se termine la déclaration d’un groupe des militaires des Force des Armées françaises : “Par contre, si rien n’est entrepris, le laxisme continuera à se répandre inexorablement dans la société, provoquant au final une explosion et l’intervention de nos camarades d’active dans une mission périlleuse de protection de nos valeurs civilisationnelles et de sauvegarde de nos compatriotes sur le territoire national. On le voit, il n’est plus temps de (...)
Lire la suite