Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

C’est ainsi que le Che critiquait l’URSS : elle n’a pas compris Marx

de : Antonio Moscato
mardi 11 octobre 2005 - 05h10 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 18.3 ko

Voyage dans les inédits de Guevara. Deuxième épisode

de Antonio Moscato traduit de l’italien par Karl&Rosa

Chaque année, à l’approche du 9 octobre, jour anniversaire de la mort d’Ernesto Che Guevara, on le commémore aussi sur la presse la plus éloignée de ses idées, qui en parle éventuellement pour se plaindre des "mythisations de la gauche". Il est mort il y a trente huit ans, mais son souvenir est beaucoup plus vivant que celui de tant de personnages politiques disparus depuis peu d’années, y compris de ces détracteurs qui le liquidaient comme un "stratège de pharmacie".

Comme ce fut le cas de Mario Monje, secrétaire du parti communiste bolivien dans ces années-là, qui abandonna le Che sans contacts dans une zone inadaptée à une guérilla où il l’avait envoyé.

Aujourd’hui Monje vit à Moscou, où il fait des affaires avec Poutine. Et, justement, on ne se souvient de lui que pour son rôle dans l’isolement et dans la défaite de Guevara et des autres guérilleros (y compris des guérilleros boliviens, qu’il avait expulsé du parti parce qu’ils restaient avec le Che).

Mais si sur la mort et sur les derniers, terribles jours d’Ernesto Che Guevara nous savons désormais tout, en premier lieu grâce au travail infatigable de deux historiens cubains, Adys Cupull et Froilàn Gonzàlez et aussi grâce à la publication des journaux de guerre des autres combattants (Inti et d’autres, en Bolivie avec le Che. Gli altri diari, aux soins de A. Moscato, Massari, Bolsena, 1998), on ne peut pas en dire autant de sa pensée, oubliée, déformée et occultée de différentes façons.

En effet, Guevara n’a pas été seulement le "guérilléro héroïque" (c’est ainsi qu’on l’a célébré pendant deux décennies dans un Cuba qui ne le republiait pas), mais "quelqu’un qui a redécouvert" le marxisme, capable de prévoir et de comprendre intuitivement les raisons d’un possible effondrement du système "socialiste" qui pourtant apparaissait, en son temps, au sommet de sa puissance. Pourquoi ne le connaît-on qu’en partie ? Depuis Cuba, Le Canto intimo de Celia Hart, dont nous publions d’amples extraits, se le demande.

Comme on le voit, Celia Hart aussi (fille de deux dirigeants historiques de la révolution, Armando Hart, longtemps secrétaire du Pcc et ensuite ministre de la Culture et Haydée Santamaria, qui participa en 1953 à l’assaut au Cuartel Moncada puis dirigea la Casa de las Américas), se pose le problème de la raison de l’existence des inédits. Les deux plus grands historiens du Che, Adys Cupull et Froilàn Gonzàlez, se sont déclarés solidaires avec elle. Mais il y a un autre problème : il y a aussi des textes désormais publiés mais ignorés de facto par ceux qui, même à gauche, préfèrent les mythes à la réalité.

A Alger par exemple, en février 1965, dans le dernier discours qu’il a tenu en tant que dirigeant cubain, Guevara disait, à propos du rapport entre les "pays socialistes" et les pays dépendants, qu’on ne devait plus "parler du développement d’un commerce réciproquement avantageux" parce qu’il était "basé sur les prix que la loi de la valeur et les rapports internationaux, fondés sur l’échange inégal (...) imposent aux pays arriérés". Acheter "aux prix du marché mondial les matières premières qui coûtent de la sueur et des sacrifices sans limites aux pays arriérés et vendre aux prix du marché mondial les machines produites dans les grandes usines automatisées" signifie de facto "que les pays socialistes sont, dans un certain sens, complices de l’exploitation impérialiste".

C’est dans cette direction qu’allait la réflexion du Guevara plus mûr, entre 1962 et 1966, une réflexion restée en grande partie inédite, mais pas complètement inconnue, parce que différents extraits en ont été graduellement publiés dans les essais de Tablada et de moi-même, et dans les Œuvres choisies, aux soins de Massari, et ensuite à Cuba dans le très beau livre d’Orlando Borrego aussi, Che. El camino del fuego (La Havane, 2001).

Pourquoi cette réflexion est-elle restée inédite ? Il suffit de citer ici un seul passage des Notes sur le Manuel d’économie pour commencer à comprendre : "Les dernières résolutions économiques de l’Urss ressemblent à celles qu’adopta la Yougoslavie quand elle choisit le chemin qui l’aurait amenée à un retour graduel au capitalisme. Le temps dira s’il s’agit d’un accident de parcours ou s’il implique une tendance marquée au recul. Tout commence avec la conception erronée qui cherche à construire le socialisme avec des éléments de capitalisme, sans en changer effectivement le sens. Par conséquent, on parvient à un système hybride qui finit dans une impasse" (Note : pour des raisons d’espace, on n’indique pas les pages du Manuel et les numéros des notes du Che, mais il est possible de les recevoir en langue originale en envoyant un mail à : antonio.moscato@unile.it).

Dans une autre note, Guevara écrit que "dans ce livre, on confond régulièrement le concept de socialisme avec ce qui se passe en pratique en Urss". A propos des "catégories économiques" qui selon le Manuel seraient générées par le régime socialiste, le Che notait que "on présume connaître des lois économiques dont l’existence réelle est discutable" (...) en se cognant partout "contre les lois économiques du capitalisme qui survivent dans l’organisation économique soviétique" (...). "On continue à tromper soi-même". Jusqu’à quand ? On ne le sait pas, et on ne sait non plus comment la contradiction sera résolue".

Comme on peut le voir, c’étaient des critiques dures, que les soviétiques n’auraient pas pu accepter. Mais pourquoi les censurer encore après l’effondrement de l’Urss ? Probablement à cause des difficultés à expliquer aux étudiants cubains pourquoi pendant vingt après la mort du Che, quand Brejnev était exalté à La Havane comme un grand "marxiste léniniste", ils ont continué à "étudier le marxisme" sur ce Manuel dont Guevara déclarait qu’il était très mauvais.

à suivre...

http://www.liberazione.it/giornale/...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
> C’est ainsi que le Che critiquait l’URSS : elle n’a pas compris Marx
11 octobre 2005 - 10h52

Intéressant beaucoup de choses importantes qui sont restées trop longtemps sous le boisseau.
Pour ceux qui veulent connaître le parcours du Che avant ces événements, encore et toujours conseiller
la Bio du Che par Paco ignacio Taïbo- et la somme de Pierre Kalfon.
Vivement la totalité des textes en français !

Jean-Claude



> C’est ainsi que le Che critiquait l’URSS : elle n’a pas compris Marx
14 octobre 2005 - 14h58

Laisser croire que Ernesto Che Guevara pouvait avoir le moindre rapport intellectuel ou pratique avec le fossoyeur de la révolutin bolchévique, Staline, qui a tué plus de communistes que Hitler, c’est assassiner une xième fois le Che.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
TRICASTIN la catastrophe aujourd’hui ou demain
dimanche 19 septembre
de coordination sud est
pub marine nationale
dimanche 19 septembre
de publicis
Qui sont les animateurs de Reinfocovid ?
dimanche 19 septembre
de jean1
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite