Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Les grévistes paient le prix cher

mardi 17 juin 2003 - 16h35 - Signaler aux modérateurs

http://www.liberation.com/page.php?...

La paye du mois de juin pourrait être bien maigre pour de nombreux agents du service public. Le gouvernement a décidé de taper au portefeuille en appliquant le plus rigoureusement possible la réglementation existante. Une réunion interministérielle a eu lieu la semaine dernière autour du cabinet du Premier ministre. Dans la foulée, le ministère de la Fonction publique a adressé à toutes les directions du personnel des ministères une lettre fixant des règles strictes pour les retenues sur salaires. Elle rappelle que toute heure de grève équivaut à la retenue d’une journée et que, lorsqu’on a cessé le travail le vendredi, le week-end est lui aussi décompté. Sans exclure la possibilité d’étaler les retenues sur plusieurs mois, la missive ne l’encourage pas, loin de là. « C’est un rappel des principes », explique-t-on au cabinet de Jean-Paul Delevoye. Principes qui rompent avec les traditions. Bernard Lhubert, secrétaire général des fédérations CGT des fonctionnaires, ne décolère pas : « Le gouvernement affiche sa volonté de faire taire les personnels en les frappant sur leurs revenus le plus durement possible. »

Bercy Cette intransigeance est déjà appliquée à Bercy où Francis Mer a donné des consignes très strictes. « Les payes dans toute la fonction publique ont été arrêtées vendredi ou lundi dernier, explique Michel Monteil, patron de FO Finances. Certains agents, en grève depuis le 13 mai, vont avoir quinze jours de retenue à la fin du mois, plus le reliquat en juillet. » Selon FO, l’application des directives ministérielles a provoqué des incidents dans les trésoreries (qui effectuent les virements) : des agents ont voulu étaler le paiement, comme d’habitude, et ont été sévèrement rappelés à l’ordre par leur hiérarchie.

Education Même fermeté à l’Education nationale. Pour l’heure, il n’est pas question de négocier le paiement d’une partie des jours de grève et le ministère envisagerait d’appliquer l’arrêt Aumont, une jurisprudence qui autorise à prélever aussi les jours non travaillés « pris en sandwich » entre deux jours de grève. Ses effets sont ravageurs : un professeur de lycée qui aurait fait grève le jeudi et le lundi verrait son salaire amputé de cinq jours deux jours de grève plus le vendredi (même s’il n’a pas cours ce jour-là), plus le week-end. En Seine-Saint-Denis, où des profs du secondaire alignent trente jours de grève, l’application de cet arrêt peut quasiment doubler la facture. Idem à La Réunion où, strictement appliqué, l’arrêt engloberait les quinze jours des vacances de Pâques.Cette fermeté contraste avec l’attitude habituelle à la fin des longs conflits. Jack Lang avait soldé les grèves anti- Allègre de l’hiver 2000 par des prélèvements représentant, au total, de trois à cinq jours de salaire. Allègre s’était montré coulant à l’issue du mouvement de 1998 en Seine-Saint-Denis. Un syndicaliste relève la contradiction « qui consiste à louer les enseignants pour leur sens des responsabilités quand ils ne bloquent pas les examens, et à les matraquer par une application maximaliste de la loi ». Le ministère répond par la stricte application de celle-ci, ajoutant que tout « cadeau » « serait inaudible par les non-grévistes ». Seul signe de souplesse : les inspecteurs d’académie et les recteurs auraient reçu pour instruction d’étaler les prélèvements à raison de trois jours par mois pour les traitements les moins élevés, et de cinq jours par mois pour les autres.

SNCF Il y a clairement une stratégie de la direction et du gouvernement d’affaiblir la mobilisation en cours », estime Grégory Roux, responsable fédéral de la CGT. La direction de la SNCF dément. Mais l’entreprise a d’abord décrété qu’aucun jour de grève ne serait converti en jour de congé, rompant avec ce qui se pratiquait parfois au sortir de conflits longs. Cela permettait aux grévistes de limiter partiellement les pertes et à l’entreprise de « compenser » certains jours perdus en terme d’activité. La direction a également décidé que les feuilles de paye des cheminots seraient amputées au minimum de trois à cinq jours de grève par mois, limitant l’étalement des ponctions. « Depuis des lustres, nous envoyons les mêmes directives », se défend la direction. Il suffit pourtant de remonter à 1995 pour trouver des jours de grè ve convertis en jours de congés ainsi qu’un étalement plus indolore des retenues de salaire. Depuis, la nouvelle direction de la SNCF a certes adopté des directives plus « carrées » lors des conflits, mais les exigences en terme d’application au niveau local étaient très lâches... « Tout dépendait des régions, explique-t-on chez Sud-Rail. En 2001, il y a eu des conversions de jours de grève en jours de congés, ce qui d’ail leurs arrangeait parfois les dirigeants locaux en peine d’honorer les jours de congés dus aux cheminots.Idem pour l’étalement des retenues de salaires. » Il semble que, cette fois, les responsables locaux aient reçu la consigne expresse de ne transiger sur rien... Les syndicats décèlent aussi un raidissement au sujet d’un différend juridique : depuis plusieurs années, la direction estime qu’un préavis de grève reconductible ne couvre que les cheminots en grève depuis le premier jour, et met en situation « illégale » ceux qui s’engagent en cours de conflit. Les syndicats, eux, s’appuient sur une jurisprudence de la cour de cassation sociale en 1999 qui affirme : la « grève appartient aux salariés ». Lors du conflit des retraites, certains grévistes qui ont débrayé après le premier jour ont été mis en « absence irrégulière » par l’entreprise. Rien de neuf, sauf que, « ces dernières années, les responsables locaux revenaient souvent en arrière à la fin du conflit. Il semble que ce soit beaucoup plus difficile aujourd’hui », témoigne un syndicaliste.


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite