Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

« À gauche, un autre pôle existe », un entretien avec Yves Salesse

de : europleft
mardi 2 août 2005 - 21h48 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Concepteur de l’appel « Pour une alternative à gauche », qui crée une coordination de la gauche antilibérale, Yves Salesse explique la portée de cette initiative.

N’avez-vous pas cédé à la précipitation en annonçant la création d’une coordination de la gauche antilibérale à la veille des vacances d’été ?

Yves Salesse : Le moment politique est particulier. La question du prolongement politique de la mobilisation sociale est à nouveau posée par le mouvement social extrêmement fort que nous connaissons. Le fait que cette question soit présente dans de très nombreux débats, pendant la lutte elle-même, dans les assemblées de grévistes comme dans les réunions interprofessionnelles, a effectivement contribué à précipiter les choses. La valsehésitation du parti socialiste sur la question des retraites a aussi été un élément déclencheur. D’autant plus que, dans le même temps, le PS essaie de montrer qu’il est la seule force existante face à la droite. Il était temps de montrer qu’un autre pôle existe, celui des forces de gauche antilibérales, capable d’organiser des convergences et de montrer qu’autre chose est possible.

Avez-vous été surpris par le nombre de signatures recueillies ?

Oui. Les réunions préparatoires exprimaient une volonté, mais elles regroupaient une quarantaine de personnes. On ne s’attendait pas à ce qu’autant de militants du mouvement associatif et syndical prennent la responsabilité individuelle de s’engager dans une démarche politique. Ni à l’écho qu’aurait l’appel dans toutes sortes de groupes locaux qui existent déjà. Le fait que des forces du PS s’engagent, certes à titre individuel, n’était pas non plus donné d’avance.

Comment interprétez-vous la méfiance des directions des partis de gauche, hors PS ?

Ce n’est pas aussi net. Des membres de la direction des Verts ont participé aux discussions. Que leurs porte-parole ne s’engagent pas est compréhensible : de par leur fonction, ils doivent prendre en compte l’ensemble des sensibilités de cette organisation. Cela ne signifie pas qu’il y ait une réticence par rapport à la démarche. Quant au PC, son approche n’est pas négative puisqu’il a décidé de participer en tant qu’observateur. Les Alternatifs sont, eux, complètement engagés dans la démarche. Seule la direction de la LCR a l’air de se tenir à l’écart, pour l’instant...

Son refus n’hypothèque-t-il pas l’idée même de coordination ?

Si la Ligue refusait le statut d’observateur proposé aux organisations, politiques ou non, ce serait un regrettable signe d’isolement de sa part. Mais, encore une fois, il s’agit d’un appel sur lequel des gens, qui représentent des sensibilités diverses, s’engagent individuellement. Cette réunion est déjà un premier pas. Pour l’instant, même si l’événement politique est important, l’ambition est modeste : faire qu’il y ait une discussion approfondie et continue entre des gens qui, jusqu’à présent, discutent rarement ensemble. Et qu’il y ait des initiatives politiques communes, ce qui est à notre portée. Personnellement, je préférerais que la Ligue soit présente. Je crois que c’est le cas de l’ensemble des participants.

Quelles échéances vous êtes-vous fixées à la rentrée ?

Nous avons en projet une rencontre nationale le 27 septembre. Ensuite, c’est à l’ensemble des signataires impliqués de s’organiser. Cela suppose une organisation très décentralisée. Car l’appel ne rassemble pas seulement des gens de sensibilités différentes décidés à agir ensemble chaque fois que cela est possible. Il rassemble aussi ­ et c’est une innovation majeure ­ des acteurs du mouvement social et des militants politiques. Il n’est donc pas question, depuis Paris, de décider des échéances, des calendriers et des rythmes. Cela dit, nous allons vite devoir faire face à des attaques très brutales du patronat et du gouvernement. Ce qui suppose de s’exprimer nationalement sur l’assurance-maladie, les privatisations d’entreprises de services publics (France Télécom, EDF...), l’indemnisation des chômeurs, l’immigration... Mais l’organisation concrète doit être décidée localement.

Est-ce que cet engagement commun des acteurs des deux sphères sociale et politique marque la fin de leur méfiance réciproque ?

Je suis incapable de faire un pronostic. Cette méfiance très marquée, qui est surtout le fait des organisations du mouvement social vis-à-vis des partis de type traditionnel, a des justifications profondes. En même temps, on l’a vu dans la dernière mobilisation, chacun perçoit qu’une séparation totale entre le politique et le social est une impasse et qu’il faut offrir une traduction politique aux aspirations populaires. Donc, si on change les pratiques, si on modifie les comportements ­ la question est essentiellement posée aux forces politiques ­, on aura des chances de résorber cette fracture.

L’appel n’exclut pas d’inscrire sa démarche dans le cadre de la préparation des élections de 2004. Comment ?

Ce sera une question très compliquée parce que cette coordination ne se met en place que maintenant. Si on avait pu faire ce pas en avant au lendemain de la présidentielle, si on avait eu une année pleine d’activités communes, de rencontres, de discussions et de campagnes, non seulement nous aurions pu jouer un rôle dans la mobilisation sur les retraites et contre la décentralisation, mais cela nous aurait permis d’aborder ces échéances électorales avec une meilleure préparation. Alors, si l’on ne peut pas aller vers des listes communes, le fait d’avoir dans une campagne politique des forces qui défendent un certain nombre de prises de positions communes, malgré leur dispersion, serait déjà un point très positif.

Les modes de scrutin condamnent toute dispersion à l’échec...

Il est sûr que les nouvelles modalités électorales devraient faire réfléchir les organisations politiques aux possibilités de se rapprocher. Mais, encore une fois, il y a une histoire, des traditions et des habitudes .


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
> « À gauche, un autre pôle existe », un entretien avec Yves Salesse
3 août 2005 - 00h14

Question : de quand date cet entretien ? Il fait référence à des élections de 2004 !

Si il date de deux ans (au moins) pourquoi le publier maintenant ?



> « À gauche, un autre pôle existe », un entretien avec Yves Salesse
3 août 2005 - 00h41 - Posté par

Très bonne question...

En effet, j’ai effectué une petite recherche grâce à "gogol" et j’ai retrouvé cet article qui émane de Politis du 10 juillet......2003. Ouf !






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite