Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

De très lourdes sanctions contre l’action syndicale

de : Thomas Lemahieu
mardi 2 août 2005 - 14h46 - Signaler aux modérateurs
5 commentaires
JPEG - 21.8 ko

de Thomas Lemahieu

Licenciement d’un contractuel, exclusions temporaires de fonctionnaires. À Bègles, la direction de l’entreprise publique cogne dur, et les syndicats s’apprêtent à riposter.

Au train où vont les choses, La Poste pourrait bien revendiquer une place au panthéon de la criminalisation de l’action syndicale... Vendredi matin, la direction régionale de l’entreprise publique en Aquitaine a annoncé, au cours d’une conférence de presse, sa décision de licencier un contractuel, d’exclure temporairement trois agents titulaires (deux pour six mois, un pour un mois), et d’en sanctionner quatre autres en leur imposant un éloignement d’office dans un rayon de 30 kilomètres.

Dénominateur commun : ils sont tous syndicalistes (CGT, SUD et CNT)... Après l’exclusion temporaire (entre trois mois et deux ans) de six autres agents titulaires, prononcée le 13 juillet dernier par le conseil national de discipline de La Poste, cela porte à quatorze le nombre de militants très durement sanctionnés pour faits syndicaux dans le centre de tri de Bègles (Gironde).

Que leur reproche-t-on au juste ? Refusant un projet de restructuration qui aurait supprimé une cinquantaine de postes de travail au centre de tri et modifié le roulement des équipes de nuit, ils bloquent le 25 mai dernier, dans le cadre d’une action syndicale et pendant une vingtaine d’heures, les représentants de la direction du site qui s’opposait à toute négociation sur ces préoccupations sociales. Pour les patrons de La Poste, il s’agit d’une « séquestration » et d’ailleurs, parmi les quatorze syndicalistes mis à pied sur le champ et désormais sanctionnés officiellement, neuf ont été mis en examen par ailleurs après le dépôt d’une plainte au pénal.

Un licenciement pur et simple « pour faute lourde » du salarié contractuel, des exclusions temporaires qui coupent les vivres à ceux qu’elles frappent (les fonctionnaires suspendus ne touchent ni salaire, ni chômage, ni aide sociale) : la direction de l’entreprise publique cogne dur contre le syndicalisme et prouve par la même occasion que, contrairement à ces affirmations récurrentes de ces dernières années, elle ne traite pas de la même façon salariés de droit privé et agents de la fonction publique... « Pour La Poste, il était primordial que la reconnaissance de faits anormaux soit sanctionnée », tente de justifier Guy Thaureau, le directeur du courrier Aquitaine-Nord.

« C’est le droit de revendiquer, de contester et de lutter qui est remis en cause en vidant le centre de tri de Bordeaux de ses principaux partenaires sociaux », écrit, dans un communiqué traduisant un « sentiment de colère et d’exaspération », Loïc Notais, secrétaire départemental des postiers CGT. Pour la fédération SUD-PTT, « ce n’est plus de la justice, ni même de la discipline, c’est de l’acharnement ! À l’heure où les dirigeants de La Poste démantèlent l’entreprise publique, privatisent le service public de proximité préféré de la population, ils répriment ceux qui tentent de s’opposer à leurs orientations ». Secrétaire fédéral de la CGT-PTT, Patrick Bourgeois accuse : « En utilisant le licenciement comme force de frappe et d’intimidation pour décourager les plus fragilisés dans leur emploi à revendiquer, c’est La Poste qui commet une faute lourde. C’est injuste et intolérable.

La CGT dénonce et condamne l’attitude de La Poste qui préfère criminaliser l’action syndicale et utiliser l’arme de la répression plutôt que la négociation. Sanctionner, et très durement, ne résoudra pas les problèmes comme la remise en cause des régimes de travail, les suppressions d’emplois à l’origine du conflit de Bègles, mais conduit à alimenter les tensions, le pourrissement des relations sociales dans l’entreprise, et la radicalisation. » Alors que la CGT et SUD réclament la levée immédiate des sanctions et organisent la solidarité financière, les 14 postiers sanctionnés vont, dans les prochains jours, déposer des recours contre les décisions de La Poste devant les juridictions administratives et prud’homales.

http://www.humanite.presse.fr/journ...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
> De très lourdes sanctions contre l’action syndicale
4 août 2005 - 06h26

C’est totalement inique... !!

Mais qui s’insurge à présent ? L’été sera chaud mais malheureusement pas dans la contestation , plutôt dans les décisions de ce genre, comme chaque année.

Vous verrez qu’au premier septembre, ils vont nous dire que TOUT VA BIEN !!

Et une remarque : pourquoi la CFDT ne proteste pas (ou est-ce un oubli) ? Ah, oui j’oublais, ils sont sociaux démocrates maintenant...que l’on m’explique ce que cela signifie car j’ai horreur quand on met des mots bout à bout comme cela. Cela fait perdre le sens des deux mots...



> De très lourdes sanctions contre l’action syndicale
4 août 2005 - 15h31 - Posté par

Plutôt que deux mots, un seul ---> JAUNE


> De très lourdes sanctions contre l’action syndicale
6 août 2005 - 12h20

Le droit de grève ne permet pas de faire des blocages de bureau, de centre d’activité, d’
usines etc.....

Donc respectons le droit mis en place !

Ou alors, il faut faire évoluer le droit, par les moyens légaux !



> De très lourdes sanctions contre l’action syndicale
6 août 2005 - 20h45 - Posté par

"respecter le droit mis en place"...mis en place par qui et pour servir les intérêts de qui ?

Et pourquoi ne demandes-tu pas en premier lieu au MERDEF de respecter le "droit mis en place" ?

Tu adhères à la CFDT quand ?


> De très lourdes sanctions contre l’action syndicale
9 août 2005 - 16h08 - Posté par

Alors il faut faire la révolution, si tu ne veux pas faire évoluer le droit
en utilisant les voies législatives actuelles.






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite