Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Dure la pente de la démocratie juive

de : Amira Hass
dimanche 24 juillet 2005 - 22h05 - Signaler aux modérateurs

Amira Hass
Haaretz, 21 juillet 05

Ariel Sharon ne partage pas Jérusalem. Haïm Ramon non plus. Ils ont simplement trouvé un moyen plus efficace et plus rapide que ceux éprouvés jusqu’ici pour se libérer de quelques dizaines de milliers de Palestiniens habitant Jérusalem. Et ceci après qu’on ait épuisé le pillage de leurs terres au profit des habitants juifs.

Au début de la semaine passée, le gouvernement a décidé de hâter la construction du mur de séparation dans la région de Jérusalem, qui cernera et emprisonnera les habitants de trois quartiers de Jérusalem-Est : le camp de réfugiés de Shoafat et les quartiers de A-Salaam et Dar Khamis, à Anata. Pendant plus d’un an et demi depuis que le tracé a été dessiné, l’Etat a tardé dans ses réponses aux recours introduits par le représentant des habitants de ces quartiers, l’avocat Dany Zeidman. Maintenant que tous les projecteurs sont tournés vers le désengagement, il s’empresse de construire un mur de béton et des tours de guet qui couperont les habitants de leur ville.

Au Ministère de la défense, on assure que le tracé a été fixé d’après des considérations sécuritaires uniquement et qu’il prend en compte l’ensemble des intérêts des habitants. Mais le ministre Ramon a déclaré sans fard, la semaine passée, sur Kol Israël : « (la décision) du gouvernement renforce la sécurité de Jérusalem... et elle l’a rend plus juive... » Autrement dit, derrière le tracé, les considérations démographiques sont évidentes : le plus possible de territoire pour Israël, le moins d’Arabes possible.

Les habitants de ces quartiers ne sont pas les seuls Palestiniens ni les premiers qu’Israël emprisonne derrière des clôtures, des points de passage et un réseau bureaucratique d’autorisations, afin de conserver les acquis territoriaux de la guerre de 1967. C’est devenu une solution répandue en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza. Sauf qu’ici, il s’agit de porteurs d’une carte d’identité israélienne. Ceux qui les ont précédés dans leur emprisonnement, ce sont les habitants de Kafr Akab et Samir Amis, deux villages au sud de Ramallah, qui ont été annexés à Jérusalem en 1967.

Le gouvernement a promis de faire avec diligence ce qu’il n’a pas fait en 37 ans à l’Est de la ville : ils construira en quelques mois tout un système perfectionné de services, qui rendra superflu pour les habitants le besoin de se rendre au centre ville. Cette promesse nous apprend ce que les ministres du gouvernement pensent des juges de la Cour suprême qui sont censés se prononcer sur une plainte contre le tracé actuel : on est maintenant d’avis, au gouvernement - un an après que le glaive de la Cour internationale de La Haye ait cessé de peser au-dessus de leurs têtes - qu’il y a moyen de vendre à la Cour suprême n’importe quelle explication, n’importe quelle promesse. Les juges de la Cour suprême sont tenus par le gouvernement comme faisant indissociablement partie de sa société juive-démocratique. Et cette société ne s’est jamais émue du régime de discrimination structurelle qui a transformé les quartiers Est de Jérusalem en quartiers pauvres, surpeuplés, délaissés.

La société juive-démocratique n’a pas été ébranlée lorsque les gouvernements israéliens et la municipalité de Jérusalem ont exproprié de vastes territoires palestiniens libres, au profit de la construction de spacieux quartiers réservés aux Juifs. Dans le même temps, des règlements administratifs étaient adoptés qui empêchaient les Palestiniens de bâtir à l’intérieur de Jérusalem, leur ville, les contraignant à construire sans permis ou à résider en dehors du territoire de la municipalité. La discrimination structurelle était un moyen non déclaré mais transparent de provoquer la fuite du plus grand nombre possible de Palestiniens hors de la ville « unifiée ».

En 1995-1996, le Ministère de l’Intérieur a lancé la politique du « transfert silencieux » : des habitants de Jérusalem qui étaient à l’étranger pendant des années ou qui avaient été contraints d’habiter en dehors du territoire municipal, se sont vu dénier en masse le statut de résident. Le Ministre de l’Intérieur était alors Ramon. Le gouvernement israélien a alors commencé à violer ouvertement la promesse qu’il avait donnée aux Palestiniens en les annexant à la capitale d’Israël. La promesse que - comme ce n’était pas eux qui avaient choisi de vivre à l’intérieur des frontières d’Israël mais Israël qui avait choisi de les annexer - ils jouiraient des droits de résidence et que serait respecté leur statut de jérusalémites.

La politique du transfert silencieux a partiellement échoué grâce à une lutte commune (palestino-israélienne et internationale), collective et juridique, et surtout grâce au fait que beaucoup ont décidé de revenir vivre dans de scandaleuses conditions de surpeuplement, à l’intérieur des limites de Jérusalem. Ils ont ainsi construit leurs maisons en marge du camp de réfugiés de Shoafat et dans les quartiers de « La Paix » à Anata. Sans planification, sans infrastructures, sans permis, sans services, parmi les monceaux d’ordures. A courte distance des parcs verdoyants et des larges routes de Pisgat Zeev la juive, construite sur des terres volées à Anata, Shoafat et Hizmeh.

Vient maintenant, sous prétexte de sécurité, une autre étape dans la marche sur la pente glissante de la discrimination nationale, et qui doit « corriger » ce que le transfert silencieux n’est pas parvenu à accomplir. Même si le gouvernement construit en deux mois des écoles et des cliniques à Anata, le mur créera une immense prison à deux pas de ce qui fait l’ornement de la culture juive : l’Université Hébraïque. Même en construisant dans le mur le point de passage le plus parfait, le plus avenant, l’expérience nous enseigne que des milliers de personnes seront coupées de leurs familles et de leurs amis vivant de l’autre côté du mur, coupées d’occasions de gagner leur vie, de possibilités d’étudier, d’institutions culturelles et religieuses, de camps de jeunesse. Sans être déplacés de leurs maisons, ils seront chassés de leur ville. Au profit de la capitale juive démocratique.

[Traduction de l’hébreu : Michel Ghys]

www.haaretz.co.il/hasite/pag...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite
France : menace claire de coup d’État militaire imminent
lundi 26 avril
de Roberto Ferrario
Ainsi se termine la déclaration d’un groupe des militaires des Force des Armées françaises : “Par contre, si rien n’est entrepris, le laxisme continuera à se répandre inexorablement dans la société, provoquant au final une explosion et l’intervention de nos camarades d’active dans une mission périlleuse de protection de nos valeurs civilisationnelles et de sauvegarde de nos compatriotes sur le territoire national. On le voit, il n’est plus temps de (...)
Lire la suite