Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Témoignage de Gilet Jaune meurtri : Pour ne jamais oublier ! Puisse-t-elle un jour, la Justice ?

de : joclaude
mardi 23 mars 2021 - 10h58 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Gilets jaunes blessés à vie : Source : RT France - Manu 23 mars 2021, 07:03 © RT France Manuel Coisne nous a reçus chez lui à Valenciennes (Nord). Touché en plein visage par une grenade lacrymogène tirée par un Cougar sur la place d’Italie lors d’un rassemblement célébrant l’anniversaire du mouvement des Gilets jaunes en novembre 2019, Manu Coisne a dû apprendre à vivre avec un seul œil. « Le pire c’est que j’étais un bon vivant et j’ai perdu une partie de ma joie de vivre. » Manu Coisne a perdu un œil lors de la manifestation des Gilets jaunes du 16 novembre 2019 à Paris, place d’Italie (XIIIe arrondissement) aux alentours de 14h lorsqu’une grenade lacrymogène MP7 tirée par un fonctionnaire de police avec un lance-grenade Cougar l’a frappé en plein visage. Les images choquantes de sa blessure ont très tôt été diffusées sur les réseaux sociaux car il s’est trouvé que le Gilet jaune était filmé à cet instant : il conversait avec un de ses camarades face caméra pour un live Facebook. ATTENTION LA VIDEO PEUT FORTEMENT HEURTER LA SENSIBILITE RT France est retourné voir l’intérimaire de 42 ans à Valenciennes (Nord) le 3 mars 2021 pour revenir sur cet épisode, mais surtout pour faire le point sur sa situation actuelle. « Je l’ai prise dans le visage, j’ai tourné la tête par réflexe et je l’ai vue exploser juste derrière moi... Il y avait des anciens autour de nous, des gens de plus de 70 ans », précise Manu, toujours aussi choqué par la violence de l’impact et gardant l’amertume de ce qu’il a ressenti comme un piège : « Nous avons essayé de quitter la place, on nous l’a refusé, alors nous avons tourné en rond, puis j’ai été blessé. » Auteur : RT France « Blessures de guerre » Lire aussi LBD, munitions, grenades : les armes du maintien de l’ordre sont-elles vraiment toutes classées ? Les maisons en briques rouges des travailleurs du Nord défilent avec dignité par la vitre de la voiture avant d’arriver à celle de la famille Coisne, semblable à toutes les autres... à l’exception toutefois de quelques autocollants militants apposés sur la porte d’entrée contre « la dette » et pour la « résistance ». Dans la voiture de Manu et Séverine, garée devant chez eux, on voit le gilet de signalisation jaune fluo qui trône en évidence sur le tableau de bord. Manifestations, militantisme, interviews, le couple Coisne est uni et fait tout à deux... sauf aujourd’hui car madame est à l’hôpital pour une petite intervention. Au téléphone, les jours précédents pour préparer notre rencontre, on pouvait entendre sa colère qui bouillait dans chaque mot prononcé et annonçait ce que nous avons pu constater sur place : ces deux-là ne lâcheront rien. Manu, bien que discret, est du même bois que sa fiancée. Avant d’être éborgné, il militait contre la taxe sur le carburant et pour le référendum d’initiative citoyenne (RIC), mais aussi « pour tous les intérimaires qu’on traite comme des chiens ». Il continue à porter les mêmes causes, mais celle de la lutte contre les violences illégitimes de la part des autorités s’est ajoutée à la liste. Il faut préciser ici que Manu Coisne n’a pas simplement perdu un œil : l’impact traumatique de la grenade lancée à 300km/h lui a enfoncé le plancher orbital et il a perdu toute sensibilité du visage autour de la blessure. Depuis, il doit enchaîner les opérations chirurgicales, notamment pour que l’œil de verre tienne bien en place. Les douleurs continuent parfois et les cauchemars le privent souvent d’un sommeil qu’il doit provoquer avec des somnifères. Manu repense de façon récurrente au moment de l’impact, il le revit, comme une personne traumatisée par une guerre. Il s’agit d’ailleurs d’une de ses revendications à présent : « Avec les autres mutilés, on voudrait une reconnaissance similaire à celle des victimes de blessures de guerre. » Lire aussi L’Etat condamné en justice après un tir de LBD sur un Gilet jaune, une première Hélas, le Gilet jaune trouve que la justice traîne des pieds. Il a porté plainte contre le préfet de police de Paris (Didier Lallement), contre l’Etat et contre le fonctionnaire de police qui a tiré cette grenade d’une façon qui a été jugée non-conforme dans une enquête très détaillée du journal Le Monde. L’opérateur de l’arme a d’ailleurs été clairement identifié. Particularité notable du dossier de Manu Coisne : il a refusé de travailler avec l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) et nous explique qu’il aurait préféré une « institution plus indépendante ». De fait, le parquet de Paris a annoncé le 22 novembre 2019 qu’un juge d’instruction était nommé pour mener cette enquête et une information judiciaire avait été ouverte pour « violences volontaires par une personne dépositaire de l’autorité publique suivies de mutilation ou infirmité permanente ». Mais depuis, Manu a simplement perdu un CDD dans l’automobile qu’il devait commencer au moment où il a été touché avant d’en retrouver un autre dans le même secteur. Il a donc repris sa vie, sans le sentiment d’avoir vu la justice passer pour le moment puisque les échéances au tribunal ne sont pas encore fixées... Mais comme les autres blessés graves, Manu a dû reprendre l’existence avec une vision dégradée, des douleurs et de la colère. Travailleur honnête qui précise qu’il paie ses impôts et se lève à 4h30 pour aller au travail, Manu Coisne explique son combat quotidien : « Quand je ne sais pas faire quelque chose que je savais faire avant, je m’énerve, il y a des tensions parfois, même dans le couple. Il y a le problème de l’aspect physique, c’est plus compliqué de tout faire et j’ai mal... et puis il y a le côté psy. J’évite le miroir le matin et je ne tiens pas longtemps dans un supermarché quand je vois que les gens me regardent bizarrement. » Avec les autres mutilés, on voudrait une reconnaissance similaire à celle des victimes de blessures de guerre Surtout, on sent que s’il continuera à militer pour les générations suivantes, Manu Coisne voudrait tourner la page et clore ce chapitre douloureux de sa vie : « Entre les rendez-vous médicaux et de justice, ça fait lourd à porter, on est tout le temps là-dedans. Heureusement, avec tout ça, on a rencontré plein de gens et trouvé beaucoup de soutiens parmi les Gilets jaunes, ça fait du bien. » Le lendemain de notre rencontre, Manu Coisne avait rendez-vous au tribunal à Paris pour faire reconnaître son droit à l’indemnisation des victimes d’infractions (CIVI). En nous quittant sur le pas de sa porte, il nous a dit, dans un sourire amer : « On va voir combien ça coûte un œil pour eux. » Mais le lendemain, il s’est déplacé jusqu’à la capitale pour apprendre que le dossier était renvoyé au 8 avril après un changement de juge d’instruction. Seule petite consolation : « On nous a dit que d’une part Manu avait été reconnu comme victime de violence policière par l’IGPN qui a mené son enquête malgré son refus de travailler avec elle et que le procès devrait avoir lieu au cours de l’année », nous a expliqué sa compagne, Séverine, au téléphone. Encore de l’attente donc, mais elle salue une première « petite victoire ». En revanche, elle déplore : « Il devait me demander en mariage à Noël, un mois après sa blessure, il l’a fait plus tard, mais ce mariage, il ne le vivra pas de la même manière. Il n’a pas perdu qu’un œil ce jour-là, il a perdu de sa joie de vivre. » NDLR.:On fini la lecture, mais les larmes vous montent aux yeux ! L’histoire retiendra qu’ils se battirent comme des lions pour la dignité, l’honneur des travailleurs ! Puisse un jour notre Peuple leur rendre Hommage !

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/france/8441...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Témoignage de Gilet Jaune meurtri : Pour ne jamais oublier ! Puisse-t-elle un jour, la Justice ?
24 mars 2021 - 15h16 - Posté par JOclaude

Source : RT France - Autre témoignage très émouvant, une jeune femme de 22 ans !

SourceUn policier mis en examen pour l’éborgnement de Fiorina Lignier lors d’un acte des Gilets jaunes 24 mars 2021, 12:20 © Philippe HUGUEN Source : AFP Fiorina Lignier, à Amiens, le 13 février 2019 (image d’illustration). Fiorina Lignier a fait savoir sur Facebook qu’un policier avait été mis en examen dans le cadre de l’affaire qui lui a valu de perdre un œil lors d’une manifestation en décembre 2018. Elle a émis le souhait que l’on retrouve « les commanditaires ». Eborgnée en décembre 2018 (comme plusieurs Français) lors de l’acte 4 des Gilets jaunes par un projectile qu’elle attribue aux forces de l’ordre, Fiorina Lignier a annoncé le 14 mars sur son compte Facebook qu’un policier avait été « mis en examen après deux ans d’enquête ». L’information a été confirmée ce 24 mars par plusieurs sources proches du dossier à l’AFP. La jeune femme de 22 ans s’est réjouie que cette décision, qui peut néanmoins aboutir à un non-lieu, ouvre potentiellement la voie à un « procès ». « J’espère qu’on retrouvera les commanditaires », a ajouté Fiorina Lignier à l’AFP, précisant : « Je n’y croyais plus du tout. Quand je l’ai appris, c’était une grande surprise. » Selon une source judiciaire citée par l’agence de presse, le policier, mis en examen pour « violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente », a été placé sous contrôle judiciaire. Un tir de lanceur de balles de défense en cause Lire aussi Gilets jaunes blessés à vie : Manu Tandis que la jeune femme soupçonnait, comme elle l’avait expliqué à RT France, un tir de grenade d’avoir causé ses blessures, une source judiciaire a indiqué à l’AFP que c’est un tir de lanceur de balles de défense (LBD) qui serait en cause. « Sur le coup de 14 heures [le 8 décembre 2018], des casseurs ont commencé à vandaliser un commerce en face de nous, de l’autre côté de l’avenue [des Champs-Elysées], ont commencé à mettre le feu, etc. Donc les policiers ont commencé à charger pour laisser passer les pompiers justement et là, c’est le dernier souvenir que j’ai parce que je m’effondre totalement », avait-elle confié à RT France. Des images la montraient gisant à terre sur les Champs-Elysées, le visage en sang, avant d’être transportée à l’hôpital Cochin où les médecins lui ont appris qu’elle ne retrouverait jamais l’usage de son œil gauche, touché par le projectile. Auteur : RT France « On vit ça comme un deuil, la colère se mélange à la tristesse. Quand je voyais mes frères baisser les yeux, ma mère pleurer, c’était affreux », avait notamment expliqué l’étudiante en philosophie au Parisien. Fiorina Lignier avait déposé plainte. Une enquête, confiée à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), puis une information judiciaire, le 19 juin 2019, avaient été ouvertes

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/france/8486...







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test 13 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite