Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Report des élections Présidentielles en Bolivie.

de : joclaude
vendredi 31 juillet 2020 - 11h00 - Signaler aux modérateurs

Sources : Le Monde, Courrier International, France 24, Cuba en Resumen

La décision prise par le Tribunal Suprême Électoral de reporter les élections présidentielles prévues initialement le 3 mai en août, puis au 6 septembre et maintenant au dimanche 18 octobre 2020, sous prétexte de la lutte contre la Covid 19, a provoqué des manifestations indignées dans plusieurs villes de Bolivie. Des milliers de personnes ont défilé ce 28 juillet dans les villes de La Paz et de la région voisine d’El Alto, appelées par la « Central Obrera Boliviana » et le « Pacte d’unité des organisations paysannes indigènes », en rejetant l’annonce d’un nouveau report des élections.

Les manifestants accusent le gouvernement « de facto » de manipulation pour retarder les élections et dénoncent que la pandémie a servi à détourner des fonds, à prendre des mesures contre la population et à rendre visible son objectif de se perpétuer au pouvoir, alors que la contagion et les décès dus au covid sont en augmentation.

Les organisations sociales affirment d’une même voix que la triple crise en Bolivie - politique, sanitaire et économique - ne peut être affrontée que par un gouvernement légitime sorti des urnes, et que plus les élections seront retardées, plus le pays aura du mal à faire face aux effets de cette crise qui a provoqué une stagnation de l’économie, des milliers de licenciements, des réductions de salaires et une augmentation notoire de la pauvreté, autant de facteurs qui renforcent l’impopularité de Jeanine Áñez, qui occupe la présidence sans avoir été élue, suite au coup d’Etat du 20 octobre 2019, avec une moyenne de 12 % dans les intentions de vote en sa faveur.

Les cocaleros – les cultivateurs de coca - de Cochabamba ont entrepris une marche sur La Paz pour protester contre la situation critique de la région. Dès lundi, Fernando Lopez, ministre de la Défense, a averti que ces cultivateurs venaient « pour propager le coronavirus »… Mais la majorité de la population n’y a pas cru et a, au contraire, salué chaleureusement les marcheurs.

Une étude d’une fondation allemande avait révélé qu’environ 71 % des Boliviens avaient l’intention de se rendre aux urnes le 6 septembre. Mais le Tribunal électoral a préféré ignorer ce chiffre, sous la pression de l’extrême droite. De nombreux journalistes de tous bords dénoncent la manipulation.

Ainsi Mary Vaca, de Página Siete - un média qui critique violemment les organisations de gauche - a déclaré dans son compte Twitter : « Lorsque les élections devaient avoir lieu en août, le pic a été annoncé pour le mois d’août, alors qu’elles devaient avoir lieu en septembre, la courbe allait également être en septembre. Maintenant, la courbe serait en octobre. »

La presse a quelques raisons de manifester une certaine mauvaise humeur : le 10 mai, la présidente par intérim Jeanine Añez a publié un décret restreignant encore davantage la liberté de la presse dans le pays. Désormais, toute personne produisant une information écrite ou imprimée semant le doute quant au Covid-19 pourra être condamnée à une peine allant jusqu’à dix ans de prison. Les associations de la presse bolivienne ont réclamé en vain la suppression du décret.

Quant au système de santé bolivien, il est extrêmement précaire. Dans de nombreux villages éloignés, il n’y a plus de médecins, les soignants cubains qui seuls officiaient dans ces « déserts médicaux » ayant été priés de regagner La Havane après le coup d’état. Il manque du personnel médical spécialisé, du matériel – notamment des ventilateurs – et des unités de soins intensifs. Plusieurs médecins ont menacé de démissionner collégialement pour protester dans plusieurs villes contre le manque d’équipement de protection, notamment dans la région de Santa Cruz.

« Nous nous sentons abandonnés, nous les Mojenos. » déclare Juana Molinas, membre de l’ethnie Mojeno qui vit dans le Tipnis, un parc naturel protégé, situé en plein centre de la Bolivie, à plusieurs heures de piste du premier centre urbain. « Depuis le début de cette épidémie, personne n’est venu jusqu’ici, ni les autorités départementales, ni le gouvernement central, personne. Ils se fichent de ce dont nous avons besoin. »

Pour couronner le tout, Le ministre de la Santé, Marcelo Navajas, impliqué dans une affaire présumée de corruption, a été arrêté le 20 mai. L’affaire porte sur l’achat de 179 respirateurs à une entreprise espagnole pour un montant de près de 5 millions de dollars, au prix unitaire de 28 000 dollars, pour des appareils habituellement facturés 10 000 dollars par cette société et qui, en outre, ne sont pas adaptés aux services de réanimation des hôpitaux boliviens...

Au 13 juillet 2020, 48 187 cas de Covid-19 et 1 807 décès ont été recensés.

Voilà qui n’est guère rassurant pour la suite…

Annie Arroyo


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite