Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Grèce : Berlin veut pousser son avantage

de : Romaric GODIN
vendredi 20 février 2015 - 13h09 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

Le gouvernement grec a cédé beaucoup de terrain dans sa demande de financement de six mois. Mais l’Allemagne veut pousser son avantage. sur le même sujet

Lorsque l’on a commencé à boire la coupe, il faut aller à la lie. Voici, en substance, la réaction de l’Allemagne à la demande de financement qu’a déposé, ce jeudi 19 février, le gouvernement hellénique auprès du président de l’Eurogroupe, le ministre des Finances néerlandais Jeroen Dijsselbloem. Ce qu’Athènes a accepté

Dans cette demande, signée du ministre des Finances grec Yanis Varoufakis, la Grèce avait pourtant fait de larges concessions, allant plus loin que le document proposé lundi par Pierre Moscovici et remplacé par Jeroen Dijsselbloem. Athènes affirmait ainsi « reconnaître comme engageant le contenu financier et juridique de l’accord de financement (Master facility agreement) passé avec le Fonds européen de Stabilité financière (FESF). » Cette disposition reconnaissait de fait, conformément à l’article 10-1 de l’accord, le droit des créanciers « d’envoyer ses agents ou d’autres représentants pour mener les contrôles financiers ou techniques qu’ils jugeront bons de réaliser. » Bref, c’était admettre la poursuite d’un contrôle par « les institutions », puisque la lettre ne parle plus de la troïka. En réalité, c’était faire revivre une forme nouvelle de troïka.

Cette lettre affirme à nouveau la volonté de la Grèce de se soumettre aux contrôles des créanciers en renonçant « à toute action unilatérale qui pourrait remettre en cause les objectifs budgétaires, la reprise économique et la stabilité financière. » Cette phrase, qui avait été jusqu’ici refusée par la Grèce limite de facto la souveraineté budgétaire du pays qui devra donc mener sa politique budgétaire dans les cadres définis en accord avec ses créanciers. Du reste, Athènes s’engageait à dégager des « excédents appropriés. » En attendant, le pays s’en remet aux « flexibilités » comprise dans les accords, comme l’exigeait la déclaration de Jeroen Dijsselbloem lundi qu’Athènes avait refusé de signer. Les demandes de la Grèce

Moyennant quoi, la Grèce demandait la poursuite du financement, l’acceptation par la BCE de la dérogation concernant l’acceptation de la dette grecque à son guichet suspendue le 4 février dernier, mais aussi l’ouverture de discussions sur la dette et la croissance. Yanis Varoufakis demande donc que l’on utilise l’extension du financement pour « entamer le travail des équipes techniques sur un nouveau contrat pour la croissance et la reprise que les autorités grecques envisagent. » Il rappelle également que l’Eurogroupe se souvienne de sa décision de novembre 2012, où il envisageait « de possibles mesures sur la dette », donc que l’on entame des négociations sur la restructuration de la dette. Gagner du temps pour Athènes

Sans être une « capitulation » complète comme certains l’avancent, le gouvernement d’Alexis Tsipras a cédé sur des points importants : la reconnaissance des engagements passés et le refus de toute « action unilatérale. » Devant la dégradation de la situation économique, devant le manque de liquidité à venir de l’Etat (mercredi, le gouvernement a reconnu ne plus avoir de quoi se financer en mars), devant la faible augmentation de l’accès à la liquidité d’urgence de la BCE mercredi (seulement 3,3 milliards de plus), Athènes n’a pas voulu tenter le diable du Grexit. Le gouvernement s’est incliné devant les principales demandes européennes pour gagner du temps. Il s’est agi pour lui de laisser passer le mois d’août et donc les principales échéances de remboursement des dettes détenus par la BCE et le FMI. Ces échéances de près de 9 milliards d’euros en tout étaient impossibles à honorer sans aide externe. Une fois ces échéances passées, Athènes pense sans doute avoir plus de liberté d’agir. Portes ouvertes à la négociation

Par ailleurs, la lettre de Yanis Varoufakis laisse beaucoup de portes ouvertes à la négociation pour l’avenir : elle amène les créanciers du pays à négocier sur la dette et la croissance du pays. Athènes laisse aussi en suspens la question centrale des excédents primaires. Elle n’accepte pas explicitement les objectifs fixés en 2012. Autrement dit, elle les contraint à négocier. Par ailleurs, Athènes lie l’usage de la flexibilité « donnée par l’accord actuel (...) sur la base des propositions de la partie grecque et des institutions. » Autrement dit, Athènes tente de modifier le fonctionnement de la troïka en en faisant un lieu de discussion et de coopération, non d’injonctions. Ceci est cohérent avec le programme de Syriza. La signification du mouvement grec

Pourtant, en cédant sur ces points, la Grèce s’est placée nettement dans une position de faiblesse. Elle a été la première à céder dans la partie de bras de fer. La position édictée avant l’élection du 25 janvier par Yanis Varoufakis dans une interview à la Tribune selon laquelle « la Grèce n’avait plus rien à perdre » est désormais invalidée. Devant l’urgence, Athènes est prête à céder sur des points essentiels. Elle a donc beaucoup à perdre. Le message envoyé aux créanciers est celui-ci : nous craignons davantage le Grexit que vous. L’Allemagne, qui avait imposé lundi une position très ferme, a donc gagné une partie essentielle.

Elle a donc toutes les raisons du monde de pousser encore son avantage en rejetant cette lettre. Le gouvernement allemand a rapidement fait savoir que cette lettre ne pouvait pas « constituer une solution. » Ce que demande Berlin, c’est clairement la poursuite de l’accord de 2012 in extenso. Ne rien changer, donc. La flexibilité doit être laissée à l’appréciation de la troïka et la négociation sur la dette n’est pas acquise. Berlin veut aussi maintenir explicitement les objectifs d’excédents primaires. Ce que veut l’Allemagne

La position de l’Allemagne est logique : son coup de force de lundi a fonctionné, Athènes a cédé en premier. Elle veut que sa victoire soit complète. Alexis Tsipras a commencé à nouer autour de son cou la cravate que lui a offert Matteo Renzi le 3 février dernier et Berlin juge bon que l’on serre le nœud jusqu’au bout. L’enjeu pour le ministre allemand des Finances est central : il s’agit de prouver qu’aucune élection ne peut modifier les règles fixées auparavant et que la zone euro est prête pour cela à aller jusqu’au bout. Ainsi les électeurs espagnols tentés par Podemos ou irlandais tentés par le Sinn Fein devront y réfléchir à deux fois avant de placer leur bulletin dans l’urne. Le résultat sera que la démocratie en zone euro deviendra une démocratie encadrée par des règles destinées à appliquer certaines politiques économiques plutôt que d’autres. Wolfgang Schäuble est sur le point de réussir son pari.

Dans la réunion de l’Eurogroupe de ce vendredi 20 février, Athènes va devoir décider si elle refuse d’aller plus loin dans les concessions, ou si elle place l’urgence financière avant toute chose. Dans le second cas, elle devra céder à la logique allemande. Mais maintenant qu’elle a cédé la première, rétablir l’équilibre sera difficile. A moins que l’Eurogroupe décide de se dresser contre le maximalisme de Wolfgang Schäuble. Ce que les ministres des finances de la zone euro ont refusé de faire lundi... Ou bien - et ce serait un coup de théâtre, à moins que les Grecs ont cédé pour mieux montré l’intransigeance allemande et pouvoir refuser toute responsabilité en cas d’aggravation de la crise. C’est ce qu’a laissé entendre un responsable grec à Reuters en affirmant que la proposition hellénique était "à prendre ou à laisser."

http://www.latribune.fr/actualites/...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Grèce : Berlin veut pousser son avantage
20 février 2015 - 14h37 - Posté par PierreP

Une autre façon de faire la guerre aux peuples : les obus s’appellent austérité et les ruines sont celles de la misère.
Mort au capitaliste, ive le communisme.



Grèce : Berlin veut pousser son avantage
21 février 2015 - 09h55 - Posté par JO

A doses homéopathiques c’est plus astucieux bien sûr pour chloroformer l’opînion publique et perdurer à faire croire en la supériorité du régime capitaliste pour l’humanité ! Ce faisant s’il y a un détournement des nouveaux dirigeants de la volonté du Peuple ils devront lui rendre des comptes, à moins que ce soit le Peuple qui l’exige !



Grèce : Berlin veut pousser son avantage
22 février 2015 - 16h16 - Posté par nOCTURNE

Tout mouvement qui ne prônera pas clairement la rupture avec le K et ne posera pas`les perspectives d’un socialisme a inventer et mettre en oeuvre, sera porteur face au K D’UNE TRAHISONS DES MASSES.






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite
France : menace claire de coup d’État militaire imminent
lundi 26 avril
de Roberto Ferrario
Ainsi se termine la déclaration d’un groupe des militaires des Force des Armées françaises : “Par contre, si rien n’est entrepris, le laxisme continuera à se répandre inexorablement dans la société, provoquant au final une explosion et l’intervention de nos camarades d’active dans une mission périlleuse de protection de nos valeurs civilisationnelles et de sauvegarde de nos compatriotes sur le territoire national. On le voit, il n’est plus temps de (...)
Lire la suite