Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

BAGOAZ : défendre les droits des prisonnier-e-s et des exilé-e-s politiques basques et les accompagner...

de : EH
vendredi 20 février 2015 - 08h58 - Signaler aux modérateurs

​Présentation du collectif BAGOAZ

GIF - 1.8 ko

Le collectif BAGOAZ est né, constitué le 31 janvier dernier par 24 organisations politiques, syndicales, associatives. Sa fonction : défendre les droits des prisonnier-e-s et des exilé-e-s politiques basques et les accompagner dans la mise en place de leurs feuilles de route.

vidéo : http://youtu.be/D592nP3fUbk

Historique rapide

Il faut d’abord rapidement revenir sur la première initiative publique des organisations aujourd’hui partie prenante du collectif BAGOAZ : la manifestation du 14 juin dernier, sous le sigle NI ERE BANOA. Ce fut un succès avec 8 000 personnes derrière la banderole « Droits de l’Homme- Résolution- Paix ».

Cette manifestation a eu le soutien d’élus de tous bords, de syndicalistes, de jeunes de différents mouvements. C’est la première fois au Pays Basque Nord que les revendications des prisonniers et des exilés et le soutien au processus de paix étaient portées par autant de voix aussi plurielles.

Dans la réunion de bilan qui a suivi la manifestation, il a paru nécessaire que la dynamique initiée se poursuive. Il a donc été décidé de construire le collectif BAGOAZ, un collectif qui s’inscrive dans la durée, pour défendre le respect des droits des prisonniers et des exilés, et mobiliser dans ce sens.

Cette dynamique en faveur du processus de paix s’est renforcée avec la déclaration du groupe de dialogue du Pays Basque de France datée du 24 octobre 2014. ( voir annexe)

Sans nul doute, un pas qualitatif et quantitatif a été franchi ces derniers mois pour exiger le respect des droits des prisonniers et des exilés. La création du collectif BAGOAZ nous a paru d’autant plus indispensable. Le 8 novembre 2014, le texte fondateur du collectif a été adopté. Le 31 janvier dernier, 4 campagnes centrales ont été décidées.

Les bases du collectif BAGOAZ

Le collectif s’inscrit dans la ligne de la déclaration d’Aiete qui donne une feuille de route pour le processus de paix. Sa fonction centrale est d’informer, de mobiliser pour le respect des droits des prisonniers et des exilés. Il s’agit d’obtenir sur ces questions des avancées immédiates, d’où les campagnes que nous allons mettre en place. L’objectif est la libération de toutes et tous les prisonniers, le retour de toutes et tous les exilés. L’amnistie générale doit être partie prenante de la résolution intégrale du conflit. En corollaire, nous exigeons dès maintenant la fin des mesures et des législations d’exception, dont le Mandat d’Arrêt Européen.

Nous insistons sur le fait qu’il faut aujourd’hui rétablir et appliquer des droits fondamentaux dont la négation est contradictoire avec le fonctionnement d’un Etat de droit. Mais les gouvernements espagnol et français refusent tout dialogue et tout geste, fût-il minime. Les prisonniers restent éloignés et dispersés, les procès et la criminalisation du mouvement abertzale continuent (voir les derniers évènements comme le procès de Madrid, l’interpellation des avocats), il n’y a pas le moindre geste humanitaire (cas de Ibon Fernandez Iradi).

Le Pays Basque est entré dans un nouveau contexte mais les Etats espagnol et français se placent à contre courant de l’histoire en refusant d’entrer dans le processus, plus même, en multipliant les provocations répressives. Il faudra bien, tôt ou tard, qu’ils changent d’attitude. Nous entendons les y pousser en œuvrant à une augmentation de la participation de la société civile et de ses organisations au processus.

Nous nous adressons à la jeunesse, aux organisations syndicales, politiques, associatives et culturelles. Nous sommes déterminé à ce que les droits des prisonniers et des exilés soient respectés, nous sommes déterminés à faire avancer la résolution politique, démocratique et pacifique du conflit.

Nous travaillerons avec les autres mouvements parties prenantes de ce processus, en particulier le collectif des prisonniers et celui des exilés politiques basques, EPPK et EIPK, dont nous épaulerons les feuilles de route, également avec Bake Bidea au Pays Basque Nord et SARE au Pays Basque Sud.

Les axes d’intervention du collectif

Pour la fin de la dispersion, Euskal presoak Euskal herrira : Un atelier citoyen ouvert à tous sera organisé le 16 mai afin de réfléchir ensemble à cette future dynamique, qui est une de nos dynamique centrale.

Pour la libération des prisonniers-ères conditionnelles : Aujourd’hui ce sont 8 prisonniers qui sont en train de préparer ou bien dans l’attente d’une audience pour une libération conditionnelle. Un moment fort sera organisé le 4 avril prochain, date de l’arrestation de Xistor Haranburu, Jakes Esnal, Ion et Unai Parot, cela fait maintenant 25 ans qu’ils sont incarcérés. Sortir de prison c’est un droit !

Pour la libération d’Ibon Fernandez Iradi : Un rassemblement va être organisé le 26 mars prochain jour de l’évocation en appel de sa demande de suspension de peine.

Pour le retour des exilé-e-s : A leur cotés nous les soutiendrons dans leurs démarches et participerons autant qu’ils nous solliciterons.

Nouveau nom et logo

Nous avons un nouveau nom BAGOAZ « nous allons », un nom dans la continuité de ce que nous avons commencé avec ni ere banoa « j’y vais ». « Nous allons »crée des dynamiques collectives fortes afin d’en finir avec les mesures d’exceptions.

Le 19 février 2014,

Collectif BAGOAZ :

Ligue des Droits de L’Homme ; Bake Bidea ; Cimade ; Etxerat ; Comité pour la Défense des Droits de l’Homme en Pays Basque ; Anai Artea ; Observatoire International des Prisons Pays Basque ; Herriarekin ; LAB ; Union Syndical Solidaire ;; ELB ; CFDT santé sociaux Pays Basque ; La Commune ; Indar Beltza ;Ahaideak, CAR/EKB ; Aitzina ; EHZ ; EELV ; EHBAI ; Abertzaleen Batasuna ; Sortu ; NPA Pays Basque ; Autonomia Eraiki ; Eusko Alkartasuna.

JPEG - 103.3 ko

BAGOAZ kolektiboaren aurkezpena

Joanden 2015ko urtarrilaren 31an, 24 eragileez ( sindikal, politiko edota sozial) osatutako BAGOAZ kolektiboa sortu da. Gaur BAGOAZ kolektiboa publiko egin nahi dugu. Bere funtzioa : Euskal preso eta iheslarien eskubideak defendatu eta haien bide orrien garapenean lagundu.

Ikus bideoa : http://youtu.be/bFMWTMP6XN0

Nundik gatoz.

BAGOAZ kolektiboa osatzen duten eragileen lehen iniziatiba aipatu behar dugu : 2014ko ekainaren 14 ko manifestaldia, NI ERE BANOA izenpean. « Giza eskubideak, konponbidea, bakea ! » lemapean burututako mobilizazioak arrakasta handia izan zuen. 8000 lagunek parte hartu zuten manifestaldian.

Mobilizazioak tendentzia desberdinetako hautetsi, gazte mugimendu, edota sindikatu desberdinen sutengua jaso zuen. Lehen aldia izan zen Ipar Euskal Herrian, preso eta iheslarien eskubideen defentsak edota bake prozesuaren aldeko mobilizazio batek, horrebestelako sostengu zabala jasotzen zuela.

Manifestaldiaren bilana egiterakoan, antolatzaileok dinamika iraunkortzea erabaki dugu, garrantzi handia duelako. Ondorioz BAGOAZ kolektiboa sortzea erabaki dugu. Kolektiboak, denboran lan eginen du, preso eta iheslarien eskubideak defendatuz eta zentzu horretan gizartea mobilizatu.

Bake prozesuaren aldeko dinamika, 2014ko urriaren 24-ean « groupe de dialogue du pays basque de France » -ek izenpetutako deklarazioarekin indartu egin da. (ikus gehigarriak)

Duda izpirik gabe, azken hilabete hauetan pausu handiak eman dira preso eta iheslarien eskubideen defentsan. BAGOAZ kolektiboaren sorrera oiraindik garrantzitsuagoa iduritzen zaigu. 2014ko azaroaren 8an sortze agiria adostu genuen. Eta 2015-eko urtarrilaren 31an lau dinamika adostu ditugu.

BAGOAZ kolektiboaren oinarriak :

Bake prozesurako bide orria eman duen Aieteko konferentziaren ildoan kokatzen gira. Gure funtzio nagusia, preso eta iheslarien eskubideen errespetuaren inguruan gizartea informatzea eta mobilizatzea da. Horrek erran nahi du, egoera desberdinen inguruan berehalako aurrerapausuak lortzea dugula helburu eta horretarako, dinamika desberdinak bultzatuko ditugu. Gure helburua preso eta iheslari guziak etxeratzea da eta amnistia orokorra, bake prozesuaren parte izan behar da. Ondorioz, salbuespenezko neurri eta legedi guzien desegitea eskatzen dugu eta hauen artean, euroagindua.

Argiki ikusten da frantses zen espaniar estatuek, elgarrizketa edota pausuak ukatzen dituztela. Presoak sakabanatuak segitzen dute, abertzale mugimenduaren kriminalizazioak segitzen du, ez da inungo keinu gizatiarrik eta horren adibide adierazgarria da Ibon Fernandezen egoera. 2 estatuei zuzenduko gira, bereziki estatu frantsesari, biak gatazkaren konponbidean inplika daitezen, eskubide estatu batean eskubide demokratikoak ukatzea kontrajarriak direla salatuz.

Euskal Herria kontestu politiko berri betean sartua da. Baina frantses eta espaniar estatuak historiaren kontrako zentzura doaz bake prozesua ukatuz, eta batez ere, errepresioarekin segitzen dutelako. Argi da, egun batean beren jarrera aldatu beharko dutela. Eta bide hori hartzera behartuko ditugu gizarte zibilaren aktibazioarekin.

Gazteria, antolakunde sindikal, politiko, sozial edota kulturalei eta elkarte munduari zuzentzen gira. Determitatuak gira, preso eta iheslarien eskubideak errespetatuak izan daitezen, determinatuak gira gatazkaren konponbide politiko, demokratiko eta pazifikoa aintzinarazteko.

Bake prozesuan parte hartzen duten beste hainbat eragileekin batera lan egiteb dugu. Eta bereziki, preso eta iheslarien kolektiboekin ; EPPK eta EIPK. Haien bide orrien garapenean laguntza emanen diegu. Bide beretik, Iparraldean Bake Bidearekin edota hego Euskal Herrian SARE mugienduarekin lan eginen dugu.

Hurrengo hilabeteetan bultzatuko diren dinamikak.

Dispertsioarekin bukatzeko, Euskal presoak Euskal Herrira : Maiatzaren 16an, denei zuzendua izanen den herritar tailer bat antolatuko dugu. Egun horren asmoa, dinamika berria asmatzea izanen da.

Baldintzapeko askatasuna lortzen ahal duten presoen askatzea : Gaur egun 8 preso dira baldintzapeko askatasun galde bat prestazen ari direnak edota audientzia baten zain direnak. Apirilaren 4 ean momentu azkar bat antolatuko dugu. 25 urte betetzen baitira Xistor Haranburu, Jakes Esnal eta Ion eta Unai Parot presoak artxilotuak izan zirela.

Larriki eri den Ibon Fernandez Iradi askatu : Elgarretaratze bat antolatuko dugu martxoaren 26an, bere zigor suspentsio eskaeraren dei auzi egunean.

Iheslarien itzulera : Haien ondoan lan egitea engaiatzen gira, haien bide orriaren garapenean lagunduz.

Izen berria eta logotipoa.

Badugu izen berri bat BAGOAZ. Izen bat « ni ere baoa »-ren haritik. Norbanakotik, kolektibora pasatzen gira. Dinamika kolektiboak sortuko ditugu, salbuespenezko neurri eta legeekin bukatzeko.

2014ko otsailaren 19a,

BAGOAZ kolektiboa :

Ligue des Droits de L’Homme ; Bake Bidea ; Cimade ; Etxerat ; Comité pour la Défense des Droits de l’Homme en Pays Basque ; Anai Artea ; Observatoire International des Prisons Pays Basque ; Herriarekin ; LAB ; Union Syndical Solidaire ;; ELB ; CFDT santé sociaux Pays Basque ; La Commune ; Indar Beltza ;Ahaideak, CAR/EKB ; Aitzina ; EHZ ; EELV ; EHBAI ; Abertzaleen Batasuna ; Sortu ; NPA Pays Basque ; Autonomia Eraiki ; Eusko Alkartasuna.

GIF - 34.4 ko

Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite