Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Après Syriza, l’Europe a les yeux rivés sur Podemos

de : l’HUMANITE
vendredi 30 janvier 2015 - 11h12 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Un an après sa création, Podemos célèbre son anniversaire en organisant, samedi, à Madrid, une marche nationale. Le parti, qui affole les sondages, entend mobiliser une majorité sociale pour le « changement ».

L’onde de choc de la victoire de Syriza partage l’Europe en deux camps, déclare à l’Humanité le nouveau ministre de la Fonction publique, Georges Katrougalos, entre « ceux qui veulent poursuivre les politiques d’austérité et la gauche européenne. Ce camp peut s’élargir à certains sociaux-démocrates s’ils réalisent que l’identification absolue avec les politiques de la droite conduit à l’effondrement ». Et d’ajouter : « Nous ne reconnaissons pas dans les choix de François Hollande une politique de gauche. Mais nous disons qu’il faut profiter des fissures dans le front de l’austérité pour rechercher des appuis et a rmer nos positions. » À Athènes, l’image des femmes de ménage applaudissant Georges Katrougalos traduit l’état d’esprit des salariés au sortir de quatre années de sou­ rances sociales. Mais Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, semble ne pas en prendre la mesure quand il a‡ rme que si « des arrangements sont possibles, ils n’altéreront pas fondamentalement ce qui est en place ». Même ton de fermeture, même inquiétude chez Emmanuel Macron, qui refuse « toute dérogation, sinon quel signal enverrions-nous aux autres gouvernements » ? Autant dire que la mobilisation contre l’austérité organisée par Podemos, samedi à Madrid, sera observée à la loupe. Le vent d’Athènes atteindra-t-il les côtes espagnoles ?

Le fleuve est en flammes. Le titre de la pièce de théâtre qui se joue actuellement au Monte-charges illustre le désarroi à l’œuvre en Espagne. Il est à l’image de la tragédie grecque interprétée par les pyromanes de Bruxelles et les incendiaires qui étaient hier encore au pouvoir à Athènes. Tout brûle, donc, sur le plan social depuis le début de la crise économique en 2008. Dans ce centre culturel alternatif, situé à l’ouest de la capitale, le cercle de Podemos du quartier de la Puerta del Angel tient sa réunion hebdomadaire. Les membres de la formation, lancée il y a tout juste un an, ajustent les derniers préparatifs de la marche nationale pour « le changement » qui a lieu samedi à Madrid. Alex Olalde a quinze ans. Il est le plus jeune militant de cette structure de base. En dépit de son jeune âge, son assurance détonne. « Nous voulons démontrer avec cette marche que nous ne sommes pas une minorité mais une majorité sociale qui demande le changement : il faut tourner la page de l’austérité », affirme ce lycéen. Des dizaines de milliers de personnes venues de toute l’Espagne sont attendues à la Puerta del Sol, l’épicentre des mobilisations sociales. Il s’agit là pour Podemos de se compter, de mesurer, en quelque sorte, son assise.

En douze mois d’existence, ce parti a eu l’effet d’une bombe dans la vie politique espagnole. Le discours simple, émotif, parfois caricatural de ses leaders a séduit une population lasse mais surtout très excédée par les politiques antisociales qui ont taillé à la hache dans les dépenses publiques. Les très contestés « recortes » (coupes budgétaires) se résument en un mot : un « austéricide »

. Désormais incontournable du paysage politique, Podemos est venu bousculer le bipartisme quasi institutionnalisé qui a vu, depuis l’instauration de la démocratie, le Parti socialiste (PSOE) et le Parti populaire (PP, droite) s’alterner au palais de La Moncloa mais sans se distinguer sur le plan économique. Depuis cet été, les sondages s’affolent et situent la formation « ni gauche ni droite », comme aiment à le préciser ses leaders, parmi les premières forces en intentions de vote. Podemos est le symptôme de la crise, mais surtout des réponses néolibérales apportées par les gouvernements socialistes et conservateurs qui se sont fourvoyés dans le néolibéralisme entraînant le pays au bord de l’abîme social.

Dans le local des associations de voisins du quartier de La Latina, Pablo Carralerro s’active à réaliser avec minutie les pancartes de la marche. À vingt-neuf ans, cet ancien étudiant des Beaux-Arts est au chômage comme 60 % des jeunes Espagnols de moins de vingt-cinq ans. Il ne s’était jamais organisé auparavant même si, reconnaît- il, « la politique l’a toujours intéressé ». Puis « il a participé activement au 15 mai », le mouvement des Indignés en 2011. Avant de franchir le pas avec Podemos, dont il est aujourd’hui l’un des responsables du Conseil citoyen de Madrid.

« Ce pays va à la ruine avec le chômage », qui excède les 25 %

« Nous remboursons des millions d’euros pour une dette illégitime alors que les gens ont faim, explique-t-il. Voulons-nous gaspiller encore cet argent en raison de la modification de la Constitution qu’ont votée le PP et le PSOE ? », fait-il mine de s’interroger en référence au changement de l’article 135 qui dicte pour priorité absolue à l’exécutif le remboursement de la dette. « Des gens de droite comme de gauche pensent que l’on peut déroger à cet article. Il s’agit de sens commun et de rationalité. Comme Syriza, nous considérons que la dignité du peuple est prioritaire et non les marchés financiers, poursuit-il. Nos conditions de précarité sont intolérables. Notre génération est la mieux préparée et la plus formée, mais, faute de modèle productif, nous sommes dans une catastrophe sociale. Ce pays va à la ruine avec le chômage », qui excède les 25 %.

Le triomphe de la Coalition de la gauche radicale est sur toutes les lèvres. Il a de fortes répercussions en Espagne où vont se dérouler cette année d’importantes échéances électorales avec des scrutins municipaux, des régionales partielles et surtout les législatives en novembre. D’aucuns parlent d’un possible effet Syriza même si, dans les organes de direction de Podemos mais également d’Izquierda Unida, on se garde de toute transposition en raison de réalités sociopolitiques différentes.

« Les termes de la question, ce 25 janvier, date des élections grecques, étaient : suivre le désastreux mémorandum de l’austérité défendu par la droite et la social-démocratie ou parier pour une autre alternative. Cette dernière est incarnée par Syriza, la gauche grecque, semblable à Izquierda Unida dans son dessein, mais avec la poussée électorale de Podemos, capable de donner cours à l’indignation populaire de manière démocratique et pacifique », estime Agustin Moreno dans une tribune « La Grèce n’a plus peur » parue dans Cuarto Poder. Pour ce professeur et animateur de la Marée verte, une plate-forme qui a vu le jour pour défendre l’éducation publique, « le triomphe de Syriza est une bonne chose pour la gauche en Espagne (...) mais pour Syriza également qui a besoin d’une victoire de la gauche en Espagne en 2015 pour fortifier sa voix et sa position face à l’Union européenne et démontrer qu’il y a des alternatives à l’austérité », défend-il.

Mais pour l’heure, les convergences sont morcelées, et la gauche loin d’être rassemblée. La marche de Podemos est pour Alex, le lycéen, l’occasion de « célébrer le premier anniversaire de Podemos, et la victoire de Syriza en Grèce ». Avec les siens.


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Après Syriza, l’Europe a les yeux rivés sur Podemos
31 janvier 2015 - 06h53 - Posté par sadeche

L’influence croissance de Podemos inquiète la bourgeoisie, les banquiers ainsi que le PS et la droite espagnole . Ils accusent tous ensemble le Podemos du populisme ,d’ aventurisme ,d’amateurisme, etc.

Mariano Rajoy a appelé les Espagnols à ne pas « jouer à la roulette russe »en votant pour un parti « qui promet la lune et le soleil !! Sous entendu Votez pour le capitalisme , l’austérité et le chômage !



Après Syriza, l’Europe a les yeux rivés sur Podemos
31 janvier 2015 - 18h24

Ca fait plaisir de voir qu’il y a des gens intelligents à gauche... les coin coin déchainés font le jeu des pouvoirs en place... le papier est glacé comme la corruption est figée !

PODEMOS et SYRIZA l’avenir des jours heureux !







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite