Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Reaction suite enfant 8 ans au commissariat à Nice

jeudi 29 janvier 2015 - 18h25 - Signaler aux modérateurs
5 commentaires

De rue 89

Paroles d’un enseignant de collège Publié le 29/01/2015 à 18h08

Najat Vallaud-Belkacem, en conférence de presse, le 22 janvier 2015 à Paris (ERIC FEFERBERG/AFP)

Un enfant de 8 ans dénoncé à la police par son école et auditionné pour une affaire d’apologie de terrorisme... Bien sûr que c’est grotesque, pathétique, sidérant mais ce n’est pas une bavure, ce n’est pas le fruit d’un malencontreux cafouillage administratif. A Nice, chacun des protagonistes n’a fait que son devoir, qu’obéir aux consignes. Et c’est bien là le problème. « Pan ! T’es mort » : apologie du terrorisme

Quelles que soient les paroles entendues dans la bouche d’un enfant, on pourrait attendre de la part d’un éducateur un minimum de discernement, de distanciation, un réflexe professionnel qui lui ferait remettre en contexte et évaluer à sa juste valeur une attitude enfantine, somme toute banale compte tenu de son âge.

Dans le cas présent – et même si une partie des circonstances reste dans l’ombre –, équipe pédagogique et policiers ont juste négligé une chose : ils avaient devant eux un garçon de 8 ans qui n’a manifestement aucune représentation de ce que peuvent être « Charlie » ou le « terrorisme ».

N’importe quel éducateur, parent ou enseignant, comprend d’instinct, sans qu’il soit nécessaire d’avoir fait de longues études de psychologie, que lorsque les enfants jouent à la guerre, aux cowboys et aux Indiens, aux gendarmes et aux voleurs, ils ne se préparent pas à une carrière de tueur ou de terroriste. Tout simplement parce que la parole de l’enfant n’a pas la même signification que celle de l’adulte.

Dans le cas présent, ce n’est pas ce qui se passe dans la tête du garçon incriminé qui fait problème mais ce qui se passe dans celle des adultes. Des questions « insupportables » ?

Aujourd’hui, la question qui se pose est de savoir pourquoi un enseignant ou un chef d’établissement en arrivent à adopter, face à des élèves dont ils ont la charge, un comportement totalement irrationnel.

Par conviction personnelle ? C’est possible, si l’on veut bien considérer que les éducateurs, les Niçois, les éducateurs niçois, ne sont pas, par principe, très différents du reste de la société à qui le seul mot de terrorisme semble avoir fait perdre tout sens de la mesure.

Mais il est par ailleurs indéniable que l’invraisemblable campagne lancée au sommet de l’Etat, et relayée avec insistance par l’Education nationale, n’a pas que peu contribué à cet affolement général. Tout en haut du ministère, on fulmine, on tempête, on menace, on punit. Une semaine après l’attaque à Charlie Hebdo, devant les députés, la ministre Najat Vallaud-Belkacem assimilant toute contestation à une apologie du terrorisme, en assumait sans remords la transmission à la police, à la gendarmerie, à la justice : « Nous ne pouvons pas laisser passer cela », s’emportait-elle.

Laisser passer quoi, au juste ? Eh bien, par exemple, que des élèves aient pu, au cours d’un débat en classe, manifester leur étonnement : « C’est deux poids, deux mesures : pourquoi défendre la liberté d’expression ici, mais pas là ? » Question qu’ils ne sont pourtant pas les seuls à poser. Mais pour la ministre, « ces questions nous sont insupportables, surtout lorsqu’on les entend à l’école, qui est chargée de transmettre des valeurs ». « Dialogue éducatif »

Pour faire bonne mesure, quelques jours plus tard, avec une célérité et une réactivité rarement vues (surtout dans une administration, qui peut laisser travailler ses précaires plusieurs mois avant de les payer), l’Education nationale donnait ses ordres pour les années à venir :

« Tout comportement mettant en cause les valeurs de la République ou l’autorité du maître fera l’objet d’un signalement systématique au directeur d’école ou au chef d’établissement, d’un dialogue éducatif associant les parents d’élèves et, le cas échéant, d’une sanction.

Aucun incident ne sera laissé sans suite. »

Un « dialogue éducatif » qui se tient dans les locaux de la police ou dans le bureau du juge.

Que l’Education nationale puisse se montrer brutale n’est pas une nouveauté. Mais aujourd’hui, dans le climat de paranoïa ambiante et d’hystérisation de la parole, cette vieille déformation prend un relief tout particulier. Signe complémentaire d’une démocratie en perdition, le silence qui alourdit encore ce climat délétère : les enseignants sont-ils tétanisés au point de ne pas réagir ? Ou bien faut-il comprendre qu’eux aussi ont des comptes à régler avec les élèves ? Quant aux syndicats, ils sont à cette heure aux abonnés absents.


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Reaction suite enfant 8 ans au commissariat à Nice
29 janvier 2015 - 20h01

Merci de cet article
Il fut un temps où le fait que des profs livrent des élèves à la police ( c’est le cas de nombreux lycéens suite à la minute de silence pour la liberté d’expression) aurait fait hurler la France entière.
Et maintenant un enfant de 8 ans !!!!!
Est-ce que dorénavant tout ce qui sera dit par des enfants pourra être retenu contre les parents ?
Impensable, insupportable.



Reaction suite enfant 8 ans au commissariat à Nice
29 janvier 2015 - 22h00 - Posté par sabrina

C’est le début de la fascisation de la société française...Victor Hugo doit se retourner dans sa tombe.


Reaction suite enfant 8 ans au commissariat à Nice
29 janvier 2015 - 22h05

Et merci à Charlie Hebdo !

Ses faux blasphèmes mais vrai racisme ont permis l’installation de la pensée unique jusque dans l’école communale !



Reaction suite enfant 8 ans au commissariat à Nice
30 janvier 2015 - 08h40 - Posté par ETELLIN

Je pense que "les médias" ont trop popularisé ce minuscule "problême" d’un enfant de
8 ans.
Il faut arrêter d’affabuler sur des paroles d’enfant qui ne sait pas ce qu’est le terrorisme.

L’Education Nationale et sa Ministre feraient mieux de s’occuper d’autres problèmes de fonctionnement et d’éducation scolaire.



Reaction suite enfant 8 ans au commissariat à Nice
31 janvier 2015 - 01h10

A quand l’interdiction totale des jouets qui sont des jouets de guerre (pistolets, fusil d’assault) ?
Les enfants si ils jouent avec dans la rue ils pourraient maintenant risquer de se retrouver au poulaillier, voire pourquoi pas comme aux USA, le flic tire sur l’enfant et discute après, la légitime défense sera invoquée quelque peu...parents le risque est grand dans ce pays qui ressemble de plus en plus aux USA.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite