Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Alexis Charitsis (Syriza) : « Un renversement pour la Grèce, un message à l’Europe »

de : Aspaar
lundi 5 janvier 2015 - 16h25 - Signaler aux modérateurs
9 commentaires

Alors que des élections législatives cruciales vont avoir lieu en Grèce, Alexis Charitsis, membre du secrétariat de Syriza, explique comment le parti gouvernerait et les répercussions à prévoir, dans toute l’Europe, contre l’austérité et la pensée néolibérale.

JPEG - 28.5 ko

Quel bilan faites-vous de la politique de la Troïka et du gouvernement grec ?

Le programme de la Troïka et du gouvernement grec a été un échec budgétaire total avec des conséquences sociales dévastatrices. Eux-mêmes ont dû l’admettre dans les évaluations périodiques qu’ils ont effectuées. Mais l’échec du programme du mémorandum sur le plan financier ne doit pas masquer qu’il a en fait réussi dans ses objectifs structurels, à savoir la création d’une toute nouvelle réalité économique et sociale où la dégradation du travail et de l’environnement, la destruction de l’état de bien-être et la centralisation de la production est conçue non comme une condition provisoire liée à la crise, mais comme une nouvelle norme permanente. Comme nous l’avions affirmé depuis le début de la crise, la Grèce a été utilisée comme cobaye, les autres pays périphériques de la zone euro suivant peu après. Un paramètre essentiel avait cependant échappé aux concepteurs de ce plan : l’imposition d’un tel plan à la société est d’une grande violence politique, psychologique et physique. Ce type de construction artificiel d’un "consensus" ne peut certainement pas être durable à long terme.

Syriza a une responsabilité considérable : celle de proposer au peuple grec et à l’Union européenne un programme qui constitue un chemin vraiment alternatif et réaliste. En quoi consiste-t-il ?

Nous considérons que notre slogan « Un renversement en Grèce, un message à l’Europe » n’est pas simplement un message de communication, mais qu’il constitue un message politique très important. La formation d’un gouvernement de gauche en Grèce constituera un changement de dimensions historiques qui aura des répercussions très importantes dans la contestation des politiques néolibérales au niveau européen. Le programme économique de Syriza repose sur trois piliers principaux : faire face à la crise humanitaire ; restructurer la production ; réformer l’État. Ses principaux éléments vont à l’opposé de la politique du gouvernement aussi bien en ce qui concerne les objectifs, les moyens que les conditions de réalisation de la reconstruction productive. Ainsi, le programme de Syriza pose comme condition préalable l’arrêt immédiat de l’austérité budgétaire et la redistribution des revenus. Il repose sur un rôle amélioré du travail. Il prévoit la protection et la réhabilitation des biens et de la propriété publiques. Il utilise l’État comme un levier pour le développement dans le cadre de la régulation sociale et environnementale, et comme garant de l’investissement privé. Il considère en même temps que ceci est inséparable d’une transformation radicale de l’État, qui en est en quelque sorte une condition préalable. Le programme de Syriza protège également les PME comme un outil clé pour le développement de la croissance de l’innovation et de l’emploi. Il prévoit de favoriser le pluralisme dans la production de biens et de services par opposition à la "monoculture" du secteur privé imposée par la politique néolibérale actuelle. Et notamment de promouvoir les principes et les valeurs de l’économie sociale et solidaire comme un moyen de réforme socio-économique radicale. La réforme de l’État conduite par le gouvernement et la Troïka est désastreuse. Mais la situation de départ l’était aussi… Du fait de la grande destruction économique des cinq dernières années (perte de 25% du PIB, taux de chômage officiel au niveau sans précédent de 28%) la réactivation de l’économie est une priorité cruciale. Mais cet objectif ne doit en aucun cas être interprété comme un retour à la situation de l’avant-mémorandum. Ce n’est ni possible ni souhaitable. La réponse aux politiques d’austérité commence par un traitement de la crise humanitaire et aux besoins les plus urgents de la population, mais elle soulève aussi la question cruciale de la transformation des rapports de production, la réorganisation de la production, des structures et agents économiques et surtout la redistribution des ressources – matérielles et humaines.

Quelles sont vos priorités en la matière ?

Le développement capitaliste néolibéral de l’économie grecque des dernières décennies a mis en place et consolidé des structures, des institutions, des règles formelles et informelles et des conceptions dont la destruction est une condition préalable pour la sortie effective de la crise en faveur des forces de travail. Les principales difficultés auxquelles le gouvernement de la gauche devra faire face sont liées à des mécanismes historiques de fonctionnement de l’économie grecque, tels que son système fiscal, son cadre institutionnel, son mode d’administration publique, etc. Mais après deux décennies de propagande néolibérale, il faudra aussi affronter le mépris des moyens publics et sociaux de l’organisation de l’économie, intériorisé par une grande partie de la société grecque. La participation de la société organisée dans la conception, la mise en œuvre et le suivi de notre plan est donc un défi majeur. La participation populaire et le contrôle social par des communautés locales, la promotion du rôle des travailleurs et des syndicats dans la prise de décision et dans le contrôle de l’économie à travers la mise en place de collectifs sociaux et locaux, sont nécessaires pour que la notion de "développement" concerne la société tout entière et pas seulement les privilégiés. Nous voulons renforcer les consultations publiques, les référendums, les comités permanents d’audit, les conseils ouvriers qui sont autant d’institutions permettant de cultiver une "nouvelle éthique" de promotion des valeurs de solidarité, du sens de la collectivité et de la dignité par opposition aux valeurs du marché du néolibéralisme.

Le changement de politique en Grèce risque d’être bloqué par l’Europe. Comment peut-on affronter dès maintenant ce problème ?

Nous ne considérons pas une victoire de Syriza dans les élections à venir comme un simple changement de gouvernement en Grèce, mais comme une rupture générale du statu quo politique. Bien entendu, nous ne sommes pas les seuls à penser cela. Les forces néolibérales dominantes en Europe auront probablement la même perception d’un gouvernement de Syriza. Non seulement parce que celui-ci mettra en œuvre un programme qui se différencie à l’opposé du leur, mais aussi parce qu’un tel précédent pourrait être trop risqué pour l’avenir des politiques d’austérité en Europe. Dans le même temps, les choses semblent avoir commencé à changer dans la façon dont les peuples européens, et même des parties de l’establishment économique et politique, perçoivent cette crise non comme une particularité grecque mais comme un problème structurel de l’Union monétaire, qui met en danger l’Union européenne dans son ensemble. Dans cet esprit, Syriza a déjà lancé une vaste campagne pour créer des alliances dans toute l’Europe avec des forces politiques et sociales qui ne sont pas nécessairement d’accord avec l’ensemble de notre programme, mais qui perçoivent l’urgence d’un changement radical des politiques au niveau européen. Le soutien international (basé sur les valeurs de solidarité et de réciprocité) au gouvernement de la Syriza, dans ses efforts pour créer un nouveau paradigme politique pour le bénéfice de la majorité sociale en Europe, est en effet essentiel à la réussite de notre projet.

http://www.regards.fr/web/article/a...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Alexis Charitsis (Syriza) : « Un renversement pour la Grèce, un message à l’Europe »
5 janvier 2015 - 16h41 - Posté par JO

Oui mais ! Attention au pas en avant et aux deux pas en arrière !(Lénine) . Au moindre progrès social qui serait contre ! Suffrage Universel, bien , mais au Peuple à s’en emparer pour exiger !



Alexis Charitsis (Syriza) : « Un renversement pour la Grèce, un message à l’Europe »
5 janvier 2015 - 17h01 - Posté par arnold

Grèce : Syriza ou la voie social-démocrate
à lire ici : http://www.marx.be/fr/content/gr%C3...



Alexis Charitsis (Syriza) : « Un renversement pour la Grèce, un message à l’Europe »
6 janvier 2015 - 10h28 - Posté par Aspaar

La crise de la zone euro, que le capital croyait terminée en 2014, est sur le point de repartir de plus belle en 2015

Le contexte a changé, mais avec une reelle possibilité de victoire de Syriza , tous les ingrédients de celle de 2012 sont à nouveau réunis, avec de possible contagion de resistence aux pays périphériques.

C’est la panique du capital financier . Lundi 5 Janvier , les Bourses européennes ont chuté de plus de 3 % et celle d’Athènes de plus de 5 % et cela continue aujourd’hui .
Afin de tenter de calmer les financiers et les rentiers , une réunion des néolibéraux franco-allemande au sommet est à l’ordre du jour .



Alexis Charitsis (Syriza) : « Un renversement pour la Grèce, un message à l’Europe »
6 janvier 2015 - 16h09 - Posté par jojo

L’année 2014 est à peine terminée que 2015 annonce la couleur :
 paupérisation croissante du prolétariat d’un bout à l’autre de l’Europe , remise en cause des "acquits" sociaux octroyés par la bourgeoisie et ses larbins dans les rangs ouvriers durant la période faste des "Trente glorieuses "clôturée en... 1975 .
 mise en forme d’un état totalitaire avec flicage généralisé sur les réseaux sociaux , interdiction de fait de manifester et armement croissant des forces de répression ( France Espagne Etc.. ) .
 lancement , comme des marques de lessive ,de formations leurres comme SYRIZA , PODEMOS ,CINQUE STRELA dont certaines se sont donné un air radical pour mieux renier leurs positions avant même "d’arriver au pouvoir"afin de décourager toutes les tentatives de résistance .
 préparation d’un futur conflit généralisé ayant pour épicentre l’Europe avec le coup d’Etat en Ukraine à l’aide d’éléments ouvertement fascistes .

Si le bilan pourrait apparaître désespérant pour un petit bourgeois adepte du pacifisme social , il est au contraire éminemment stimulant pour le prolétariat révolutionnaire : après chaque crise les agents bourgeois sont démasqués les uns après les autres ; la social démocratie en 1914 ,dans son soutien à la guerre impérialiste , le stalinisme dans les années 30 avec son ralliement à la défense nationale , le centrisme ancien et nouveau (LO NPA POI et quelques autres ) dans leur soutien implicite ou explicite aux récentes aventures de son impérialisme en LIBYE , SYRIE ou.. Ukraine .
De la crise actuelle devra émerger une nouvelle avant garde qui renouera avec le programme international et historique du prolétariat et qui est l’exact contrepoint des positions réformistes et nationalistes .

Bien à vous



Alexis Charitsis (Syriza) : « Un renversement pour la Grèce, un message à l’Europe »
6 janvier 2015 - 16h50 - Posté par

""Si le bilan pourrait apparaître désespérant pour un petit bourgeois adepte du pacifisme social , il est au contraire éminemment stimulant pour le prolétariat révolutionnaire : après chaque crise les agents bourgeois sont démasqués les uns après les autres ""

le visage de notre société en ce début de 2015 est assez désepérant surtout pour les révolutionnaires ;je ne vois pas tellement de signes positifs majeurs !
peut être que la crise permet de dévoiler les agents bourgeois et encore...mais cela n’empéche pas que ces agents sont toujours présents ,actifs et toujours aussi puissants.
le refus de considérer toute forme nouvelle de lutte ,avec leur faiblesse et leur possible évolution ,c ’est se condamner à rester hors du mouvement réel des masses et d ce point de vue c ’est rendre service justement aux agents bourgeois.
Syriza en gréce est une tentative à suivre ,même si son contenu est parfois pas en phase avec ce que nous voudrions comme radicalité révolutionnaire,mais en 17 lénine ne voulait que la paix et du pain, et pourtant il a été beaucoup plus loin


Alexis Charitsis (Syriza) : « Un renversement pour la Grèce, un message à l’Europe »
6 janvier 2015 - 17h53 - Posté par jojo

"mais en 17 ,Lénine ne voulait que la paix et du pain , et pourtant il a dû aller plus loin ... "

C’est exact dans la forme mais dans le fond ce mot d’ordre allait beaucoup plus loin et signifiait exactement ce que j’ai essayé d’exprimer dans mon commentaire : c’était renouer ( bien que la social démocratie russe n’ait jamais trahi le prolétariat dans la guerre impérialiste ) avec le programme international et historique du prolétariat .
En effet quelle était la situation en 1917 en Russie et aussi en Europe : la guerre impérialiste battait son plein et le gouvernement provisoire de Kérenski avec l’aide des impérialismes occidentaux (France Angleterre USA ) essayaient de maintenir la Russie dans la guerre afin de maintenir un second front au prix du massacre de la paysannerie russe et des ouvriers allemands .
LA PAIX signifiait la rupture du front impérialiste initié par le tsar et continué par les constitutionnels démocrates et les sociaux traitres du gouvernement provisoire . La PAIX signifiait la fidélité renouvelée de la social démocratie russe et du POSDR au programme international du prolétariat qui seule allait lui permettre de de mener à son terme la Révolution d’Octobre .
LE PAIN par ce que les masses étaient ,certes dans une position bien plus grave qu’aujourdhui acculées à la misère .
Toutefois ce mot d’ordre immédiat n’a pas fait renoncer Lénine au programme maximum du communisme ni à la révolution mondiale car dès 1919 , en pleine guerre civile et au milieu des interventions étrangères il appelait à la formation de la III ème Internationale .
Il n’a pas fait la tournée des chancelleries européennes pour les rassurer sur son programme comme Tsipras mais il apar exemple refusé d’emblée de reconnaitre les dettes extérieures de la Russie .Il a pris bien d’autres mesures encore qu’il est impossible de rapporter ici et qui vont toutes dans le même sens .
Alors oui , mon cher ami , vive le communisme , vive la révolution et la dictature internationale du prolétariat qui se fera CONTRE les SYRIZA , PODEMOS et vraisemblablement leurs admirateurs actuels .



Alexis Charitsis (Syriza) : « Un renversement pour la Grèce, un message à l’Europe »
6 janvier 2015 - 18h50 - Posté par NOCTURNE

Alors oui , mon cher ami , vive le communisme , vive la révolution et la dictature internationale du prolétariat qui se fera CONTRE les SYRIZA , PODEMOS et vraisemblablement leurs admirateurs actuels .

D’accord avec toi , ses mouvements ne sont que des emplâtres.. sur une jambe en bois .
Une grande partie d’entre eux vont encore verser des larmes de sang après avoir été trahi une fois de plus.
Quant aux vrais communistes ( dont je pense être ) ,nous avons pas fini de ramer a contre courant . Mais l’important est de ne pas faillir, la patience est une vertu
révolutionnaire.


Alexis Charitsis (Syriza) : « Un renversement pour la Grèce, un message à l’Europe »
7 janvier 2015 - 09h36 - Posté par

jojo je comprends tres bien ce que tu dis,mais je pense qu’il est trop tôt pour condamner déjà syriza .
Sans illusions mais sans rejet total,nous devons être dans ce mouvement sur nos propres revendications révolutionnaires,ainsi nous serons au plus pres des masses quand il faudra prendre le tournant révolutionnaire.
Faire notre propagande ,agir dans ces partis de masse et ne rien lacher sur notre programme.


Alexis Charitsis (Syriza) : « Un renversement pour la Grèce, un message à l’Europe »
6 janvier 2015 - 22h33

Enfin un changement annoncé, l’Europe des Kapitalistes tremble il est grand temps ça sent la mort sur le continent...







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite