Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

BUDGET DE L’ÉTAT : 280 milliards d’euros . CADEAUX AUX ENTREPRISES : 230 milliards d’euros !

de : SNTRS
mardi 9 décembre 2014 - 09h28 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

Une fois élu le président a oublié ses promesses de campagne « de guerre à la finance » pour ne cesser de faire des cadeaux au patronat et de s’en prendre aux salariés. Sa première mesure fut de limiter l’augmentation du SMIC afin de « préserver les entreprises ». Puis, toujours au nom de la compétitivité des entreprises, le chef de l’État a annoncé le Pacte de responsabilité qui exonère les employeurs de plus de 30 milliards d’euros de cotisation sociale sans aucune contrepartie. Rappelons que les cotisations sociales, c’est une part des salaires non versée aux travailleurs, mise en commun pour répondre aux besoins collectifs de protection sociale. C’est ce que l’on appelle le « salaire socialisé ».

Pour le gouvernement, l’entreprise apparaît, dans un contexte de concurrence exacerbée pour les débouchés et les financements, comme une grande cause nationale, un enjeu décisif pour l’emploi qui doit faire consensus. Avec le Pacte de responsabilité, il s’agit rien moins ( selon le Président de la République ) que de construire un « nouveau compromis social ». L’intérêt des employeurs et de leurs salariés seraient les mêmes !

Avec un tel bilan, il n’est pas surprenant que le patronat ait applaudi le premier Ministre à l’Université d’été du Medef. Mais le patronat n’est jamais rassasié, il veut capter toujours plus de richesses créées par les salariés. Et, le ministre du travail F. Rebsamen est prêt à remettre en cause les seuils sociaux, ce qui donnera moins de droits aux salariés. Le code du travail va être allégé, son défaut : trop rigide au goût de l’employeur. Devant l’appétit sans borne du patronat quelques voix commence a se faire entendre timidement au sein du gouvernement, mais ce n’est pas les déclarations de principes condamnant les provocations du patronat qui vont changer quoi que ce soit.

L’ensemble des cadeaux fait au patronat sous forme d’aides directes et de crédit d’impôt se monte annuellement maintenant à 230 milliards d’euros. Que fait le patronat de cette manne financière accordée sans aucun contrôle ? Il délocalise, pour accroître ses profits dans les pays à bas salaires et dont les contraintes étatiques sont moindres. C’est l’une des causes de la désindustrialisation de la France, 700 000 emplois industriels ont disparu en 10 ans.

Depuis le début du quinquennat de F. Hollande 180 000 emplois ont disparu. La production manufacturière a reculé en 2013 de 1% et est inférieure de 16% à celle de 2007 ! En 2013, il s’est fermé plus d’entreprises qu’il ne s’en est créé. Et malgré cela, les entreprises cotées en bourse affichent des résultats excellents. En 2000, les entreprises françaises versaient 42 milliards d’euros de dividendes, en 2012, cette somme est passée à 82 milliards. Les entreprises du CAC40, quant à elles, ont engrangé 48 milliards d’euros de profits en 2013. Ces profits alimentent les fortunes personnelles des actionnaires et des dirigeants d’entreprises.

Les actionnaires des entreprises et leurs dirigeants ont placé leurs profits et leur fortune personnelle dans les paradis fiscaux afin de les faire fructifier. BNP Paribas, le Crédit agricole et la Société générale disposent de 361 filiales dans ces paradis fiscaux qui permettent aux entreprises et aux possédants d’échapper à l’impôt. Les avoirs ainsi dissimulés au fisc par les entreprises sont évalués à 400 milliards d’euros. Les particuliers auraient dissimulés 200 milliards d’euros. Ces 600 milliards d’euros (valeur estimée en 2009) représentent plus de 2 fois les recettes du budget de l’État et plus de 11 fois le produit de l’impôt sur le revenu.

Pendant ce temps, la dépense de Recherche et Développement des entreprises stagne. Les entreprises préfèrent rémunérer les actionnaires au lieu de développer l’investissement. La diminution du nombre d’entreprises et d’emplois, c’est autant de richesses qui manquent à l’État pour financer les infrastructures, les services publics, la santé, l’enseignement, la recherche. Avec comme conséquence une diminution des rentrées fiscales qui conduit les gouvernements à emprunter sur les marchés financiers pour répondre aux besoins du pays. Là est la cause de la dette de l’État qui se monte à près de 2000 milliards d’euros soit 95% du PIB. Chaque année, l’État verse 47 milliards d’euros en intérêts de la dette. Face à cette dette, le gouvernement réduit les dépenses publiques au lieu de contraindre le capital à investir en France. Réduire les dépenses publiques, c’est rendre la vie encore plus difficile aux salariés, c’est rendre la société encore plus inhumaine.

La Modernisation de l’action publique (MAP), copié-collé de la révision générale des politiques publiques (RGPP), n’ayant pas rempli les objectifs assignés par le gouvernement, celui-ci a programmé 50 milliards de nouvelles économies pour les trois prochaines années, soit une quinzaine par an jusqu’en 2017. Chaque Ministère doit identifier ses pistes d’économies. Le budget 2014 prévoyait une baisse de 3 milliards d’euros des dépenses de l’État, la loi de finance rectificative votée début juillet en a rajouté 4 milliards. Ces mesures vont concerner notamment les effectifs et les salaires. Elles vont amplifier la dégradation des services publics. Elles vont rendre la vie plus difficile en réduisant la consommation. Les inégalités ne cessent de s’accroître. L’augmentation de la pauvreté est continue depuis 2008. Elle ne touche pas que les chômeurs, mais de plus de plus de salariés en activité. Les conditions de travail se dégradent encore et toujours, un salarié sur dix est surexposé aux risques psychosociaux.

Toute la société doit être restructurée en fonction de l’insatiable besoin de profit des entreprises. Au nom de la compétitivité des entreprises l’avenir est au chômage massif, à la précarité, aux sous rémunérations, à la dégradation des conditions de travail et de vie ! Il faut s’affranchir de la domination des grands groupes capitalistes sur la société. Pour cela, il faut que les banques et les établissements financiers français, qui participent à la dérégulation financière du capitalisme mondialisé, soient nationalisés. La banque centrale nationale devrait contrôler les mouvements de capitaux. L’État devrait aussi prendre le contrôle des entreprises françaises clefs. Cela faciliterait de plus la mise en œuvre d’un plan de relance de l’activité industrielle.

D’aprés un document du SNTRS

http://2ccr.wordpress.com/2014/12/0...

Dans la série : ÉCONOMIE ET CRISE

http://2ccr.unblog.fr/category/econ...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
BUDGET DE L’ÉTAT : 280 milliards d’euros . CADEAUX AUX ENTREPRISES : 230 milliards d’euros !
9 décembre 2014 - 10h04

La chute du mur d’Israel - pardon, de Berlin - a eu que du bon. Miam ! Miam !



BUDGET DE L’ÉTAT : 280 milliards d’euros . CADEAUX AUX ENTREPRISES : 230 milliards d’euros !
9 décembre 2014 - 11h44

Les voilà les vrais voleurs !!! C’est pas Le Paon.. Faut pas rêver !!!



BUDGET DE L’ÉTAT : 280 milliards d’euros . CADEAUX AUX ENTREPRISES : 230 milliards d’euros !
9 décembre 2014 - 12h31 - Posté par

""Les voilà les vrais voleurs !!! C’est pas Le Paon.. Faut pas rêver !!!""

en déclarant qu’il n’y avait pas d’opposition de principe entre les patrons et les salariés ,Le paon s’est mis du coté des voleurs et leur offre même une défense et une justification pour continuer.
Non seulement c ’est un voleur mais en plus il défend les voleurs plus grand que lui ;entre voleurs on se comprend .....Faut pas réver !!






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite