Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Un livre pour mieux comprendre les errements du mouvement ouvrier en Russie, Ukraine et Biélorussie

de : Philippe Alcoy
dimanche 7 décembre 2014 - 20h01 - Signaler aux modérateurs

Sur « Labour After Communism » de David Mandel

Philippe Alcoy

L’étude de l’évolution de la classe ouvrière dans trois des pays les plus industrialisés de l’ex URSS (Russie, Ukraine et Biélorussie) après la chute du Mur de Berlin comporte sans aucun doute un grand intérêt en soi. Mais l’actualité internationale qui place la crise en ukrainienne au centre des enjeux géopolitiques de plusieurs puissances impérialistes et d’un géant comme la Russie nous pousse à réfléchir sur le rôle qui y joue (ou qui pourrait jouer) le prolétariat d’Ukraine et des pays de la région. En ce sens, même si le livre de David Mandel, Labour After Communism, a été finalisé en 2004, il constitue un outil très riche pour comprendre l’état actuel du mouvement ouvrier dans ces pays.

En effet, nous avons souligné dans plusieurs articles sur la situation en Ukraine l’absence d’une politique indépendant de la classe ouvrière. On ne veut pas dire par là que des travailleurs et travailleuses n’ont pas pris part à des mobilisations ou autres actions de masses, mais ils le faisaient de façon dispersée, en tant que « citoyens », sans programme politique qui défende leurs intérêts de classe, et ainsi ils restaient coincés entre différentes alternatives bourgeoises.

Cette situation doit nous interpeller surtout quand on sait que certains secteurs centraux du prolétariat d’Ukraine, comme les mineurs du Donbass, avaient joué un rôle fondamental dans des luttes sociales et politiques tout au long des années 1990. A l’époque, l’un de leurs problèmes fondamentaux avait été le manque d’indépendance politique vis-à-vis des courants bourgeois et des factions d’oligarques régionaux, ce qui avait plongé les mineurs dans une profonde démoralisation vers la fin de la décennie.

Mais cette évolution politique de la classe ouvrière n’était pas une fatalité inévitable. Certes il y avait des conditions objectives qui rendaient la situation très compliquée. Mais c’est surtout dans les conditions subjectives que se trouvent les clés de la situation. En effet, l’incapacité des mineurs, dont une grande partie était organisée dans des syndicats combattifs nés à la fin des années 1980, à présenter une alternative politique propre, indépendante des différentes variantes bourgeoises ainsi que de l’impérialisme, était dans une grande mesure le résultat de la période stalinienne.

Une période où la politique écrasante de la bureaucratie avait comme conséquence l’aliénation politique des travailleurs. Sous le stalinisme, les travailleurs n’avaient pas la possibilité de s’organiser politiquement et/ou syndicalement de façon indépendante des organisations officielles, ils n’avaient en général aucune idée de ce qui étaient les traditions de démocratie ouvrière.

En partant de cet héritage commun aux trois pays étudiés, David Mandel tout au long de son livre essaye de montrer la « tragédie » que représente pour le prolétariat de ne pas avoir pu développer une orientation d’indépendance de classe vis-à-vis du patronat, aussi bien au niveau syndical que politique, dans toute la période de restauration du capitalisme. Même les dirigeants et dirigeantes syndicaux combattifs se sont égarés ou trouvés politiquement déboussolés au cours de cette période.

David Mandel analyse notamment le prolétariat de l’industrie automobile des trois pays. En effet, dans le passé, ce secteur jouait un rôle clé dans la production industrielle de l’Union Soviétique. Mais durant les années 1990 il a en grande partie été détruit (au moins en Russie et en Ukraine, la Biélorussie étant partiellement épargnée). Ainsi, ces travailleurs et travailleuses de l’automobile deviennent en quelque sorte les témoins des errements de l’ensemble de leur classe depuis la restauration du capitalisme en ex URSS.

La période stalinienne

Le livre commence par une analyse et quelques rappels des particularités de la période stalinienne (dite « socialiste ») qui auront des conséquences pour l’évolution du mouvement ouvrier après la dissolution de l’URSS. C’est le cas notamment du rôle des syndicats.

LIRE LA SUITE...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite