Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Jeudi 20 novembre, premier blocage du campus, 1500 étudiants en AG, et manifestation en centre-ville : Avanti le Mirail

de : Emmanuel Barot
samedi 22 novembre 2014 - 20h34 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Source : http://www.ccr4.org/Jeudi-20-novemb...

Même la presse bourgeoise le dit : en berne depuis la défaite de la lutte contre la LRU, en 2009, le Mirail renoue aujourd’hui avec sa « tradition contestataire ». Cinq années ont passé depuis. La « génération du CPE » est partie, mais c’est une nouvelle génération d’étudiants qui tente maintenant d’ancrer dans la durée une mobilisation forte contre le rouleau compresseur de « l’austérité » universitaire (au passage, encore une suppression de 70 millions d’euros dans le budget des universités lors du vote du budget 2015 à l’Assemblée Nationale), contre la criminalisation des contestations et les violences policières, mais également contre les désastres écologiques orchestrés par le gouvernement et les potentats locaux aux services des patrons de l’agroalimentaire tarnais.

Après une AG à 1200 le jeudi 13, ce sont environ 1500 étudiants qui ont voté, hier, après un premier blocage de l’université, un nouveau blocage avec occupation pour le mardi 25. Premier test, premier électrochoc : personnels et étudiants forcés de discuter entre eux, à côté d’une micro-ZAD symbolique plantée sur le jardin central du campus. Un constat s’impose : à Toulouse, au Mirail, tout le monde ou presque est conscient que rien ne va pas plus au royaume de Hollande. Pourtant, l’électrochoc suscite polémique, réactions épidermiques de la présidence, offensives d’anti-bloqueurs. « Blocage » ? Piquets de grève, arrêt forcé de la routine des cours et des examens, arrêt forcé de la routine des tâches administratives et des missions impossibles des personnels, toujours moins nombreux à travailler dans des locaux de plus en plus délabrés ou alors reconstruits par Vinci avec moins d’espace, et ce alors que le nombre d’étudiants est en augmentation : les « blocages », par définition, clivent, comme toute grève avec occupation, ils brisent l’ordre et le quadrillage établi, ils font symboliquement violence en démontrant qu’on n’est pas condamnés à subir, à encaisser, qu’il n’y a pas de fatalité et qu’on peut imposer un coup d’arrêt à une machine qui n’a rien de toute-puissante.

Blocage… et mobilisation

Face à cette situation, la présidence de l’université a du mal à faire croire à son progressisme. D’un côté, alors qu’un préavis de grève est déclaré du côté enseignants, elle les rappelle à l’ordre en demandant de venir travailler (première étape avant de taper sur le droit de grève lui-même ?). De l’autre, elle n’hésite pas à envoyer les vigiles démonter les piquets… qui ont par ailleurs vite été remontés dans les lieux centraux de la fac, jusqu’à ce que l’AG étudiante vote que mardi 25 prochain soit une nouvelle journée de mobilisation, de blocage avec occupation, avec une nouvelle assemblée générale. Les personnels en lutte de leur côté ont rappelé, après leur propre AG, leur soutien et leur participation active à cette mobilisation, et réaffirmé leur volonté d’une construction commune au quotidien de la bataille.

Dans la foulée de l’assemblée générale, ce sont environ 500 étudiants qui ont manifesté dans les rues de Toulouse. Rejoints par des cortèges de l’IEP du centre-ville et de la fac de sciences, Paul Sabatier, ils ont ainsi renforcé un peu plus leur présence da l’espace public toulousain. La semaine dernière, déjà, le 15 novembre, dans le cadre de la mobilisation nationale contre l’austérité, ils avaient été 300 à participer à la manifestation toulousaine, constituant, de loin, son cortège le plus dynamique de la manifestation, ajoutant aux mots d’ordres généraux la question de la dénonciation et de la lutte contre les violences policières.

Un début de recomposition du mouvement étudiant

Sur fond de défaitisme, de scepticisme, et de décomposition du mouvement étudiant, qui avait pourtant constitué l’une des forces déterminantes de la victoire du CPE en 2006, avec, en toile de fond, des personnels en grande partie atomisés et largement sonnés par plusieurs années de management et de surexploitation, la lutte actuelle du Mirail est bien plus qu’un sursaut : elle témoigne d’un début de recomposition subjective du mouvement étudiant qui commence à actualiser ses repères et ses délimitations. Forcément hétérogène, avec des niveaux de conscience très inégaux, cette lutte manifeste des aspirations profondes. Elle est également en demande de perspectives, traversées d’indécisions reflétant un contexte politique à la fois violent et difficilement prévisible : soif de débats, de réflexion, d’en découdre avec une démocratie austéritaire-autoritaire qui n’offre plus aucune espoir. En ce sens, l’atmosphère électrique et radicalisée qui se dégage de la journée de jeudi témoigne d’une lutte qui cherche son rythme, s’organise progressivement et recèle un potentiel explosif, à la fois localement et nationalement. La mobilisation étudiante, telle qu’elle est apparue à Toulouse, est en effet déjà plus politique et plus radicalisée que lors de la bataille contre la LRU en 2009. En revanche, elle ne s’est pas encore dotée d’une perspective stratégique suffisamment homogène pour rayonner et agglomérer autour d’elles les autres luttes, dans l’éducation, les entreprises, ainsi que les éléments de radicalisation lycéenne les plus développés, en ce moment, en région parisienne et dans le 93 en particulier.

Du « Grand refus » à la révolte prochaine ?

En 1964 Marcuse, symbole malgré toutes ses limites de l’intellectuel marxiste tentant de penser à la hauteur de son temps, écrivait dans L’homme unidimensionnel qu’un des espoirs de révolution qui résistait, à côté d’un mouvement ouvrier américain en crise, était les étudiants en révolte : leur « Grand refus » restait la lumière dans un océan de défaitisme et de repli défensif non seulement des réformistes, mais également de l’extrême-gauche révolutionnaire. Mai 68, en France, avait également commencé par une révolte étudiante contre la répression policière dont s’était par la suite solidarisé le mouvement ouvrier avant que ne se produise la grève générale la plus importante des luttes de classes en Europe occidentale. Les conditions historiques ne sont pas les mêmes et une telle comparaison n’est pas d’actualité stricto sensu : mais dans un pays où la souffrance et la colère irriguent toutes les franges du monde du travail, des classes populaires et de la jeunesse, qui peut prétendre aujourd’hui interdire le scénario d’un vaste mouvement social au sein d’une nouvelle génération ? Les ingrédients, en tous cas, sont au rendez-vous. Reste à mener la bataille en la tirant vers le haut, sans lésiner sur l’offensive. Prochaine étape clé, donc, mardi 25 prochain. Avanti le Mirail !

22/11/14


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Jeudi 20 novembre, premier blocage du campus, 1500 étudiants en AG, et manifestation en centre-ville : Avanti le Mirail
23 novembre 2014 - 12h41 - Posté par NOCTURNE

Mai 68, en France, avait également commencé par une révolte étudiante contre la répression policière dont s’était par la suite solidarisé le mouvement ouvrier avant que ne se produise la grève générale la plus importante des luttes de classes en Europe occidentale.

Je préférerais que se soit les travailleurs qui se mobilisent, et que les étudiants se solidarisent au monde du travail.
Mais les masses font l’histoire



Jeudi 20 novembre, premier blocage du campus, 1500 étudiants en AG, et manifestation en centre-ville : Avanti le Mirail
26 novembre 2014 - 10h44 - Posté par PierreP

"Mai 68, en France, avait également commencé par une révolte étudiante contre la répression policière ...". Ben oui, c’est chronologiquement évident que si on fait commencer la révolte (étudiante) en mai 68, elle commence effectivement en mai 68 !!!
Ceci étant avant cette révolte, il y déjà des luttes ouvrières et paysannes en place depuis plus d’un an et "mai 68" vient se greffer là-dessus. Ce qui est nouveau, c’est la radicalité et la violence assumée tant du côté des protestataires étudaints que de celui des policiers.
Car du côté des ouvriers et des paysans même s’il y a violence, elle est recadrée par les appareils politico-syndicaux (PCF et CGT), pour éviter l’aventure. Ce qu’ils ne aurons du mal à faire en mai et juin 68.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite