Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Les artistes ne sont pas des commissaires d’exposition

de : lili-oto artiste art contemporain
vendredi 3 octobre 2014 - 06h21 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Non les artistes plasticiens, peintres, sculpteurs, installateurs, vidéastes, photographes, dessinateurs, numériques, créateurs auteurs ne sont pas des commissaires d’exposition, ce registre malsain très mode pétainiste ou mode stalinien envahit l’espace public et les expositions publiques comme un cheval de Troie depuis une décennie. Avec la montée de l’extrême droite en France, cette mode ultra muséale d’artistes commissaires d’exposition sous ce registre et concept politique et culturel ultra conservateur, style ancien régime est une maladie commune à tous les modes de gouvernances politiques autoritaires et despotiques. Quelle honte ! Scandaleux !

C’est un abus d’exploitation abusive renforcée par une position dominante avec un abus de dépendance culturelle, esthétique, artistique, philosophique et politique à des fins économiques dont l’enjeu est bien de fausser le marché de l’art local, national ou international par un système institutionnel public ou privé encourageant une concurrence déloyale entre les artistes.

Et quelle méconnaissance de la sociologie de l’art, de la sociologie de l’artiste et de l’histoire de l’art !

Une sociologie de l’artiste qui devrait-être enseignée dans les écoles nationales ou régionales d’art afin d’éviter ces dérives politiques et culturelles ultra réactionnaires, mafieuses lorsque les enjeux financiers sont importants. Un renoncement et un reniement de la création artistique comme un espace de liberté, un espace vital à la liberté d’expression dont l’objet échappe à toute autorité et directive autoritaire. Le sens de l’œuvre y compris dans sa monstration (la façon, la manière, l’esprit dont elles sont exposées au public) doit systématiquement échapper aux donneurs d’ordre. L’esprit de l’œuvre n’est pas servile à des intérêts qui lui sont étrangers car la loi protège les artistes de ses abus, grâce au droit d’auteur, le droit moral, en France un droit fort inaliénable et imprescriptible ; article L.121-1 du code de la propriété intellectuelle qui dit clairement que ce droit « extrapatrimonial » est attaché à la personne de l’auteur qui tend à conserver et à défendre l’esprit de son œuvre et sa personne, dans les rapports avec les tiers. Des conventions internationales sur le droit d’auteur renforcent ce droit moral en France. Dans les expositions, à l’encontre d’abus des commanditaires d’exposition publiques ou privées, d’abus orchestrés par la tutelle d’un commissaire d’exposition, l’artiste peut refuser d’exposer sous l’hégémonie d’un commissaire d’exposition qui prétend à un droit moral, esthétique, conceptuel sur l’exposition des œuvres de l’artiste exposé, l’artiste peut même l’attaquer en justice et attaquer le commanditaire. L’artiste exposé s’il pense que l’exposition viole l’esprit de son œuvre, souille sa propre réputation, entame son indépendance moral, l’artiste a le droit de démonter à tout moment sa propre exposition. Un grand nombre d’artistes de renom ont utilisé ce droit moral contre les institutions publiques d’art contemporain comme les musées d’art contemporain en France, et en plus, ils attaquent ces institutions devant les tribunaux et gagnent à 98% leur procès. L’art en France n’est pas sous contrôle comme sous Pétain, Hitler, Franco, Mussolini, Pinochet, ou actuellement comme en Chine et petit à petit avec ces toutes ces fonctions muséales qui s’imposent arbitrairement avec chantage aux expositions aux artistes dans la création artistique contemporaine en France et en Europe.

Aujourd’hui, Les artistes plasticiens qui s’improvisent scandaleusement petits flics d‘art et d’exposition que ce soit dans les institutions publiques ou dans des espaces privés obligent les membres de leur propre communauté artistique, leurs collègues artistes à renoncer à leur droit moral, un droit inaliénable et imprescriptible, c’est un viol de la loi, et ces artistes commissaires d’exposition obligent donc leurs collègues artistes à se soumettre à leurs quatre volontés et bien souvent à leur égo surdimensionné et leurs ambitions mercantiles. Leurs collègues artistes créateurs auteurs victimes du chantage à l’exposition renoncent à leur propre droit, c’est un grave abus autoritaire, une exploitation véreuse d’un artiste sur un autre artiste qui est toujours lié à un contexte commercial, politique, institutionnel, religieux, un abus de pouvoir, un abus de position, un abus de dépendance économique, de l’esclavage déguisé. Ce sont des attitudes de salaud et cette posture d’artiste maquereau est condamnable et elle doit être systématiquement dénoncée sur la place publique ! Depuis des siècles des artistes organisent des expositions en invitant leurs collègues sans laminer au nom d’une fonction de flic de l’art la réputation et les œuvres de leurs collègues.

On assiste depuis quelques années dans le petit milieu de l’art contemporain, aussi bien dans ce milieu spécifique qui se revendique du label erroné dit « art contemporain » que dans les milieux plus modestes de l’art singulier, de l’art brut, du land art, dans les arts numériques à une recrudescence d‘artistes plasticiens qui jouent les petits flics d’exposition, les vigiles moraux de l’art et de la création artistique, des profiteurs de réseaux avilissant les autres artistes au nom de leur opportunisme et de leur égocentrisme véreux, des mercenaires de l’art, bien souvent des pitres de l’art avec des productions artistiques minables. Ces artistes vigiles moraux de l’art travaillent au service des commanditaires d’exposition, contaminent leurs collègues artistes de leurs propres frustrations et de leur médiocrité. Un artiste talentueux ne cherche pas à dominer par d’autres casquettes leurs collègues artistes, la nature même de l’expérience du sensible ne se mesure pas ! Ces artistes véreux serviles détrônent leurs collègues artistes de leur propre talent au profit des collectionneurs d’art crédules, de patrons d’entreprises naïfs, de collectivités locales ou territoriales, de marques ou d’élus politiques, du fait religieux ou de sectes.

JPEG - 320.9 ko
commissaire d’exposition
commissaire d’exposition un mode culturel autoritaire déviant dans l’art contemporain

http://www.lili-oto.com/


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Les artistes ne sont pas des commissaires d’exposition
3 octobre 2014 - 09h31

""Aujourd’hui, Les artistes plasticiens qui s’improvisent scandaleusement petits flics d‘art et d’exposition ""

Tout comme certains étudiants dans génie,sans talent,sans s’improvisent artistes contemporains en jetant 5 planches par terre.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
Exemple.
lundi 17 mai
de jy.D
Après le vote du PCF, un appel des « Communistes insoumises et insoumis »
lundi 17 mai
de Communistes insoumises et insoumis
3 commentaires
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
1 commentaire
DAZIBAO
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite