Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Air France : une grève historique qui aurait pu aller plus loin

de : Philippe Alcoy
mardi 30 septembre 2014 - 00h06 - Signaler aux modérateurs
13 commentaires

Dimanche 28 septembre le syndicat majoritaire chez les pilotes d’Air France, le SNPL (70%), mettait « inexplicablement » fin à la grève exemplaire qui durait depuis 14 jours (la plus longue depuis 1993) contre la précarisation des conditions de travail et la délocalisation. Cette fin de grève est d’autant plus incompréhensible que la direction venait de lâcher son plan de développement de Transavia Europe, qu’elle semblait déstabilisée face à la ténacité des pilotes et qu’il n’y a pas encore d’accord de « sortie de crise ». Le syndicat minoritaire, le SPAF (20%), a quant à lui décidé de maintenir le préavis de grève au moins jusqu’au 30 septembre. Malgré l’obtention partielle de leurs revendications, il est difficile de ne pas ressentir un certain gout amer quand une victoire importante semblait possible et proche.

En effet, depuis la semaine dernière la direction d’Air France faisait des propositions aux pilotes pour essayer de mettre un terme à la grève. D’abord elle a proposé de « suspendre » le projet de développement de Transavia Europe jusqu’à décembre ; ensuite elle annonçait l’abandon total de ce projet sans pour autant que cela signifie qu’elle allait stopper également le développement de Transavia France, bien au contraire.

Alors que tout le monde pensait que cela serait suffisant pour finir avec la grève des pilotes qui commençait à coûter beaucoup à l’entreprise, les pilotes ne lâchaient pas. Une fois qu’Alexandre de Juniac s’est vu obligé d’abandonner son projet plus « ambitieux » de délocalisation, les pilotes voulaient discuter des conditions de développement de la filiale low cost en France.

C’est autour de la question des conditions de travail et de la sauvegarde des acquis de la catégorie que les négociations se poursuivaient. Mais la direction ne voulait rien savoir de céder sur la question du « contrat uniquede pilote du groupe » que les grévistes revendiquaient. Et cela malgré le fait que le SNPL faisait des concessions à la direction depuis plusieurs jours acceptant que les pilotes qui aillent voler chez Transavia le fassent aux conditions de la low cost. Autrement dit, ils acceptaient de travailler plus et d’avoir des conditions de travail plus « flexibles » mais à condition que l’on préserve leur statut de pilotes d’Air France.

Le SNPL a cédé à la pression de la direction et du gouvernement

Les négociations se trouvaient bloquées à ce point quand le SNPL a décidé de mettre fin incroyablement à la grève. Joint par Les Echos, un porte-parole du SNPL expliquait : « La direction campe sur ses positions, mais nous avons jugé qu’il serait suicidaire de continuer (…) Nous avons donc pris nos responsabilités en décidant d’arrêter le mouvement ».

Le syndicat, cédant au discours véhiculé par la direction d’Air France, la presse et le gouvernement, a estimé que la grève « mettait en danger » l’entreprise. En effet, le SNPL considérait que « la direction s’était préparée à la grève en provisionnant 200 millions d’euros. Mais après deux semaines de conflit, le coût de la grève approcherait aujourd’hui les 280 millions d’euros. Sans parler du coup considérable mais difficile à chiffrer porté à l’image de la compagnie… » (Les Echos, 28/9).

Mais si la direction avait une « réserve » 200 millions d’euros, cela ne voulait pas dire qu’elle s’attendait à une lutte dure avec les pilotes ? D’ailleurs, comme révèle Le Monde : « [De Juniac] il y a deux ans, alors que la restructuration d’Air France battait son plein, (…) confié à ses proches : "Je n’ai pas fait le plus dur, le plus dur ce sera les pilotes" » (Le Monde, 26/9). Cela veut dire qu’il était probable que si la grève continuait encore quelques jours, les pilotes auraient pu obtenir une victoire très importante sur la direction : aussi bien en l’obligeant à annuler son plan de délocalisation que sur la question du contrat unique.

Ainsi, la direction et le gouvernement ont du mal à cacher leur joie d’avoir évité ce scénario cauchemardesque pour eux. Et cela d’autant plus que le nombre de gréviste ne faiblissait pas et que leurs représentants laissaient comprendre qu’ils ne faisaient plus confiance à la direction pour négocier.

En ce sens, Valls, essayant de s’acheter la sympathie de l’électoral le plus réactionnaire et antigrève, s’est félicité de la soi-disant « ligne de fermeté du gouvernement » lors de la grève. D’ailleurs, cette « fermeté de dernière minute » n’est prise au sérieux par aucun secteur du patronat : c’est le gouvernement lui-même qui a obligé Air France à abandonner le projet Transavia Europe de peur que la grève ne se durcisse. Cette intromission dans les affaires de l’entreprise est jugé insupportable par le patronat. C’est d’ailleurs ce qui exprime Luc Chatel, le secrétaire général de l’UMP, selon lequel : « L’entreprise Air France a un conseil d’administration, elle a 89% d’actionnaires qui ne sont pas M. Vidalies [secrétaire d’Etat aux transports – l’Etat possède en réalité près de 16% des actions], ce n’est pas à M. Vidalies d’aller annoncer sur les chaînes de télévision si le projet est retiré ou non. Il a fait beaucoup de mal à l’entreprise ».

Les pilotes n’ont pas su créer des alliances stratégiques avec les autres catégories

Evidement, Valls exagère le vrai rôle du gouvernement quand il parle de « fermeté ». Ce gouvernement complètement discrédité et sans autorité ne fait peur à personne. D’ailleurs, de par son niveau d’exposition lors de la grève on peut se demander à quel point un recul plus important de la direction d’Air France aurait eu des conséquences sur lui ? Car depuis le début de la grève ce que l’on a pu voir c’est avant tout un alignement complet du PS avec la direction de l’entreprise et une position ouvertement brise-grève.

Cela montre qu’aussi bien Air France que le gouvernement et le patronat étaient conscients des enjeux plus généraux. En effet, comme nous l’affirmons depuis le début de la grève, elle avait une importance pour l’ensemble de la classe ouvrière car elle s’opposait à un plan de précarisation des conditions de travail et à un plan de délocalisation d’une des principales entreprises françaises d’uns secteur stratégique. Le tout sous prétexte de retrouver la « compétitivité » et de la sauvegarde d’une « entreprise national »… sous le dos des salariés évidemment ! Autrement dit, cette lutte avait tout pour devenir un point d’appui et une source d’inspiration pour d’autres salariés qui subissent les mêmes attaques, à commencer par ceux et celles des autres catégories du secteur aéronautique et des transports.

Mais justement le point faible de cette grève a été que la direction SNPL n’a jamais cherché à élargir le mouvement à d’autres catégories, notamment au sein du groupe. Et pour cela il ne manquait pas de possibilités. Le 22 septembre dernier par exemple, huit organisations syndicales (après avoir adopté une position « abstentionniste », comme la CGT qui ne s’opposait pas à la grève mais ne la soutenait pas non plus) de toutes les catégories signaient un tract commun exigeant le retrait du plan Transavia Europe. Cela exprimait sans doute de la sympathie avec ce mouvement de la part de travailleurs et travailleuses au sol et parmi le personnel navigant. En effet, le plan était perçu comme une attaque contre toutes les catégories, ce que l’on a pu constater en voyant la satisfaction qu’ont exprimé tous les salariés du groupe après le retrait du projet Transavia Europe. Comme on voit les conditions pour une lutte commune étaient réunies.

Cela aurait représenté la meilleure politique des pilotes pour isoler les briseurs de grèves professionnels à la solde du patronat comme les dirigeants de la CFDT qui reprenaient à leur compte les discours sur les « privilèges » des pilotes pour laisser imposer la précarité à l’ENSEMBLE du personnel.

Une telle alliance aurait rendu possible une victoire éclatante contre ce plan qui vise à la dégradation des conditions de travail de l’ensemble des salariés de cette puissante entreprise. En même temps cela aurait rendu plus pérennes les victoires obtenues au cours de la grève. Aussi, une telle lutte aurait poussé des travailleurs d’autres compagnies à suivre l’exemple d’Air France. D’ailleurs, on ne peut pas écarter que d’autres grève semblables éclatent dans le secteur.

Une victoire partielle mais importante !

Malgré le fait que les pilotes auraient pu avoir plus que ce qu’ils ont gagné au cours de cette grève, nous ne pouvons pas négliger le fait qu’ils ont fait reculer (au moins momentanément) la direction sur son plan plus ambitieux : Transavia Europe.

En effet, si l’on peut imaginer que la direction d’Air France pouvait envisager une certaine forme de résistance de la part des pilotes, le passé récent avec le plan « Transform 2015 » qui avait impliqué 8000 suppressions d’emplois, lui donnait une certaine marge de confiance.

Mais la grève des pilotes a jeté bas cette « arrogance ». Le cadre de « confiance », comme l’expriment les pilotes eux-mêmes, s’est rompu. Fini le temps de la « cogestion » comme affirme la direction. D’ailleurs, si la grève continuait, il n’est pas exclu qu’elle aurait pu avoir la tête de Alexandre de Juniac, le PDG du groupe.

Même si le gouvernement et l’entreprise ont réussi, pour le moment, à éviter le « pire » (de leur point de vue), la grève des pilotes d’Air France a été un avertissement qui s’ajoute à celui des cheminots en juin. Il n’y a pas eu d’accord de fin de conflit, ce qui implique qu’il pourrait y avoir de nouveaux mouvements parmi les pilotes mais aussi chez d’autres catégories, comme certains le craignent. Peu à peu, les travailleurs et travailleuses du secteur stratégique du transport commencent à montrer la voie de la résistance à l’ensemble du prolétariat.

29/9/2014.

Philippe Alcoy

Source : http://fabricadehombreslibres.blogs...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Air France : une grève historique qui aurait pu aller plus loin
30 septembre 2014 - 17h44

les pilotes sont complétement déconsidérés, et leur syndicat corporatiste aussi. Et ce n’est pas leur forcing pour des magouilles sur le paiement des jours de grève qui va arranger la situation. Air France va connaître le même dénouement que la SNCM. C’est d’une tristesse.



Air France : une grève historique qui aurait pu aller plus loin
1er octobre 2014 - 10h05 - Posté par

les pilotes sont complétement déconsidérés, et leur syndicat corporatiste aussi.

C’est un communiqué de Valls, de Berger, ou de Gattaz ?


Air France : une grève historique qui aurait pu aller plus loin
1er octobre 2014 - 11h37 - Posté par

Et votre article ? c’est un tract des pilotes !


Air France : une grève historique qui aurait pu aller plus loin
1er octobre 2014 - 11h56 - Posté par

""les pilotes sont complétement déconsidérés, et leur syndicat corporatiste aussi."""

Pas du tout,ces pilotes ont défendu une cause juste(le refus de la lowcostisaton de leurs emplois) avec une gréve massive et longue en tapant là où ça fait mal ;le fric des actionnaires.
Retraité ayant plus de 10 fois moins que leurs revenus,je les soutiens et il serait souhaitable que tous nous suivions leur exemple.
les perroquets du medef à la télé et ici n’arriveront jamais à etouffer notre cri de justice sociale


Air France : une grève historique qui aurait pu aller plus loin
1er octobre 2014 - 13h40 - Posté par

"Retraité ayant plus de 10 fois moins que leurs revenus, je les soutiens..."

C’est pas un argument. votre fils est pilote ??


Air France : une grève historique qui aurait pu aller plus loin
1er octobre 2014 - 17h27 - Posté par

votre fils est pilote ??

Et ça, c’est un argument ?


Air France : une grève historique qui aurait pu aller plus loin
1er octobre 2014 - 17h53 - Posté par NOCTURNE

votre fils est il pilote

pourquoi devrions nous être personnellement intéressés a une situation pour porter un jugement ?
Votre façon de voir démontre votre égoïsme et votre manque total de solidarité
avec les luttes sociales


Air France : une grève historique qui aurait pu aller plus loin
1er octobre 2014 - 19h09 - Posté par

""Retraité ayant plus de 10 fois moins que leurs revenus, je les soutiens..."

C’est pas un argument. votre fils est pilote ??
""

je vois aucun rapport entre la profession de mon fils et la justesse de la cause des pilotes.
mais la petitesse de ma retraite ne me fait pas jalouser les pilotes,ni refuser de les soutenir,tout comme j’ai soutenu les luttes des personnels au sol(lutte hélas moins suivie)
c’est un argument contre la bétise de ceux qui conditionnent leur soutien selon le niveau du salaire des exploités.


Air France : une grève historique qui aurait pu aller plus loin
2 octobre 2014 - 09h35 - Posté par richard PALAO

ah , parce que les syndicats de la SNCM sont aussi corporatistes ? et ceux de la SNCF , d EDF de l ’éducation nationale etc... LE SONT AUSSI PEUT ETRE ?
Ton argument ne tient pas la route puisque les revendications des pilotes n’étaient pas corporatistes , ils défendaient le transport aérien en général et notamment les voyageurs , un service de qualité et sûr contre les compagnies low-coast et leur concurrence dangereuse , car il n y a pas que les compagnies qui sont low-coast , la formation de leur pilotes et du personnel la maintance des avions aussi .., si elles sont moins cheres , sur quoi économisent-elles selon toi ?

Aors je me fous que la grève ait été menée par tel ou tel syndicat , les révendications étaient justes , et ses compagnies doivent être éliminées , à chaque foix que des salariés mènent une lutte contre les délocalisations pour que les emplois restent en FRANCE moi je suis de leur côté et ceux qui ont failli , ce sont les syndicats " non- corporatistes" " qui sont restés spectateurs ou qui comme certains ont avec la direction fait pression sur leurs collègues pour qu’ils " manifestent " contre les pilotes .

dans la LDC la barrière n’a que deux , côtés , choisis ton camp camarade ...


Air France : une grève historique qui aurait pu aller plus loin
1er octobre 2014 - 13h39 - Posté par pascale

Je suis sidérée : page 8 du journal "L’Humanité" de ce 1er octobre, un ... article ?une pub ?... en tout cas une pleine page intitulée "Bienvenue de nouveau sur nos lignes" émanant de la direction d’Air France et qui explique pourquoi le projet "Transavia" est "vital" pour le groupe "Air france". "C’est pourquoi nous n’avons pas le droit d’y renoncer". Aucun commentaire, rien que cette pleine page...



Air France : une grève historique qui aurait pu aller plus loin
1er octobre 2014 - 14h42 - Posté par celo

Si ça peut te consoler, après la sidération, vient une forme de sagesse teintée de lucidité en évitant le nihilisme.


Air France : une grève historique qui aurait pu aller plus loin
1er octobre 2014 - 17h56 - Posté par NOCTURNE

Comment peut on encore être sidéré par l’huma et le PC FEU

REPREND TOI PASCALE !

CORDIALEMENT


Air France : une grève historique qui aurait pu aller plus loin
1er octobre 2014 - 19h17 - Posté par

Le groupe Hachette (Lagardère adorable marchant de canon et missile) et TF1 sont actionnaire de l’Humanité.
je me sentirai sali de le lire.






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite
France : menace claire de coup d’État militaire imminent
lundi 26 avril
de Roberto Ferrario
Ainsi se termine la déclaration d’un groupe des militaires des Force des Armées françaises : “Par contre, si rien n’est entrepris, le laxisme continuera à se répandre inexorablement dans la société, provoquant au final une explosion et l’intervention de nos camarades d’active dans une mission périlleuse de protection de nos valeurs civilisationnelles et de sauvegarde de nos compatriotes sur le territoire national. On le voit, il n’est plus temps de (...)
Lire la suite