Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

vidéo : la colère froide d’un citron pressé

vendredi 22 août 2014 - 23h25 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Il suffit de regarder des photos assez récentes de Givors, au temps du plein emploi, à l’heure de la sortie des usines, (des rivières d’ouvriers emplissent les rues, on croit entendre le chahut, l’humour, les paroles et les rires venant de tous ces corps, de tous ces visages), pour comprendre l’étendue des transformations qui ont bouleversé la ville après la débâcle industrielle des années 80 et le stress qui en a découlé.

A l’Union Locale CGT où j’étais venu expliquer notre projet de film, deux femmes de permanence m’écoutent attentivement et ce que je raconte semble crever un abcès, un trop plein de paroles contenues. La rage est grande mais la colère est mâtinée d’un sentiment d’impuissance. Elles n’en peuvent plus : « La misère nous épuise, on est fatigué. » La veille elles ont reçu un homme qui s’est pendu à son travail, il s’en est fallu d’un rien avant que ses camarades ne le trouvent et lui sauvent la vie. Il faisait partie d’un plan de licenciement et ne le supportait pas. Elles sont sorties vidées de cette rencontre et de l’énergie qu’elle ont du trouver une fois de plus pour réconforter, tenter de donner de l’espoir, voire essayer de trouver une solution, et ensuite retourner chez elles et faire à manger, continuer sa vie malgré tout. « On se sent comme des guerrières, ou des pompiers. »

Elles parlent de leur sens du combat pour tous, lorsqu’il y avait du travail. Aujourd’hui, elles ne sont plus que le dernier filet auquel les gens se raccrochent. Là où il n’y a pas si longtemps on défendait les droits durement acquis des travailleurs, aujourd’hui on épluche les dossiers de surendettement, on fait appel à la maigre caisse du syndicat pour répondre à des situations de détresse, car parfois les personnes qui viennent n’ont plus rien, et même plus droit à la sécurité sociale. Pour un syndicat qui a fondé son titre de gloire sur les conquêtes de 36, et « le droit à la Sécu pour tous », c’est dur à supporter.

Leur sentiment d’impuissance est grand, même si souvent on leur dit merci pour avoir simplement pris le temps d’écouter les récits des uns et des autres, trop plein de vies qui n’entrevoient plus de solution. « La misère nous tire vers le bas, même les vieux, anciens syndiqués, viennent nous voir, car ils ont de moins en moins d’argent. »

Nous avons rencontré Mr Trad la première fois où il venait à l’épicerie du Secours Populaire. Une démarche impensable pour lui qui avait travaillé toute sa vie, cette honte qui se traduit dans tout son corps, son visage, ses mains. Heureusement, les bénévoles savent accueillir et respecter ces blessures là, être prévenant, tenter de dédramatiser, rire avec lui, mettre à l’aise.

Il dit qu’il ne dort pas beaucoup, que toute la nuit il pense, et qu’il pense tellement qu’il en a des douleurs au ventre. Un silence qui se continue par ces mots : « C’est beaucoup, ça pèse. Je suis là, comme si j’étais dans un nuage, ça ne part pas. On vous laisse partir petit à petit, jusqu’à ce que vous n’existiez plus. Parfois, quand je suis à table, je regarde mon assiette, et je me dis que ce n’est pas normal que ça se passe comme ça. »

Avant de s’éloigner par la porte qui donne sur la rue, chargé de ses deux sacs ED emplis de nourriture, il dit encore : « Il y a un proverbe français qui dit que l’oiseau en cage ne chante pas de joie mais de rage, parce qu’il est enfermé, et qu’il veut s’évader. Je ne sais pas chanter mais je suis cet oiseau, je chante à l’intérieur de rage et de colère. »

Nous sommes allés rencontrer Mr Trad chez lui, il voulait témoigner pour tous les autres dans sa situation. Il habite au sommet d’une tour de quatorze étages dans un quartier périphérique, les Vernes. Une cité comme il y en a tant, des immeubles, des squares avec des jeux pour enfants, une supérette, une boulangerie et un café tabac journaux.

En nous ouvrant la porte, avec toujours cette gêne de se montrer ainsi, d’ouvrir son intérieur, il dit : « Ce n’est pas un château, c’est un abri, c’est un toit. »

Au montage, nous n’avons pas réussi à l’intégrer aux personnages du film. Il n’avait pas voulu nous revoir après cette rencontre, et je crois qu’il nous manquait de quoi le raconter autrement que par ses mots. C’est pourquoi je suis très heureux que vous puissiez comprendre un peu mieux la situation de Mr Trad, par le court montage vidéo qui suit. Depuis, il a pu rejoindre ses enfants à Marseille, et je n’ai plus eu de nouvelles. Quand je pense à lui, je me souviens qu’il commençait souvent ses phrases en disant : « Quand vous avez été un honnête homme sur terre… »

Ecoutez Mr Trad chanter sa vie, sa complainte de rage, elle nous permet de comprendre un peu mieux cet indicible du chômeur dont il parle si bien.

Jean-Pierre Duret

http://documentaire-pauvrete.blogs....


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
vidéo : la colère froide d’un citron pressé
23 août 2014 - 09h11 - Posté par nOCTURNE

L article communique une RAGE SALVATRICE ;
Si seulement cette rage pouvait nous soulever nous,les perdants de la vie, et nous
entrainer dans une lutte victorieuse qui fasse enfin le bonheur de
l’humanite



vidéo : la colère froide d’un citron pressé
23 août 2014 - 16h18 - Posté par quelqu’un quelque part

pour cela il faut qu’un espoir renaisse car, à contrario de ce que pensent (mais le croient ils réellement ?) beaucoup de militants, on ne se bougent pas contre sans un POUR

qu’ont fait les socialistes de gouvernement de l’idéal de l’émancipation sociale ?

qu’ont fait les socialistes autoritaires de cet idéal en russie et ailleurs ?

qu’ont fait les anarchistes ?

qu’ont fait tous ces petits bourgeois qui en 68 et après trouvaient les prolos pas assez rouge ? ils sont devenus les drh "modernes", les larbins du capital

tout est à reconstruire et cela ne se fera qu’avec les deux jambes qu’ a toujours eu le mouvement de l’émancipation sociale : les luttes et les alternatives concrètes répondant aux besoins premiers des prolétaires.






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite