Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Ultimatum : Copyleft !

de : Marc Alpozzo
dimanche 6 mars 2005 - 17h00 - Signaler aux modérateurs
GIF - 15.9 ko

de Marc Alpozzo

Après la sacro-sainte ère du « copyright », défendue à grand renfort d’avocats, de procès, et de tentatives répressives en tous genres, voici venu le temps du : copyleft !

COPYLEFT : bien étrange concept, n’est-ce pas ? Pour mieux en saisir l’essence et l’importance capitale, précisément sur l’avenir probable, voire potentiel de nos comportements et habitudes en matière d’art et de création, tout d’abord, envisageons une petite définition précise : « n. m. [SOC] À l’origine, copyright particulier appliqué à ses productions par la FSF, et donnant le droit à quiconque de les utiliser, les recopier et les modifier librement, la seule restriction étant que les nouvelles productions ainsi obtenues soient libres elles aussi. Le mouvement général actuel est d’étendre cette notion dans la mesure du possible à toutes les productions intellectuelles imaginables. Articles voisins : Copland - Coppermine - copro - coprocesseur - copy party - Corba - corbeille - cordon - core »

En d’autres termes, par le « copyleft », on donne un moyen d’accès gratuit au fruit d’un travail original, on encourage la reproduction ou même la modification de ce travail, sans charge de retour. Le copyleft étant avant tout une diffusion des œuvres de l’esprit sur des supports entièrement « gratuits ». C’est donc l’échange « libre » entre internautes. Et c’est également la possibilité donnée, à la libre reproduction d’un texte ou d’un travail artistique ; c’est une initiative qui encourage les remaniements de ce travail, les modifications, d’où peut-être, à terme, un modèle pour l’art contemporain.

Il s’agit donc d’une démarche radicalement opposée au « copyright » que défendent, à grand renfort de procès, nos majors de disques, et autres consorts culturels, fervent défenseurs non de l’œuvre mais de la recette qu’elle produit. A y regarder de plus près, on pourrait dire que c’est une guerre idéologique que mènent les partisans de la liberté contre ceux du libéralisme. C’est une démarche d’inspiration libertaire, qui défend en effet une économie propre à l’art ; non pas l’économie de marché de l’art, mais l’économie du don, du partage et de la valeur ajoutée à ce qui n’a pas de prix. Quand certains nous parlent à tort et à travers de propriété intellectuelle, inaliénable et incompressible, les défenseurs du concept de copyleft valorisent la liberté d’expression et s’opposent surtout à l’idée que la connaissance puisse être la propriété privée de quelques élus.

C’est donc la défense d’un vrai idéal « démocratique », libérer l’information, échapper aux censures du marché de l’édition et des restrictions juridiques du « copyright » qui enferment l’œuvre dans une petite boite dorée, c’est la volonté de se soustraire à la tyrannie de l’économie de marché et du « tout-rentable ». Le copyleft n’étant fidèle qu’à un seul mot d’ordre : fraternité/partage.

Un concept qui a d’ailleurs trouvé son réel essor grâce au développement des multimédias, des nouvelles technologies et d’Internet, et notamment grâce aux logiciel « open source », tel Linux.

Pour résumé, le copyleft, c’est donc zéro contraintes, sauf une : apposer la griffe « copyleft » sur les variations inspirées du travail en question afin que celle-ci conservent leur totale accessibilité au plus grand nombre. Le copyleft est aussi une attitude qui est une vraie réponse à l’oppression capitaliste-libérale de l’économie dominante, une réponse à la fronde du marketing et de la finance, qui réduisent l’art et la pensée à de simples objets de consommation... Le copyleft, c’est très certainement aussi, la réhabilitation d’un concept humaniste que l’ère du consumérisme occulte : le désintéressement ! Noyons donc, pas peur des mots : avec le copyleft, bienvenue à l’ère du partage et de la fraternité...

Bibliographie indicative :

Bruno Wajskop, Anarchie (copyright), éditions QUE

Sites à visiter :
 http://infos.samizdat.net/article82.html
 http://barthes.ens.fr/scpo/Presenta...
 http://artlibre.org/
 http://www.transfert.net/a1200


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite
France : menace claire de coup d’État militaire imminent
lundi 26 avril
de Roberto Ferrario
Ainsi se termine la déclaration d’un groupe des militaires des Force des Armées françaises : “Par contre, si rien n’est entrepris, le laxisme continuera à se répandre inexorablement dans la société, provoquant au final une explosion et l’intervention de nos camarades d’active dans une mission périlleuse de protection de nos valeurs civilisationnelles et de sauvegarde de nos compatriotes sur le territoire national. On le voit, il n’est plus temps de (...)
Lire la suite