Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Meetings UMP : les témoignages des journalistes agressés (video)

de : Emmanuelle Anizon
vendredi 4 mai 2012 - 21h48 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Après BFMTV jeudi 3 mai à Toulon et Mediapart le 1er mai au Trocadéro, d’autres journalistes confirment avoir été pris pour cible dans les meetings de l’UMP. Enquête.

C’est compliqué d’écrire ça, à quelques heures d’une élection présidentielle, alors qu’on veut éviter tout militantisme politique, et qu’on fuit les caricatures. Mais voilà : ça débloque total, du côté UMP. Dans les meetings de Sarkozy, depuis quelques semaines, les journalistes sont devenus des cibles. Des militants leur bloquent le passage, les insultent, et, depuis quelques jours, osent même les attaques physiques. Sans que l’UMP s’en excuse officiellement. Jeudi 3 mai, à la fin du meeting de Toulon, Ruth Elkrief, sur BFMTV, fait son direct. Autour d’elle, on entend du bruit. « L’atmosphère est assez désagréable tout autour de nous, finit-elle par avouer face à la caméra, avec un sourire contraint. Des militants nous agressent et nous prennent à parti, et sont assez méchants ». Elle essaie de continuer à sourire, crispée. Prend à témoin le reporter Thierry Arnaud, qui l’accompagne. Celui-ci, la voix couverte par les insultes, tente d’expliquer que, en effet, depuis que Nicolas Sarkozy a dénoncé le système médiatique dans un discours... La scène s’arrête là. Coupée, elle ne montrera pas les bouteilles d’eau et les crachats lancés au visage des deux journalistes. Ni ne permettra d’entendre les « vendus » et « collabos » criés.

Le soir-même, dans un tweet, Ruth Elkrief écrit :

Toulon : rien de grave , ni de personnel... .énervement de fin de campagne...effet d un discours irresponsable sur les médias.

Rien de grave ? Si, c’est grave. Parce qu’effectivement, l’incident découle d’un « discours irresponsable sur les médias ». Celui de Nicolas Sarkozy (relayé par certains de ses lieutenants), qui, depuis l’entre-deux tours, sentant le vent tourner, multiplie les attaques contre ces journalistes qui « n’ont hésité devant aucun coup, devant aucune manipulation » (Saint-Cyr sur Loire , 23 avril), et dénonce le « terrorisme du système médiatique » (Longjumeau, 24 avril). C’est grave, parce que l’incident de Toulon n’est pas un cas isolé. Le 1er mai, Marine Turchi, jeune journaliste de Médiapart, se trouve place du Trocadéro, au meeting de Nicolas Sarkozy. Un groupe de huit personnes la prend à parti. « Ah c’est Mediapart ! », « Qu’est ce que vous faites là ? », « Vous n’avez pas honte ? » « Sale gauchiste ! ». Elle essaie de discuter, argumente, réussit à calmer le jeu, tente de s’éclipser. C’est alors qu’un homme d’une soixantaine d’années lui arrache violemment son badge de journaliste, en lui blessant le cou « C’est Mediapart, ils sont là, ils sont là ! ». La jeune journaliste prend son agresseur en photo, le menace de porter plainte s’il continue, réussit à s’extraire. Un homme de la sécurité de l’UMP la prend alors en charge et lui indique le commissariat.

Marine Turchi a porté plainte : « Je ne pouvais pas laisser passer ça, dit-elle, encore secouée, quelques heures après les événements. Depuis que Nicolas Sarkozy attaque les médias, on sent trop la tension monter ». Une bascule qu’elle analyse le soir-même de son agression, sur le site de Mediapart. Ce jour-là, mardi 1er mai, sur Twitter, d’autres journalistes (Inrockuptibles, 20 minutes...) attestent de la tension de la journée. Michel Soudais, de Politis, raconte même avoir croisé une autre journaliste agressée :

Ai croisé au une journaliste ex-télé ex-candidate UMP ; elle venait de se faire insulter, tirer cheveux, arracher badge.

Cette mystérieuse journaliste, c’est Geneviève de Cazaux, ex-TF1... et ex candidate UMP aux législatives de 2002, qui nous confirme avoir été plus que bousculée : « J’essayais de traverser la foule, on m’a arraché mon badge « presse », tiré les cheveux par poignées, quelqu’un m’a rouée de coups dans le dos.. C’était un groupe de retraités avec une handicapée ! ». Après « trente-cinq ans métier », la routarde du journalisme politique n’en revient toujours pas : « C’est des pratiques qu’on pouvait rencontrer au FN... mais pas à l’UMP ! Je n’ai jamais vu ça ! ». Elle n’a pas souhaité porter plainte.

 

Notre profession n’a pas la cote, on le sait. Les journalistes votent majoritairement à gauche, on le dit. Mais soyons clairs : il n’est pas question ici de droite ou de gauche. Mediapart est de gauche, pas BFMTV. Geneviève de Cazaux n’a rien d’une trotskiste. Pas plus que Lise Barcellini, journaliste à France 24, qui a envoyé cette semaine un mail à sa direction, racontant les cris « journalistes vendus », les militants l’empêchant volontairement d’entrer dans un meeting : « Je me suis sentie agressée, oppressée, et mon cœur battait à toute allure ». Au téléphone, elle nous confirme que « le plus souvent, ces militants agressifs - heureusement très minoritaires - ne savent même pas pour qui on travaille ». Peu importe le média. Ce sont les journalistes dans l’exercice de leur fonction, qui sont visés. Dans ce que celle-ci a de symbolique. Ce matin, vendredi 4 mai, Nicolas Sarkozy se disait « désolé » sur Europe 1, mais expliquait aussi comprendre « l’exaspération » des militants. Exaspération de la fin de campagne, d’une possible défaite, sûrement. Mais pas seulement. Si ces militants UMP ont franchi la barrière que seuls franchissaient jusqu’ici ceux de l’extrême droite (et encore, il y a quelques années), c’est aussi parce qu’ils ont entendu cette drôle de petite musique que leur joue leur leader. Malsaine, anti-républicaine. Inexcusable.

http://www.telerama.fr/medias/meeti...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Meetings UMP : les témoignages des journalistes agressés (video)
4 mai 2012 - 22h58 - Posté par ruze

DEPUIS LA CHARETTE DU DEBUT DU SEPTENAT NOTRE BON PRESIDENT A TOUJOURS
TRAITE LES JOUNALISTES DE LA MEME FACON IL LUI RENDENT BIEN AUJOURD’HUI







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite