Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Jusqu’où ira l’acharnement contre Jean-Marc Rouillan ?

de : Paco
mardi 17 avril 2012 - 23h38 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

Le 16 avril, le tribunal d’application des peines de Paris accordait une libération conditionnelle à Jean-Marc Rouillan. Immédiatement, le Parquet de Paris a suspendu la décision en faisant appel. Selon une logique kafkaïenne, l’ex-militant d’Action Directe - aujourd’hui membre du NPA - qui aurait pu retrouver la liberté le 20 mai pourrait retourner en cellule après un an de semi-liberté.

JPEG - 28.5 ko

Après un quart de siècle de prison, des embrouillaminis sans fin avec la justice, de graves ennuis de santé (Jean-Marc Rouillan a souffert du syndrome de Chester-Erdheim quand il était aux Baumettes), l’auteur d’une belle collection d’ouvrages passionnants sur l’univers carcéral et le militantisme clandestin pouvait espérer aller vers une existence moins turbulente à l’approche de ses soixante ans.

Sorti en mai 2011 de prison, Jean-Marc Rouillan goûte à un ersatz de liberté à Marseille. Malgré le maton électronique vissé à son corps, malgré des horaires serrés (sorties de 10h à 20h en semaine pour aller travailler, sorties de 14h à 19h le samedi et sorties interdites le dimanche), le relégué peut mener un semblant de vie sociale et professionnelle. Il a brillamment autopsié ces moments passés dans le Pays du Dehors au fil des pages d’un “carnet d’été” publiés aux éditions Al Dante en mars dernier.

Il faut se méfier des illusions. Ce n’est pas parce Jean-Marc Rouillan commençait à retrouver le sens de l’orientation, qu’il travaillait pour une maison d’édition réputée, qu’il dessinait de nouveaux horizons militants au sein du NPA, qu’il côtoyait artistes, poètes et écrivains... qu’il en avait fini avec les comptes de la justice. Son actuel régime de semi-liberté ayant commencé le 19 mai 2011, Rouillan a logiquement déposé une demande de libération conditionnelle pour le 19 mai prochain. Demande acceptée par le tribunal d’application des peines (TAP) de Paris le 16 avril. Le Parquet avait 24 heures pour faire appel. Il n’a pas fallu attendre longtemps pour connaître sa décision.

L’avis favorable du TAP n’était pas une victoire, mais une issue normale pour un long, très long parcours carcéral. Ce qui risque d’être moins normal, c’est ce qui attend Jean-Marc Rouillan le 20 mai. “je reste (malgré tout) un numéro d’écrou”, écrivait-il dans Autopsie du dehors. Espérons qu’il n’en soit pas ainsi. La situation est kafkaïenne. L’écrivain maudit pourrait redevenir un maudit taulard jusqu’à ce que la cour d’appel se prononce. Cela peut prendre des mois...

On pourrait rire de cette farce. Il faut bien s’accrocher pour entendre les arguments du Parquet. Ce dernier reconnaît que Jean-Marc Rouillan est employé aux éditions Agone en CDI (statut dont rêvent pas mal de salariés). C’est bien. Le truc, c’est que le chiffre d’affaire d’Agone n’est pas celui d’une multinationale. L’emploi de Rouillan est donc ainsi déclaré précaire ! Lorsque l’on veut tuer un chien, on dit qu’il a la rage. La vérité, c’est que le Parquet n’a aucune envie de voir Rouillan ailleurs qu’à l’ombre. Rappelons que sa période de sûreté s’était terminée en 2005 et que nous en sommes toujours, en 2012, à nous demander – avec une fausse naïveté - si la loi est la même pour tout le monde.

Il y a peu de chance pour que la situation de Jean-Marc Rouillan émeuve les candidats à l’élection présidentielle. Pour le moment, pas de vagues sur le site du NPA auquel Jean-Marc Rouillan a adhéré. Le 16 avril, le blog Linter a publié un article amer. « De nouveau et comme pour Georges Cipriani, la fin de la semi-liberté pourrait signifier un retour en prison pour Jean-Marc Rouillan. Non contents de lui avoir infligé deux années supplémentaires de prison pour une interview, non contents aussi de demander une libération conditionnelle de six ans au lieu de cinq (eh oui, une petite variante versus Jean-Marc Rouillan), la justice et le pouvoir ont en effet inventé ce sinistre paradoxe que la fin de la semi-liberté (qui normalement en cas de réponse favorable devrait aller vers plus de liberté) se transforme en son contraire dans le cas de l’appel. La semi-liberté étant terminée, la liberté conditionnelle gelée par l’appel, ce n’est pas la liberté qui l’emporte jusqu’à la décision, mais le réemprisonnement. Pour un prisonnier politique, décidément les chemins vers la liberté sont interminables. »

En attendant de voir jusqu’où ira l’acharnement contre Jean-Marc Rouillan, on pourra lire les deux derniers excellents livres de son double littéraire Jann-Marc.

- Jann-Marc Rouillan, Autopsie du dehors – Carnet d’été d’un relégué sous surveillance électronique, éditions Al Dante.

- Jann-Marc Rouillan, De Mémoire (3) – La courte saison des GARI / Toulouse 1974, éditions Agone.


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Jusqu’où ira l’acharnement contre Jean-Marc Rouillan ?
18 avril 2012 - 02h01 - Posté par La Rabia

lui ça fait 28 ans qu’il est en taule...
http://www.leparisien.fr/toulouse-3...
on a écrit la chanson ci dessous à partir des écrits de Rouillan qui risque ce qui est écrit au dessus... après 23 ans de prison...
le mec du lien ci-dessous cité dans la chanson a fait 20 ans de prison...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Albert...

http://www.la-rabia.fr/IMG/mp3/deux...
mais tout va bien c’est les élections...
La Rabia



Jusqu’où ira l’acharnement contre Jean-Marc Rouillan ?
18 avril 2012 - 13h19 - Posté par

Voilà ce qui arrive lorsqu’on est d’extreme gauche ! L’extrème droite ne subit pas tout à fait le meme sort !


Jusqu’où ira l’acharnement contre Jean-Marc Rouillan ?
21 avril 2012 - 14h13

Le communiqué du NPA 13.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite