Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Vote 2012 : Pendant que tu votes… ils profitent

mardi 10 avril 2012 - 09h15 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

L’actuelle campagne pour les présidentielles se déroule sur fond de restructuration capitaliste. Le marasme économique et social est entretenu dans les plus hautes sphères décisionnelles afin de maintenir sous pression les classes défavorisées.

Le processus électoral au service du Capital

Ce premier constat nous oblige à considérer le processus électoral comme inefficace, inopérant et de nature à renforcer les systèmes d’exploitation et d’aliénation en vigueur.

La vision capitaliste de l’économie amène les décideurs à déclarer que « le monde a largement de quoi se nourrir » avant de poursuivre « de nombreux pays pauvres et des centaines de millions de gens pauvres ne profitent pas de cette abondance ».

Ils s’empressent d’ajouter que « la cause principale de ce phénomène est le faible pouvoir d’achat de certains ménages et de certains pays ».

Le capitalisme est en réalité une machine à générer de la pauvreté, un monde dans lequel les pauvres sont appelés à produire pour les nantiEs et les gouvernantEs, qui pourront ainsi rembourser les dettes qu’ils ont eux-mêmes contractés au hasard de leurs politiques irresponsables.

C’est un monde dans lequel la grande majorité des individus accumulent des dettes.

Un monde d’inhumanité où les exploiteurs des pays riches nourrissent leur bétail avec des millions de tonnes de denrées dites "excédentaires".

La paupérisation de plus en plus grande

Dans la période actuelle, les pauvres des pays « endettés » (Grèce, Irlande, Portugal, Italie, Espagne etc.) n’en finissent plus de s’appauvrir et, dans le même temps, les banques prêtent aux gouvernements de quoi payer les intérêts de leurs dettes alors que ces mêmes gouvernements ont tout fait pour sauver les banques.

Les bourgeois s’enrichissent pendant que les classes laborieuses sombrent dans la pire des crises sociales.

Évidemment, le Patronat profite de la période pour accélérer la mise en œuvre des réformes qui lui sont nécessaires et favorables.

L’État, le Capital et les politiques menées

Nous savons par expérience, que le Capital investit rarement, pour ne pas dire jamais, dans un pays où se développent des dynamiques contraires à ses intérêts ! C’est pour lui une arme efficace de contrôle vis-à-vis des gouvernements issus des urnes, et avec l’augmentation de la mondialisation cela devient une arme encore plus puissante…

La bureaucratie d’État a des intérêts et les éluEs politiques ne peuvent pas les contrôler efficacement. L’état sera toujours une institution dont le but est de protéger des secteurs particuliers de la société - les classes privilégiées - ainsi que ses intérêts propres.

La fonction du système politique dans n’importe quel pays du monde est de réglementer, pas de modifier radicalement la structure économique existante... La grande illusion de la politique, c’est de faire croire que les politicienNEs auraient le pouvoir de faire toutes les modifications qu’ils promettent.

Ces institutions et les mécanismes de domination qui les sous-tendent (la recherche du profit comme seule mesure du succès), sont hors de contrôle et naviguent dans d’autres sphères.

L’anarchisme comme base critique du système électoral

Des moyens en contradiction avec la fin conduisent inévitablement à un résultat opposé aux objectifs poursuivis. L’idée de vouloir utiliser l’État pour amener la société socialiste sans État contient sa propre contradiction.

En revanche, l’adéquation des moyens avec la fin est un principe positif amenant à développer aujourd’hui des pratiques préfigurant la société de demain. En effet, la société à venir n’est pas indépendante des moyens utilisés pour la créer, mais elle est le reflet du combat social qui l’a précédée et des idées qui l’ont sous-tendue. Ce principe se fonde autour de trois attitudes : le rejet de la politique des politicienNEs, l’action directe, l’auto organisation et l’autogestion du mouvement social

Le rejet de la « politique politicienne »

Le refus du parlementarisme que nous prônons, revient à rejeter la conception habituelle de la « politique » telle qu’elle nous est proposée, c’est-à-dire le conflit, sous la domination de l’État et pour son contrôle.

Nous militons pour un réel ancrage social et surtout pas pour prendre le Pouvoir. Au contraire, nous tentons de mettre fin à toutes formes de pouvoir. En d’autres termes, nous visons à la transformation de la société et non à son contrôle.

L’Action directe

Nous prônons l’action directe à la place de la délégation de pouvoir que constitue l’électoralisme. Elle consiste à intervenir directement dans la société, sans passer par l’intermédiaire des institutions. Elle vise à réaliser nos buts à travers notre propre activité plutôt qu’à travers celle des autres, particulièrement celle de « représentantEs » surtout soucieux et soucieuses de la préservation du présent. Elle se base sur une critique radicale de la démocratie formelle parlementaire dans laquelle les citoyenNEs délèguent leur pouvoir au lieu de l’exercer.

Elle permet aux individus de retrouver leur dignité en se réappropriant le pouvoir d’agir sur leur propre existence et en renouant avec les liens sociaux d’entraide et de solidarité.

Auto organisation et Autogestion du « Mouvement social »

L’action sociale des libertaires et, avec eux/elles, de touTEs les oppriméEs, tourne toujours autour d’un discours qui fait sens, et qui débouche sur une activité révolutionnaire, intelligible, palpable, riche et abondante.

Le projet social libertaire n’est nullement une abstraction, mais au contraire c’est dans les luttes et les alternatives vécues concrètement qu’il prend forme et qu’il s’élabore progressivement, au contact de la réalité.

Les organisations anarchistes ne prétendent pas encadrer ou diriger les luttes sociales. Cependant, dans ce cadre, les organisations anarchistes ont toute leur place pour la construction et la politisation d’un mouvement social révolutionnaire.

Fédérer les luttes

L’indiscutable nécessité de mener un combat global doit se traduire par le refus de cloisonner les luttes en de multiples terrains d’interventions spécifiques.

L’erreur, c’est de s’enfermer dans des revendications catégorielles. Il ne faut pas que des réalités quotidiennes, diverses et différentes, nous conduisent à « découper/diviser » les luttes sociales.

Nous devons tout faire pour nous mobiliser ensemble, sur des objectifs communs.

Agir au lieu d’élire

En refusant ce système, nous refusons à d’autres le loisir de nous représenter. Nous leur refusons le « droit » de parler en notre nom, le droit de décider à notre place.

Nous leur refusons la légitimité et son corollaire, le pouvoir, que le simple acte de voter leur attribue !

Les classes se côtoient dans les isoloirs, mais en réalité les nantiEs ne respecteront jamais les excluEs, les exploitéEs, les reléguéEs…

L’action directe, le rejet de tout ce qui permet de maintenir l’immense majorité des individus en état d’esclavage, tout cela doit nous permettre de renverser l’ordre des choses.

Dès à présent, ne nous contentons plus de l’indignation. Révoltons-nous.

Le 08 avril 2012

Relations Extérieures

de la Coordination des Groupes Anarchistes

http://www.c-g-a.org/?q=content/pendant-que-tu-votes-ils-profitent


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Vote 2012 : Pendant que tu votes … ils profitent
10 avril 2012 - 14h18

vive l’anarchie !



Vote 2012 : Pendant que tu votes … ils profitent
11 avril 2012 - 10h07

les présidentielles

il y a plusieurs élections ???







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite