Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Alerte à la censure : le CRIF n’a pas à faire sa loi ! (video)

de : patrice bardet
mardi 11 octobre 2011 - 10h59 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Communiqués de l’UJFP : COMMUNIQUE COMMUN le 10/10/2011 22:50:00

Alerte à la censure : le CRIF n’a pas à faire sa loi !

Suite à la diffusion de l’émission « Un œil sur la Planète » diffusée par la chaîne France 2, le lundi 3 octobre 2011, le CRIF s’est lancé dans une campagne sournoise de diffamation à l’endroit des journalistes de la chaîne publique. Excédé par le traitement rigoureux de l’information et par la qualité du travail mené, le CRIF et l’ambassade israélienne ne supportent apparemment pas qu’une chaîne du service public ne reprenne pas la propagande israélienne. Les pressions dont l’objet France 2 depuis la diffusion de cette émission sont sidérantes : traitée de « petits nazillons », assaillie de messages menaçants, la direction de la chaîne s’est sentie obligée de répondre à ce qui s’apparente à une véritable convocation de la part du CRIF et de l’ambassadeur israélien.

Il est consternant de voir qu’en 2011 une organisation communautaire et une ambassade étrangère puissent faire pression sur un service public pour orienter le traitement médiatique d’un sujet. Ces tentatives d’intimidations sont inacceptables. Aujourd’hui en France, une chaîne du service public peut être soumise à des tentatives de censure sans que cela suscite l’indignation de la classe politique étrangement silencieuse sur cette atteinte monumentale au droit d’informer.

La liberté de la presse est aujourd’hui en danger. Il faut répondre à la diffamation, à la censure et à l’arrogance par le droit et la détermination. Nos associations condamnent ces pratiques et appellent les autorités publiques à ne pas souscrire à ce chantage insupportable. Elles appellent l’ensemble des citoyens à manifester leur indignation et à soutenir la direction de France 2 pour le travail remarquable qu’ont pu entreprendre les journalistes de l’émission « Un œil sur la planète ».

PARIS, LE 10/10/2011

Collectif des Musulmans de France (CMF)

Union Juive Française pour la Paix (UJFP)

Association des Travailleurs Marocains en France (ATMF)

Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (F.T.C.R.)

ATMF - FTCR - CMF – UJFP

Site web : www.ujfp.org


sur le même sujet, sur la liste asswara ( diffusé avec l’aimable autorisation de la rédaction)

"Un État palestinien est-il encore possible ?" Quand France2 fait du travail sérieux, le Crif s’insurge.

"Un État palestinien est-il encore possible ?" Quand France2 fait du travail sérieux, le Crif s’insurge.

lundi 10 octobre 2011, par La Rédaction

C’est une émission qui enflamme les passions. La diffusion lundi 3 octobre sur France 2 en deuxième partie de soirée du documentaire "Un oeil sur la planète" intitulé "Un État palestinien est-il encore possible ?", a déchaîné une vague de réactions indignées de la part du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif). Ce document "a entraîné au sein de la communauté juive une intense émotion et une stupéfaction écoeurée (...) sans éviter les insinuations à la limite des théories conspirationnistes antisémites", s’est ému le président du Crif, Richard Prasquier, dans une lettre ouverte à Rémy Pflimlin, président de France télévisions. Les deux hommes se rencontreront cette semaine en présence de l’ambassadeur d’Israël en France, et de Thierry Thuillier, le directeur de l’information de la chaîne.

"La moindre excuse sonnerait comme un désaveu pour la rédaction, et serait très mal vécue", prévient à la sortie d’une assemblée générale Loïc de la Mornais, président de la société des journalistes de France 2, qui rappelle "qu’aucune erreur n’a été relevée par le Crif dans le documentaire". Magazine phare de la chaîne depuis une dizaine d’années, le numéro incriminé proposait plusieurs reportages entièrement consacrés aux territoires palestiniens, à l’heure où la demande d’adhésion de la Palestine est toujours discutée au Conseil de sécurité de l’ONU. D’après le rédacteur en chef de l’émission, Patrick Boitet, "il s’agissait de montrer ce qui faisait obstacle à cette demande de reconnaissance". Un numéro entièrement consacré à Israël avait déjà été diffusé en 2004.

Le documentaire se divise en plusieurs parties. Le sujet le plus sensible concerne Le lobby pro-israélien aux États-Unis. Dans cette enquête, les journalistes Estelle Youssouffa et Christophe Obert montrent comment les organisations juives et chrétiennes conservatrices pèsent sur la politique étrangère américaine, permettant à l’État hébreu de s’affranchir de certaines résolutions onusiennes. Ancien de l’AIPAC, le plus important groupe de pression pro-israélien aux États-Unis, M. J. Rozenberg raconte comment des organisations comme "Camera" traquent les journalistes "déviants".

"Le lobby, dit-il, rend la vie difficile aux journalistes qui ne sont pas perçus comme pro-israéliens. Ils auront du mal à trouver un job ou, s’ils en ont un, à garder un poste. Lorsque je travaillais à AIPAC, il y avait des listes, des dossiers sur chaque reporter". Des révélations saisissantes, qui n’ont pas convaincu Richard Prasquier. "On ne sait même pas pourquoi cet homme a quitté l’AIPAC et quel compte il a à régler avec eux", argumente le président du Crif. "La moindre des choses aurait été de préciser que les lobbys existent aux États-Unis, mais aussi en France. Regardez le lobby pharmaceutique. Il ne faut pas laisser croire que le lobby pro-sioniste est en train de détourner la démocratie américaine". "J’attends que le Crif nous amène une preuve que ce que nous avançons est faux", se contente de répondre Patrick Boitet.

Une semaine après la diffusion du documentaire, c’est sur Internet que les partisans d’Israël ont mené la contre-attaque. En plus des menaces publiées sur le profil Facebook des journalistes de l’émission, le réseau social a vu la création d’un groupe baptisé "Boycott France Télévisions". Ses membres demandent à France 2 de revenir sur leur émission et de présenter des excuses au nom de tout le groupe". Un site pro-israélien a également proposé sa contre-émission, renommée "Deux yeux sur leur planète" et censée démonter point par point les révélations de l’émission originelle. Outre les lettres d’insultes et de menaces physiques, les responsables d’"un Oeil sur la planète" ont également reçu nombre de messages de soutien, émanant cette fois de Juifs français. "Ils insistent sur le fait que l’action du Crif leur porte préjudice. Que cette organisation ne représente qu’elle-même, et surtout pas la communauté juive de France", affirme Patrick Boitet.

De son côté, le président de la société des journalistes de France 2 s’étonne que ce soit le Crif, et non l’ambassade d’Israël, qui ait réagi, alors que le sujet concernait la Palestine. "C’est moi qui ai répondu car beaucoup de personnes de la communauté juive ont été absolument choquées", se défend Richard Prasquier. "Les manifestations antisémites se font aujourd’hui sur la base des attaques contre Israël. Présenter une telle émission est irresponsable, car c’est courir le risque qu’elle déclenche des actions violentes contre les Juifs en France."

"On fait uniquement notre travail de journaliste avec sérieux", rappelle le rédacteur en chef de l’émission. "On aurait pu réaliser un reportage beaucoup plus sévère, mais on n’a rien dit sur les incendies contre les mosquées, et la profanation de tombes chrétiennes et musulmanes par des colons extrémistes israéliens". Un avis que partage Charles Enderlin, correspondant de France 2 à Jérusalem depuis trente ans, qui a lui aussi subi les foudres d’organisations pro-israéliennes lors de l’affaire Mohammed al-Durah (du nom de cet enfant palestinien tué lors d’un échange de tir à Gaza). "On comprend la raison pour laquelle les organisations pro-israéliennes ne veulent pas qu’une chaîne publique montre cette situation scandaleuse", explique le journaliste sur son blog. "Il ne faut rien montrer qui soit défavorable à la politique israélienne d’occupation. Cela s’appelle de la censure et c’est une atteinte intolérable au droit d’informer". Richard Prasquier n’en démord pas et dénonce un travail "déséquilibré et biaisé".

(Lundi, 10 octobre 2011 - Avec les agences de presse)

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion "Assawra" faites la demande à l’adresse : inscription@assawra.info

Pétition Non au terrorisme de l’Etat d’Israël http://www.aloufok.net/spip.php?article2


Le reportage de France2 :

http://oeil-sur-la-planete.france2....


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Alerte à la censure : le CRIF n’a pas à faire sa loi ! (video)
11 octobre 2011 - 14h10

Mince, y’en a déjà plus de reportage...
Ca veut dire qu’il ne faut plus tarder à demander aux primates des primaires de donner leur avis tranché sur la question suivante : " êtes vous plus attaché(e) à l’avenir de la France qu’à celui d’Israël ?"

Alors quand on se retrouve face à un flipper plein de couleurs et de bruits bizarroïdes, c’est qu’il est prêt à faire tilt...et que la France est déjà occupée !



Alerte à la censure : le CRIF n’a pas à faire sa loi ! (video)
11 octobre 2011 - 14h13 - Posté par Oime

Mince, y’en a déjà plus de reportage...

il est toujours en ligne, c’est l’encodage au début qui merdouille

sinon il est aussi sur le site de france2...






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite