Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

La crise, ils en profitent, nous la payons !

de : Yves Barraud
vendredi 15 juillet 2011 - 10h40 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Après la Grèce, l’Espagne et le Portugal, c’est au tour de l’Italie d’entrer dans la tourmente. La France sera peut-être épargnée jusqu’aux élections de 2012 mais nous n’y couperons pas : Il faudra payer l’addition… des plus riches.

Dans son édition du 6 juillet 2011, Le Canard Enchaîné pointe l’héritage que Christine Lagarde a légué à François Baroin, son successeur au ministère de l’Économie et des Finances. Pour faire court, la grande argentière du capitalisme chancelant a laissé une France exsangue. Tous les indicateurs clignotent dans le rouge : Déficit budgétaire et endettement records, consommation des ménages en berne, prévision de croissance revue à la baisse, chômage revu à la hausse, déficit abyssal de la balance commerciale… On ne trouvera aucun motif de satisfaction dans le bilan de Madame Lagarde pourtant plébiscitée par ses pairs.

Si la France était au « bord de la faillite » (selon l’expression de François Fillon au lendemain de l’élection de Nicolas Sarkozy), aujourd’hui, la banqueroute menace !

Et ne comptons pas sur nos alliés européens pour raviver la flamme de la croissance qui fait cruellement défaut au vieux continent : les « cochons » du surendettement sont en passe d’être saignés à blanc l’un après l’autre. Aux PIGS du début : Portugal, Irlande, Grèce et Espagne (Spain en anglais), on peut aujourd’hui ajouter un autre « I », celui de l’Italie qui s’enfonce inexorablement dans la déconfiture et, sans doute dans les mois à venir, un « F » (comme France), puis un « B » (comme Belgique) et un « GB » (comme Grande-Bretagne)… Toutes les lettres de l’alphabet vont y passer.

À mesure que les classes populaires européennes s’enfoncent dans le marasme, le chômage, la précarité et la paupérisation – autant de maux dénoncés par des dizaines de milliers d’Indignés – les nantis, eux, ont trouvé dans la crise passée, présente et future, matière à arrondir leurs revenus, leurs patrimoines et leurs fortunes.

En France, le marché de l’immobilier en est l’indicateur le plus pertinent, le plus outrageux aussi. Sur le seul premier semestre 2011, il a gagné 7%. À Paris, le mètre carré dépasse à présent les 8.000 euros. Ce qui nous donne : 160.000 euros pour un studio de 20 mètres carrés, 320.000 euros pour un petit deux-pièces de 40 mètres carrés, 640.000 euros pour un appartement de 80 mètres carrés, soit plus de 4 millions de francs.

Prenons un couple qui dispose d’un apport de 50.000 euros et souhaite acquérir un deux-pièces à Paris. Pour rembourser son prêt de 270.000 euros sur 10 ans, il lui en coûtera 2.700 euros par mois HORS INTÉRÊTS. Et sur 20 ans : 1.350 euros par mois HORS INTÉRÊTS… pour 40 mètres carrés. Pas un de plus ! Pour y subvenir, ce couple doit disposer d’un revenu net au moins égal à trois fois le montant de son remboursement, c’est-à-dire 8.100 euros dans le cas d’un emprunt sur 10 ans, et plus de 4.000 euros pour un emprunt sur 20 ans. Ceci HORS INTÉRÊTS.

Cette flambée des prix ne contrarie d’aucune manière le marché de l’immobilier. Les biens proposés dans les agences mettent – en moyenne – moins d’un mois à trouver acquéreur. Et les acheteurs qui se disputent les rares logements disponibles à la vente sont, pour beaucoup, des « investisseurs ». Ils n’y résideront donc pas et les proposeront à la location. Voilà qui donne la mesure du fossé qui se creuse entre ceux qui subissent la crise et ceux qui continuent à s’enrichir.

Et ces richards sont aussi ceux qui contribuent le plus au déficit de notre balance commerciale, par leurs achats de produits de luxe en provenance de l’étranger. Depuis 10 ans, les ventes de voitures haut de gamme, souvent allemandes, explosent. Les rues de la capitale et des grandes métropoles fourmillent aujourd’hui d’Audi, de BMW, de Mercedes, de Porsche, de Maserati, à 50.000 ou 150.000 euros le véhicule.

Ce sont les mêmes qui passent leurs vacances dans des destinations de rêve, à l’autre bout du monde, aux Maldives, aux Seychelles, en Australie… à 5.000 euros la semaine par personne, à 10.000 euros en couple, à 15.000 euros ou plus avec des enfants. Des budgets vacances de 30.000 euros ou de 160.000 euros par personne (pour un tour du monde) ne sont pas des cas isolés !

Ce sont les mêmes aussi qui, à la direction de leurs entreprises et de leurs commerces, délocalisent leurs productions vers des contrées où la main-d’œuvre est bon marché, entretiennent ainsi le chômage de masse et favorisent la précarité.

Les mêmes qui usent et abusent des combines pour échapper à l’impôt, pour placer tout ou partie de leurs fortunes sous d’autres latitudes moins regardantes, moins contraignantes. Les mêmes qui peuvent déployer une armada d’avocats pour défendre leurs intérêts quand les administrations s’intéressent de trop près à leurs « arrangements ».

Et ce sont enfin les mêmes qui exigent un « assainissement » des comptes publics, une baisse des cotisations sociales (qu’ils qualifient de « charges ») et qui préconisent la « rigueur »… pour les autres, pour tous ceux qui végètent au bas de l’échelle.

La crise, c’est eux qui en profitent, c’est nous qui la payons !

Voilà la raison pour laquelle nous ne sommes pas prêts d’en sortir. On peut d’ores et déjà annoncer qu’elle va s’amplifier.

http://www.actuchomage.org/20110712...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
La crise, ils en profitent, nous la payons !
15 juillet 2011 - 15h23

Combien a couté le feu d’artifice du 14 juillet ?Un exemple de gaspillage parmi tant d’autre alors qu’on nous raconte que nous avons une dette immense à payer !Et les gogos qui viennent s’extasier devant ce spectacle indécent ,à l’heure où un nombre incroyable de personnes vivent à la rue,ne manquent pas...il n’y a plus de respect,plus de logique,plus d’altruisme...il n’y a plus rien !Pour qui sonne le glas ?



La crise, ils en profitent, nous la payons !
15 juillet 2011 - 15h40 - Posté par TM

tu as raison, en supprimant le feu d’artifice du 14 juillet, on redresse la France !

on devrait aussi demander au bon peuple de ne plus sortir (ciné, restau...), ça fera aussi des économies...

pffff...






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite